République slovaque des conseils

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Slovaquie image illustrant le communisme
Cet article est une ébauche concernant la Slovaquie et le communisme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) ; pour plus d’indications, visitez le projet Slovaquie.

République slovaque des conseils
Slovenská republika rád

Juin – Juillet 1919

Drapeau
Drapeau de la République slovaque des conseils
Informations générales
Statut République des conseils
Régime communiste
Capitale Prešov
Langue slovaque
Histoire et événements
16 juin 1919 Proclamation
7 juillet 1919 Dissolution
Chef du conseil gouvernemental révolutionnaire
(1e) 1919 Antonín Janoušek

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La République slovaque des conseils — en slovaque, Slovenská republika rád, également traduit par République soviétique slovaque[1] — était un régime communiste proclamé dans le Sud-Est de l'actuelle Slovaquie entre le et le .

Histoire[modifier | modifier le code]

Proclamation de la République slovaque des conseils à Prešov.
Monument de la République slovaque des conseils à Prešov.

La défaite des Empires centraux lors de la Première Guerre Mondiale pousse à la chute de l'Empire Autriche-Hongrie. En décembre 1918, le royaume de Hongrie qui occupait toute le bassin du moyen-Danube est amputé à l’ouest du Burgenland qui se rattache à l’Autriche, au nord de la Haute-Hongrie qui rejoint la Tchécoslovaquie, à l’est de la Transylvanie qui rejoint la Roumanie, au sud de la Croatie et de la Voïvodine qui rejoignent l’État des Slovènes, Croates et Serbes. De leurs côtés, les populations hongroises de Roumanie et de Slovaquie se sont dotées de leurs propres organisations politiques qui participent à la vie politique de ces pays. Le gouvernement libéral en Hongrie est renversé et remplacé par un régime d'inspiration léniniste dirigé par Bela Kun, qui voulait restaurer les anciennes frontières du royaume de Hongrie.

Dans les premiers mois de son existence, la Tchécoslovaquie a du mal a asseoir sa souveraineté, car la République démocratique hongroise refuse de lui céder le territoire de Haute-Hongrie, qui correspond à la Slovaquie. Des troupes hongroises restent stationnées en Slovaquie et empêchent les agents du nouvel État tchécoslovaque de prendre leurs fonctions. En mai 1919, la république des conseils de Hongrie inflige aux troupes tchécoslovaques une défaite qui permet la constitution de la République slovaque des conseils sur le territoire de la Slovaquie. Ce nouveau gouvernement prend au cours de sa courte existence une série de mesures comme l'abolition de l'argent (remplacé par un système de bons), la prohibition de l'alcool et l'expropriation des grands groupes capitalistes[2]. Ce régime prend fin avec la défaite de la république des conseils de Hongrie dans la guerre hungaro-roumaine de 1919, la République slovaque des conseils étant le troisième régime communiste de l'histoire après la Russie des Soviets et la Hongrie qui le soutenaient. La première république tchécoslovaque peut dès lors contrôler tout son territoire.

Le traité de Versailles et le Traité de Saint-Germain-en-Laye achèvent de fixer les frontières tchécoslovaques. Les premières élections se déroulent le et, jusqu'à l'annexion allemande de 1938-1939, les populations de la République tchécoslovaque seront invitées à participer aux différents scrutins en respectant le calendrier prévu par la Constitution.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Miklós Molnar, Histoire de la Hongrie, Hatier, 1996, p. 337
  2. Hannes Hofbauer, David X. Noack: Slowakei: Der mühsame Weg nach Westen, Promedia, Wien 2012, S. 40/41. (ISBN 978-3-85371-349-5).

Voir aussi[modifier | modifier le code]