Église catholique éthiopienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Église catholique éthiopienne
Union à Rome 1961 (érection de l'Église métropolitaine)
Primat actuel Mgr Berhaneyesus Demerew Souraphiel
Siège Addis-Abeba, Éthiopie
Territoire primaire Éthiopie, Érythrée
Rite guèze
Langue(s) liturgique(s) guèze
Population estimée 225 000 (2005)


L'Église catholique éthiopienne, Église catholique abyssinienne ou Église catholique guèze est une des Églises catholiques orientales. Le chef de l'Église porte le titre d'Archevêque métropolitain d'Addis-Abeba des Éthiopiens, avec résidence à Addis-Abeba (titulaire actuel : Son Excellence Berhaneyesus Demerew Souraphiel (www.oeuvre-orient.fr) depuis 1999).

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors des Grandes Découvertes, les explorateurs portugais ouvrirent la voie à des contacts directs entre l'Église catholique et l'Église éthiopienne orthodoxe. Au XIVe siècle, des missionnaires catholiques débarquèrent en Éthiopie. Le 28 août 1439, le pape Eugène IV envoya un message d'unité avec l’Église catholique à l'empereur d’Éthiopie Constantin Ier mais cette tentative demeura sans succès.

Lors de la guerre qui l'opposait au sultanat d'Adal (1529-1559), l'empereur d’Éthiopie fit appel aux Portugais, ce qui permit de maintenir de justesse l'indépendance de l'Abyssinie. Des missionnaires jésuites se joignirent aux Portugais en Éthiopie et concentrèrent leurs efforts de conversion sur la classe dirigeante du pays, en particulier l'empereur, afin d'obtenir l'union de l’Église éthiopienne avec Rome. L'empereur Susneyos fut converti par le père Pedro Páez. En 1622, Susneyos fait du catholicisme la religion d’État. L'année suivante, le pape Grégoire XV nomma Afonso Mendes, un jésuite portugais, patriarche de l’Église éthiopienne. En 1626, l'union formelle fut déclarée quand Mendes se rendit dans le pays. Il chercha à latiniser l’Église éthiopienne et l'empereur Susneyos usa de la force pour y parvenir, suscitant de vives réactions dans la population. En 1632, Susneyos mourut et son successeur Fasiladas monta sur le trône. Il chassa Mendes en 1636, rompit l'union avec Rome et fit expulser ou massacrer les missionnaires restants. Durant les 200 ans qui suivirent, l’Éthiopie resta fermée aux missions catholiques.

En 1839, les Lazaristes et les Capucins reprirent les missions avec une certaine modération imposée par une opposition publique forte. La même année, Justin de Jacobis fut nommé premier préfet apostolique en Abyssinie et chargé de superviser la fondation des missions catholiques dans le pays. Après huit ans de durs travaux, il fut fait évêque titulaire de Nilopolis en 1847 et, peu après, Vicaire apostolique d'Abyssinie, mais il refusa la dignité épiscopale jusqu'à ce qu'on le força à l'accepter, en 1849.

En 1889, l'empereur Ménélik II accéda au trône et autorisa officiellement l'accès aux missionnaires catholiques. Avec la conquête de l’Éthiopie par l'Italie lors de la seconde guerre entre les deux pays, l'activité des missionnaires augmenta, de la même façon qu'en Érythrée qui était déjà passé sous contrôle italien dès 1889.

En 1919, le Collège pontifical éthiopien fut fondé au sein du Vatican par le pape Benoît XV. L'église Saint-Stéphane, derrière la basilique Saint-Pierre, fut rattachée au collège.

