Province de La Rioja (Argentine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Rioja (homonymie).
Province de La Rioja
Provincia de La Rioja
Blason de Province de La Rioja
Héraldique
Drapeau de Province de La Rioja
Drapeau
Localisation de la province de La Rioja
Localisation de la province de La Rioja
Administration
Pays Drapeau de l'Argentine Argentine
Capitale La Rioja
Gouverneur Luis Beder Herrera (FPV-PJ)
ISO 3166-2 AR-F
Démographie
Gentilé Riojano/a
Population 331 847 hab. (2010)
Densité 3,7 hab./km2
Géographie
Superficie 89 680 km2
Liens
Site web http://www.larioja.gov.ar

La province de La Rioja est une subdivision de l'Argentine située au nord-ouest du pays. Elle est limitée au nord-ouest par le Chili, à l'ouest par la province de San Juan, au sud par la province de San Luis à l'est par la province de Córdoba et au nord par la province de Catamarca.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les indiens diaguitas habitaient le territoire de la province à l'arrivée des conquistadors espagnols.

Après la création de la Vice-royauté du Pérou le territoire fut intégré dans la Gobernación del Tucumán.

Le 20 mai 1591, Juan Ramírez de Velasco, dans le but d'établir une base solide pour combatre les indigènes, fonda «La Rioja, Ciudad de todos los Santos de la Nueva Rioja».

En 1630 se produisit un soulèvement des indigènes diaguitas qui fut écrasé par le gouverneur Felipe de Albornoz.

En 1776 le Tucumán fut inclus dans la nouvelle Vice-royauté du Río de la Plata. Mais l'actuelle province de La Rioja resta au sein de l' Intendencia de San Miguel de Tucumán. Celle-ci fut supprimée en 1783, et les espagnols créèrent l' Intendencia de Córdoba del Tucumán qui incluait les provinces actuelles de Córdoba, San Luis, Mendoza, San Juan, La Rioja et une petite partie de la province actuelle de Santa Fe.

Un recensement ordonné en 1805 par le vice-roi Rafael de Sobremonte donna le chiffre de 9.887 habitants sur le territoire actuel de la province.

Géographie[modifier | modifier le code]

La province de La Rioja est située au centre-ouest du pays, dans la région dite des Sierras pampéennes. Au nord-est, à la limite de la province de Catamarca, se trouve le volcan Monte Pissis, haut de 6 795 m, sommet le plus élevé de la province, et le troisième plus élevé du continent.

On distingue trois zones géographiques différentes :

  1. À l'ouest, la Cordillère des Andes, dont les plus hauts sommets sont les volcans Monte Pissis, Cerro Bonete Chico (de 6 759 m) - quatrième plus haut sommet du continent américain (après l'Aconcagua, l'Ojos del Salado et le Monte Pissis) et troisième plus haut volcan du monde -, le Veladero (6 536 m), et le Cerro El Potro (de 5 879 m).
  2. Un peu plus à l'est et parallèle à la précédente, se trouve la précordillère.
  3. À l'est de la province se dressent des chaines de montagne dites mineures mais parfois impressionnantes, comme celles de Famatina, de Velasco, de los Llanos, de Malanzán, de Chepes ou de las Minas. À noter que dans la Sierra de Famatina, le point culminant (Cerro General Belgrano) atteint 6 250 mètres.

Entre les Sierras de Famatina (à l'ouest) et de Velasco (à l'est), s'étend une vaste vallée longue de 200 km, orientée nord-sud, appelée Valle Antinaco-Los Colorados et centrée sur Chilecito, seconde ville de la province[1]. Au centre de cette large vallée déséchée, coule le río Mayuyana, rivière pérenne née de la fonte des glaciers et dotée de nombreux petits affluents.

Les pics les plus importants de la Sierra de Famatina sont le Cerro General Belgrano encore appelé Nevado de Famatina (6 250 m), le Negro Overo (6 050 m), l'Alto Blanco (5 510 m) et l'Indarguasy (5 392 m).

