Philippe d'Hugues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (février 2015).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hugues.
Philippe d'Hugues
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Philippe d’Hugues, né le à Saïgon, est un critique de cinéma français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

Philippe d'Hugues devient administrateur de divers organismes culturels[Quoi ?]. Parallèlement à sa carrière administrative, il participe en 1953 à la création d'un ciné-club avec Pierre Restany et François Mars : le « ciné-club des Jeunes Amis de la Liberté ».

Critique de cinéma dans diverses revues (Les Cahiers du cinéma et La Nation française de Pierre Boutang de 1960 à 1965, aux Écrits de Paris de 1973 à 1979 sous le pseudonyme de Frédéric Saint-Jours, succédant à François Vinneuil, ou encore à la revue Positif de 1996 à 1997), il est conseiller technique au Centre national de la cinématographie (CNC) depuis 1974. Durant ces années, il écrivit également sous le pseudonyme Philippe de Comes.

En 1980, avec Jean Gaultier et Frantz Schmitt, il est commissaire général de l'exposition « Image & magie du cinéma français : 100 ans de patrimoine » organisée par le CNC et le CNAM. À partir de 1982, il est administrateur de la Cinémathèque française, puis administrateur général du Palais de Tokyo de 1986 à 1989.

De 1987 à 1998, Philippe d'Hugues participe à la revue de l'Association française pour la recherche en histoire du cinéma (AFRHC) en tant que délégué général pour le CNC. Il participe ensuite (jusqu'en 2003) au jury du Prix Simone Genevois, qui récompensait chaque année les meilleurs livre et travail universitaire sur le cinéma.

Radio[modifier | modifier le code]

De à , Philippe d'Hugues dirige, en tandem avec Jean-Paul Török jusqu'à 2007, puis avec Philippe Ariotti, l'émission sur le cinéma de Radio Courtoisie, le Libre journal du cinéma ; il est remplacé à cette date par Jérôme Besnard et Pascal-Manuel Heu.

Centres d’intérêt[modifier | modifier le code]

Outre le cinéma, Philippe d’Hugues s’intéresse aussi à l'histoire et au patrimoine. En matière cinématographique, cet intérêt pour le patrimoine l'entraîne à fonder l'association « L'Image et la Mémoire » en 1979 avec Philippe Esnault, Jean-Michel Arnold et Jean-Paul Le Chanois, dont le but est de constituer un fonds d'enregistrements sonores du cinéma français.

Philippe d’Hugues s’intéresse aussi à la littérature et la langue française. Il a, notamment, consacré un ouvrage à Robert Brasillach. Il est également secrétaire général de l’Association des amis d'André Fraigneau, créée en 1993 par Michel Mourlet, et membre de l'association Roger Nimier.

Philippe d'Hugues a reçu en 2004 le prix Richelieu[1] et en 2016 le prix Jean-Ferré (ex aequo avec Jacques Trémolet de Villers)[2].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Arletty, avec Philippe Ariotti, Paris, H. Veyrier, 1978
  • Le Cinéma, grande histoire illustrée du 7e art, Éditions Atlen (Bruxelles) / Éditions Transalpines (Lugano) / Éditions Atlas Canada (Montréal Nord) ; version française éditée par les Éditions Atlas s.a. et réalisée par EDENA, Paris, 10 volumes, 1982-1984
  • Gaumont, 90 ans de cinéma, direction assurée avec Dominique Muller, Paris, Ramsay / la Cinémathèque française, 1986
  • Elia Kazan, sous la direction d'Edoardo Bruno, Gremese (Italie), 1989
  • Almanach du cinéma, 2 volumes, Encyclopædia Universalis, 1992
  • L’Envahisseur américain. Hollywood contre Billancourt, Lausanne, Favre, 1999
  • Les oubliés du cinéma français, avec Claude Beylie ; préface de Jean-Charles Tacchella, Paris, Éd. du Cerf, 1999
  • Histoire de la langue française, CNRS Éditions, 2000
  • Une histoire du cinéma français, sous la direction de Claude Beylie, avec une préface de Raymond Chirat, Larousse, 2000
  • René Clair ou le cinéma à la lettre, sous la direction de Noël Herpe et Emmanuelle Toulet, AFRHC, 2000
  • Sacha Guitry, sous la direction d’André Bernard et Alain Paucard) L’Age d’Homme, « Les Dossiers H », 2002
  • 100 ans de Salon d’automne, sous la direction de Noël Coret, Castadiva, 2004
  • Brasillach, Grez-sur-Loing, Pardès, « Qui suis-je ? », 2005 (prix Robert Brasillach, décerné par l'Association des Amis de Robert Brasillach, 2006
  • Les Écrans de la guerre. Le cinéma français de 1940 à 1944, Paris, Editions de Fallois, 2005 (prix Thiers du livre d'histoire, décerné par l'Académie française, 2006)
  • Le Cinéma et la guerre, direction assurée avec Hervé Coutau-Bégarie, Paris, Commission Française d’Histoire Militaire / Institut de Stratégie Comparée / Economica, 2006.
  • Chronique buissonnière des années 50, Editions de Fallois, 2008 (ISBN 978-2877066402)
  • Causeries du dimanche, éd. Auda Isarn, 2013
  • Au temps de la Nouvelle Vague, éd. Auda Isarn, 2016

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [http://www.langue-francaise.org/Editorial_revue_212.php Le prix Richelieu à Philippe d’Hugues, par Jean Dutourd.
  2. Anne Le Pape, « Radio Courtoisie : prix Jean Ferré 2016 », sur present.fr,‎ .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :