Pamplemousse et pomélo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Pamplemousse)
Aller à : navigation, rechercher
Mond-vergleich.svg En tant qu'agrumes, les termes pamplemousse et pomélo sont fréquemment amalgamés. Cet article vise à clarifier ces notions.
 Ne pas confondre avec Pamplemousses, district de l'île Maurice
pamplemousse
Nom vulgaire ou nom vernaculaire ambigu :
Les expressions « pamplemousse » et « pomélo » désignent en français plusieurs taxons distincts.
Description de cette image, également commentée ci-après

Citrus maxima et Citrus ×paradisi

Taxons concernés

Dans le genre Citrus :

Pamplemousse et pomélo (ou pomelo) sont des noms vernaculaires ambigus qui désignent en français deux types d'agrumes qui proviennent de deux espèces différentes du genre Citrus, de la famille des Rutaceae : l'asiatique Citrus maxima et l'hybride occidental Citrus ×paradisi.

Description[modifier | modifier le code]

  • Citrus maxima (aussi Citrus grandis ou Citrus decumana) est un arbre fruitier nommé pamplemoussier dont le fruit est le pamplemousse (en anglais "pomelo" ou "pummelo") dans le glossaire franco anglais de l'OCDE[1]. Il est originaire d'Asie du Sud-Est (Indonésie, Malaisie). Son fruit à l'écorce épaisse de couleur verdâtre, jaune, ou rosée est une baie comestible, composée de 16 à 18 quartiers remplis de pépins. Le fruit est hâtif, la récolte se fait entre octobre et janvier. La texture est croquante, peu juteuse, le gout équilibré doux, plus ou moins amère et peu acide. Le fruit qui peut être énorme, un banpeiyu japonais a atteint 4.86 kg (10 lb 11.3 oz) avec une circonférence de 83.5 cm (32.8 in)[2]. Une cinquantaine de cultivars cultivés sont décrits [3]
  • Citrus ×paradisi serait un hybride américain entre le pamplemoussier et, selon la tradition, l'oranger doux (Citrus maxima × Citrus sinensis)[4] . Son fruit, à l'écorce mince de couleur jaune ou rose est une baie comestible composée d'une douzaine de quartiers. Il pousse en grappes, d'où son nom anglais de « grapefruit » repris en français par Antoine Risso, Alexandre Poiteau dans l'Histoire naturelle des orangers (1818) et qui fut introduit en Europe en 1900.[5] Le fruit est tardif, la récolte se fait entre janvier et avril selon les cultivars. La texture est juteuse, le gout peu amère, plus ou moins acide.. Le glossaire franco anglais de l'OCDE donne pour dénomination française du fruit : "pomélo", "pamplemousse".[1]
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La polysémie constituée par l'attribution du même nom ("pamplemoussier", "pamplemousse") à deux plantes et à les deux fruits différents est aggravée par la polysémie du mot pomelo en anglais qui peut désigner soit le grapefruit, soit le pomelo C. maxima

L'imprécision est amplifiée par l'anarchie des appellations commerciales concernant leurs hybrides les tangelo, qui sous un nom unique comprennent des hybrides de C. maxima ou de C. paradisi.

Étymologie et origine de la confusion[modifier | modifier le code]

Il est probable que C. maxima avait été diffusé dans l'ancien monde pendant le moyen âge, Ibn al-Awam (Séville, 12ème siècle) cite Abu'l Khayr (début du 12ème siècle) décrit ce gros fruit amer et acide sous le nom de "zanbū, zamboa", terme proche du malais "jambua" qui donne le portugais "cimboa" toujours utilisé au Brésil pour désigner C. maxima. [6] A noter que toranja désigne en principe C. paradisi en portugais, mais les portugais ayant perdu la connaissance de C. maxima utilisent "toranja" avec le même polysémie que "pamplemousse" en français. Aau Japon le terme "zabon" pour un cultivar traditionnel de C. maxima.[7].

Le mot « pamplemousse » apparait tardivement dans les langues accidentales, il est emprunté au tamoul « pampa ramāsu » (பம்பரமாசு)[8]. Le mot est attesté en français fin XVIIe siècle pour désigner C. maxima, puis au XXe siècle pour désigner également C. paradisi [9].

