UBports

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

UBports
Logo
Écran d'accueil (OTA 12, 2020)
Écran d'accueil (OTA 12, 2020)

Famille Type Unix
Langues Multi-langues
Type de noyau Monolithique modulaire (Linux)
État du projet Actif
Plates-formes Intel X86, ARM
Entreprise /
Fondateur
Marius Gripsgård
Entreprise /
Développeur
Communauté
Licence Multiples
(Principalement GNU GPL)
États des sources Logiciel libre
Première version
Dernière version stable OTA-13 (21/09/2020)
Méthode de mise à jour APT
Environnement de bureau Lomiri (gestionnaire de bureau / anciennement Unity 8)
Gestionnaire de paquets dpkg
Site web ubports.comVoir et modifier les données sur Wikidata

UBports est à l'origine le nom d'un projet communautaire visant à porter le système d'exploitation pour écrans tactiles Ubuntu Touch sur un maximum d'appareils. Il a été lancé en 2015 par Marius Gripsgård.

Après l'annonce, le , de l'arrêt d'Ubuntu Touch par Canonical[1], la communauté a récupéré son code source[2] et s'est donné pour mission de poursuivre son développement. Canonical a donné son accord de principe pour que le nom d'Ubuntu Touch puisse continuer à être utilisé.

Appareils compatibles[modifier | modifier le code]

Le nom de code donné à la majorité des appareils est une référence aux personnages de la franchise Dragon Ball.

Historiques[modifier | modifier le code]

Maintenus par les développeurs du projet[modifier | modifier le code]

Maintenus par des tiers[modifier | modifier le code]

À venir[modifier | modifier le code]

  • BQ Aquaris U Plus (téléphone), nom de code tenshi
  • Purism Librem 5[4] (téléphone), nom de code librem5
  • Raspberry Pi 3[5] (nano-ordinateur), nom de code rpi
  • Volla Phone (téléphone)[6], nom de code yggdrasil
  • Xiaomi Redmi 4X (téléphone), nom de code santoni
  • Et plus d'un vingtaine d'autres appareils[7]

Applications compatibles[modifier | modifier le code]

Les applications existantes sont spécifiques à la plateforme et se divisent en trois catégories : applications natives, applications Web et moteurs de recherche (« scopes »). Ces derniers ont été abandonnés à la version 12.

Fonctionnalités majeures[modifier | modifier le code]

Convergent[modifier | modifier le code]

De gauche à droite, Ubuntu Touch dans sa version bureau, tablette et téléphone (exemple de l'application Musique)

Les mêmes applications fonctionnent sur téléphone, tablette et ordinateur.

Une fois branché à un écran externe, le téléphone ou la tablette devient un pavé tactile et les applications s'adaptent pour afficher plus d'informations (« responsive design »).

Il est également possible de faire tourner des applications de bureau classiques Linux (en .deb) via un conteneur du nom de Libertine[8].

Plus sûr[modifier | modifier le code]

Les applications sont au format Click[9][source insuffisante], un format de paquet confiné (c'est-à-dire limitant les possibilités d'écriture indésirables dans les répertoires des utilisateurs) et prédécesseur du format Snap.

Respectueux de la vie privée[modifier | modifier le code]

Une gestion des permissions d'accès aux données (position, micro, etc.) est possible pour chaque application.

Il n'est pas nécessaire de fournir des informations personnelles ni d'ouvrir un compte pour télécharger des applications ou des mises à jour.

Il n'y a pas de publicités dans les applications, un bloqueur de publicités est disponible pour la navigation sur internet.

Le navigateur internet embarque le module QtWebEngine, une intégration en Qt de Chromium (un navigateur libre qui sert notamment de base à Chrome) sans les services vers Google.

Économe en énergie[modifier | modifier le code]

Les applications en arrière-plan sont suspendues par défaut, c'est-à-dire qu'elles consomment toujours de la mémoire vive mais ne sollicitent pas le processeur, ce qui augmente considérablement l'autonomie et la durée de vie des batteries.

Ergonomique[modifier | modifier le code]

Installateur d'Ubuntu Touch créé par le projet UBports

Les quatre bords de l'écran permettent l'accès au lanceur d'application (gauche), aux notifications et réglages rapides (haut), aux autres applications ouvertes (droite) et aux fonctionnalités supplémentaires (bas).

Sur tablette, un mouvement avec trois doigts permet de maintenir affichée une deuxième application sur le côté droit de l'écran (« side stage »).

Architecture[modifier | modifier le code]

L'architecture d'Ubuntu Touch définie par Canonical
L'architecture d'Ubuntu Touch définie par Canonical

La pile logicielle est constituée :

  • D'un noyau Linux
  • De la couche d'abstraction matérielle du système d'exploitation Android mise dans un conteneur LXC
  • D'une distribution GNU/Linux
    • Une version modifiée d'Ubuntu dont le serveur d'affichage est Mir, agissant comme compositeur du serveur graphique Wayland
  • D'une interface utilisateur écrite en QML, un langage issu de l'infrastructure de développement Qt
    • L'environnement Lomiri[10], basé sur son prédécesseur Unity 8
    • Des applications de base (Agenda, Calculatrice, Caméra, Contacts, Fichiers, Galerie, Horloge, Lecteur multimédias, Logithèque, Messages, Météo, Musique, Navigateur, Notes, Paramètres, Périphériques, Téléphone, Terminal)

Chaque nouvel appareil doit être configuré pour s'assurer que les différentes fonctionnalités (Bluetooth, GPS, etc.) fonctionnent. Le projet Treble, introduit depuis la version 8 d'Android (Oreo) et permettant de séparer le système et les ajouts des constructeurs, devrait faciliter la maintenance logicielle de l'ensemble. En effet, il est prévu à terme que la couche d'abstraction matérielle soit unifiée grâce au projet Halium afin de créer un pont entre les appareils pré-installés avec une version non modifiée d'Android (AOSP GSI) et le système d'exploitation Ubuntu Touch.