Du côté oriental de la Valle Antinaco-Los Colorados, l'altitude maximale de la Sierra de Velasco est atteinte au Pico El Cotao haut de 4 275 mètres (ce qui est bien plus élevé que les Pyrénées par exemple).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voies d'accès[modifier | modifier le code]

Voie routière[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
Patquía et les localités les plus proches.

La province est traversée dans sa partie orientale, du sud au nord, par la route nationale 38 qui relie Córdoba à Tucumán, via les villes de La Rioja et de Catamarca. A l'ouest, au pied des Andes, la route nationale 40 suit un trajet plus ou moins parallèle du sud au nord. Les deux grandes routes sont reliées par la route nationale 74 qui va de Patquia (RN 38) à Chilecito (RN 40).

Au nord-est de la province, la route nationale 60 venue de la province de Córdoba, croise les deux grandes voies nord-sud (RN 38 et RN 40) au niveau de la frontière avec la province de Catamarca, puis longeant cette frontière en direction du nord-ouest et, empruntant la superbe vallée du río Abaucán, traverse les Andes et aboutit au Chili voisin pour se terminer plus loin sur la côte de l'océan Pacifique.

Enfin, au départ de Patquia, on peut emprunter vers l'ouest la route nationale 150 puis la route nationale 76 pour accéder d'abord au Parc national Talampaya puis à la Réserve provinciale Laguna Brava, les deux "écosites" les plus connus de la province.

Le réseau routier de la province est construit de telle manière que depuis Patquia sur la RN 38, important noeud routier, on a accès à quasi toutes les zones d'intérêt touristique de la province.

Voie aérienne[modifier | modifier le code]

La capitale de la province est dotée de l'aéroport Aeropuerto Capitán Vicente Almandos Amonacid (Code IRJ/SANL) avec des vols vers et depuis Buenos Aires (11 vols hebdomadaires) et Catamarca. Il a une longueur de piste de 2.860 mètres, et fut inauguré en 1948. Il est situé à 6 kilomètres au nord-ouest de la ville de La Rioja.

Les villes[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Il y a peu de villes importantes dans cette province très peu peuplée. Citons les suivantes (population en principe en 2010 entre parenthèses) :

  • Le grand La Rioja (178 872 habitants en 2010).
  • Chilecito (33 724 hab.) (agglomération : 53 247 hab.). La ville se trouve au centre du Valle Antinaco-Los Colorados, enserré entre deux imposantes chaines de montagne extra-andines, la sierra de Velasco, à l'est (4 300 m), et la sierra de Famatina (6 350 m) à l'ouest.
  • Aimogasta (12 249 hab.)
  • Chamical (12 919 hab.)
  • Olta (7 161 hab. en 2001)
  • Villa Unión (4 931 hab.)
  • Famatina (2 466 hab.), située à 1 550 mètres d'altitude, entre la Sierra del Velasco et le cordon enneigé de Famatina. C'est un petit centre touristique.
  • Patquía (1 808 hab.), noeud routier en croissance rapide, située à 68 km de La Rioja sur la route nationale 38, et est aussi le point de départ de la nouvelle route nationale 150, qui longe le 30e parallèle vers l'ouest en direction du Chili et du port de La Serena sur l'Océan Pacifique.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est semi-aride, avec pénurie d'humidité et forte intensité du rayonnement solaire. Dans les zones basses, les étés sont très chauds et les hivers fort courts, mais avec des températures assez basses. Les précipitations très insuffisantes, dépassent rarement les 400 mm annuellement.

Climogramme de La Rioja.
La Rioja
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température moyenne (°C) 27,4 25,9 23,4 19,8 15,5 11,1 10,9 14 17,8 22,5 25,4 27,2 20,1
Précipitations (mm) 80,1 71,6 54,1 18,4 7,4 2,6 3,1 5,2 6,5 12,7 43,3 56,6 361,6
Source : Le climat à La Rioja (en °C et mm, moyenne mensuelle)


Chilecito
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température moyenne (°C) 24,1 22,8 20 17,8 13,9 9,9 9,1 11,9 14,8 18,2 21,2 23,3 17,3
Précipitations (mm) 45 31 32 9 5 6 5 4 4 5 21 22 189
Source : Le climat à Chilecito (en °C et mm, moyenne mensuelle)


Ressources hydriques[modifier | modifier le code]

Le río Olta dont les eaux approvisionnent la capitale.