Une étymologie différente est donnée par le Grand Robert: « REM. L'Académie donne le mot au fém., contrairement à l'usage. — 1865 ; pompelmous, 1666 ; néerl. pompelmoes, de pompel « gros », et limoes « citron ». »

Le mot pomélo est emprunté à l'anglais pomelo ; son origine est incertaine : certains ont suggéré une composition pome-melon, hypothèse jugée douteuse, car une telle forme composée n'a jamais été attestée ; d'autres, une altération du mot néerlandais pompelmoes. Le mot pomelo est attesté en anglais au début du XIXe siècle sous la forme pommelo, et désignait d'abord C. maxima, mais aussi C. paradisi durant la seconde moitié du XIXe siècle[10]. En français, le terme a fait son apparition au début du XXe siècle[11].

Le mot pomélo est toutefois resté pendant longtemps peu connu du public, et les C. paradisi étaient commercialisés sous le nom de pamplemousse, comme l'atteste cette citation datant de 1968 : « L'Encyclopédie horticole (...) ajoute que sur les marchés européens, notamment en France, les « grape-fruits » se vendent sous le nom de pamplemousse. Leur nom scientifique « pomelo », n'est évidemment connu que des spécialistes. » (Ac. Can-Fr. 1968)[9]. Selon P. Robert, auteur de Les Agrumes dans le monde (1947), « on eût probablement évité cette confusion [entre pamplemousse et pomelo] en adoptant pour le fruit du pomélo le nom américain de grape-fruit sous lequel il est commercialement connu et qui évoque la fructification en grappes de cette espèce »[9].

Depuis la fin du XXe siècle, les sources averties font soigneusement la distinction, en utilisant « pamplemousse » pour C. maxima et « pomélo » pour C. x paradisi, et cela tant en France[12],[13] qu'au Québec[14],[15]. Cependant, dans l'usage populaire, « pamplemousse » est resté très courant pour C.x paradisi, et « pomélo » est même parfois utilisé pour C. maxima, comme l'atteste cette citation : « Le pomelo est bien souvent confondu, à tort, avec le pamplemousse. Pour accentuer la confusion, ce dernier, énorme, très lourd (dont la chair remplie de nombreux pépins est recouverte par une peau épaisse et aromatique) est parfois commercialisé en France sous la dénomination de pomelo exotique »[16].

C. maxima est une plante peu représentée en occident, la plus belle collection (Université de Riverside - Californie) est loin d'être exhaustive [17], en Europe et en Afrique du Nord, une dizaine de cultivars sont présents. L'importation de C. maxima par la grande distribution depuis l'Asie date du XXIéme siècle. L'ignorance concernant ce fruit a engendré une dénomination anarchique dans les langues occidentales. Ce qui n'est pas le cas en Asie où les fruits sont bien distingués. Pourtant C. maxima fructifie partout dans le monde dans le climat de l'oranger.

« Le combat pour supprimer cette équivoque est-il gagné (...)? Oui, lorsqu'on regarde les affichettes au-dessus des étals de pomelos dans nos supermarchés ; non, lorsque l'on commande dans nos cafés un jus de pamplemousse et que l'on se régale d'un jus de pomelo... » - J. Brichet, 2009[18].

Appellations en usage dans les années récentes[modifier | modifier le code]

En octobre 2014 l'Union Européenne enregistre l'IGP "pomélo de Corse".[19] confirmant l'usage du terme pomélo pour désigner C. x paradisi autrement dit un grapefruit. Le "pomélo de Corse" n'est autre que le cultivar texan «Star Ruby» [20] issu d'un semis de C. x paradisi[21].

En français[modifier | modifier le code]

Appellations en français de Citrus maxima et de Citrus ×paradisi
Un agrume vert jaunâtre en forme de poire à peau épaisse et pulpe vert jaune
Citrus maxima
(l'Asiatique vert)
Un agrume sphérique à peau fine, jaune et pulpe rose saumon
Citrus ×paradisi
(l'Occidental hybride)
Usage en botanique et horticulture en français
Arbre pamplemoussier[22],[23],[24],[25].

pamplemousse (ancien)[26]

pomelo[27]

grape-fruit[28]

Fruit pamplemousse[29],[30],[31]

et ses variétés ou cultivars et hybrides : pomélo chinois, sweety, honey, uglietc.

pomelo[28],[29],[30]

et ses variétés ou cultivars : duncan, jaffa sweetie, marsh, star rubyetc.

Usage commercial et familier en francophonie
Belgique pomelo[32],[33] pamplemousse (jus de[34])
Canada pamplemousse[15] pomélo (ou pomelo)[35],[15]

pamplemousse[35] (erroné[15])
grapefruit ou grape-fruit[26]

États-Unis [réf. nécessaire] chadègue[36](en cajun)
France[12],[13] pamplemousse[25],[37]

chadèque (Guadeloupe[38], Martinique[38],Haiti),

chadek (Guyane)
Pomelo (La Réunion)[39] (abus de langage en français[28])

Produit dérivé : pamplemousse (essence de)[26]

pomelo (ou pomélo)[25],[28],[26],[37]

pamplemousse[26],[40],[37] (abusivement[37])
grapefruit[25]
fruit défendu (Guadeloupe, Martinique)[41] ou fruit du paradis (Martinique)[38]

Produits dérivés : pamplemousse (Jus de, huile essentielle de, extrait de pépin de)[37],[26]

Suisse pomélo grapefruit[42] ou pamplemousse[43]

Dans d'autres langues[modifier | modifier le code]

Appellations en d'autres langues des fruits de Citrus maxima et de Citrus ×paradisi
Un agrume vert jaunâtre en forme de poire à peau épaisse et pulpe vert jaune
Citrus maxima
(l'Asiatique vert)
Un agrume sphérique à peau fine, jaune et pulpe rose saumon
Citrus ×paradisi
(l'Occidental hybride)
allemand Pampelmuse, (Riesenorange, Adamsapfel, Pumelo) Grapefruit
anglais[44] pomelo[45] (pummelo[45], shaddock[45], Chinese grapefruit, etc.) grapefruit[46]
chinois 柚子 葡萄柚
espagnol pampelmusa, cimboa pomelo, (toronja)
hongrois pomelo, pummelo grépfrút, citrancs
italien pomelo, pummelo, pampaleone pompelmo
japonais it:ブンタン buntan グレープフルーツ
néerlandais pompelmoes grapefruit

En Belgique : pompelmoes

polonais pomarańcza olbrzymia, pomelo grejpfrut
portugais Cimboa (au Brésil) toranja

Produits dérivés et interactions médicamenteuses : risque d'erreur[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Citrus maxima et Citrus ×paradisi.

C.maxima est peu juteux, seul C. x paradisi est utilisé pour faire du jus de pamplemousse diffusé à grande échelle (il existe des jus de buntan au Japon) et pour produire l'extrait de pépin de pamplemousse.

