Province d'Entre Ríos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Entre Rios.
Province d'Entre Ríos
Provincia de Entre Ríos
Blason de Province d'Entre Ríos
Héraldique
Drapeau de Province d'Entre Ríos
Drapeau
Localisation de la province d'Entre Ríos
Localisation de la province d'Entre Ríos
Administration
Pays Drapeau de l'Argentine Argentine
Capitale Paraná
Gouverneur Gustavo Bordet (FPV-PJ)
ISO 3166-2 AR-E
Démographie
Gentilé Entrerriano/a
Population 1 236 300 hab. (2010)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Superficie 78 781 km2
Liens
Site web http://www.entrerios.gov.ar

La province d'Entre Ríos est une subdivision de l'Argentine située au nord de la province de Buenos Aires, au sud de la province de Corrientes, à l'est de la province de Santa Fe et à l'ouest de l'Uruguay.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant l'arrivée des Espagnols, le territoire était peuplé de diverses ethnies et tribus, principalement les Chanas, les Guaranís et les Charrúas. Ces peuples étaient avant tout nomades (à l'exception des Guaranís). Leurs activités étaient la chasse, la pêche et la cueillette. Seuls les Guaranís pratiquaient une agriculture rudimentaire.

Le premier Européen à explorer le territoire fut un certain Rodríguez Serrano qui, en 1520, navigua sur le Río Uruguay à la recherche d'un passage vers l'océan Pacifique. En 1528, Juan Álvarez y Ramón fit le même parcours atteignant le site de l'actuelle ville de Concordia.

Les premiers colons s'établirent dans l'actuel département de La Paz sur les bords du Paraná à la fin du XVIe siècle. Hernandarias, en tant que gouverneur d'Asuncion puis de Buenos Aires, conduisit des expéditions sur le sol de la province.

Au milieu du XVIIe siècle, un groupe d'habitants de Santa Fe s'établit sur les berges du Paraná. Ainsi commença à se construire la capitale provinciale. On assista alors également au peuplement des localités qui allaient devenir les villes de Nogoyá, Victoria, Gualeguay, Gualeguaychú, Concepción del Uruguay et Concordia.

En 1776, la vice-royauté du Río de la Plata fut fondée. Le territoire d'Entre Ríos y fut incorporé comme partie de l'Intendance de Buenos Aires.

Justo José de Urquiza, qui établit la capitale de la Confédération argentine à Paraná en 1854.

En 1783, le vice-roi Juan José de Vértiz y Salcedo, inquiet de la proximité des Portugais dans la région, envoya Tomás de Rocamora explorer le territoire. Celui-ci se chargea de fonder de manière correcte les villes de Gualeguay, Gualeguaychú et Concepción del Uruguay. Ce fut aussi le premier à utiliser le terme de « Entre Ríos ». Entre Rios appartenait à l'Uruguay et fut protégé par Artigas. Lors de la révolution de mai, les populations de la province adhérèrent au processus d'émancipation. Lors de la campagne du Paraguay, Paraná hébergea les campements des troupes du général Manuel Belgrano.

Image satellite montrant les inondations de mai 2003 : les parties sombres sont les surfaces inondées.

Le , le gouverneur Francisco Ramírez proclama la República de Entre Ríos, dans le cadre des autonomies provinciales. Cette situation perdura jusqu'à sa mort, le .

Quand Buenos Aires se sépara du reste de l'Argentine en tant qu'État indépendant, en 1854 Justo José de Urquiza fixa la capitale de la Confédération argentine à Paraná, transférant la capitale provinciale à Concepción del Uruguay. La ville resta capitale jusqu'en décembre 1861, et Buenos Aires lui succéda dès 1862.

Géographie[modifier | modifier le code]

La province d'Entre Ríos forme, avec celles de Misiones et Corrientes, la région de Mésopotamie. Elle a un relief plat avec de douces ondulations appelées lomadas ou collines : Lomada Grande (à l'est) et Lomada de Montiel (à l'ouest). Sa végétation est avant tout formée de ce qu'on appelle le Monte espinal:

Ce sont des formations végétales qui ont comme caractéristique principale d'être très touffues, ce qui rend difficile le passage de l'homme monté à cheval ou à bord d'une automobile. Il y a des montes dans le centre et le nord-ouest de la province. Les espèces qui les forment sont le ñandubay, le prosopis alba ou algarrobo, l'espinillo, le Geoffroea decorticans ou chañar, le micocoulier celtis tala ou spinosa, le schinus molle ou molle, le lapacho ou tabebuia et l'enterolobium contortisiliquum ou timbó.