Les rivières de la province sont presque toutes temporaires et leur débit moyen est très faible :

Parmi les autres cours d'eau, il faut citer :

Ces deux derniers, bien alimentés par les neiges de la Sierra de Famatina, participent à l'irrigation des oasis de la longue vallée Antinaco-Los Colorados dans la partie centrale de la province, dont l'oasis de Chilecito.

Flore et faune[modifier | modifier le code]

La flore[modifier | modifier le code]

La végétation est de type xérophile. Dans la région orientale, un peu mieux arrosée, poussent l'algarrobo de l'espèce prosopis nigra, le schinus molle et polygamus, ainsi que le mistol (ziziphus mistol).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Au centre de la province dans la vallée d'Antinaco-Los Colorados, autour de la ville de Chilecito, on peut trouver la Bulnesia retama, la Larrea cuneifolia (Zigophyllaceae), la Parkinsonia praecox, le Prosopis torquata, la Senna aphylla, la Zuccagnia punctata (Fabaceae), l'Opuntia sulphurea, le Tephrocactus articulatus, l'Echinopsis leucantha, des Gymnocalycium (Cactaceae) et le Tricomaria usillo (Malphigiaceae). Dans les zones alluviales, l'arbuste le plus abondant est l'Acacia furcatispina (Fabaceae).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Au sud-est de la province dans la Sierra de los Llanos, la flore dominante est celle du Chaco (domaine phytogéographique Chaqueño). Parmi les espèces dominantes on trouve des arbustes du genre Larrea, le piquillín (Condalia microphylla), l'algarrobillo (Prosopidastrum globosum), le chañar (Geoffroea decorticans), l'alpataco (Prosopis alpataco), le tintitaco (Prosopis torquata), également diverses cactacées. Là où il y a plus d'eau, on peut voir l'algarrobo blanco (Prosopis alba), l'algarrobo negro (Prosopis nigra), le tala (Celtis ehrenbergiana), différentes espèces du genre Schinus, et du genre Salix[2].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La faune[modifier | modifier le code]

Mammifères[modifier | modifier le code]

Dans la région semi-désertique occidentale, on peut voir le cerf andin, le chingue (Conepatus chinga), le tatou des Andes (Chaetophractus nationi), le puma andin (Puma concolor concolor), le cuy ou cochon d'Inde sauvages, la viscache des montagnes, le renard de Magellan, le Guanaco (lama Guanicoe) au pelage châtain, la vigogne (Vicugna vicugna), le lièvre de Patagonie, le pichiciego, un petit tatou d'habitudes souterraines.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Oiseaux[modifier | modifier le code]