Versions[modifier | modifier le code]

Les mises à jour sont effectuées par OTA (Over The Air), quatre canaux étant possibles :

  • Versions prototype (« edge ») : versions accessibles uniquement par ligne de commande pour le développement de fonctionnalités avancées (a été fusionnée avec la version alpha après l'OTA-11)
  • Versions alpha (en développement) : versions journalières qui contiennent les dernières mises à jour mais peuvent être instables
  • Versions admissibles (candidates) : versions hebdomadaires dès lors qu'il n’y a pas de problèmes critiques dans le canal précédent
  • Versions finales (stables) : versions mensuelles à trimestrielles dès lors qu'il n’y a pas de problèmes majeurs dans le canal précédent
Versions Date Modification majeure
15.04 OTA-1 Première version stable d'UBports
15.04 OTA-2 Multiples correctifs et nouvelles fonctionnalités
15.04 OTA-3 Multiples correctifs et nouvelles fonctionnalités
16.04 OTA-4 Passage à une version d'Ubuntu proposant un support à long terme
16.04 OTA-5 Amélioration du navigateur internet par le passage d'Oxide à QtWebEngine
16.04 OTA-6 Multiples correctifs et nouvelles fonctionnalités
16.04 OTA-7 Passage à Qt 5.9.7 et nouvelle bibliothèque de capteurs
16.04 OTA-8 Multiples correctifs et nouvelles fonctionnalités
16.04 OTA-9 Nouvelles icônes, multiples correctifs et nouvelles fonctionnalités
16.04 OTA-10 Nouveaux écrans de démarrage, multiples correctifs notamment pour la caméra et le GPS
16.04 OTA-11 Nouvelles fonctionnalités notamment pour le clavier et le navigateur internet
16.04 OTA-12 Amélioration de la convergence via l'incorporation des dernières versions d'Unity 8 et de Mir
16.04 OTA-13 22 septembre 2020 Passage à QtWebEngine 5.14, multiples correctifs et nouvelles fonctionnalités
20.04 OTA-XX À venir Compatibilité des applications Android via Anbox et des paquets Snap (en)

Le code source est en cours de migration vers GitLab[11] afin de réduire la dépendance à Microsoft suite au rachat de Github.

Financement[modifier | modifier le code]

Les logiciels développés par UBports sont gratuits. Le développement repose sur un financement participatif via Patreon, Liberapay, PayPal, Bitcoin ou virement bancaire ainsi que sur des bénévoles. Quelques sociétés du monde de l'informatique sont également mécènes.

La gestion a été confiée à la Fondation UBports, à but non lucratif et reconnue par les autorités allemandes depuis le .

Cette fondation ne fait pas encore partie de la liste des organismes européens agréés pouvant recevoir des dons ouvrant droit à une réduction fiscale en France[12].

Graphismes[modifier | modifier le code]

Yumi, la mascotte du projet UBports

La mascotte du projet est un petit robot androïde orange et noir, conçu le et baptisé Yumi pour « You & Me » (« toi et moi » en Anglais, une référence aux valeurs du mot Ubuntu) par Wayne et Joe, les animateurs du podcast Ubuntu Touch Audiocast[13].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Canonical, « Growing Ubuntu for cloud and IoT, rather than phone and convergence », sur Ubuntu Insights,
  2. « UBports », sur GitHub (consulté le 1er août 2020).
  3. « A Titan in the Community », UBports,‎ (lire en ligne)
  4. (en-US) « Purism and UBports officially collaborate to offer Ubuntu Touch on Librem 5 – Purism », sur puri.sm,
  5. « Ubuntu Touch Q&A 59 - YouTube » [vidéo], sur www.youtube.com (consulté le 22 septembre 2019)
  6. « New Gold Sponsor with Hallo Welt Systeme UG », sur UBports Foundation (consulté le 29 mars 2020)
  7. (en) « Ubuntu Touch Devices », sur devices.ubuntu-touch.io (consulté le 22 septembre 2020)
  8. « Desktop apps on Ubuntu Touch 16.04 RC with libertine » [vidéo], sur YouTube (consulté le 1er août 2020).
  9. https://click.readthedocs.io/en/latest/file-format.html#general-format
  10. « Lomiri: New Name, Same Great Unity8 », sur UBports Foundation (consulté le 1er mars 2020)
  11. (en) « UBports », sur GitLab (consulté le 11 novembre 2018)
  12. « Liste des organismes européens agréés », sur impots.gouv.fr, (consulté le 29 mars 2020)
  13. « Notre blog », sur UBports (consulté le 3 novembre 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]