République houtsoule

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
République houtsoule
Гуцульська республіка

9 janvier 1919 – 11 juin 1919

Drapeau
Description de cette image, également commentée ci-après
Territoire approximatif de la République houtsoule en vert et rose en 1919 (carte du haut), l'oblast de Transcarpatie représenté en rose au sein de l'Ukraine (carte du bas).
Description de l'image Map of Ukraine political simple Oblast Transkarpatien.png.
Informations générales
Statut République
Capitale Yasinia (en)
Langue ukrainien

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La République houtsoule (en ukrainien « Гуцульська республіка », Houtsoulska respublika ) est une éphémère république ukrainienne formée dans l'actuel oblast de Transcarpatie en 1919.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire ancienne de la Ruthénie subcarpathique est celle de la Marmatie et du Royaume de Hongrie.

À partir de 1699, c'est celle de l'Empire d'Autriche, et à partir de 1867, celle de l'Autriche-Hongrie.

Indépendance[modifier | modifier le code]

À la fin de la Première Guerre mondiale, elle était censée regrouper l'ensemble des régions de langue ukrainienne de la Hongrie austro-hongroise, après l'échec du plan d'unification avec la République populaire d'Ukraine occidentale. Proclamée le 9 janvier 1919 par le président Grigor Zatkovitch, elle est dirigée par le général Stepan Klotchourak, bientôt élu Premier ministre. Ce dernier parvient à organiser une petite armée, composée d'environ 1 000 soldats, recrutés parmi la population locale.

Le 11 juin 1919 cependant, la République houtsoule est envahie par les troupes hongroises de Béla Kun, et ne retrouvera pas son indépendance, car elle est libérée début juillet par la Tchécoslovaquie, à laquelle elle est rattachée.

Seconde tentative : la République carpato-ukrainienne de 1939[modifier | modifier le code]

La Tchécoslovaquie de 1919 à 1938, avec la Transcarpatie à l'extrémité orientale.

Le 15 mars 1939, lors du démantèlement de la Tchécoslovaquie, l'histoire se répète : un État ukrainien, la République carpato-ukrainienne, est à nouveau proclamé en Ruthénie, mais il est envahi le lendemain par la Hongrie de l'amiral Horthy. À l’issue de la seconde Guerre mondiale, le traité soviéto-tchécoslovaque du 29 juin 1945 (« Traité au sujet de l’Ukraine subcarpatique » et « Protocole annexé au traité conclu entre l’URSS et la République tchécoslovaque au sujet de l’Ukraine subcarpatique »), force la Tchécoslovaquie à céder la Ruthénie subcarpatique à l’Union soviétique. La population locale n’est pas consultée, l’URSS affirmant qu’une « libération du peuple ruthène travailleur, des chaînes du régime capitaliste » (qui était encore celui de la Tchécoslovaquie à ce moment) et la « réunion de tout le peuple ukrainien au sein de l’Ukraine soviétique » ne pouvaient susciter qu’une joie unanime, dont les manifestations sont aussitôt organisées à Oujhorod. Le 10 février 1947, le traité de Paris annule officiellement le Premier arbitrage de Vienne qui avait attribué ce territoire à la Hongrie, et entérine l’annexion soviétique du 29 juin 1945. Depuis, la Ruthénie forme l’oblast de Transcarpatie, faisant, depuis la dislocation de l'URSS en 1991, partie de l’Ukraine indépendante.

Article connexe[modifier | modifier le code]