Philippe Manière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Philippe Manière
Description de l'image Philippe Manière.jpg.
Naissance (56 ans)
Dijon
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Formation
Diplômé de l'ESSEC, maîtrise en droit des affaires de l'Université Paris II-Panthéon-Assas
Famille
Marié, trois enfants

Philippe Manière, né le à Dijon (Côte-d'Or), chef d'entreprise et spécialiste de communication stratégique, dirige le cabinet Footprint > consultants dont il est le fondateur. Il a auparavant été journaliste pendant vingt ans, puis lobbyiste en tant que directeur général du think tank libéral l'Institut Montaigne pendant cinq ans. Il est aussi l'auteur de six essais, et apparaît régulièrement dans les médias.

Biographie[modifier | modifier le code]

Journaliste[modifier | modifier le code]

Enfant de cadre dijonnais, diplômé de l'ESSEC et titulaire d'une maîtrise en droit des affaires de l'Université Paris II-Panthéon-Assas, Philippe Manière commence sa carrière de journaliste en 1984 en tant que responsable de la rubrique Finances au Quotidien de Paris puis, à partir de 1989, il prend en charge la rubrique Argent du Nouvel Économiste et la couverture de la Bourse de Paris à Europe 1.

Il entre en 1990 à la rédaction du Point en tant que journaliste, puis en tant qu'éditorialiste économique (1992-2001) et rédacteur en chef adjoint (1994-1995) puis en chef (1995-2001). Il est alors également responsable de l'édition Affaires du Point réalisée avec Business Week. Il anime les Mardis de l'ESSEC de 1995 à 2001. Durant cette période, il propose durant une saison une chronique économique quotidienne sur Europe 1 en 1997.

De 1994 à 1996, il participe au programme Young leaders de la Fondation franco-américaine[1]. En 1999, il bénéficie d'une bourse de la Woodrow Wilson Foundation lui permettant d'effectuer un séjour à Grinnell College (Iowa) et, en 2001, il est sélectionné pour un mois de résidence au centre de Bellagio (Italie) de la Rockefeller Foundation.

En 2001, il devient directeur de la rédaction de La Lettre de l'Expansion et rédacteur en chef à L'Expansion tout en dirigeant le Club de l'Expansion à partir de 2002.

L'Institut Montaigne[modifier | modifier le code]

Philippe Manière quitte la presse en mai 2004 pour devenir le directeur général de l’Institut Montaigne, un laboratoire d’idées créé et présidé par Claude Bébéar[2]. Il le dirige durant 5 ans avant d'en quitter la direction le 5 janvier 2009.

Il continue cependant, pendant cette période, de tenir différentes chroniques de politiques publiques : de 2004 à 2008 dans Enjeux-Les Échos, puis dans Marianne de 2008 à 2009, et il anime, entre 2003 et 2007, Les Grands Débats sur la radio BFM le mardi matin avec une formule originale : que proposent la droite et la gauche pour tel ou tel problème en vue de la campagne présidentielle et législative en 2007 ? ; comment font les étrangers face au problème soulevé ? Les émissions font appel à des acteurs de droite et de gauche ainsi qu'à des experts français ou étrangers. Cette émission se fait en collaboration avec l'Institut Montaigne. S'il cesse d'animer sur BFM Les Grands Débats en 2004, il continue d'intervenir jusqu'en 2010 sur cette même radio en tant que fondateur de Footprint > Consultants, sous la forme d'une chronique quotidienne dans la tranche Good morning business! animée par Stéphane Soumier.

Il est ou a été membre des commissions Pochard sur la modernisation de la condition enseignante (2007-2008), économique de la Nation (depuis 2007), Philip sur les nouveaux partenariats Universités-Grandes écoles (2008), et siège au conseil d'administration de la French-American Foundation France et de Humanity in Action (France) (depuis 2008). Il est également membre de la commission économique de la Nation.

Footprint > consultants[modifier | modifier le code]

Après son départ de l'Institut Montaigne, Philippe Manière fonde l'entreprise de communication et de stratégie Footprint > consultants qui se donne pour mission de « fournir à ses clients une gamme de services leur permettant d'optimiser leur empreinte (“footprint”) stratégique et médiatique, autrement dit de marquer intensément de leur présence leur univers concurrentiel ainsi que l'espace public ».

En 2010, il devient pour une saison chroniqueur sur Europe 1 dans Le duel, un module quotidien diffusé dans la tranche de Nicolas Demorand. Depuis mars 2011, il tient une chronique bimensuelle dans L'Express. Il a participé toutes les semaines au Duel de l'Éco, sur France 24, avec Bernard Maris. Il a tenu, entre août 2012 et juin 2016, une chronique, "Les idées claires de" puis "Le monde selon" Philippe Manière, chaque mardi dans Les Matins de France Culture. Il participe régulièrement à des émissions de radio et de télévision (i-télé, France 2, France 3, Arte…).

Distinction[modifier | modifier le code]

Le 2 octobre 2008, il est fait chevalier de la Légion d'honneur par Philippe Tesson (sur proposition de Laurent Wauquiez).

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • De la pression fiscale en général et de notre porte-monnaie en particulier, Plon, 1996
  • L’Aveuglement français : le libéralisme contre la régression sociale, Stock, 1998, préface de Jean-François Revel (ISBN 2-234-04899-0)
  • Marx à la corbeille, Stock, 1999
  • La Vengeance du peuple, Plon, 2002
  • Ils vont tuer le capitalisme !, en collaboration avec Claude Bébéar, Plon, 2003
  • Le pays où la vie est plus dure, Grasset, 2012

Prix[modifier | modifier le code]

  • Prix du livre libéral 1998[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Notice du Who's Who in France 2008

Notes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]