On y trouve aussi des forêts galeries le long des cours d'eau.

Réseau routier - Voies d'accès[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
Pont Zárate-Brazo Largo. Dominant le Paraná du haut de ses 50 mètres, il relie le rio de la Plata avec le grand sud brésilien, matérialisant ainsi une zone économique de plus de 120 millions d'âmes.

Le passage vers la Province de Corrientes se fait grâce aux routes nationales 12 et 14, allant toutes deux plus ou moins parallèlement du sud au nord. Vers le sud, c'est par la nationale 12 que l'on arrive au Pont Zárate-Brazo Largo, face à la capitale fédérale, Buenos Aires.

Depuis la création du Mercosur et le développement du commerce vers le Pacifique et la Chine, le trafic routier s'accroît énormément dans la province qui est située au cœur du "Cône Sud". La Route nationale 14 sert de corridor pour poids-lourds au sein du Mercosur. Le Pont international (en province de Corrientes, un peu au nord de la limite provinciale) entre Paso de los Libres et Uruguayana, est un passage frontalier à très gros trafic. Ce pont sur le fleuve Uruguay constitue une grande porte vers le Brésil voisin.

La RN 14 et la RN 12 sont reliées entre elles par la Route nationale 18, allant de Concordia au niveau de la route nationale 14 (km 240) à Paraná au niveau de la route nationale 12. Cette route allant d'est en ouest se prolonge par la Route nationale 19, puis la Route nationale 20, en direction de Córdoba, puis de San Juan, au pied des Andes et à proximité du Chili.

Villes principales[modifier | modifier le code]

Les chiffres de population sont ceux du recensement de 2001 fournis par l'INDEC.

  • Paraná (237 968) : la capitale de la province, installée dans un site superbe, dominant de quelque 50 mètres le grand fleuve Paraná est riche de souvenirs historiques et de sites superbes. Le tunnel routier sous-fluvial qui la relie à sa voisine Santa Fe sera bientôt complété par un tunnel ferroviaire qui permettra de faire face à l'accroissement des échanges argentino-brésiliens.
  • Concordia (141 971 habitants)
  • Gualeguaychú (76 220)
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Divisions administratives[modifier | modifier le code]

Depuis la création du département de San Salvador, la province est divisée en dix-sept départements :

Divisions administratives de la province d'Entre Ríos et sa capitale.
Département Superficie
en km2
Population
en 2001
Population
en 2010
Chef-lieu
Colón 2 893 52 718 62 160 Colón
Concordia 3 357 157 291 170 033 Concordia
Diamante 2 774 44 095 46 361 Diamante
Federación 3 760 60 204 68 736 Federación
Federal 5 060 25 055 25 863 Federal
Gualeguay 7 178 48 147 51 883 Gualeguay
Gualeguaychú 7 086 101 350 109 461 Gualeguaychú
Islas del Ibicuy 4 500 11 498 12 077 Villa Paranacito
La Paz 6 500 66 158 66 903 La Paz
Nogoyá 4 282 38 840 39 026 Nogoyá
Paraná 4 974 319 614 339 930 Paraná
San José de Feliciano 3 143 14 584 15 079 San José de Feliciano
San Salvador 1 275 16 118 17 357 San Salvador
Tala 2 663 25 892 25 665 Rosario del Tala
Uruguay 5 855 94 070 100 728 Concepción del Uruguay
Victoria 6 822 34 097 35 767 Victoria
Villaguay 6 654 48 416 48 965 Villaguay
Total province 78 781 1 173 533 1 236 300 Paraná

La Région Centre[modifier | modifier le code]

Carte de la Región Centro.

Les provinces de Córdoba et de Santa Fe ont signé le 15 aoùt 1998 le Traité d'Intégration Régionale entre les Provinces de Córdoba et de Santa Fe "afin de promouvoir le développement économique et social, en vertu de ce qui est établi dans l'Article 124 de la Constitution Nationale, et le développement humain, la santé, l'éducation, la science, la connaissance et la culture..."

Le 6 avril de l'année 1999 a été signé l' Acte d'Intégration de la Province d'Entre Ríos au Traité d'Intégration Régionale, ce qui a configuré la Région Centre définitive.

Les organes régionaux sont :

La Junta de Gobernadores (Junte des Gouverneurs) : Organe Supérieur de la Région Centre comprenant les premiers mandataires des provinces membres.