Les textes touchant aux interactions métaboliques[47] et médicamenteuses, n'emploient pas toujours le nom binomial précis pour désigner le fruit dont ils traitent [48],[49]. Les publications rigoureuses sur les interactions médicamenteuses concernent le jus du grapefruit (C. x paradisi) [50],[51],[52], en français actuel le jus de pomélo, il n'y a pas de texte décrivant des interactions médicamenteuses avec C. maxima, le pamplemousse vrai de la langue française.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b OECD, Glossaire de l'agriculture Anglais-français: Anglais-français, OECD Publishing, (ISBN 9789264273245, lire en ligne)
  2. (en) « Banpeiyu », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  3. (en) Vijaykumar T. Kore, Sima S. Tawade et I. Chakraborty, « Variation in Pummelo Cultivars: A Review », Imperial Journal of Interdisciplinary Research (IJIR) Vol-3, Issue-1, 2017,‎ (ISSN 2454-1362, lire en ligne)
  4. Franck Curk, Gema Ancillo, Andres Garcia-Lor et François Luro, « Next generation haplotyping to decipher nuclear genomic interspecific admixture in Citrusspecies: analysis of chromosome 2 », BMC Genetics, vol. 15,‎ , p. 152 (ISSN 1471-2156, PMID 25544367, PMCID PMC4302129, DOI 10.1186/s12863-014-0152-1, lire en ligne)
  5. (fr) Professeur Tyozaburo Tanaka, « Acclimatation des Citrus hors de leur pays d'origine. », Revue de botanique appliquée et d'agriculture coloniale, vol. 13, no 143, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant, p. 480–494 (DOI 10.3406/jatba.1933.5256, lire en ligne)
  6. (en) portugalpress, « The Pomelo tree: my passion », Portugal Resident,‎ (lire en ligne)
  7. (en) « Japanese citrus », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  8. Nederlands etymologisch woordenboek, 1997, Jan de Vries
  9. a, b et c Source : TLFi, article pamplemousse
  10. Source : Oxford English Dictionary en ligne, http://www.oed.com, consulté le 10 novembre 2007. Première attestation recensée dans le sens de C. maxima: 1817 C. ABBOTT Jrnl. (modernized text) in H. G. Thursfield Five Naval Jrnls. (1951) 292 The principal fruits in Java are coconuts, bananas, plantains..and shaddocks, which are here called pommelos. Autre attestation : 1939 Florida (Federal Writers' Project) III. 325 Such hybrids as the tangelo, a cross between the tangerine and the pomelo, or grapefruit. Attestation du XIXe siècle dans le sens de C. paradisi : 1886 Guide Mus. Econ. Bot., Kew Gardens No. 1. 29 Pumpelmousse or Shaddock, fruit of Citrus decumana... The Pumelo is a smaller fruited variety
  11. Source : TLFi, article pomelo
  12. a et b Encyclopedia Universalis (édition de 1995 (ISBN 2852292904) ).
  13. a et b Le Robert quotidien – Dictionnaire pratique de la langue française, 1996.
  14. « Pamplemoussier », sur Termium (consulté le 7 mars 2011)
  15. a, b, c et d Définition, d'après le Grand dictionnaire terminologique, de pomélo (page 1) et pamplemousse (page 2)
  16. Guide consommation de Doctissimo (France), article Pomelo, consulté le 10 novembre 2007.
  17. « pummelo », sur www.citrusvariety.ucr.edu (consulté le 25 février 2017)
  18. Confrérie des planteurs de fruits, « Pamplemousse ou pomelo : Une équivoque à supprimer. Auteur : J. Brichet », sur http://archive.org/web/web.php,‎ (consulté le 3 décembre 2012)
  19. (en) « EUR-Lex - 32014R1051 - EN - EUR-Lex », sur eur-lex.europa.eu (consulté le 25 février 2017)
  20. CorsicaWeb, « Le Pomelo de Corse - ODARC », sur www.gustidicorsica.com (consulté le 25 février 2017)
  21. « starruby », sur www.citrusvariety.ucr.edu (consulté le 25 février 2017)
  22. Définition, d'après le Grand dictionnaire terminologique, de pamplemoussier
  23. Référence Tela Botanica (France métro) : Citrus maxima (Burm.) Merr., 1917 (fr)
  24. Noms vernaculaires donnés par Tela Botanica pour Citrus maxima
  25. a, b, c et d Pamplemousse dans le Dictionnaire français, éditions Larousse. Consulter en ligne
  26. a, b, c, d, e et f Définitions lexicographiques et étymologiques de « pamplemousse » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  27. Noms vernaculaires donnés par Tela Botanica pour Citrus x paradisi
  28. a, b, c et d Définitions lexicographiques et étymologiques de « pomelo » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  29. a et b Norme CEE-ONU FFV-14 concernant la commercialisation et le contrôle de la qualité commerciale des agrumes - 2010 édition - Nations unies, page 3
