Genucii

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Genucii
Gens Genucia

Branches
Sous la République ?Augurinus, Aventinensis et Clepsina

Légende :

Patricien, Plébéien, Consulaire, Sénatorial, Équestre

Magistratures occupées
sous la République
Consulat 9 fois
Tribunat consulaire 2 fois
Décemvirat consulaire 1 fois
Tribunat plébéien 3 fois

Gens et Liste des gentes romaines

Les Genucii sont les membres d'une gens romaine comportant peut-être une branche patricienne et plusieurs branches plébéiennes. Ils occupent des magistratures tout au long de la République.

Cognomina[modifier | modifier le code]

Les Genucii ont pour cognomina principaux Augurinus (peut-être la branche patricienne), Aventinensis et Clepsina.

Principaux membres[modifier | modifier le code]

Branches diverses[modifier | modifier le code]

Branches des Augurini[modifier | modifier le code]

Cette branche comporte des éléments plébéiens, mais Titus Genucius Augurinus fait partie du premier collège de décemvirs à pouvoir consulaire qui ne sont que des patriciens selon Denys d'Halicarnasse[a 1]. Toutefois, ce principe n'est pas toujours appliqué par Tite-Live et les Fastes capitolins[1]. Il paraît en fait peu probable que le premier collège n'ait été constitué que de patriciens, certains nomina des membres, comme Genucius ou Minucius selon les sources, sont plébéiens[2]. En ce qui concerne Cnaeus Genucius Augurinus, dernier représentant des Augurini, il paraît certain qu'il soit plébéien.

Branches des Aventinenses et Clepsinae[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Sources modernes :
  1. Broughton 1951, p. 46.
  2. Briquel 2000, p. 194.
  • Sources antiques :
  1. Denys d'Halicarnasse, Antiquités romaines, X, 56

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) T. Robert S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic : Volume I, 509 B.C. - 100 B.C., New York, The American Philological Association, coll. « Philological Monographs, number XV, volume I », , 578 p.
  • Dominique Briquel, « La nuit du Ve siècle », dans François Hinard (dir.), Histoire romaine. Tome I, Des origines à Auguste, , 1080 p. (ISBN 978-2-213-03194-1), p. 163-202