Robert Ambelain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Robert Ambelain
Description de cette image, également commentée ci-après
Robert Ambelain en 1956.
Alias
Aurifer
Naissance
Paris, France
Décès (à 89 ans)
Paris, France
Nationalité Flag of France.svg Française
Pays de résidence France
Profession
Autres activités

Robert Ambelain, né à Paris le et mort le , est un auteur français, spécialisé dans l'ésotérisme, l'occultisme et l'astrologie. Homme de lettres, historien et membre sociétaire des Gens de Lettres et de l'Association des écrivains de langue française « mer outre-mer », il est l'auteur de 42 ouvrages (dont certains sous le pseudonyme d'Aurifer, son nom en tant que « Supérieur inconnu » dans l'Ordre Martiniste).

Biographie[modifier | modifier le code]

L'astrologue[modifier | modifier le code]

Son intérêt pour l'ésotérisme commence par l'astrologie, vers 1921. Entre 1937 et 1942 il publie un Traité d'astrologie ésotérique en trois volumes.

Le franc-maçon[modifier | modifier le code]

Franc-maçon, il est initié le dans le temple de la porte d'Orléans à Paris, parrainé par le grand maître Constant Chevillon, dans la loge « La Jérusalem des vallées égyptiennes » et ensuite il est reçu compagnon et maître au cours d'une tenue clandestine au camp d'Epinal. Il dirige à son domicile les réunions de la loge « Alexandrie d'Égypte », au Rite de Memphis-Misraïm. Il reçoit de Georges Bogé de Lagrèze les hauts grades de ce rite, du 4e au 33e et les 55e, 66e, 90e et 95e[1]. En 1942 il réveille l'Ordre des Élus Coëns, dont il est le Souverain Grand Commandeur. L'Ordre Martiniste des Élus-Cohens, lié pendant un temps à l'Ordre de Papus dirigé par Philippe Encausse au sein de l'Union des Ordres Martinistes, va poursuivre son activité jusqu'en 1967.

C'est en 1942 que Georges Bogé de Lagrèze et Camille Savoire, tous deux membres du Grand Prieuré des Gaules du Rite écossais rectifié, auraient donné patente à Robert Ambelain, afin de créer l'Ordre Martiniste des Élus-Cohens et d' y intégrer les classes secrètes de Profès et Grand Profès. Cependant Un article de Pierre Noël consacrée à « La Profession », publié dans le N°168 de Renaissance traditionnelle en octobre 2012 établit documents à l'appui, y compris des textes inédits, la nature exacte de la double classe secrète du régime écossais rectifié et il précise en quoi la pseudo-grande profession composée par Robert Ambelain à partir d'un dépôt de Georges Lagrèze diffère radicalement de la grande profession telle que l'a conçue et instituée Jean-Baptiste Willermoz fondateur du rite et telle qu'elle s'est perpétuée en Suisse[2].

De 1960 à 1985 il est le grand maître mondial de la « Grande Loge française du Rite ancien et primitif de Memphis-Misraïm ». Il transmet sa succession à Gérard Kloppel en 1985. En 1985 il réveille le Rite écossais primitif[3]. Il est aussi Chevalier bienfaisant de la Cité sainte dans le Rite écossais rectifié, avec le nom d'ordre d'Eques a reconciliatione.

Le gnostique[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

En 1946, il est consacré évêque dans l'Église gnostique universelle sous le nom de « Tau Robert », évêque gnostique de Samarie, par Roger Ménard (« Tau Eon II »), qui à son tour avait été consacré par Victor Blanchard (« Tau Targelius »). Fondateur en 1953 de l'Église gnostique apostolique, qui en 1956 se place sous les auspices d'Origène, qu'elle reconnaît comme Saint patron. En septembre 1958, Robert Ambelain en est élu patriarche, par le haut synode, sous le nom de « Tau Jean III » et, le 20 décembre 1959, « Tau Charles » le consacre patriarche en lui conférant le pallium patriarcal légué par Mgr Giraud, qui avait consacré Jean Bricaud avant lui. C'est aussi le 31 mai de cette année 1959 qu'il consacre Roger Deschamps (« Tau Jean Rudiger ») comme évêque de l'Église gnostique apostolique de Liège. Le 15 août 1960, il hérite de Mgr Dupont du patriarcat de l'Église gnostique universelle, qu'il fusionne avec sa propre communauté[4].

Décorations[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gino Sandri, Le Grand Lunaire. Robert Ambelain et les milieux occultistes du début du XXe siècle, Marseille, Arqa éditions, 2013, p. 26.
  2. Pierre Noêl, « La Profession », Renaissance traditionnelle, no 168,‎ .
  3. Robert Ambelain un grand maçon.
  4. Voir sa notice biographique sur la BnF.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]