Jean II de Châlon-Auxerre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean II de Chalon-Auxerre
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Père
Guillaume de Chalon (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Eleonora di Savoia (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Jean III de Chalon-Auxerre
Béatrix de Châlons, Dame de Montgiffond (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Jean II de Chalon-Auxerre, né en 1292 et mort en 1361, est seigneur de Rochefort, comte d'Auxerre en 1304 à la suite de son père Guillaume de Chalon, puis comte de Tonnerre à la suite de sa grand-tante Marguerite de Bourgogne, † en 1308.

Famille[modifier | modifier le code]

Le dauphin Charles V de France, fils aîné et lieutenant du roi de France, donne à Jean d'Auxerre, conseiller du roi et bourgeois de Paris, une maison dite "maison aux Piliers", sise place de Grève à Paris. Cet acte rédigé en français en est scellé du grand sceau royal en cire verte auquel il manque la moitié, pendant sur lacs de soie verte et rouge. Archives nationales de France.

Jean de Chalon, de la maison de Chalon-Bourgogne-Comté, est le fils de Guillaume de Chalon (comte d'Auxerre ; † 1304) et d'Éléonore, fille du comte Amédée V de Savoie. Il est le petit-fils de Jean Ier de Chalon-Auxerre († 1309, fils cadet de Jean le Sage ou l'Antique comte de Chalon et comte-régent de Bourgogne, et d’Isabelle de Courtenay-Champignelles) et d'Alix de Bourgogne-Duché († 1290, comtesse d'Auxerre, sœur de la comtesse Marguerite de Bourgogne-Tonnerre).

Sa première épouse, Marie, est la dernière fille du comte Amédée II de Genève, comme le rapportent les historiens Louis Moréri au XVIIIe siècle[1] ou plus récemment Pierre Duparc[2], ou encore Richard Prot et Pierre Crinon[3]. Cependant, Moréri[1] fait mourir à tort notre Jean II à la bataille de Crécy en 1346, et donne Marie de Genève comme la mère de Jean III d'Auxerre, alors qu'il était en fait le fils d'Alix de Bourgogne-Montbéliard ci-après. Duparc cite Marie comme comtesse d'Auxerre au testament de son père Amé II de Genève en  : le mariage a donc été précoce[2] ; Marie serait morte vers 1316. Prot et Crinon[3] établissent que Jean II est excommunié en 1341-1351 par Hugues VI de Vienne archevêque de Besançon, petit-cousin de Marie de Genève et fils de Philippe de Seurre et Pagny, pour avoir battu monnaie à Orgelet, mais ce droit de frappe monétaire est effectivement concédé à perpétuité à Jean par l'empereur Charles IV en .

Jean de Chalon épouse ensuite (1317) Alix de Bourgogne-Montbéliard, dame de Montfleur, Lons en partie avec Montaigu, fille du comte Renaud. De leur union naissent :

À la mort de Jean, c'est sa sœur Jeanne qui lui succède comme régente en attendant que son fils Jean III soit adulte.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Louis Moréri, Grand Dictionnaire historique, éd. 1718, chez J.-B. Coignard, vol. 1, art. « Auxerre », [lire en ligne], p. 655.
  2. a et b Pierre Duparc, Le comté de Genève, (IXe-XVe siècles), t. XXXIX, Genève, Société d’histoire et d’archéologie de Genève, coll. « Mémoires et documents » (réimpr. 1978) (1re éd. 1955), 621 p. (lire en ligne), p. 246
  3. a et b « La branche de Chalon-Auxerre, seigneur de Rochefort, p. 133-134 », sur Deniers inédits de Jean de Chalon-Auxerre, par Richard Prot et Pierre Crinon, Revue numismatique, 2008 ; en ligne sur Persée