Le Comité Ejecutivo (Comité Exécutif) : Il est l'organe de la Région Centre chargé d'implémenter et d'exécuter les politiques régionales décidées par la Junte des Gouverneurs.

Le Secretaría Administrativa: Est un organe de coordination technico-administratif de la Région Centre, chargé d'administrer et d'organiser le processus d'intégration régionale, d'exécuter les activités ordonnées par la Junte des Gouverneurs et le Comité Exécutif, veiller à l'accomplissement des accords conclus dans le cadre des traités fondamentaux signés, et ce avec l'assistance éventuelle technique et logistique des autres organes de la Région Centre.

La Comisión Parlamentaria Conjunta: En son sein délibèrent quatre commissions internes permanentes: la Commission de l'Economie et de la Production, la Commission de l'Infrastructure et des Services, la Commission de Législation Générale et la Commission des Affaires Institutionnelles et des Municipes et Communes.

Démographie[modifier | modifier le code]

Depuis 1895, la population de la province a évolué comme suit :

1895 1914 1947 1960 1970 1980 1991 2001 2010
Province
d'Entre Ríos
292 019 425 373 787 362 805 357 811 691 908 313 1 020 257 1 173 533 1 236 300
Total Argentine 4 044 911 7 903 662 15 893 811 20 013 793 23 364 431 27 949 480 32 615 528 37 156 195 40 091 359

En 2003, l'Institut argentin des statistiques et des recensements (INDEC) estimait la population à 1 220 123 habitants[1]. Toujours selon l'INDEC, elle s'élevait à 1 242 547 habitants en juin 2007.

Tout au long du XXe siècle, la croissance démographique a été constante, mais nettement inférieure à celle de l'ensemble du pays. En 1895, le territoire — grand comme un septième du territoire de la France métropolitaine — comptait 292 019 habitants. De 1895 à 1991, la population de la province a crû de quelque 250 %, alors que l'ensemble de l'Argentine progressait de plus de 700 %.

Plus récemment cependant, on remarque que depuis 1991, le dynamisme démographique s'est accéléré, si bien que la population de la province augmente plus rapidement que celle de l'ensemble du pays.

Enfin la natalité observée dans la province (23 661 naissances en 2000, et 23 475 en 2004, soit un taux de 19,5 pour mille) laisse entrevoir, sauf imprévus démographique ou économique, une poursuite d'une croissance démographique solide dans les prochaines décennies.

Article détaillé : Démographie de l'Argentine.

Les projections de population effectuées par l'INDEC prévoient une population de 1 268 979 habitants en 2009 et 1 345 355 en 2015, soit un accroissement de plus de 12 500 personnes annuellement. La province continuerait donc ainsi sa progression à un rythme un peu inférieur à 1 % par an[2],[3] .

Climat[modifier | modifier le code]

Climogramme de Paraná.
Relevé météorologique de Paraná
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température moyenne (°C) 25 23,8 21,4 17,7 14,8 11,6 11,5 12,6 14,8 18 20,9 23,5 18
Précipitations (mm) 126,3 127 155,9 101,6 51,6 34 33,6 35,6 69,1 106,4 115,1 112,9 1 069,1
Source : Température et précipitations (1961 - 1990)[4],[5]

Les climats caractéristiques sont le climat subtropical sans saison sèche, au nord, et le climat tempéré pampéen au sud.

La province connaît des vents venus de l'océan Atlantique, outre des vents locaux comme le pampero, la sudestada et le vent du nord.

Elle a des précipitations abondantes, avec une moyenne d'au moins 900 mm annuellement. La température moyenne en été est de 20 °C, de novembre à mars. En hiver, la température est de 10 à 13 °C.

Ressources hydriques[modifier | modifier le code]

Le nom de la province reflète le fait que ses limites sont marquées par des cours d'eau, importants en l'occurrence:

Vers le sud se trouve le Delta du Paraná avec des terrains bas et de nombreuses îles.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Flore et faune[modifier | modifier le code]

La flore[modifier | modifier le code]

