Église Notre-Dame-des-Missions d'Épinay-sur-Seine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Notre-Dame.
Église Notre-Dame-des-Missions d'Épinay-sur-Seine
Epinay ND des Missions Panneaux de facade.JPG

Panneaux de façade de l'Église Notre-Dame-des-Missions d'Épinay-sur-Seine

Présentation
Type
Architecte
Statut patrimonial
Géographie
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
102 avenue JoffreVoir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Île-de-France
voir sur la carte d’Île-de-France
Red pog.svg

L'église Notre-Dame-des-Missions d'Épinay-sur-Seine se situe dans le département de la Seine-Saint-Denis, en région Île-de-France.

Description[modifier | modifier le code]

Elle était la chapelle des missions catholiques, édifiée par l'architecte de l'archevêché Paul Tournon, présentée à l'exposition coloniale de 1931 au bois de Vincennes « à la gloire de la conquête missionnaire de l'église catholique à travers les pays et les siècles ».

Elle présente une étonnante diversité de styles, avec une façade mi annamite, mi Art déco.

Carlo Sarrabezolles a pour sa part sculpté directement dans le béton en prise les six acrotères de la toiture et les quatre statues (représentant les quatre races) aux angles du clocher. Roger de Villiers a sculpté Notre-Dame des missions qui surmonte la façade[1],[2]. Les vitraux sont du maître-verrier Jean Hebert-Stevens (1888-1943)

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1932, à la suite d'une souscription nationale lancée par le maréchal Lyautey, le pavillon est reconstruit en béton armé (le pavillon d'origine étant en matériaux légers) à Épinay. Pour la façade, le maître-verrier Marguerite Huré utilise un nouveau procédé, la brique huré, brevetée en 1930. Les panneaux sont dessinés par Raymond Virac. Les vitraux, peintures et sculptures sont réalisés par des artistes des ateliers d'art sacré (fondés en 1919 par les peintres Maurice Denis et George Desvallières) sous la direction d'Henri de Maistre. Les Béatitudes de la nef sont de Raymond Delamarre, Prix de Rome en 1919.

Classée monument historique par arrêté du 14 juin 1994[3], Notre-Dame-des-Missions est considérée comme un chef-d’œuvre de l’art sacré du début du XXe siècle par l'emploi de béton armé habillé de l’apparat de la tradition exotique.

L'édifice fait l'objet d'un timbre noir, brun et bleu de 40,85 sur 30 mm dessiné et gravé par Christophe Laborde-Balen d'après des photos de l'association Les amis de Notre-Dame-des-Missions. D'une valeur faciale de 0,70 €, il est édité à 1 500 000 exemplaires et mis en vente le [4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Georges Monmarché, Paris et sa proche banlieue, Hachette, 1960, p. 473.
  2. Le patrimoine des communes de la Seine-Saint-Denis, Flohic, 1994, p. 134.
  3. « Notice no PA00079970 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. « Timbre de 2016 Église Notre-Dame-des-Missions Épinay-sur-Seine », philateliefrancaise.fr (consulté le 28 mars 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Louise Vinel et autres, Notre-Dame des Missions, Plaquette éditée par l'église Notre-Dame des Missions d'Épinay-sur-Seine,