Aspects de la vie de Charles Dickens relatifs à La Maison d'Âpre-Vent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».

La Maison d'Âpre-Vent
Image illustrative de l’article Aspects de la vie de Charles Dickens relatifs à La Maison d'Âpre-Vent
Couverture du premier numéro, mars 1852

Auteur Charles Dickens
Signature de Charles Dickens.
Pays Drapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande
Genre Roman (satire institutionnelle et sociale)
Version originale
Langue Anglais
Titre Bleak House
Éditeur Chapman and Hall
Version française
Traducteur Sylvère Monod
Éditeur Gallimard (Collection La Pléiade, no  278)
Lieu de parution Paris
Date de parution 16 octobre 1979
Chronologie

La Maison d'Âpre-Vent (Bleak House), publié par Charles Dickens entre mars 1852 et septembre 1853, puis en un volume cette même année, contient nombre d'aspects qu'il est possible de mettre directement en relation avec certains événements de la vie du romancier.

Selon la critique littéraire issue du structuralisme[1] la vérité d'un texte est à trouver dans ce seul texte. Une autre approche consiste à l'ancrer dans l'arrière-fond historique de l'auteur, ce qui semble d'autant plus approprié en ce qui concerne Dickens, que l'homme s'est impliqué dans son œuvre, révélant directement ou entre les lignes ses idées, ses sympathies et ses haines, faisant part sans relâche de ses obsessions et de ses actions militantes, quitte à les déguiser en termes de fiction[2]. De plus, Dickens n'a eu de cesse de se battre contre les systèmes, les théories, les idéologies qui lui paraissaient conduire à une forme de déshumanisation[2].

D'ailleurs, John Forster, son ami et premier biographe, corrobore cette approche lorsqu'il écrit : « Chaque écrivain doit s'exprimer à partir de sa propre expérience »[2]. L'emploi du verbe « devoir » (must) dit bien qu'il ne s'agit point là d'une possibilité, mais d'une obligation à laquelle Dickens souscrivait totalement, d’autant qu’il a écrit deux romans à la première personne, David Copperfield, publié juste avant La Maison d’Âpre-Vent, puis, dix années plus tard, Les Grandes Espérances dans lequel il met aussi, quoique indirectement, beaucoup de lui-même[2]. D’autre part, La Maison d’Âpre-Vent comporte, entre autres originalités, deux narrateurs, dont l’un, Esther Summerson, est un personnage du roman qui s’exprime en son nom propre et raconte les faits plus personnels, alors que le narrateur principal, qui n'est qu'un narrateur, est chargé des grands événements relatifs au pays tout entier[2].

George Ford et Sylvère Monod notent que David Copperfield ne se préoccupe qu'accessoirement des affaires publiques, alors que La Maison d'Âpre-Vent traite essentiellement de sujets d'actualité. Ils considèrent cependant que « ce serait une erreur de sous-estimer [dans le second] l'importance des mondes privés […], et ce serait une erreur aussi grande de faire de même pour la vie personnelle de Dickens à l'époque »[3]. Ils font aussi remarquer que le titre retenu, Bleak House, est le nom d'une demeure, rappel que le roman « se préoccupe aussi de maisons et de foyers, à la campagne comme à la ville, et pas seulement de sujets d'intérêt public »[3].

Les critiques se sont donc penchés sur les convergences, qu’elles soient étroites ou plus lointaines, existant entre l’enfance, l’adolescence, la vie privée comme professionnelle de Dickens, et les événements, les personnages, les problèmes soulevés (et les réponses qui y sont apportées), bref l'ensemble cohérent que constitue le roman.

L’enfance de Dickens et La Maison d’Âpre-Vent[modifier | modifier le code]

Outre certaines pesanteurs familiales, remontant parfois à plusieurs générations, Dickens a connu, après une période enchanteresse passée loin de la ville, diverses prises de conscience l'ayant profondément marqué, puis a subi des traumatismes à jamais inscrits dans sa mémoire. Chacun de ces épisodes trouve un écho dans son œuvre, de façon indirecte dans La Maison d'Âpre-Vent, puisque l'auteur passe par l'intermédiaire de deux narrateurs[4].

Idéalisation de la campagne[modifier | modifier le code]

La campagne autour de Chatham.

Dickens est né en 1812 et a vécu, de 1817 à 1822, entre son cinquième et son onzième anniversaire, les six années les plus insouciantes de sa vie[4], non loin de Chatham dans le Kent, à errer librement dans la campagne qu'il n'a ensuite cessé d'idéaliser dans pratiquement tous ses romans. « Cette période a été la plus heureuse de mon enfance », a-t-il écrit[4].