La végétation de la province est constituée de futaies dans les zones centrales et nord-orientales. Ces forêts sont constituées entre autres espèces par le ñandubay (prosopis affinis), l'algarrobo blanco (prosopis alba), l'espinillo (prosopis denudans), le chañar (geoffroea decorticans), le tala (celtis ehrenbergiana), le faux-poivrier (schinus molle), le lapacho (tabebuia impetiginosa) et le timbó (enterolobium contortisiliquum).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Dans le delta du Paraná se trouvent d'autres types de forêts appelées ici « Montes Blancos », formées d'autres espèces forestières comme le saule créole (salix humboldtiana), le saule colorado ou saule de la côte, le peuplier créole, ceux de Caroline et du Canada, le ceibo (erythrina crista-galli), le curupí (sapium haematospermum), le canelón (rapanea lorentziana), le laurel créole (ocotea acutifolia), l'inga (inga uruguaiensis), le palo amarillo (terminalia australis) et le faux alisier (tessaria integrifolia).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Aux environs de Colón et Concordia croissent les fort beaux palmiers appelés yatay (butia yatay).
Les rivières et lagunes disposent d'une flore aquatique comme l'irupé (victoria cruziana), le repollito, le camalote ou jacinthe d'eau (eichhornia crassipes) et l'achira ou conflore (canna indica) [6] .

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La faune[modifier | modifier le code]

La faune de l'Entre Ríos est variée et très riche, bénéficiant de la bonne protection naturelle assurée par les imposants cours d'eau qui l'entourent sur trois côtés et rendent plus difficile les déprédations causées par chasseurs et braconniers venus surtout des grandes villes de l'extérieur. Une autre protection est offerte par les limitations établies par les lois provinciales, tant à la pêche qu'à la chasse.

Mammifères[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les principaux mammifères autochtones sont le capybara (appelé ici carpincho) (Hydrochaeris hydrochaeris), le furet, le renard d'Aszara, le daguet gris (guazuncho), le laucha (es:Calomys laucha), le tatou à neuf bandes, le grand tatou velu ainsi que le grison galictis cuja. On remarque aussi le renard des savannes (ou renard crabier ou zorro de monte) (Cerdocyon thous), l'aguará guazú ou loup à crinière (Chrysocyon brachyurus ), la mouffette chinga (Conepatus chinga), la loutre à longue queue (Lontra longicaudis) et le renard gris de la pampa (Lycalopex gymnocercus).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

On peut voir en outre le tatou hybride (Dasypus hybridus), le tatou à six bandes (Euphractus sexcinctus), le molosse du Brésil (Tadarida brasiliensis), le colocolo (Oncifelis colocolo), le chat de Geoffroy (Leopardus geoffroyi), le petit grison (Galictis cuja), le petit rongeur appelé localement rata conejo (Reithrodon auritus), le ragondin (Myocastor coypus), le raton crabier (Procyon cancrivorus) et la viscache appelée parfois lièvre des pampas (Lagostomus maximus).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Parmi les Chiroptères on doit noter la présence du Vampire commun (Desmodus rotundus]]), du grand Noctilion (Noctilio leporinus), de la chauve-souris rousse de l'Ouest (Lasiurus blossevillii) et de la chauve-souris cendrée (Lasiurus cinereus).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Reptiles[modifier | modifier le code]

On trouve des reptiles, et tout d'abord les caimans yacare (yacaré negro), également plusieurs espèces de serpents. Parmi ceux-ci, il faut noter le redoutable yarará grande (víbora de la cruz), le yarará ñata (yarará camuse), le serpent à sonnette cascabelle (crotalus durissus terrificus), et le serpent de corail (micrurus fulvius, en plus de l'anaconda curiyú (eunectes notaeus). On y trouve aussi des iguanes et des lézards ; parmi ceux-ci le tégu noir et blanc (Salvator merianae) et le tégu commun (Tupinambis teguixin).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Poissons[modifier | modifier le code]

Parmi les plus de 240 espèces de poissons il faut citer : l'armado (Platydoras costatus) (un poisson-chat), le surubí tigré ou commun (Pseudoplatystoma corruscans) et le surubí réticulé (Pseudoplatystoma reticulatum), le patí (Luciopimelodus pati), le dorado (Salminus brasiliensis), le sábalo (Prochilodus lineatus), le manduví (Ageneiosus valenciennesi), l'anamengüí, le boga (Leporinus obtusidens), le pacú (Piaractus mesopotamicus) et le dientudo (Paratrygon motoro) [7],[8]. Il faut ajouter le poisson géant manguruyú (zungaro zungaro) qui peut atteindre 100 kilos et qui fréquente les eaux du Paraná, ainsi que l'agressif tararira (Hoplias malabaricus), véritable « guerrier des lagunes » que l'on trouve dans le delta du fleuve.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

En outre on trouve parmi les principaux poissons, la manduvá (Ageneiosus inermis ou Ageneiosus marmoratus), le bagre sapo (Rhamdia quelen), le bagre hocicón (Auchenipterus osteomystax), le bagre blanc (Pimelodus albicans), le bagre jaune (Pimelodus maculatus), le salmón de río ou pirá pytá (Brycon orbygnianus), l'anguille picuda (Rhamphichthys rostratus).

