Communisme chrétien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Logo du communisme chrétien.

Le communisme chrétien est un courant politique cherchant à concilier le message des évangiles avec les idées du communisme. S’il n’existe aucune date précise du début de ce mouvement, nombreux sont les communistes chrétiens à le faire remonter aux pratiques des premiers croyants, voire des apôtres eux mêmes. Certains socialistes athées, dont Karl Kautsky, ont argué que Jésus lui même aurait formulé des principes d'égalité sociale et de révolution politique, faisant de lui un des premiers communistes utopiques de l’histoire. Karl Marx présentera ce lien pour justifier, par analogie à l’abandon absolu que fait le chrétien au nom de Jésus, celui que le socialiste doit faire au nom de l’État[Information douteuse].

Histoire[modifier | modifier le code]

Chine[modifier | modifier le code]

D’après le parti communiste chinois, le Royaume céleste de la grande paix, État rebelle né d’une guerre civile était proche, voire absolument intégré dans les idées communistes tout en étant dirigée par Soong Ching-Ling, un chrétien pratiquant espérant mettre en place son royaume théocratique.[incompréhensible]

Sources bibliques[modifier | modifier le code]

Généralement, les communistes chrétiens citent les chapitres 2 et 4 du Livre des Actes des Apôtres comme preuve de l’existence d’une société communiste à l’heure des premiers chrétiens.

Actes des Apôtres 2, 44-46 :

« Tous les croyants sont unis et ils mettent en commun tout ce qu’ils ont. Ils vendent leurs propriétés et leurs objets de valeur, ils partagent l’argent entre tous, et chacun reçoit ce qui lui est nécessaire. Chaque jour, d’un seul cœur, il se réunissent fidèlement dans le temple. Ils partagent le pain dans leurs maisons, ils mangent leur nourriture avec joie et avec un cœur simple. »

Dans ce verset, une analogie est à faire avec les textes de Karl Marx. Selon lui, la société communiste sera une société qui passera de « chacun selon ses capacités » à « chacun selon ses besoins ». Dans le verset, il est écrit « et chacun reçoit ce qui lui est nécessaire ». Les deux formules sont proches.

Également, Actes des Apôtres 4, 32-37 :

« Personne ne dit : "Cela, c’est à moi !", mais ils mettent tout en commun. […] Parmi eux, personne ne manque de rien. En effet, tous ceux qui ont des champs ou des maisons les vendent, ils apportent l’argent de ce qu’ils ont vendu et ils le donnent aux apôtres. Ensuite on distribue l’argent, et chacun reçoit ce qui lui est nécessaire. Il y a ainsi un certain Joseph, un lévite né à Chypre. Les apôtres l’appellent Barnabas, ce qui veut dire "l’homme qui encourage". Il a un champ, il le vend, il apporte l’argent et le donne aux apôtres. »

Toutefois, dans l’évangile de Luc (que les experts attribuent au même auteur que le livre des Actes), on trouve des passages régulièrement présentés. Ainsi, dans Luc 12:33, Jésus incite à vendre toute possession :

« Vendez ce que vous avez, et donnez-le en aumône. Faites vous des bourses qui ne s’usent pas, un trésor inépuisable dans les cieux, où le voleur n’approche pas et la teigne ne détruit point. »

Dans Luc 14:33, Jésus réaffirme :

« Ainsi donc, quiconque d’entre vous ne renonce pas à tout ce qu’il possède ne peut être mon disciple. »

Encore ailleurs, il existe des passages comme Matthieu 6:24 qui affirment que :

« Nul ne peut servir deux maîtres: car ou il haïra l’un et aimera l’autre, ou il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et la Richesse. »

Plusieurs auteurs dont Thomas Wharton Collens, José Porfirio Miranda et José Miguez Bonino, décrivent la société chrétienne primitive comme fonctionnant sur la propriété commune. Toutefois, les chrétiens communistes ne font pas reposer leurs thèses que sur les pratiques des chrétiens des premiers jours. Le centre de leur discours demeure en l’opposition entre capitalisme actuel, et message d’amour donné par le Christ. « Car la racine de tous les maux, c’est l’amour de l’argent, et certains, dans cette convoitise se sont égarés loin de la foi et se sont transpercés eux-mêmes de beaucoup de tourments. Pour toi homme de Dieu, fuis cela; recherche au contraire la justice, la piété, la foi, la charité, la patience, la douceur » (1 Timothée 6:10-11), le message des évangiles serait donc par nature anticapitaliste.

Communautés connues[modifier | modifier le code]

  • Aaronic Order
  • Bruderhof
  • Church of Bible Understanding
  • Church of Jesus Christ (Cutlerite)
  • Evangelical Association of the Israelite Mission of the New Universal Covenant
  • Gloriavale Christian Community
  • Hutterites
  • Jesus Christians
  • Jesus People USA
  • Koinonia Partners
  • Padanaram Settlement
  • Reba Place Fellowship
  • Shakers
  • Sojourners Community
  • Twelve Tribes communities
  • Adonai-Shomo
  • Amana Colonies
  • Anabaptistes disciples de Thomas Müntzer
  • Aurora Colony
  • Batenburgers
  • Bêcheux
  • Dulciniens
  • Jesus Army
  • Labadists
  • Levellers
  • Harmony Society
  • Oneida Community
  • Peoples Temple
  • Society of Separatists of Zoar
  • United Order Family of Christ
  • Vaudois
  • Zwijndrechtse Nieuwlichters

Critiques au sujet de l'association du christianisme et du communisme[modifier | modifier le code]

Catholicisme[modifier | modifier le code]

Le pape Pie XI a condamné sans appel le communisme et le socialisme dans les encycliques Divini Redemptoris et Quadragesimo Anno. Pie IX avait dénoncé le communisme dès 1864 dans Quanta Cura. En juillet 1949, le Saint-Office excommunie globalement les communistes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Camille Mordelych, Le Christ contre l'Avoir, ce que le socialisme doit au christianisme des origines, édition le livre Noir 2020

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]