La Maison d'Âpre-Vent en porte de nombreuses traces. Ainsi, la demeure de Boythorn et la nature qui l'entoure y sont présentées comme un possible paradis par Esther Summerson et son petit groupe d'accompagnateurs lors de leur première découverte des lieux[2] :

« Il habitait une jolie maison, qui servait autrefois de presbytère, et devant laquelle s’étendait une grande pelouse ; un jardin rempli de fleurs était sur le côté ; par derrière se trouvaient le potager et le verger ; tout cela entouré d’un vieux mur en briques, et présentant l’aspect d’une abondance plantureuse. La vieille allée de tilleuls ressemblait à un cloître de verdure ; les cerisiers et les pommiers étaient chargés de fruits, les groseilliers laissaient tomber jusqu’à terre leurs branches qui pliaient sous les grappes ; les fraises, les framboises s’y trouvaient à profusion, et tout le long de l’espalier les pêches mûrissaient par centaines. Au milieu des filets tendus et des châssis qui étincelaient au soleil, se voyait une incroyable quantité de légumes de toute espèce, tandis que l’air était parfumé de la senteur vivifiante des plantes aromatiques, sans parler de celle qu’y ajoutaient les prairies voisines où l’on faisait les foins[5]. »

Pour la jeune femme, l'endroit devient un havre de convalescence après la maladie, un refuge régénérateur après chaque période de mélancolie, le lieu idéal de tous les épanouissements[2].

Photo sépia d'une maison de 3 étages, à grandes fenêtres à meneaux et toit en terrasse crénelée, du lierre jusqu'au premier étage. Au premier plan, une pelouse ornée de massifs de fleurs et d'une fontaine
« Bleak House » à Broadstairs (1920), lieu de vacances des Dickens et probable modèle de la demeure de Mr Jarndyce.

Bien des personnages s'efforcent eux aussi d'échapper à Londres, la cité mortifère où ils se trouvent rivés, afin de gagner la liberté et le bonheur qu'offre la campagne, répondant par fiction interposée aux ardeurs secrètes de l'auteur qui, après son divorce en 1845, retourne vivre à Gad's Hill Place[6], non loin de son ancien logis de Chatham[2],[7]. Et si certains sont, pour des raisons professionnelles, obligés de rester dans la capitale, à condition qu'ils appartiennent à la catégorie des bons personnages, c'est-à-dire qu'ils rencontrent l'approbation de Dickens, ils s'efforcent souvent de recréer autour d'eux un petit espace rural[8] . Ainsi, les Bagnet qui se font un point d'honneur de vénérer ce qu'ils appellent « la verdure » (greens), sans cesse lavée et enfin bouillie pour accompagner le morceau de porc ou de bœuf dominical[9]. Leur demeure, leurs ustensiles, leur alimentation, leur hygiène domestique, tout rappelle la belle santé d'une vie simple et rustique[8] :

« […] les deux camarades sont priés, par Malte et Québec, de venir faire honneur au porc et aux choux verts de mistress Bagnet, qui prononce un petit bénédicité avant le repas, et distribue les vivres avec méthode, joignant à chaque portion de viande la ration de choux, de pommes de terre, voire de moutarde, qui revient à chacun. Elle distribue la bière, et, quand elle a pourvu aux besoins des convives, elle se prépare à satisfaire son appétit qui ne manque pas d’une certaine vigueur. Le fourniment de la table, si l’on peut s’exprimer ainsi, est principalement composé d’ustensiles de corne et d’étain, qui ont fait campagne dans les cinq parties du monde. […] Le repas terminé, mistress Bagnet, avec l’aide de ses enfants qui fourbissent leurs propres assiettes, leurs tasses, leurs couteaux et leurs fourchettes, fait briller de nouveau la vaisselle d’étain qu’elle remet sur le dressoir, après avoir balayé toutefois les abords de la cheminée, pour que M. Bagnet et son ami puissent se mettre à fumer. Ces soins de ménage exigent une infinité d’allées et de venues dans la petite cour de derrière, et une énorme quantité d’eau ; un dernier seau est enfin tiré, qui sert aux ablutions de la ménagère[10]. »

Conscience de la hiérarchie sociale[modifier | modifier le code]

John Dickens, le père de Charles Dickens.

Cette période de l'enfance de Dickens est également marquée par sa prise de conscience de la situation sociale de sa famille[11]. Son père, John Dickens, simple employé, se situait dans la frange inférieure de la petite classe moyenne, et sa grand-mère, ancienne gouvernante de la maison d'un marquis, quoique ayant atteint le summum de la hiérarchie de la domesticité, restait confinée dans une catégorie inférieure[11].

Dans La Maison d'Âpre-Vent, la gouvernante de « Chesney Wold », Mrs Rouncewell, considérée avec beaucoup de respect par ses employeurs[11], ce qui est relativement rare chez Dickens, ressemble beaucoup à cette aïeule[12],[N 1] ; et son fils George, sympathique brebis galeuse de la famille, dépourvu de sens pratique mais nanti de nobles principes[13], que Dickens traite avec un humour bienveillant, n'est pas sans affinité avec John Dickens, incapable, lui, de la moindre gestion familiale[12]. D'autre part, Mr Rouncewell, le fils sans prénom de Mrs Rouncewell, cet homme parti de rien qui s'est forgé un empire de fer, ou encore l'Inspecteur Bucket si plein de ressources, rappellent par l'exemple l'une des vertus cardinales de la grandeur victorienne, ce self-help que Dickens s'est appliqué à lui-même, qui fait qu'on ne doit sa réussite qu'à soi seul[14].

