Marshalsea

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant Londres image illustrant l’histoire
Cet article est une ébauche concernant Londres et l’histoire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Marshalsea
Marshalsea prison, London, 18th century (3).jpg

Gravure représentant la prison au XVIIIe siècle

Présentation
Type
Statut patrimonial
Monument classé de Grade II (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays
Région
Surrey (maintenant Londres)
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de Londres
voir sur la carte de Londres
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Angleterre
voir sur la carte d’Angleterre
Red pog.svg
Localisation sur la carte du centre de Londres
voir sur la carte du centre de Londres
Red pog.svg

La prison Marshalsea est une prison aujourd'hui disparue ayant existé entre 1373 et 1842. De 1373 à 1811, elle était située à historiquement située à Southwark sur la rive Sud de la Tamise dans le Surrey, au sud de Londres. Puis, de 1811 à 1842, elle a été déplacée à Londres, en Angleterre. De 1329 à sa fermeture en 1842 y étaient envoyés différents types de condamnés : des criminels maritimes (ex: piraterie), des personnalités politiques et intellectuelles accusées de rébellion, et même des débiteurs. La renommée de cette prison provient de cet emprisonnement pour dettes, et plus particulièrement de l'emprisonnement des plus pauvres[1],[2]. Au XVIIIe siècle, environ la moitié des prisonniers d'Angleterre, étaient incarcérés pour dette[3].

Gérée dans un but lucratif, comme toutes les prisons anglaises jusqu'au XIXe siècle, Marshalsea avait une architecture semblable à un collège d'Oxbridge, et fonctionnait comme une entreprise d'extorsion de fond[4]. Au XVIIIe siècle, les débiteurs condamnés, qui en avaient les moyens financiers pouvaient avoir accès à un bar, un magasin et un restaurant. Toujours sous condition sonnante et trébuchante, ils pouvaient s'offrir le privilège d'être autorisés à sortir pendant la journée, et donc d'augmenter leurs chances de rembourser leurs créanciers. Les autres, étaient entassés avec des dizaines d'autres condamnés dans l'une des neuf petites chambres. L’incarcération pouvait durer des années, y compris pour la plus petite des dettes ; d'autant plus qu'elle pouvait avoir augmenté du fait de l'accumulation des factures des frais de la prison[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jerry White, « Pain and Degradation in Georgian London: Life in the Marshalsea Prison », History workshop journal, Oxford, Oxford University Press, vol. 1, no 68,‎ (DOI 10.1093/hwj/dbp011, résumé)
  2. (en) Jerry White, London In The Eighteenth Century: A Great and Monstrous Thing., Random House, (ISBN 9781448129539, présentation en ligne).
  3. (en) Tambling 2009, p. 56; voir aussi White 2012, p. 447: En 1779, 945 des 1 500 prisonniers de Londres sont incarcérés pour dettes.
  4. (en) Ginger 1998, pp. 41, 217.
  5. (en) Ginger 1998, pp.41-46.