Dans ces eaux, on trouve aussi la chafalote ou machete (Rhaphiodon vulpinus), la raie d'eau douce (Potamotrygon motoro), la mojarrita (Eucinostomus), le pejerrey (Odontesthes bonariensis), le piraña (ou palometa) (Serrasalmus marginatus), l'armado (Platydoras costatus), la manduvá (Ageneiosus brevifilis), le silure-spatule (Sorubim lima), un autre manguruyú (Paulicea lutkeni), l'armado commun (Pterodoras granulosus).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Oiseaux[modifier | modifier le code]

Comme partout en Argentine, les espèces d'oiseaux sont nombreuses et variées. Il faut citer le nandou (Rhea americana), la pénélope yacouhou (Penelope obscura), le synallaxe de Hudson (Asthenes hudsoni), le yetapá à collier (Alectrurus risora), le commandeur huppé (Gubernatrix cristata), le sporophile des marais (Sporophila palustris), le sporophile cannelle (Sporophila cinnamomea), le capuchino garganta negra (Sporophila ruficollis), le donacospize des marais (Donacospiza albifrons), le federal (Amblyramphus holosericeus), le faucon pèlerin (Falco peregrinus), le cacholote castaño (Pseudoseisura lophotes), l'urraca de cresta alborotada (Cyanocorax chrysops), le chorlito de collar (Charadrius collaris), le pic tijera (Rynchops niger), le sterne Sterna superciliaris et le Phaetusa simplex.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les oiseaux aquatiques se rencontrent dans les lacs, lagunes et nombreux cours d'eau de la province. On trouve des grues, des cigognes, des hérons, des aigrettes, des ibis mandore, des courlans bruns et des spatules, ainsi que des palmipèdes, canards, goélands et cygnes. Parmi les oiseaux les plus communs, il faut citer le pirincho, le canard musqué (Cairina moschata), l'urutaú, plusieurs espèces de cardinaux dont le rey del bosque ou saltator à bec orange, le martin-pêcheur d'Amazonie, le martin-pêcheur vert et le cormoran vigua.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Aires naturelles protégées[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Barrage de Salto Grande à la frontière urugayo-argentine.

Comme bien des provinces argentines c'est l'industrie agro-alimentaire qui prédomine :

  • Activités d'élevage: il y a une nette prédominance du secteur bovin et des volailles. Dans une moindre mesure l'élevage des ovins existe aussi.
  • Activité industrielle: l'industrie a un lien étroit avec les secteurs agricole et d'élevage, avec l'élaboration d'aliments et de boissons. Il existe aussi des industries en relation avec le bois, les produits chimiques, la métallurgie et la production de machines.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Les destinations touristiques sont nombreuses dans cette province qui possède à la fois des trésors historiques et des sites souvent splendides.

Tourisme culturel[modifier | modifier le code]

  • Paraná, la capitale de la province, est superbement installée sur la rive gauche surélevée du grand fleuve Paraná. La ville est riche de bâtiments historiques. Son Parque de la Costa, à 5 km de la ville, est un milieu complètement naturel, avec des sentiers qui pénêtrent dans l'épaisseur de la forêt sauvage (tourisme écologique à portée de main).
  • Concordia
  • Gualeguaychú possède entre autres la fort belle cathédrale San José.
  • Victoria : la ville possède une belle cathédrale de la fin du XIXe siècle ainsi qu'une très belle abbaye bénédictine.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
Le soir dans le parc national El Palmar.
Hôtellerie Rose Marie sur l'Arroyo Martínez à Villa Paranacito dans le Delta du Paraná.

Autres centres touristiques[modifier | modifier le code]

  • Le parc national El Palmar dans le Département de Colón s'étend sur 82 km2.
  • Le parc national Predelta dans le Département de Diamante, à 50 km au sud de la ville de Paraná, 100 km au nord de Rosario, et donc plus ou moins 400 km de Buenos Aires (2458 hectares).
  • La Reserva Íctica Provincial Curuzú Chalí (réserve de pêche), à La Paz, un delta intérieur du Paraná de 14 000 hectares comportant une grande quantité de petites îles.

Personnalités liées à la province[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]