Secrets honteux[modifier | modifier le code]

Certains secrets jugés honteux pèsent dans le cercle familial des Dickens. Outre l'ascendance appartenant à la domesticité, le grand-père maternel, Charles Barrow, d'abord relativement bien placé dans la hiérarchie de la Marine[N 2], avait du fuir hâtivement le pays en 1810, accusé d'un important détournement de fonds. L'enquête établit qu'il avait falsifié des comptes à son profit, ce qui lui valut de vivre en exil, apparemment dans l'Île de Man, jusqu'en 1826, date à laquelle son neveu avait atteint sa quatorzième année[15]. C'était un personnage suffisamment important dans la famille pour que Dickens reçoive son prénom.

Dans La Maison d'Âpre-Vent, le secret joue un rôle structurel majeur en ce qu'il détermine le personnage, et par conséquent le récit, d'Esther Summerson, avec laquelle Dickens semble en grande partie s'identifier[16]. Comme il a pu le ressentir lui-même, Esther est subjectivement coupable mais objectivement innocente ; comme lui encore, c'est aussi une victime à jamais appelée à se forger une respectabilité ; comme lui enfin, elle exprime un énorme besoin de se sentir aimée. Dickens, en effet, n'a eu de cesse de plaire à son public, de chercher à recueillir l'admiration pour son art et les nobles principes moraux qu'il défendait. L'une des fonctions de la narration d'Esther est d'incarner ses obsessions personnelles, tandis qu'il a plutôt confié au narrateur à la troisième personne de représenter son panache d'écrivain[16].

Les livres[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Dickens est élevé dans une famille qui n'a cessé de s'agrandir, et très vite, l'enfant maladif qu'il était a trouvé refuge dans la lecture, scène qu'il recrée dans David Copperfield :

« Mon père avait laissé dans un cabinet, au second, une petite collection de livres ; ma chambre était à côté, et personne ne songeait à cette bibliothèque. Peu à peu Roderick Random, Peregrine Pickle, Humphrey Clinker, Tom Jones, le Vicaire de Wakefield, Don Quichotte, Gil Blas et Robinson Crusoé[N 3], sortirent, glorieux bataillon, de cette précieuse petite chambre pour me tenir compagnie. Ils tenaient mon imagination en éveil ; ils me donnaient l’espoir d’échapper un jour à ce lieu. Ni ces livres, ni les Mille et une Nuits, ni les histoires des génies ne me faisaient de mal, car le mal qui pouvait s’y trouver ne m’atteignait pas je n’y comprenais rien[17]. »

La famille Smallweed vue par Phiz.

À cette liste s'ajoutent les Contes de Perrault, et dans le roman, se retrouvent en effet des personnages de contes de fée[18], bons ou méchants[19]. Parmi les bons figurent John Jarndyce, substitut de père aimable mais quelque peu excentrique ; Allan Woodcourt, prince des temps modernes, sorte de saint Georges s'en allant et revenant pour gagner le cœur de sa bien-aimée ; Ada Clare, Esther Summerson, surtout, dont l'histoire correspond au schéma que définit Marthe Robert, selon laquelle une fois abstraction faite de l'appareil merveilleux, « [dans le conte de fée] tous les éléments se combinent en vue d'un dénouement nécessairement heureux […] La fin du conte est donc littéralement sa finalité »[20] ; les Bagnet, loyaux compagnons ; l'inspecteur Bucket, le nouveau magicien ; la cohorte des fidèles serviteurs, Rosa, Charley, Phil Squod[19].

Parmi les méchants, dominent Miss Barbary et Miss Rachel, future Mrs Chadband, les odieuses marâtres du foyer ; Vholes, un Merlin du mal, les Smallweed, petits nains difformes comprenant la grand-mère, sorcière à balai, le grand-père, lutin repoussant, la fille, pantin disloqué et cruel, la petite orpheline à leur service, pauvre poupée victime de leur sadisme[19]. D'ailleurs, Dickens insiste sur le fait que cette famille ne possède aucun livre et, par voie de conséquence, ne lit jamais, ceci expliquant en partie cela[8].

Parmi les romans des maîtres du XVIIIe siècle et bien que George Orwell ait écrit que la ressemblance entre Smollett et Dickens reste très superficielle[21], Roderick Random semble avoir a contrario influencé La Maison d'Âpre-Vent, du moins en ce qui concerne le personnage de Richard Carstone, qui se lance à l'aventure sur le chemin de la vie, mais est broyé par le système qu'il a cru pouvoir maîtriser, alors que, par un revirement de fortune, Roderick, lui aussi ballotté au départ, retrouve soudain l'amour et la richesse[22].

L’adolescence de Dickens et La Maison d’Âpre-Vent[modifier | modifier le code]

En 1822, lorsque Dickens a dix ans, son père est muté à Londres où sa famille le rejoint bientôt, comme celle du maçon dans La Maison d'Âpre-Vent qui le suit après coup. Le jeune garçon voyage seul en carriole, et il est à noter que dans le roman, bien que le système ferroviaire soit en pleine expansion en 1845, tous les déplacements se font par la route, ce qui en situerait l'action dans les années 1820[8].