Le rite latin s'était établi dans le sud de l’Éthiopie, dans des régions qui n'avaient pas été chrétiennes auparavant et qui ne furent intégrée à l'état contemporain qu'à la fin du XIXe siècle. L'occupation italienne de l’Éthiopie en 1936 donna lieu à l'accroissement du nombre de juridictions de rite latin, mais l'expulsion des missionnaires étrangers à la fin de la Seconde Guerre mondiale signifia que le clergé de rite éthiopien dut prendre en charge des régions qui se trouvaient alors dénuées de clergé catholique. De ce fait, en 1951, l'Exarchat apostolique de rite éthiopien d'Addis-Abeba fut fondé, et l'Ordinariat d’Érythrée fut élevé au rang d'exarchat. Dix ans plus tard, le 20 février 1961, une province ecclésiastique éthiopienne fut fondée, avec Addis Abeba comme siège métropolitain et Asmara (Érythrée) et Adigrat (Éthiopie) comme éparchies suffragantes.

En 1995, deux nouvelles éparchies, Barentu et Keren furent établies en Érythrée et le vicariat apostolique de rite latin fut aboli. L’Érythrée devint ainsi le seul pays où tous les catholiques, quel que soit le rite liturgique personnel, appartiennent à une juridiction catholique orientale. En 2003, une nouvelle éparchie fut créée à Emdibir, dans la Région des nations, nationalités et peuples du Sud (Éthiopie), puis en 2012 une autre à Segeneiti dans le sud de l'Érythrée. En conséquence, l'église métropolitaine catholique éthiopienne comprend désormais sept sièges, trois en Éthiopie et quatre en Érythrée.

Il existe également des juridictions de rite latin dans le sud de l'Éthiopie mais aucune d'entre elles n'a le rang de diocèse : cinq sont des vicariats apostoliques et deux des préfectures apostoliques. Bien que ces juridictions soient de rite latin, un grand nombre de prêtres de rite guèze y exercent leur ministère, et deux d'entre elles (le vicariat apostolique de Meki et celui de Harar) ont un évêque de rite guèze.

Il faut enfin noter la présence d'une diaspora nombreuse de Catholiques éthiopiens dans les pays du moyen-orient et du golfe arabo-persique([1]).

Statut[modifier | modifier le code]

L'Église catholique éthiopienne est une Église métropolitaine de droit propre, régie par les canons 155 à 173 du code des canons des Églises orientales.

Elle est dirigée par un métropolite, nommé par le pape et assisté d'un conseil des hiérarques.

Organisation[modifier | modifier le code]

Au 1er juin 2013, l'Église catholique éthiopienne compte sept églises particulières.

Nom Siège Pays Ordinaire Réf.
Archéparchie d'Addis-Abeba Addis-Abeba Drapeau d’Éthiopie Éthiopie Berhaneyesus Demerew Souraphiel [1]
Éparchie d'Adigrat Adigrat Drapeau d’Éthiopie Éthiopie Tesfay Medhin [2]
Éparchie d'Asmara Asmara Érythrée Érythrée Menghisteab Tesfamariam [3]
Éparchie de Barentu Barentu Érythrée Érythrée Thomas Osman [4]
Éparchie d'Emdibir Emdibir Drapeau d’Éthiopie Éthiopie Musie Ghebreghiorghis [5]
Éparchie de Keren Keren Érythrée Érythrée Kidane Yebio [6]
Éparchie de Segeneiti Segeneiti Érythrée Érythrée Fikremariam Hagos Tsalim [7]

Relations avec les autres Églises[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Ethiopic metropolitan archdiocese of Addis Abeba (consulté le 16 juin 2013)
  2. (en) Ethiopic diocese of Adigrat (consulté le 16 juin 2013)
  3. (en) Ethiopic diocese of Asmara (consulté le 16 juin 2013)
  4. (en) Ethiopic diocese of Barentu (consulté le 16 juin 2013)
  5. (en) Ethiopic diocese of Emdeber (consulté le 16 juin 2013)
  6. (en) Ethiopic diocese of Keren (consulté le 16 juin 2013)
  7. (en) Ethiopic diocese of Segheneyti (consulté le 16 juin 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Ethiopian Catholic Church » (voir la liste des auteurs)