L'Enterrement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
L'Enterrement
Image dans Infobox.
Artiste
Date
1867
Type
Technique
peinture à l'huile sur toile
Dimensions (H × L)
72,7 × 90,5 cm
Collection
No d’inventaire
10.36Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation

L'Enterrement est une peinture à l'huile sur toile réalisée par Édouard Manet en 1867, conservée au Metropolitan Museum of Art de New York (États-Unis), où elle est intitulée The Funeral. Le tableau est très probablement inspiré de l'enterrement auquel Manet a assisté : celui de son ami Charles Baudelaire[1].

Le lieu, la date le style[modifier | modifier le code]

Cette peinture inachevée représente un corbillard et son cortège dans le bas du quartier Mouffetard. On reconnaît au loin l'Observatoire de Paris, l'église Notre-Dame du Val-de-Grâce, le Panthéon, le clocher de l'église Saint-Étienne-du-Mont et la tour Clovis (de nos jours le lycée Henri-IV)[1].

Charles Sterling-Salinger note que Manet a rapproché les dômes de l'Observatoire et du Val-de-Grâce pour améliorer sa composition[2]. Tabarant avait initialement daté l'œuvre de 1870, mais est revenu à la date la plus probable, alors que pour Henri Loyrette[3], la présence d'un grenadier de la garde impériale à la fin du cortège indique que la scène se déroule avant la fin du Second Empire.

Selon Adolphe Tabarant, la scène est située rue de l'Estrapade[4]. La toile était intitulée Enterrement à la Glacière dans l'inventaire après décès fait par Denis Rouart et Daniel Wildenstein[5].

Très proche de Effet de neige au Petit Montrouge, le style de ce tableau est aussi à rapprocher par sa composition de L'Exposition universelle de 1867 (Rouart, Widenstein 1975 no 123).

Enterrement de Baudelaire[modifier | modifier le code]

Manet a assisté à l'enterrement de son ami le . Le temps était orageux, le ciel lourd, le cortège réduit, car selon le récit de Charles Asselineau beaucoup de gens étaient absents de Paris et l'on avait eu peu de temps pour les prévenir. À leur retour, il y eut une centaine de personnes à l'église et au cimetière du Montparnasse où se rend le cortège du tableau[6].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le destin du tableau[modifier | modifier le code]

Vendue par Suzanne Manet au marchand Portier en pour 300 fr, la toile appartenait en 1902 à Camille Pissarro qui connaissait bien Manet et qui fréquentait le Café Guerbois. Il a pourtant refusé, par principe, de participer au banquet organisé par Léon Leenhoff pour l'anniversaire de la rétrospective Manet à l'école des Beaux-Arts. Le tableau a été ensuite acquis par Ambroise Vollard qui l'a vendu au Metropolitan pour 2 319 US$[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Cachin, Moffett et Wilson-Bareau 1983, p. 260
  2. Impressionist and Post-impressionist Paintings in the Metropolitan Museum of Art 1967 p. 44.
  3. Loyrette, Tinterow 1994-1995, p. 105
  4. Tabarant 1930, p. 202
  5. Édouard Manet : catalogue raisonné, tome I, peintures, Bibliothèque des arts, Lausanne, Paris, 1975, p. 27.
  6. Cachin, Moffett et Wilson-Bareau 1983, p. 261
  7. Tabarant 1947, p. 505

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrage publié en France (1994) à la suite de la rétrospective aux Galeries nationales du Grand Palais, Paris du 19 avril au 8 août, et aux États-Unis (1995 du 19 septembre 94 au 8 janvier 1995 au Metroplitan Museum of Art. Gary Tinterow est directeur du département XIXe siècle du Metropolitan Museum of Art

Liens externes[modifier | modifier le code]