Le dénuement familial[modifier | modifier le code]

La prison de Marshalsea à la fin du XVIIIe siècle.

Ce déménagement entraîne nombre d'événements dramatiques, essentiellement dus au manque d'argent qui oblige la famille à changer plusieurs fois de résidence[23],[24]. De fait, l'argent est partout présent dans La Maison d'Âpre-Vent, et sur le plan personnel, plus particulièrement chez Skimpole, qui fait profession de n'en point avoir, et chez Jarndyce qui en possède sans l'avoir gagné par le travail. Ces doubles opposés représentent chacun une facette stylisée de John Dickens, à la fois irresponsable comme le premier et d'une bienveillante nonchalance tel le second[8]. Nombre de personnages y manquent eux aussi d'argent, parfois de leur propre fait ou de celui de leur famille : Mr Jellyby connait la banqueroute, mais c'est sa femme qui en porte la responsabilité, George Rouncewell, Miss Flite, Mr Gridley, Richard Carstone, en attente du jugement de la cour, sont en difficulté, et Mr Smallweed en profite pour prêter à des taux usuraires, d'où l'acharnement de Dickens à son endroit, lui qui a connu la rapacité des créditeurs dont son père a été victime[25].

Conséquence pitoyable du dénuement, le jeune Charles est retiré de l'école et, selon lui, « dégénèr[e] jusqu'à cirer les bottes de mon père, m'occuper de mes frères et sœurs, faire de petites courses »[4]. Sa vie durant, « [il s'est] toujours étonné qu'on ait pu si facilement se débarrasser de [lui] à cet âge »[26], et sa besogne, écrit Forster, lui a paru particulièrement rebutante[27]. Il se sent trahi, négligé, ravalé au rang de domestique comme ses grands-parents. Aussi s'identifie-t-il à Charley, cette fillette à laquelle il donne un nom de garçon, le sien[25].

Le travail forcé[modifier | modifier le code]

Demi-couronne portant effigie de la reine Victoria.

L'incarcération du père pour dettes à la Marshalsea[28] se retrouve dans La Maison d'Âpre-Vent , puisque, comme presque partout chez Dickens, le roman comprend une prison. George Rouncewell est arrêté sous deux chefs d'accusation : comme le père de Dickens, il a emprunté de l'argent qu'il ne peut rembourser, et pour les besoins de l'intrigue, il devient un suspect dans l'affaire du meurtre de Tulkinghorn[25].

D'autre part, l'emploi qu'on trouve au jeune Charles dans la manufacture de cirage Warren le hantera à jamais. Comme le rappelle Louis Cazamian, « il y associera le regret de son enfance abandonnée, de son éducation manquée […]. Le travail manuel lui a laissé l'impression d'une souillure »[29]. Cette souffrance physique et cette désespérance morale se reflètent dans le sort du petit Jo, le balayeur de carrefour recommençant indéfiniment sa tâche dans l'isolement et l'oubli de tous, à l'exception de Snagsby qui lui donne une demi-couronne pour soulager sa conscience, puis d'Esther et Woodcourt qui lui viennent en aide, mais trop tard[25].

La « trahison » maternelle[modifier | modifier le code]

Autre traumatisme, l'attitude de sa mère, opposée à l'idée de renvoyer Charles à l'école après la libération de son mari, conduit à un ressentiment encore ressassé trente ans plus tard lorsqu'il écrit dans les Extraits autobiographiques confiés à John Forster : « […] je n'ai rien oublié, je n'oublierai jamais, il m'est impossible d'oublier, par exemple, que ma mère était très désireuse que je retourne chez Warren »[30],[31], blessure expliquant les jeunes enfants abandonnés ou livrés à eux-mêmes dont Dickens a peuplé son œuvre, Oliver, Nell, Smike, Jo, David, Amit, Pipetc.[32].

Dans La Maison d'Âpre-Vent, des mères comme Mrs Jellyby, Mrs Pardiggle, Mrs Woodcourt ajoutent leur négligence à l'inconstance de pères tels Harold Skimpole, Deportment Turveydrop et Mr Chadband[25]. Toutes sont aussi de « mauvaises épouses », à la différence de Mrs Rouncewell, Mrs Bagnet, puis de Caddy et même d'Ada, pétries d'attention protectrice et veillant au bonheur de leur foyer, quoique sans succès pour cette dernière. Comme dans David Copperfield où Peggotty, puis Tante Betsy prennent le relais de Clara, l'adorable maman décédée du héros, la mère par excellence est une mère de substitution en la figure d'Esther, qui, loin de reproduire le schéma qu'elle a connu avec Miss Barbary, brise la chaîne du malheur par son dévouement affectueux envers Ada, Jo, Charley, Caddy, puis ses propres enfants[25]. Quant à John Dickens, qui n'est jamais vraiment tombé en disgrâce aux yeux de son fils malgré son incontinence financière, et qui décède en 1851, deux années avant La Maison d'Âpre-Vent[33], il est possible qu'il ait inspiré certaines facettes de personnages comme Mr Jellyby, victime de son épouse, et même Mr Vholes, néfaste envers Richard, mais bon fils et bon père, sans compter Mr Jarndyce, suffisamment paternel vers la fin du roman pour faire oublier son premier petit souci de soi-même[25].

