Le Grillon du foyer (nouvelle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Grillon du foyer.

Le Grillon du foyer
Image illustrative de l’article Le Grillon du foyer (nouvelle)
Frontispice de la seconde édition (1846)
Publication
Auteur Charles Dickens
Titre d'origine
The Cricket on the Hearth. A Fairy Tale of Home
Langue Anglais britannique
Parution 1845
Traduction française
Traduction Louise Swanton Belloc
Parution
française
1847[1]
Intrigue
Genre Conte fantastique

Le Grillon du foyer (titre original : The Cricket on the Hearth. A Fairy Tale of Home) est une nouvelle de Charles Dickens parue en Angleterre le . C'est le troisième des cinq contes de Noël de Dickens, les autres étant : Un chant de Noël (A Christmas Carol, 1843), The Chimes (1844), La Bataille de la vie (The Battle of Life, 1846), The Haunted Man and the Ghost's Bargain (1848) ; c'est aussi l'un des plus populaires[2].

Résumé[modifier | modifier le code]

John Peerybingle, un coursier pauvre, mari dévoué et affectueux, vit avec sa jeune épouse Dot, femme aimante, son bébé (un garçon) et la nurse, Tilly. Un grillon stridule dans le foyer, ce qui est considéré comme un porte-bonheur, car « chacun sait qu'un grillon de cheminée porte bonheur à une maison »[3]. Un jour, un vieil inconnu mystérieux rend visite à la famille, qui l'héberge pour quelques jours.

Leur voisin, l'avare M. Tackleton, emploie dans son atelier de jouets le pauvre Caleb, qui a une fille aveugle, Bertha, et un fils, Edward, parti en Amérique du Sud, dont on n'a plus de nouvelles et dont on pense qu'il est mort. Tackleton est sur le point d'épouser May, la promise d'Edward, bien qu'elle ne l'aime pas et songe toujours à son soupirant disparu.

Le grillon du foyer s'arrête de striduler et une atmosphère lourde semble peser sur la maison de John et Dot. Tackleton croit que la femme de John l'a trompé, et lui fait voir en cachette comment Dot prend dans ses bras leur mystérieux pensionnaire ; celui-ci apparaît, sous son déguisement, bien plus jeune qu'il ne veut le faire croire. John est anéanti car il aime profondément sa femme. Après mûre réflexion, il se résout à faire annuler leur contrat de mariage et songe même à tuer l'inconnu.

À la fin, on apprend que le mystérieux pensionnaire n'est autre qu'Edward, revenu incognito des Amériques. Dot peut alors prouver qu'elle a toujours été fidèle à son mari, et Edward épouser May avant la date programmée pour son mariage avec Tackleton. Ce dernier, ému par l'esprit de fête qui règne, ne s'oppose pas à l'union des deux tourtereaux. Et le grillon se remet à striduler.

Adaptations[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

Au cinéma
Au théâtre

Éditions françaises[modifier | modifier le code]

  • 1847 : Les Contes de Noël (recueil), par Charles Dickens, traduits de l'anglais par Mme Louise Swanton Belloc ; Paris : J. Renouard, 2 vol. in-18. Comprend : I. Le Grillon du foyer. Les Ombres de Noël ; II. Le Carillon du Nouvel an. La Vie est un combat, Victoire du cœur. (notice BnF no FRBNF30340180) Lire en ligne sur Gallica
  • 1853 : Le Grillon du foyer de Charles Dickens. Traduit par Ferdinand Colincamp ; Paris : Librairie Hachette, collection « Bibliothèque des chemins de fer », 166 p.(notice BnF no FRBNF30340241)

Source[modifier | modifier le code]

  • (en) Frederic G. Kitton : The Minor Writings of Charles Dickens, 1900 ; Londres : Elliot Stock.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (notice BnF no FRBNF30340180)
  2. [1]
  3. Extrait du livre.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]