Portrait de Madame Brunet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Portrait de Madame Brunet
Édouard Manet - Portrait of Madame Brunet - 2011.53 - J. Paul Getty Museum.jpg
Artiste
Date
1861-1863
Type
Technique
huile sur toile
Dimensions (H × L)
132,4 × 100 cm
Propriétaire
Collection
N° d’inventaire
2011.53Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation

Portrait de Madame Brunet est une huile sur toile réalisée par Édouard Manet en 1861-1863, acquise en 2011 par le J. Paul Getty Museum [1] de Los Angeles, aux États-Unis [2]. Le tableau appartenait jusque-là à une collection particulière de New York [note 1], et ses dimensions, qui étaient de 130 × 98 cm[3] ont été rectifiées : 132 × 100 cm.

Le tableau[modifier | modifier le code]

Intitulé Portrait de Mme B. par Manet lors de son exposition en 1867, Moreau-Nélaton y fait référence en l'intitulant La Parisienne de 1862[4]. Tabarant, qui affirme que le modèle est Madame Brunet, née Penne, appelle la peinture La Femme au gant[5]. En 1902, la toile est intitulée, par Théodore Duret, Jeune dame en 1860[6].

Le modèle et l'accueil du tableau[modifier | modifier le code]

On ne peut identifier le modèle avec certitude. L'époux de madame Brunet était peut-être le sculpteur Eugène Cyrille Brunet . Selon Duret,la personne n'était pas jolie, et bien que Manet l'ait rendue plus belle que nature, elle se mit à pleurer lorsqu'elle se vit sur la toile[7]. Le format de la toile a été modifié par Manet, il a rajouté le fond rajouté plus tard[7].

Comme toujours, Manet fut l'objet de lazzis de la part des caricaturistes. Gilbert Randon dans Le Journal amusant du 29 juin 1867 fit une caricature avec la légende « je ne dis pas que ce soit joli, mais cette pauvre dame, comme son amour-propre doit souffrir de se voir affichée ainsi ». Une autre caricature anonyme du même tableau se retrouve dans le fonds Moreau-Nélaton[8].

Le destin du tableau[modifier | modifier le code]

Ce tableau refusé par le modèle était resté dans l'atelier de Manet. On le trouve au numéro 14 de l'inventaire sous le titre Femme au gant, mode de mille huit cent cinquante. Il figure sous le titre Jeune dame en 1860 lors de la vente Manet en 1884[9]. Peu après la vente, Durand-Ruel le vend à Jacques-Émile Blanche qui se défait du tableau en 1930 environ à la galerie Knoedler de Paris. Cette toile est ensuite acquise par Madame Charles S. Payson née Joan Witney. Il va rejoindre les maîtres anciens et les impressionnistes de la collection Payne Whitney avant d'être acquis en 2011 par le J. Paul Getty Museum.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La Collection Payne-Whitney à laquelle Gertrude Vanderbilt Whitney a largement contribué

Références[modifier | modifier le code]

  1. sur le site du J. Paul Getty Museum
  2. acquisition 2011
  3. Rouart-Wildenstein 1975 t.I 31
  4. Moreau-Nélaton 1926, p. 44
  5. Tabarant 1947, p. 89
  6. Duret 1947, p. 240
  7. a et b Cachin, Moffett et Wilson-Bareau 1983, p. 53
  8. Cachin, Moffett et Wilson-Bareau 1983, p. 5
  9. Rouart-Wildenstein 1975 tome I, p. 27

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrage publié en France (1994) à la suite de la rétrospective aux Galeries nationales du Grand Palais, Paris du 19 avril au 8 août, et aux États-Unis (1995 du 19 septembre 94 au 8 janvier 1995 au Metroplitan Museum of Art. Gary Tinterow est directeur du département XIXe siècle du Metropolitan Museum of Art

Liens externes[modifier | modifier le code]