La vie professionnelle et privée de Dickens et La Maison d’Âpre-Vent[modifier | modifier le code]

Dickens quitte l'école à quinze ans pour entrer dans la vie professionnelle dont les expériences se retrouvent dans ses romans et, à des degrés divers, dans La Maison d'Âpre-Vent.

Premiers emplois et amour du théâtre[modifier | modifier le code]

Il devient d'abord junior clerk, c'est-à-dire employé d'un cabinet d'avocats, activité qui lui a servi pour ses descriptions d'institutions traditionnellement réservées aux professions relevant du droit, par exemple Lincoln's Inn, souvent mentionnée dans le roman, l'une des quatre Inns of Court (littéralement « auberge de la Cour »), et les lieux correspondants, comme Lincoln's Inn Field où se trouvent les bureaux de l'avocat de l'aristocratie, Tulkinghorn, et ses employés, Guppy et Weevle[34]. Il a aussi eu l'occasion de contempler les lourdeurs administratives qu'il présente dans son implacable satire de la Chancellerie, à laquelle il a eu lui-même affaire pour des droits d'auteur, la cour ayant fini par lui donner raison, mais avec des dépens supérieurs aux sommes allouées[35]. Ses efforts pour maîtriser la sténographie l'amènent en tant que reporter-journaliste à la Chambre des communes, ce qui le conduit à parcourir les provinces en diligence, mode de transport qu'on retrouve dans La Maison d'Âpre-Vent, fréquentant relais et auberges à Birmingham, Bristol, Édimbourg, Exeter, Hemlsford et Kettering, et surtout à arpenter la capitale qui devient, écrit Michael Allen, « le centre tourbillonnant de sa vie »[36], autant de souvenirs ayant inspiré la description des quartiers maudits comme « Tom-All-Alone's » ou celui dit « des maçons »[35].

Il y a aussi approfondi son amour du théâtre, Shakespeare comme le music-hall, la farce ou le drame, théâtre qu'il fréquente, selon Forster, presque chaque jour, et dont il connaît acteurs et musiciens[37]. Même si, non sans hésitation, il a choisi les lettres, ajoute Michael Allen, il se donne en représentation, soignant sa tenue vestimentaire jusqu'à une extravagance très flashy (« voyante »), et il observe les gens, imitant les accents, mimant les maniérismes, tous retrouvés dans ses livres[38]. Les romans de Dickens sont, en effet, des prosceniums et des scènes qui, selon Philip V. Allingham, « grouillent d'action et résonnent de voix [venant] de toutes classes et conditions »[39]. Leur théâtralité se révèle au détour de situations-clichés (stock situations) telle l'offre de mariage du tuteur âgé à la jeune pupille, parfois sentimentales jusqu'à l'outrance comme la mort de Jo, de répliques attendues (speech tags) revenant en leitmotiv, comme les métaphores de Sir Leicester sur la béance des vannes et des écluses, peut-être inspirées par le jeu de l'acteur Charles Matthews (1776-1835)[40], virtuose des spectacles en solo, ou encore de déclarations redondantes d'emphase, celles de Chadband surtout, sans doute suggérées par l'autre grand ami de théâtre, William McReady, réputé pour sa diction déclamatrice[41]. C'est là une manière d'écrire visant non l'élite, mais les classes moyenne et populaire que Dickens entend sincèrement promouvoir par l'éducation. Ce thème est très présent dans La Maison d'âpre-Vent, surtout chez Mr Rouncewell, le maître des forges qui, à la différence de Sir Leicester prêt à trouver une sinécure même à ses « cousins dégénérés » (debilitated cousins), refuse les passe-droit et n'accorde de valeur qu'aux efforts de chacun pour s'élever dignement dans la hiérarchie sociale[34].

Quatre femmes[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

L'amour déçu que Dickens a éprouvé à partir de 1830 pour Maria Beadnell, que ses parents banquiers ont éloignée par crainte d'une mésalliance, est toujours resté lancinant en lui. En 1855, vingt-cinq ans après cette rencontre et deux années après la publication de La Maison d'Âpre-Vent, il s'en ouvre encore à son ami John Forster[42]. Même si Maria s'est montrée peu réceptive à son retour de Paris au bout de quatre années[42], il n'est pas vain de voir dans cet épisode douloureux l'une des raisons ayant conduit le romancier à créer le personnage de Lady Dedlock, qui sacrifie son premier amour pour épouser un homme riche. Il ne la condamne jamais pour avoir eu une relation amoureuse et un enfant hors mariage, au contraire, puisque le crime qu'elle expie est d'avoir si longtemps trahi son cœur[34].

