Redox (système d'exploitation)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Réaction d'oxydoréduction.

Redox
Logo
Image illustrative de l’article Redox (système d'exploitation)

Langues AnglaisVoir et modifier les données sur Wikidata
Dépôt gitlab.redox-os.org/redox-os/redoxVoir et modifier les données sur Wikidata
Plates-formes X86-64, IA-32 (en) et A64 (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Licence Licence MITVoir et modifier les données sur Wikidata
Écrit en RustVoir et modifier les données sur Wikidata
Première version [1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Dernière version stable 0.5.0 ()[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.redox-os.orgVoir et modifier les données sur Wikidata

Redox est un système d'exploitation libre de type Unix écrit en Rust. Redox a pour objectifs d’être sûr, facile d’utilisation et libre. Il prend son inspiration de précédents noyaux et systèmes d’exploitations, tels que seL4, MINIX, Plan 9 et BSD. C’est un système au fonctionnement proche des écosystèmes GNU et BSD, mais utilisant un langage assurant une sécurité mémoire et utilisant des technologies plus modernes[évasif][3].

Historique[modifier | modifier le code]

Redox a été créé par Jeremy Soller et sa première versions a été publiée le 20 avril 2015 sur GitHub[4]. Il est depuis en développement actif, avec des apports de plus de 40 développeurs[5]. Après deux ans de développement, la version 0.2.0 a été publiée.

Conception[modifier | modifier le code]

Redox est conçu pour la sécurité, ce qui se reflète dans plusieurs choix de conceptions, notamment :

Composants[modifier | modifier le code]

Redox est un système d’exploitation complet : il dispose de paquets qui, ensemble, constituent un système fonctionnel et utilisable. Redox profite pour cela d’un écosystème de logiciels écrits en Rust par les membres du projet.

On y trouve ainsi :

  • le noyau de Redox, un microkernel largement inspiré de Minix ;
  • Ralloc, un gestionnaire de mémoire ;
  • TFS, un système de fichiers inspiré de ZFS ;
  • Ion, un shell inspiré des shells POSIX, mais largement adapté pour fournir une syntaxe plus simple à utiliser ;
  • pkgutils, le gestionnaire de paquets ;
  • Orbital, chargé du contrôle de l’affichage et des fenêtres ;
  • relibc, qui fournit une base pour l’exécution de programmes développés dans d’autres langages.

Applications en ligne de commande[modifier | modifier le code]

Parmi les applications en ligne de commande, on trouve :

Applications graphiques[modifier | modifier le code]

Parmi les applications graphiques, on trouve :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « https://github.com/redox-os/redox/commit/0edea108a1d8112b3aa4e8ae7b3d8d41c5d0ed85 » (consulté le 14 octobre 2017)
  2. « Release 0.5.0 » (consulté le 25 mars 2019)
  3. « Redox: A Rust Operating System »
  4. Jeremy (jackpot51) Soller, « Initial commit of Rustboot-based OS », sur GitHub, GitHub, Inc., (consulté le 17 janvier 2017)
  5. « Redox Repository », sur GitHub (consulté le 26 mars 2016)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]