Skwal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Décomposition d'un virage coupé en skwal


Le skwal est un des nombreux sports de glisse dérivés du ski.

On appelle skwal la planche utilisée pour ce sport. Elle est similaire à un snowboard ou un monoski en ce que les deux pieds sont attachés à la même planche. La particularité de la position de skwal tient au fait que les deux pieds sont l'un devant l'autre, sur une ligne suivant la direction de la planche. Cela diffère de la position sur un snowboard (où les pieds sont en travers de la direction de la planche) et sur un monoski (où les pieds sont côte à côte). On appelle parfois « skwaleurs » et « skwalinettes » les pratiquants et pratiquantes de ce sport. Contrairement au snowboardeur, le skwaleur est de face sur sa planche, ce qui le rapproche plus de la position du skieur. Il s'agit donc bien d'un sport tout à fait à part.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le skwal a été inventé par deux moniteurs de ski français Patrick « Thias » Balmain et Manuel Jammes à Valfrejus. Le premier prototype est apparu en 1992. Ils l'envisageaient comme un moyen de proposer des sensations différentes de celles du ski et du snowboard, à une époque où les skis paraboliques commençaient juste à apparaître. La société française Lacroix se montra intéressée, recruta Patrick « Thias » Balmain, et se lança dans la production de skwals. Quelques années plus tard, Thias quitta Lacroix et monta sa propre société de fabrication de skwals. Il y a aujourd'hui quelques autres fabricants de skwals. Il semble que deux facteurs ont ralenti l'adoption du skwal par un grand nombre. On cite en général l'aura de difficulté qui entoure à tort cette discipline, sans doute à cause de l'étroitesse de la planche. Mais le facteur le plus important est certainement l'apparition et la généralisation des skis paraboliques, qui permettent enfin aux skieurs de faire les fameux virages coupés autrefois réservés aux snowboardeurs et aux skwalleurs. Cependant, malgré ces difficultés, le sport a su s'imposer dans le temps. En effet le nombre de skwaleurs et de skwalinettes, quoique peu important, augmente chaque année. L'activité industrielle semble également stable, elle peut en effet compter sur un marché de niche fidèle.

Matériel[modifier | modifier le code]

Planches[modifier | modifier le code]

La planche de skwal est plus étroite qu'un snowboard ou même qu'un monoski. À titre d'exemple, un modèle standard mesure environ 1,75 m de long pour 12 cm de large. À l'instar des snowboards, les skwals sont des planches paraboliques.

Il existe plus d'une vingtaine de modèles de skwals, adaptés aux différents niveaux (débutant, confirmé), gabarits et pratiques (carving, poudreuse, ...)

Fixations[modifier | modifier le code]

Il s'agit de fixations spécifiques. Elles sont assez proches des fixations de snowboard alpin. Elles sont en général légèrement plus fines pour ne pas déborder des côtés de la planche de skwal qui est très fine au patin. Elles ont la particularité d'avoir un canting destiné à avoir la pointe du pied avant et le talon du pied arrière surelevés pour un meilleur appui en virage

Chaussures[modifier | modifier le code]

Il n'existe pas à ce jour de chaussures spécifiques pour le skwal.

Pour le skwal on a besoin d'une chaussure qui permette une bonne flexion de la cheville, car la position de glisse est plus basse que celle du skieur. Dans le plan latéral, il faut une chaussure suffisamment rigide pour que le contrôle de la prise de carre soit optimal.

Les chaussures de snowboard alpin sont bien souples en flexion et sont aujourd'hui le type de chaussures le plus approprié à la pratique du skwal. On peut également utiliser des chaussures de ski de randonnée ou des chaussures de ski « classiques ».

Les chaussures sans réglage manuel de canting sont préférables.

Pour le confort, le pied arrière peut être moins tenu que le pied avant (i.e. mis en position "walk" quand la chaussure le permet)

Bâtons[modifier | modifier le code]

Le skwal peut se pratiquer avec ou sans bâtons. En général, ceux qui utilisent des bâtons les choisissent plus courts que pour le ski.

Technique[modifier | modifier le code]

Le skwal rappelle le monoski nautique avec lequel il partage le même positionnement des pieds. Il est à la fois accessible et performant. La planche permet en effet un déclenchement de virage très facile. Il s'agit principalement de carving (appelé également virages coupés), domaine dans lequel le skwal excelle (aux côtés de son cousin le snowboard alpin). Il permet en effet une prise d'angle très forte et donne au pratiquant une position très spectaculaire et élégante.

Le skwal se veut polyvalent dans tous les types de neige.

Pour un pratiquant régulier du ski ou du snowboard, la prise en main est très rapide.

Rassemblements[modifier | modifier le code]

La plupart des pratiquants de skwal se trouvent en Europe. On en trouve également au Japon.
Aux États-Unis, un sport très proche du skwal est plus répandu que ce dernier : le teleboard. C'est un hybride entre le skwal et le télémark.

Des rassemblements sont organisés au cours de l'hiver avec des tests gratuits des nouvelles planches de la saison en cours.

Il y a également un championnat européen.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Skwalzone : site d'information et forum sur le skwal.
  • A.E.S. : site officiel de l'Association Européenne de Skwal.
  • Skwal : liste de fabricants de Skwal.