Et le jugement qu'il porte envers sa propre épouse, qu'il accuse d'être une mère négligente[43], a pu l'inciter à aiguiser encore ses portraits de femmes comme Mrs Jellyby et Mrs Pardiggle. En outre, Dickens a été un père exigeant, désireux de voir ses fils entrer très tôt et avec succès, comme il l'avait lui-même fait, dans la vie active. Il lui est arrivé d'être déçu[44], d'où, vraisemblablement, sa dénonciation sans concession des indécisions de Richard Carstone, jeune homme velléitaire dont il suit la déchéance jusqu'à la mort[34].

Deux de ses belles-sœurs ont beaucoup compté pour lui, Mary Scott[45] et Georgina Hogarth[46]. La première, morte à dix-sept ans dans ses bras, s'est vue idéalisée dans des figures d'« ange du foyer »[47], telle Ada Clare dans La Maison d'Âpre-Vent, ou encore, par certains aspects, Esther Summerson, chacune portant un nom évoquant la pureté ensoleillée[48]. Georgina, qui a suivi Dickens après son divorce et est restée auprès de lui jusqu'à sa mort, dont il a loué la discrète efficacité[49], ressemble beaucoup à Mrs Rouncewell, la diligente gouvernante des Dedlock, voire à Esther dans son rôle de maîtresse de maison et de mère de substitution[34]. Cependant, à la différence de Georgina qui a refusé tous les prétendants lui ayant été présentés[49], Dickens a tenu a doter cette dernière d'un statut féminin plus épanoui, puisque, après l'épisode de la proposition de mariage émanant de Jarndyce, elle peut enfin épouser l'homme qu'elle aime, valeureux comme elle, Allan Woodcourt. En somme, Esther Summerson représenterait Georgina telle qu'il l'eût vraiment souhaitée[34].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Texte[modifier | modifier le code]

Traduction en français[modifier | modifier le code]

  • (fr) Charles Dickens (trad. Mme H. Loreau, sous la direction de Paul Lorain), Bleak-House, Paris, Hachette, , 402 p. (1re éd. française : 1857), disponible sur Wikisource Bleak-House/Texte entier.

Ouvrages généraux[modifier | modifier le code]

  • (en) Paul Schlicke, Oxford Reader’s Companion to Dickens, New York, Oxford University Press, , 675 p. (ISBN 978-0-198-66253-2).
  • (en) Paul Davis, Charles Dickens from A to Z, New York, Checkmark Books, , 432 p. (ISBN 0-8160-4087-7).
  • (en) John O. Jordan, The Cambridge companion to Charles Dickens, New York, Cambridge University Press, .
  • (en) David Paroissien, A Companion to Charles Dickens, Chichester, Wiley Blackwell, , 515 p. (ISBN 978-0-470-65794-2).
  • (en) Paul Davis, Critical Companion to Charles Dickens, A Literary Reference to His Life and Work, New York, Facts on File, Inc., , 689 p. (ISBN 0-8160-6407-5).

Ouvrages spécifiques[modifier | modifier le code]

Charles Dickens et son œuvre[modifier | modifier le code]

  • (en) Charles Dickens (Lettres) (Graham Storey, Kathleen Tillotson, Madeline House), The Letters of Charles Dickens, Pilgrim Edition, vol. 12, Oxford, Clarendon Press, (ISBN 978-0199245963).
  • (en) John Forster, The Life of Charles Dickens, Londres, J. M. Dent & Sons, 1872-1874, édité par J. W. T. Ley, 1928.
  • (en) Louis Cazamian, Le roman social en Angleterre, 1830-1850 : Dickens, Disraeli, Mrs Gaskell, Kingsley, Paris, H. Didier, .
  • (fr) Sylvère Monod, Dickens romancier, Paris, Hachette, , 520 p.
  • (en) Arthur A. Adrian, Georgina Hogarth and the Dickens circle, New York, Kraus, , 320 p., d'abord publié par Oxford University Press en 1957 (320 pages)
  • (en) John Butt et Kathleen Tillotson, Dickens at Work, Londres, Methuen, , 250 p.
  • (en) John Hillis-Miller, Charles Dickens, The World of His Novels, Harvard, Harvard University Press, , 366 p. (ISBN 9780674110007)
  • (en) E. D. H. Johnson, Random House Study in Language and Literature Series, New York, Random House, , 251 p., « Charles Dickens: An Introduction to His Novels »
  • (en) A. E. Dyson, The Inimitable Dickens, Londres, Macmillan, , 304 p. (ISBN 0333063287)
  • (en) George Leslie Brook, The Language of Dickens, Londres, A. Deutsch, , 269 p.
  • (en) Angus Wilson, The World of Charles Dickens, Harmondsworth, Penguin Books, , 312 p. (ISBN 9780140034882), (fr) traduit par Suzanne Nétillard, Paris, Gallimard, 1972, 277 p.
  • (en) Michael Slater, Dickens and Women, Londres, J. M. Dent & Sons, Ltd., (ISBN 0-460-04248-3).
  • (en) Alexander Welsh, The City of Dickens, Cambridge (Mass.) et Londres, Harvard University Press, , 232 p.
  • (en) Claire Tomalin, The Invisible Woman : The Story of Nelly Ternan and Charles Dickens, New York, Knopf, (ISBN 0-14-012136-6)
  • (en) Peter Ackroyd, Charles Dickens, Londres, Vintage, (1re éd. 1991), 624 p. (ISBN 978-0099437093), (fr) traduit par Sylvère Monod, Paris, Stock, 1993, 1234 p.
  • (en) R. E. Pritchard (éd.), Dickens's England : Life in Victorian Times, Stroud, Gloucestershire, The History Press, , 284 p.
  • (en) Claire Tomalin, Charles Dickens : a life, Hardmondsworth, Penguin, , 576 p. (ISBN 978-0141036939)
  • (en) Peter Ackroyd, Dickens, New York, Harper Perennials, , 1195 p. (ISBN 9780060922658)
  • (en) Gladys Storey, Dickens and Daughter, Londres, Muller,
  • (en) Lillian Nayder, The other Dickens: a life of Catherine Hogarth, Ithaca, NY, Cornell University Press, , 359 p. (ISBN 978-0-8014-4787-7)
  • (fr) Zaynab Obayda, L'enfance orpheline et la défaillance parentale dans les romans de Dickens : le génie stylistique de l'écrivain engagé, Nancy, Université Nancy 2,

