Popillii

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Poppilia)
Aller à : navigation, rechercher
Popillii
Gens Popillia
Autre(s) nom(s) Popilii
Gens Popilia
Branches
Sous la République Laenas, Achaicus Quietus

Légende :

Patricien, Plébéien, Consulaire, Sénatorial, Équestre

Période IVe - Fin Ier siècle av. J.-C.
Magistratures occupées
sous la République
Censure 1 fois
Consulat 10 fois
Tribunat plébéien 1 fois
Gens et Liste des gentes romaines

Les Popillii ou Popilii[n 1] sont les membres d'une gens romaine plébéienne d'origine étrusque, dont les membres de la branche principale portent le cognomen Laenas. Cette branche s'éteint durant le règne d'Auguste avec la mort de Paulla Popillia[1]. Une autre branche mineure de la famille est connue grâce à une inscription funéraire et porte le cognomen Achaicus Quietus[m 1].

Principaux membres[modifier | modifier le code]

Popillii Laenates[modifier | modifier le code]

Laenas (Laenates au pluriel) est le cognomen porté par les membres de la seule branche de la famille plébéienne des Popillii qui a atteint le consulat, demeurée célèbre pour la cruauté et l'arrogance dont ont fait preuve ses membres durant le IIe siècle av. J.-C. Selon Cicéron, le surnom dérive du terme laena désignant le manteau sacerdotal que porte Marcus Popillius Laenas, consul en 359 av. J.-C. et flamine de Carmenta, alors qu'il s'apprête à accomplir un sacrifice officiel. Apprenant que la Plèbe se soulève contre le Sénat, il se rend sur le Forum revêtu du manteau et parvient à calmer les plébéiens par un discours[a 1],[m 2].

Membres masculins[modifier | modifier le code]

Membres féminins[modifier | modifier le code]

Popillia (ou Popilia) est le nom donné aux femmes de la gens Popillia.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. On trouve la forme Popilius dans les textes de Tite-Live ou Dion Cassius. La forme Popillius est présente dans la transcription des fastes capitolins.

Références[modifier | modifier le code]

  • Sources modernes :
  1. a et b Szramkiewicz 1972, p. 119.
  2. Kelly 2006, p. 72.
  3. a et b Kelly 2006, p. 80.
  4. a et b Kelly 2006, p. 79.
  5. a et b Szramkiewicz 1972, p. 180.
  6. Kelly 2006, p. 73.
  • Autres sources modernes :
  1. H.L. Wilson, Latin Inscriptions at the Johns Hopkins University VII dans American Journal of Philology, Vol. 33, 1912, p. 182-183
  2. Charles Guérin, Persona : Antécédents grecs et première rhétorique latine, Vrin, 2009, p. 254
  3. a et b Fabio Mora, Fasti e schemi cronologici : la riorganizzazione annalistica del passato remoto romano, Franz Steiner Verlag, 1999, p. 276
  4. Tom W. Hillard, Popilia and the Laudationes Funebres for Women, Journal of the Australian Society for Classical Studies, Vol. 35, 2001, pp. 45-63
  • Sources antiques :
  1. Cicéron, Brutus, 56
  2. Cicéron, De oratore, II, 11

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Gordon P. Kelly, A History of Exile in the Roman Republic, Cambridge University Press, , 258 p.
  • (en) Romuald Szramkiewicz, Les gouverneurs de province à l'époque augustéenne, vol. 1, Fernand Lanore,