Windows Server 2022

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Windows Server 2022
Logo

Langues MultilingueVoir et modifier les données sur Wikidata
Plates-formes X86_64Voir et modifier les données sur Wikidata
Entreprise /
Développeur
MicrosoftVoir et modifier les données sur Wikidata
Première version Voir et modifier les données sur Wikidata
Dernière version stable 2022 (10.0.20348.380) ()[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Dernière version avancée VNext (10.0.22509.1000) ()[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.microsoft.com/windows-serverVoir et modifier les données sur Wikidata

Windows Server 2022 offre une sécurité multicouche avancée, des fonctionnalités hybrides uniques avec Azure et une plateforme d’application flexible.

Des fonctionnalités de base sécurisée pour aider à protéger les fonctionnalités du matériel, du firmware et du systèmes d’exploitation Windows Server contre les menaces de sécurité avancées.

Le serveur de base sécurisé s’appuie sur des technologies comme Windows Defender System Guard et la sécurité basée sur la virtualisation pour minimiser les risques liés aux vulnérabilités du firmware et aux programmes malveillants avancés.

La nouvelle version fournit également une connectivité sécurisée qui introduit plusieurs nouvelles fonctionnalités comme des connexions HTTPS chiffrées plus rapides et plus sécurisées, le chiffrement standard SMB AES 256 et bien plus encore.

Windows Server 2022 améliore la gestion de serveur hybride avec une gestion de machine virtuelle considérablement améliorée, un observateur d’événements amélioré et de nombreuses nouvelles fonctionnalités dans Windows Admin Center.

En outre, cette version inclut des améliorations importantes apportées aux conteneurs Windows, comme les tailles d’images plus petites pour un téléchargement plus rapide, la mise en œuvre simplifiée des stratégies de réseau et les outils de conteneurisation pour les applications .NET.


Nouveautés[modifier | modifier le code]

Windows Server 2022 propose plusieurs améliorations[3] concernant notamment :

  • la sécurité : le Serveur à noyau sécurisé, Racine de confiance matérielle (TPM 2.0), Protection des microprogrammes, Sécurité basée sur la virtualisation, Connectivité sécurisée (HTTPS et TLS 1.3 activés par défaut), DNS sécurisé (demandes de résolution de noms DNS chiffrées avec DNS-over-HTTPS), Server Message Block (SMB) (chiffrement SMB AES-256 pour les plus soucieux de la sécurité), SMB (contrôles de chiffrement SMB est-ouest pour les communications internes aux clusters), Chiffrement SMB Direct et RDMA, SMB sur QUIC
  • Serveurs Windows avec Azure Arc
  • Plateforme d’application
  • Virtualisation imbriquée pour les processeurs AMD
  • Améliorations des performances UDP, des performances TCP, apportées au commutateur virtuel Hyper-V
  • Service de migration de stockage, Vitesse de réparation du stockage réglable, Cache de bus de stockage avec espaces de stockage sur des serveurs autonomes
  • Compression SMB


Version d'évaluation[modifier | modifier le code]

Une version d'évaluation est accessible pour évaluation pendant 180 jours. [4]


Versions[modifier | modifier le code]

Les administrateurs ont le choix en 3 déclinaisons de l’OS :

  • Standard (Environnements physiques ou faiblement virtualisés)
  • DataCenter (Datacenters et environnements Cloud hautement virtualisés)
  • Essentiels (Petites entreprises avec jusqu’à 25 utilisateurs et 50 appareils).


Voir aussi[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]