La Maison d'Âpre-Vent[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]
  • (en + fr) Robert Ferrieux, Bleak House, Perpignan, Université de Perpignan Via Domitia, , 162 p.
  • (en) Harold Bloom, Dickens's Bleak House, Londres, Chelsea House Pub, , 175 p. (ISBN 978-0877547358)
  • (en) George Orwell, Tobias Smollett: Scotland's Best Novelist, Londres, Tribune, .
Esther Summerson[modifier | modifier le code]
  • (en) James H. Broderick et John E. Grant, Modern Philology, Chicago, The University of Chicago Press, , « The Identity of Esther Summerson », p. 252 sq.
  • (en) Judith Wilt, Nineteenth-Century Fiction, Berkely, University of California Press, , « Confusion and Consciousness in Dickens's Esther », p. 275 sq.
  • (en) Paul Eggert, Dickens Studies Newsletter, vol. 11, , « The Real Esther Summerson », p. 74-81.
  • (en) Lawrence Frank, Dickens Studies Annual, vol. 4, Brooklyn, AMS Press, Inc., , « Through a Glass Darkly, Esther Summerson and Bleak House », p. 92 sq.
Autres personnages[modifier | modifier le code]
  • (en) Trevor Blount, Nineteenth-Century Fiction, vol. 21, No. 2, Berkeley, University of California Press, , « Sir Leicester Dedlock and 'Deportment' Turveydrop, Some Aspects of Dickens's use of parallelism », p. 149 sq.
  • (en) Eugene F. Quirk, The Journal of English and Germanic Philology, vol. 72, No. 4, Urbana, IL 61801, University of Illinois Press, , « Tulkinghorn's Buried Life, a Study of Character in Bleak House », p. 526 sq.
  • (en) Harvey Peter Sucksmith, Dickens Studies Annual: Essays on Victorian Fiction, vol. 4, Brooklyn, N. Y. 11205-1073, AMS Press, Inc., (ISBN 0-404-18524-X), « Sir Leicester Dedlock, Wat Tyler and the Chartists in Bleak House, the Role of the Ironmaster in Bleak House ».
Société, histoire, ville[modifier | modifier le code]
  • (en) John Butt, Nineteenth-Century Fiction, 10.1, , « Bleak House in the Context of 1851 », p. 1-21.
  • (en) Trevor Blount, The Review of English Studies, New Series, vol. XIV, Oxford, Oxford University Press, , « Society and the Sloane Scandal of 1850 Again », p. 63.
  • (en) Trevor Blount, Modern Language Quarterly, 25(3), Washington, University of Washington Press, , « The Chadbands and Dickens's View of Dissenters », p. 295-307.
  • (en) Trevor Blount, The Modern Language Review, vol. 60, No. 3, , « Dickens's Slum satire in Bleak House », p. 340-351, publié par Modern Humanities Research Association Stable, « La satire des taudis », sur jstor.org (consulté le 11 avril 2013).
  • (en) Philip Collins, Dickens Studies, vol. 3, Los Angeles, University of California Press, , « Bleak House and the Sloane Scandal of 1850 », p. 63.
  • (en) Ellen Moers, The Dickensian, 69, , « Bleak House, the Agitating Women », p. 13-24.
  • (en) Brenda Ayres, Dissenting Women in Dickens' Novels: The Subversion of Domestic Ideology, Westport, CT, Greenwood Press, , 204 p..

