Gérard Kloppel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gérard Kloppel est né à Puteaux le et mort le à l'âge de 68 ans, d'une crise cardiaque, il est inhumé à Châteaurenard. Franc-maçon, il a marqué l'histoire moderne du rite de Memphis-Misraïm, mais aussi celle du Martinisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de l’École des hautes études en sciences sociales, titulaire d’un DEA de psychopathologie et psychiatrie sociale, il s’était beaucoup intéressé à la psychologie de l’enfant, et sa thèse de doctorat, soutenue en 1983 à l’Université René Descartes de Paris, était intitulée Milieu familial et étiologie des conduites déviantes chez le jeune adulte français. Il exerça comme psychothérapeute et fut chargé de cours à l’Université de Paris XI.

Franc-maçonnerie[modifier | modifier le code]

Il a été initié en 1963 dans la loge Papus de la Grande Loge de France, puis deux ans plus tard il rejoint le Rite de Memphis-Misraïm de Robert Ambelain, où la loge Hermès le passe compagnon, le , et maître, le . Chevalier Rose-croix, le , 33e, le , 66e90e95e du même rite, le , le , il est désigné grand maître des cérémonies par Robert Ambelain. Les 26 et , un convent du même rite le nomme grand maître mondial substitut, en succession et selon le vœu de Robert Ambelain. Grand maître adjoint pour la France, le , il sera désigné comme grand maître pour la France et grand maître mondial du même rite, le [1]. De même, Gérard Kloppel sera nommé par Robert Ambelain comme son successeur à la présidence du Suprême Conseil des rites confédérés pour la France et ses dépendances, le [2].

Il démissionnera de sa charge en 1998, transmettant la grande maîtrise mondiale à Cheikna Sylla[3], mais le 2 mars 2000, à Bruxelles, Gérard Kloppel organisa un Souverain Sanctuaire International qui décida de destituer Cheikna Sylla. Cette destitution est considérée comme nulle et non avenue par Cheikna Sylla et son successeur au sein de l'ordre maçonnique international du Rite ancien et primitif de Memphis-Misraim, Willy Raemakers. Ce dernier prit le 26 janvier 2008 un décret de radiation du rite de Gérard Kloppel[4].

Le 12 juillet 2007, bien qu'ayant démissionné[De quoi ?], Gérard Kloppel participa à la création d'une association dénommée « Confédération Internationale Franc-Maçonnique »[5]

Martinisme[modifier | modifier le code]

Il prend aussi la succession d'Ambelain au sein de l'Ordre Martiniste initiatique, sous le nom de Sâr Signifer.

Le 29 juin 2008, quelques mois avant son décès, il créera à Bordeaux l'Ordre Martiniste des rites unis. Il ne souhaitait pas le réveil de l'Ordre Martiniste initiatique, tombé alors dans un profond sommeil. Une restauration totale s'imposait nécessitant selon lui un renouvellement complet des structures du martinisme. Il souhaitait allier les deux grands courants du Martinisme : le Martinisme de Papus et le Martinisme Russe.

Il fit aussi partie du Groupe de Thèbes, avec Rémi Boyer, Triantaphyllos Kotzamanis, Robert Amadou, Jean-Pierre Giudicelli de Cressac Bachelerie, Massimo Introvigne, Christian Bouchet, Paolo Fogagnolo, Jean-Marie d’Ansembourg et d'autres[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joseph Castelli, Le Livre jaune N. 1 - 2011 . De la Vérité sur l'Ordre et le Désordre du Rite de Memphis-Misraïm, Montelimar, Editions Maçonniques, (ISBN 978-2-35213-120-5).
  • Joseph Castelli, Le Livre jaune N. 7 - 2014 . Délit de Contrefaçon Intellectuelle sur le Rite de Memphis-Misraïm, Montelimar, Editions Maçonniques, (ISBN 978-2-35213-145-8).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]