Comme partout en Argentine, les espèces d'oiseaux sont nombreuses dans la province. Il faut citer : la cariama de Burmeister, la calandria chica (Mimus patagonicus). Les hautes parois rocheuses sont peuplées de différents rapaces, comme le condor des Andes, la Buse aguia, et le faucon pèlerin. Dans les arbustes et dans les étendues sableuses, on peut voir certaines espèces endémiques de l'Argentine, comme le tourco sable (Teledromas fuscus), le synallaxe marron (Asthenes steinbachi), le cacholote à gorge blanche (Pseudoseisura guturalis). On trouve aussi des nandous ou suris (Rhea pennata).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Près des lagunes de la Cordillère telle la Laguna Brava, on trouve des oiseaux aux habitudes aquatiques comme l'ouette des Andes (Chloephaga melanoptera), le canard huppé (Lophonetta specularioides), la sarcelle tachetée (Anas flavirostris), le flamant des Andes ou parina grande (Phoenicoparrus andinus), le flamant de James ou parina chica (Phoenicoparrus jamesi) et la foulque cornue (Fulica cornuta)[3].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Dans la haute région andine, on peut observer le taurillon à bec jaune (Anairetes flavirostris), le pipit à plastron (Anthus furcatus)[4], le synallaxe de d'Orbigny (Asthenes dorbignyi), le synallaxe des rocailles (Asthenes modesta), la cataménie terne (Catamenia inornata), le cinclode à ailes blanches (Cinclodes atacamensis), la géositte de la puna (Geositta punensis), la géositte à ailes rousses ('Geositta rufipennis), le dormilon cendré (Muscisaxicola cinereus), le tinamou de Darwin (Nothura darwinii), le synallaxe à front rayé (Phacellodomus striaticeps)[5], le phrygile à dos roux (Phrygilus dorsalis), le phrygile petit-deuil (Phrygilus fruticeti), le phrygile gris-de-plomb (Phrygilus unicolor), le rara du Paraguay (Phytotoma rutila).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Reptiles[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Divisions administratives[modifier | modifier le code]

No. Département Superf.
(km2)
Popul. 2010 Chef-lieu Carte des départements
1 Arauco 1 992 15 418 Aimogasta Départements numérotés de la Rioja.PNG
2 Capitale 13 368 180 995 La Rioja
3 Castro Barros 1 420 4 268 Aminga
4 Chamical 5 549 14 160 Chamical
5 Chilecito 4 846 49 432 Chilecito
6 Coronel Felipe Varela 9 184 9 648 Villa Unión
7 Famatina 4 587 5 863 Famatina
8 General Ángel V. Peñaloza 3 106 3 073 Tama
9 General Belgrano 2 556 7 370 Olta
10 General Juan Facundo Quiroga 2 585 4 108 Malanzán
11 General Lamadrid 6 179 1 734 Villa Castelli
12 General Ocampo 2 135 7 145 Villa Santa Rita de Catuna
13 General San Martín 5 034 4 944 Ulapes
14 Independencia 7 120 2 427 Patquia
15 Rosario Vera Peñaloza 6 114 14 054 Chepes
16 San Blas de los Sauces 1 590 3 927 San Blas
17 Sanagasta 1 711 2 345 Villa Sanagasta
18 Vinchina 11 711 2 731 Villa San José de Vinchina
Total province 89 680 331 847 La Rioja
En vert, la région du Nouveau Cuyo

Région du Nouveau Cuyo[modifier | modifier le code]

Le 22 janvier 1988, les gouverneurs des provinces de La Rioja, Mendoza, San Juan et San Luis ont signé le Traité d'Intégration économique du Nuevo Cuyo. Cet acte fait partie du processus de régionalisation en Argentine. Il est basé sur l'article 124 de la Constitution nationale.

Ce Traité d'Intégration économique du Nuevo Cuyo a donné naissance à une nouvelle région. Il a pour but de Fortifier l'intégration de la région en améliorant les moyens de communication et de transport, en promouvant l'offre de biens et de services régionaux, tant sur le plan national qu'international, et l'exécution d'entreprises productives et commerciales avec d'autres pays, spécialement les pays latino-américains.

L'organe de gouvernement de la région est constituée par l'Asamblea de Gobernadores (Assemblée des Gouverneurs), qui est l'instance de décision la plus élevée en ce qui concerne la fixation des règles pour l'intégration et la définition des politiques. Il existe aussi un Comité Exécutif formé par les ministres de l'économie des provinces de San Juan et de Mendoza, et les ministres du Trésor et des travaux publics des provinces de La Rioja et de San Luis. Cet organe a pour mission de formuler les différentes propositions pour la prise de décision et l'exécution de ces décisions.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 1838, une évaluation de la population provinciale donnait le chiffre de 23.000 habitants. Depuis 1895, la population de la province a évolué comme suit :

1895 1914 1947 1960 1970 1980 1991 2001 2010
Province de

La Rioja

69.502 79.754 110.746 128.220 136.237 164.217 220.729 289.983 331.847
Total Argentine 4.044.911 7.903.662 15.893.811 20.013.793 23.364.431 27.949.480 32.615.528 36.260.130 40.091.359

D'après l'INDEC (Institut argentin des statistiques et des recensements), en 2010, la population était estimée à 331.847 habitants[6].

