Pisteur-secouriste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pisteur-secouriste
Ski Patroller.jpg
Un pisteur-secouriste durant une opération de secours sur piste de ski.
Appellation
pisteur-secouriste, patrouilleur des pistes (Amérique du Nord)
Secteur d'activité
Compétences requises
Niveau de formation
Contraintes
saisonnalité
Risques
risques de la montagne
Codes
IDEO (France)
ROME (France)
K1705

Un pisteur-secouriste, ou patrouilleur des pistes en Amérique du Nord, est un professionnel qui participe activement à la sécurité hivernale en montagne dans les stations de sports d'hiver, notamment en assurant le secours et le déclenchement préventif d'avalanches sur leurs domaines skiables et leurs pistes de ski.

Pisteur-secouriste en France[modifier | modifier le code]

Métier[modifier | modifier le code]

Les pisteurs secouristes travaillent en équipe, au sein d’un domaine skiable, sur tous les itinéraires accessibles par gravité depuis les remontées mécaniques, c'est-à-dire sur piste et hors piste, dans le domaine de concession.

Leur rôle est d’assurer l’accueil et l’information des usagers, la prévention des risques, et de porter secours et assistance aux personnes blessées ou en difficulté.

Leurs missions :

  • prévention et entretien sur le domaine skiable : balisage et jalonnage (mise en place de jalon pour délimiter le bord des pistes), protection contre les dangers (signalisation), suppression des dangers lorsque cela est possible, ouverture et fermeture des pistes, déclenchement artificiel des avalanches, prévision du risque d'avalanche, entretien et remise en état du matériel attribué au service, patrouille, rapport journalier ;
  • accueil et information du public ;
  • secours : évacuation sur les pistes et hors piste, secours en avalanche, participation aux évacuations téléportées, recherches des personnes disparues sur le domaine skiable, renfort des équipes de secours en montagne (type PGMH), permanence et coordination des secours, entretien du matériel de secours...

Formation[modifier | modifier le code]

Pré requis (premier degré)[modifier | modifier le code]

  • Être majeur.
  • Être titulaire du PSE 1 et du PSE 2 à jour de formation continue : formation commune à tous les secouristes professionnels, volontaires ou bénévoles quel que soit leur milieu d’intervention.
  • Pour l'option ski alpin :
    • être titulaire de la flèche de vermeil[1] : slalom géant de 25 à 35 portes sur 250 mètres de dénivelé. Le calcul des performances se fait selon le pourcentage autorisé en plus du temps de base réalisé par un ouvreur moniteur ESF (or : de 0 à 15 % - vermeil : de 15,01 à 28 % - argent : de 28,01 à 40 % - bronze : de 40,01 à 45 % - fléchette : de 45,01 à 50 %) ;
    • être titulaire du test technique : épreuve de descente en hors piste ou sur piste non damée, reconnue à l’avance, d'un dénivelé maximum de 400 mètres. Il est destiné à évaluer la capacité du candidat à skier sur un parcours varié non préparé et sur tout type de neige naturelle. Seuls les skieurs « solides » sont retenus. Le candidat est noté par plusieurs jurés disposés le long de la descente et doit obtenir une moyenne supérieure à 12/20 pour être retenu.
  • pour l'option ski nordique :
    • être titulaire du test technique : parcours d'endurance chronométré à ski de fond sur 15 kilomètres avec sac à dos de 10 kilos ; et atelier technique en montée, en terrain plat et en descente pour vérifier l'aisance en toute neige.

Des lycées préparent aux métiers de la montagne et au métier de pisteur secouriste, par exemple le Centre de formation aux métiers de la montagne à Thônes (Haute-Savoie), ou la section biqualifiante montagne au lycée Ambroise Croizat à Moutiers (Savoie).

Brevet national de pisteur-secouriste[modifier | modifier le code]

La formation initiale, intitulée « Formation au diplôme de pisteur-secouriste premier degré », est assurée par des organismes de formation au niveau départemental. Ces organismes organisent aussi le test-technique permettant d'accéder à la formation. La formation dite de « premier degré »[2], s'étale sur 5 semaines consécutives. Elle comprend deux modules de formation. Il existe deux types de formations initiales, afin de pouvoir travailler sur deux types de stations différentes: l'option ski alpin et l'option ski nordique. Les tests techniques sont aussi différents pour ces deux types de formations.

La première partie de la formation est commune aux deux diplômes. Elle dure deux semaines, c'est une partie théorique. Elle apporte au futur pisteur des bases en météorologie de la montagne et en nivologie (connaissance des différents types de neiges, etc.), mais aussi des notions sur l'administration et la réglementation du métier, et elle introduit aux techniques et aux moyens d'intervention, de déplacements et de liaisons spécifiques à la sécurité en montagne. Enfin elle apporte des informations sur les engins de déplacements motorisés sur neige, sur les remontées mécaniques et sur les hélicoptères.

Cette partie est évaluée par un examen écrit et permet d'obtenir les « connaissances générales du milieu montagnard » (CGMN).

Le second module de formation est intitulé « formation spécifique », c'est la partie pratique de la formation. D'une durée de 3 semaines, il permet d'apprendre les bases du métier aux futurs pisteur-secouristes. Elle diffère entre les deux disciplines.