  30. a et b Le Pomelo & le Pamplemousse, Fiche réalisée par le Centre Municipal de Pomologie, consultable sur le site du Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt
  31. Pamplemousse et pomélo sur le site PasseportSanté.net (Canada). L'article précise en outre que « toutes les grandes banques de taxonomie et de terminologie se sont alignées sur ces dénominations ».
  32. L.L., « DH.be - Coca-Cola Belgium lance Fanta Pomelo », sur La Dernière Heure,‎ (consulté le 10 février 2013)
  33. canette de Fanta Pomelo
  34. 25 janvier 2011 - Arrêté royal modifiant l'arrêté royal du 19 mars 2004 relatif aux jus et nectars de fruits, aux jus de légumes et à certaines denrées similaires sur le site de la justice belge
  35. a et b pamplemousse sur Termium, consulté en février 2013
  36. Amanda Lafleur, Benjamin Forkner, « A Cajun French-English Glossary », sur Louisiana State University (consulté le 30 octobre 2010)
  37. a, b, c, d et e Alix Lefief-Delcourt, Le pamplemousse malin : Tous les bienfaits pour la santé, la beauté et la maison d'un ingrédient 100 % naturel, Leduc.s Éditions, , 192 p. (ISBN 2848998709 et 9782848998701, lire en ligne), page 23
  38. a, b et c Ary Ebroin Les succulents fruits des Antilles. Editions Caribéennes, 1989. (ISBN 2296174302), 9782296174306.
  39. Référence Tela Botanica (La Réunion) : Citrus maxima (Burm.) Merr. (fr)
  40. « Pamplemousse et pomelo », sur e-santé.fr (consulté le 8 mars 2011)
  41. Fiche Citrus x paradisi, Guadeloupe-Martinique. Sur le site Tela botanica. Consulté en novembre 2012.
  42. Grapefruit sur Alimentation-versoix.ch. consulté le 1er décembre 2007.
  43. Pamplemousse sur Plante.ch. consulté le 16 mai 2008.
  44. The 2010 Florida Statutes, Chapter 601 : Florida Citrus Code
  45. a, b et c (en) « Pomelo (Pummelo) Citrus maxima », Citrus Pages (consulté le 10 février 2013)
  46. (en) « Grapefruit Citrus × paradisi », Citrus Pages (consulté le 10 février 2013)
  47. Neuman M (2002) Effets métaboliques et interactions médicamenteuses provoqués par certaines substances d'origine végétale: pamplemousse, millepertuis et ail. La Presse médicale, 31(30), 1416-1422 (http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=13894542 résumé])
  48. Interaction entre le pamplemousse et son jus et certains médicaments, sur le site [www.sc-hc.gc.ca Santé Canada], consulté le 18 septembre 2013. Version au format pdf.
  49. http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/11/28/19492-43-medicaments-dangereux-avec-pamplemousse
  50. Lucien Roulet, Nathalie Asseray, Marie-Line Mottier et Anne Chiffoleau, « Consommation de jus de pamplemousse et risque d’interactions médicamenteuses : étude transversale dans un service d’urgences médicales », Thérapie, vol. 66, no 5,‎ , p. 421–429 (ISSN 0040-5957 et 1958-5578, DOI 10.2515/therapie/2011051, lire en ligne)
  51. (en) Kay Seden, Laura Dickinson, Saye Khoo et David Back, « Grapefruit-Drug Interactions », Drugs, vol. 70, no 18,‎ , p. 2373–2407 (ISSN 0012-6667 et 1179-1950, DOI 10.2165/11585250-000000000-00000, lire en ligne)
  52. (en) Julie Grenier, Caroline Fradette, Gaetano Morelli et Gerald J. Merritt, « Pomelo juice, but not cranberry juice, affects the pharmacokinetics of cyclosporine in humans », Clinical Pharmacology & Therapeutics, vol. 79, no 3,‎ , p. 255–262 (ISSN 1532-6535, DOI 10.1016/j.clpt.2005.11.010, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. Brichet, « Pamplemousse ou pomelo : Une équivoque à supprimer », Fruits d'Outre Mer, vol. 1, no 10,‎ , p. 297-300.
  • Alix Lefief-Delcourt, Le pamplemousse malin : Tous les bienfaits pour la santé, la beauté et la maison d'un ingrédient 100 % naturel, Leduc.s Éditions, , 192 p. (ISBN 2848998709 et 9782848998701, lire en ligne). (L'auteur y explique clairement la différence entre les agrumes désignés sous ce nom.)
  • Michel Chauvet, 1980. Pamplemousse et pomélo : un cas exemplaire de conflit entre usage et norme. Journ. d'Agric. Trad. et de Bota. Appl., 27:(1), 1980, pp. 55-81. Lire en ligne
  • Ne confondez pas le pomélo et le pamplemousse Dans : 60 millions de consommateurs 445, 01/2010, p.60. Résumé : Informations sur le pamplemousse et le pomélo : origine géographique des agrumes, période de commercialisation, qualités gustatives et nutritionnelles. Lire en ligne (accès réservé aux abonnés).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Pour les appellations pamplemousse, pomélo et grape-fruit :