En 1895, il y avait 69.502 habitants qui peuplaient le territoire de la province soit plus de 1,6 % de la population du pays. Ce pourcentage tombait à moins de 1 % dès 1947 et à seulement 0,6 % en 1980. La croissance démographique a donc été fort inférieure à celle de l'ensemble de l'Argentine jusqu'aux années 1970-1980.
Plus récemment, on remarque que la population de la province a augmenté de plus de 100 % entre 1980 et 2010, et a affiché ainsi durant cette période un rythme d'accroissement nettement supérieur à la moyenne du pays.

Article détaillé : Démographie de l'Argentine.

D'après les évaluations de l 'INDEC, il y aurait 383.220 habitants dans la province en 2018[7], c'est-à-dire une augmentation de l'ordre de plus de 6000 personnes annuellement sur une période de huit ans, ce qui confirme la croissance rapide de la population observée ces dernières décennies depuis 1980, croissance nettement supérieure à celle de la totalité du pays.

Vue des vignobles de Villa Unión, depuis un mirador

Économie[modifier | modifier le code]

L'agriculture de La Rioja (comme tout le reste et surtout les villes) dépend de quelques petites rivières et des oasis qui permettent l'irrigation. Le territoire cultivé ne dépasse pas 500 km2. La vigne est la production principale, suivie par les noix et les olives. On y plante aussi du coton.

L'activité principale de la province est la vigne[8], et sa production associée, le vin, spécialement dans la zone située aux alentours de Chilecito, avec une production de 8 millions de litres par an. On en produit en outre aux environs de Felipe Varela, Nonogasta, Villa San José de Vinchina, Villa Castelli, Castro Barros, San Blas de los Sauces, Anillaco, Famatina et Villa Sanagasta.

Article détaillé : Viticulture en Argentine.

Le bétail bovin (250 000 têtes) et caprin (150 000 têtes) sont des activités secondaires, surtout pour les peaux et le cuir.

Mines[modifier | modifier le code]

L'argile représente l'activité minière principale, et de l'uranium est aussi extrait près de la localité d' El Colorado.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Quoique encore peu développé, le tourisme a incontestablement de beaux jours devant lui, tant les beautés naturelles de la province constituent une invitation attirante.

Groupe de flamants dans la Laguna Brava.
  • Les touristes visitant La Rioja vont habituellement aussi à Cerro de La Cruz, aux thermes de Santa Teresita avec ses bains chauds, et au village de Villa Sanagasta.
  • La ville d'Olta au centre-est de la province, se situe au pied de la Sierra de los Llanos, dans une steppe aride. La ville est devenue un centre touristique bien équipé. Non loin se trouve le lac de barrage du río Olta. On accède facilement à la ville située sur la RN 38.
  • Il faut aussi citer Nonogasta, dans la vallée du Río Grande ou Río de los Sauces.
  • La Réserve provinciale Laguna Brava est un autre site protégé situé dans les Andes, dans la partie occidentale de la province. Actuellement, en 2006, la route nationale 76 est en voie d'achèvement et permet déjà d'y accéder facilement. Elle est renommée pour sa population de flamants et a été déclarée Site Ramsar. Elle offre aussi des vues superbes et une voie d'accès vers certains volcans géants des Andes. Elle fut appelée initialement Reserva Provincial de Vicuñas (vigognes) y de Protección de Ecosistemas de Laguna Brava.
  • Et puis il y a également la gastronomie et les vins. En ce qui concerne ceux-ci, on doit souligner la ville de Chilecito, au pied du massif majestueux de Famatina.
Article détaillé : Réserve provinciale Laguna Brava.
Article détaillé : Parc national Talampaya.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]