Pour le ski alpin, ce module apprend notamment aux futurs pisteurs les techniques de secourisme adapté au milieu de la montagne. Cela permet d'apprendre plus spécifiquement les types d'accidents rencontrés fréquemment dans ce métier (accidents dus au froid, accidents dus à l'environnement : soleil, altitude, etc.), et les techniques de secourismes adaptées avec l'utilisation de traîneaux (moyen d'évacuation d'une victime, utilisé sur piste damée, se conduisant à une seule personne) et de barquettes (moyen d'évacuation d'une victime adapté aux pistes non-damées ou au hors-piste, se conduit à deux). Les futurs pisteurs s'entraînent aussi au secours en avalanche et à l'utilisation d'un détecteur de victimes d'avalanches (DVA). Ils étudient aussi sur le terrain la nivologie : il leur faut comprendre et connaître les principaux types d'avalanches et causes du déclenchement.

Pour le ski nordique, la partie pratique est divisée en deux unités de formation. La première s'intitule « sécurité, secours ». Comme pour l'option ski alpin, elle permet d'apprendre aux futurs pisteurs les techniques de secourisme adapté au milieu de la montagne. Le contenu de cette partie est adaptée à la pratique spécifique du ski nordique.La seconde s'intitule « aménagement, entretien, gestion ». Elle apprend aux futurs pisteurs comment entretenir les pistes de ski de fond. Ils apprennent comment se conduisent les engins de damage. Mais aussi la météorologie et la nivologie afin de connaître le manteau neigeux et la nivologie spécifique au damage.

À l'issue de ces semaines de formation le diplôme délivré est celui du Brevet national de pisteur secouriste 1er degré, délivré par le Ministère de l’Intérieur.

Possibilités d'évolution du métier[modifier | modifier le code]

Un pisteur effectue un tir lancé lors d'un plan d'intervention et de déclenchement d'avalanche (PIDA).

Après avoir effectué deux saisons comme pisteur secouriste 1er degré, les pisteurs-secouristes peuvent en outre être spécialisés en nivologie (observateur nivo-météorologiste), être artificier afin de manier les explosifs et engins nécessaires au déclenchement préventif des avalanches, être maître-chien pour rechercher des victimes ensevelies sous des coulées de neige ou des avalanches, ou être maître-pisteur pour former les futurs professionnels[3].

Les pisteurs-secouristes peuvent aussi au cours de leurs carrière passer deux autres formations dites de « deuxième » et de « troisième » degrés, dispensée par l'École nationale de ski et alpinisme (ENSA), afin d'approfondir leur métier et d'avoir plus de responsabilité au sein d'une équipe de pisteurs[4].

Comme tâches annexes, ce sont aussi des pisteurs-secouristes qui peuvent conduire les installations d'enneigement automatique sur les domaines skiables.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines de la profession[modifier | modifier le code]

Le premier service des pistes fut créé dans les années 1950 à Courchevel par Émile Allais et Jean Catellin, tous deux précurseurs de la profession.

Les dates importantes de la profession[modifier | modifier le code]

  • Brevet fédéral de patrouilleur : années 1950, délivré par la FFS.
  • Pisteur régional : années 1960, délivré par la FFS.
  • Pisteur national : années 1960, délivré par l’ENSA.
  • Pisteur chef : années 1960, délivré par l’ENSA.
  • 1966, naissance de l’ANPS devenue ANPSP ; deux actions : promouvoir le métier et favoriser les actions de formation.
  • Brevet national de pisteur-secouriste : décret no 79-869 du .
  • À la suite de la réforme du secourisme de 1992, il est institué un nouveau Brevet national de pisteur-secouriste : décret no 92-1379 du .

Patrouilleur de ski au Canada[modifier | modifier le code]

La formation des patrouilleurs de ski au Canada est gérée principalement par la Patrouille canadienne de ski, qui est composée de neuf divisions. La formation initiale comporte deux volets, notamment les premiers soins avancés et les opérations sur neige.

Dans chaque province, il y a également certains organismes qui offrent une formation équivalente. Par exemple, au Québec, il existe quatre organismes de formation alternatifs : l'Institut national de secourisme du Québec, le Groupe Montagne Explore, Trauma Experts et Station Mont Sainte-Anne[5].

Pisteur-secouriste en Suisse[modifier | modifier le code]

Autres pays[modifier | modifier le code]

Patrouille à ski prenant en charge un skieur blessé, Aspen, États-Unis, février 1974.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cette épreuve est définie et organisée par l'école du ski français.
  2. « Formation Pisteur Secouriste 1er degré, option ski alpin », sur www.pisteur-secouriste.com (consulté le 30 avril 2020)
  3. « Spécialisations du pisteur secouriste », sur www.pisteur-secouriste.com (consulté le 30 avril 2020)
  4. « Pisteur-secouriste », sur www.ensa.sports.gouv.fr (consulté le 30 avril 2020)
  5. Ski alpin / Les services de secourisme / Organismes agréés pour la formation des secouristes, Éducation et Enseignement supérieur Québec, Gouvernement du Québec (consulté le 21 janvier 2019).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

En France :

International :