Aburii

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Aburii
Gens Aburia
Description de cette image, également commentée ci-après
Denier frappé en 132 ap. J.-.C par un Aburius Geminus. À l'avers, la tête casquée de Rome avec, sous le menton, une marque de valeur (XVI) en monogramme. Au revers est représenté Sol dans un quadrige. La présence de cette divinité rappelle le nomen Aburius qui peut se rapprocher d'amburere (« brûler »).
Branches
Sous la République Geminus (?)
Sous l'Empire Bassus

Légende :

Patricien, Plébéien, Consulaire, Sénatorial, Équestre

Période IIe siècle av. J.-C. - Ier siècle
Magistratures occupées
sous la République
Tribunat plébéien 1 fois

Gens et Liste des gentes romaines

Les Aburii sont les membres de la gens plébéienne Aburia, en étrusque Aparies, une famille de la Rome antique venue d’Étrurie. Cette famille connait son ascension aux derniers siècles de la République. Le membre le plus connu de celle-ci est Marcus Aburius, préteur pérégrin en 176 av. J.-C. ; elle est temporairement éclipsée de la scène politique pendant les guerres civiles, avant un retour dans l'ordre sénatorial à l'époque flavienne.

Origines et cognomina[modifier | modifier le code]

Les premiers Aburii seraient originaires de Caere, une ville étrusque[1], où ils portent le gentilice Aparies[2]. On trouve mention, sur certaines monnaies, du cognomen abrégé GEM, qui peut probablement se transcrire comme Geminus. La gens disparaît du Sénat avant Jules César[3] puis réapparaît au cours du Ier siècle, où une branche des Aburii de rang sénatorial porte le cognomen Bassus et atteint le consulat à la fin du Ier siècle.

Principaux membres[modifier | modifier le code]

Sous la République[modifier | modifier le code]

Sous l'Empire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Sources antiques :
  • Sources modernes :
  1. a b et c Torelli 1995, p. 45.
  2. Torelli 1995, p. 52.
  3. Torelli 1995, p. 49.
  4. Broughton 1951, p. 369.
  5. Broughton 1951, p. 400.
  6. Broughton 1951, p. 418.
  7. a et b Broughton 1986, p. 226.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) T. Robert S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic : Volume I, 509 B.C. - 100 B.C., New York, The American Philological Association, coll. « Philological Monographs, number XV, volume I », , 578 p.
  • (en) T. Robert S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic : Volume III (Supplement), Scholars Press,
  • (en) Mario Torelli, Studies in the Romanization of Italy, University of Alberta,