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il est également possible que Dickens ait pris comme modèle d'efficacité sa belle-sœur Georgina Hogarth qui l'a suivi à Gad's Hill Place après son divorce et lui a servi de gouvernante pendant le reste de sa vie.
  2. Il a d'abord été lieutenant, puis a obtenu un poste de responsabilité (Chief Conductor of Monies in Town) avec un logement de fonction dans Somerset House.
  3. Les ouvrages cités ont pour auteurs Tobias Smollett, Henry Fielding, Oliver Goldsmith, Miguel de Cervantes, Alain-René Lesage et Daniel Defoe.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Tzvetan Todorov, Qu'est-ce que le structuralisme ?, « Poétique », tome 2, Paris, Le Seuil, 1973.
  2. a b c d e f g et h Robert Ferrieux 1983, p. 1.
  3. a et b Charles Dickens 1977, p. xi.
  4. a b c et d David Paroissien 2011, p. 4.
  5. Charles Dickens 1977, p. 221.
  6. « Gad's Hill Place », sur perryweb.com (consulté le 24 août 2013).
  7. « Gad's Hill Place », sur perryweb.com (consulté le 5 octobre 2013).
  8. a b c d et e Robert Ferrieux 1983, p. 4.
  9. « Dickens et la verdure », sur dadamo.com (consulté le 25 août 2013).
  10. Charles Dickens 1977, p. 363-364.
  11. a b et c John O. Jordan 2001, p. 3.
  12. a et b Robert Ferrieux 1983, p. 2.
  13. « Personnages de Bleak House », sur gradesaver.com (consulté le 25 août 2013).
  14. George H. Ford, Self-help and the Helpless in Bleak House, From Jane Austen to Joseph Conrad, Essays Collected in Memory of James T. Hillhouse, éd. Robert C. Rathburn, Martin Steinmann, Minesota, University of Minesota, 1958, p. 105.
  15. William J. Carlton, Links with Dickens in the Isle of Man, J. Manx Museun vol VI #65, décembre 1941, p. 42-45.
  16. a et b Robert Ferrieux 1983, p. 3.
  17. Charles Dickens, David Copperfield, chapitre IV, traduction de Paul Lorrain, Paris, Hachette et Cie, 1894, Tome 1, p. 58.
  18. « Charles Dickens », sur academic.brooklyn.cuny.edu (consulté le 7 octobre 2013).
  19. a b et c Robert Ferrieux 1983, p. 61.
  20. Marthe Robert, Roman des Origines et Origines du Roman, Paris, Grasset, 1972, p. 82-83.
  21. George Orwell, Tobias Smollett: Scotland's Best Novelist, Tribune, Londres, 22 deptembre 1944.
  22. José-André Lacour, Présentation, Roderick Random, Paris, Les Belles Lettres, 2013.
  23. John Forster 1872-1874, p. 13.
  24. « Charles Dickens cité par John Forster », sur dickens.stanford.edu (consulté le 30 janvier 2013).
  25. a b c d e f et g Robert Ferrieux 1983, p. 5.
  26. Charles Dickens, Extraits autobiographiques, « Charles Dickens et la manufacture Warren », sur dickens.stanford.edu (consulté le 4 octobre 2013).
  27. John Forster 1872-1874, p. 23.
  28. 1993, p. 46.
  29. Louis Cazamian 1934, p. 210.
  30. Cité par John Forster, d'après Charles Dickens, « Additional Note - December 1833 », A Charles Dickens Journal, « Journal de Charles Dickens », sur dickenslive.com (consulté le 27 janvier 2013).
  31. Angus Wilson 1972, p. 58.
  32. David Paroissien 2011, p. 6.
  33. David Paroissien 2011, p. 11.
  34. a b c d e et f Robert Ferrieux 1983, p. 8.
  35. a et b Robert Ferrieux 1983, p. 6.
  36. David Paroissien 2011, p. 6-7.
  37. John Forster 1872-1874, p. 395.
  38. David Paroissien 2011, p. 7.
  39. (en) Philip V. Allingham, An Overview of Dickens's Picaresque Novel Martin Chuzzlewit, Thunder Bay, Ontario, Lakehead University, , p. 1.
  40. Philip V. Allingham, « Le théâtre londonien du temps de Dickens », sur victorianweb.org (consulté le 1er septembre 2013).
  41. Robert Ferrieux 1983, p. 7.
  42. a et b « Spartacus Educational sur la relation entre Charles Dickens et Maria Beadnell », sur spartacus.schoolnet.co.uk (consulté le 2 septembre 2013).
  43. Charles Dickens, Household Words, 12 juin 1858.
  44. David Paroissien 2011, p. 9.
  45. (en) Paul Schlicke, Oxford Reader’s Companion to Dickens, Oxford, Oxford University Press, (ISBN 0-19-866253-X), « Michael Slater, "Hogarth, Mary Scott" », p. 272
  46. Paul Davis 1999, p. 98.
  47. (en) Michael Slater, Dickens and Women, Londres, J. M. Dent & Sons, Ltd., (ISBN 0-460-04248-3), p. 77-102.
  48. Paul Schlicke 2000, p. 279.
  49. a et b Charles Dickens 2002, Lettre du 3 mai 1860.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 17 octobre 2013 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 17 octobre 2013 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.