Peste noire (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Peste Noire (groupe))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Peste noire (homonymie).
Peste Noire
Description de cette image, également commentée ci-après
Peste Noire à Oslo, Norvège, le lors d'un concert à la salle Betong avec le groupe norvégien Enthral.
Informations générales
Surnom Kommando Peste Noire
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Black metal
Années actives Depuis 2000
Labels La Mesnie Herlequin, De profundis éditions
Site officiel www.lamesnieherlequin.com
Composition du groupe
Membres La Sale Famine de Valfunde
Ardraos
Anciens membres Winterhalter
Neige
Argoth
Andy Julia
Indria
Ragondin
Vicomte Chtedire de Kroumpadis Audrey Sylvain

Peste Noire, aussi appelé Kommando Peste Noire, ou KPN, est un groupe de black metal français, originaire d'Avignon. Peste Noire explore principalement des thèmes liés à la France médiévale et contemporaine, avec des paroles oscillant entre poésie classique et argot de rue[1]. En plus de nombreux enregistrements officieux, le groupe a publié six albums studio, dont les trois derniers sur le label de La Sale Famine, La mesnie Herlequin. Ils nomment leur style : « National Sataniste Black Metal » reprenant l'acronyme NSBM désignant le courant « National Socialist Black Metal »[2],[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts (2000–2006)[modifier | modifier le code]

Peste Noire est formé en 2000 à Avignon par La Sale Famine de Valfunde, alors connu sous le pseudonyme de Feu cruel, avec l'appui de Neige d'Alcest à la batterie. Le duo produisit cinq cassettes démo, dont un split. C'est avec Macabre transcendance... qui connait un succès d'estime en 2002 qu'ils commencent réellement à se faire remarquer[4]. Au début des années 2000, Alcest et Peste Noire étaient composés des mêmes membres, dans lesquels il faut inclure le bassiste Argoth (de 2001 à 2002)[5]. En 2001, sous le pseudonyme Aegnor, Famine joue de la guitare lead sur la démo Tristesse hivernale d'Alcest, y composant le riff principal du titre La forêt de Cristal[6].

En 2006, Famine recrutait le batteur Winterhalter et le bassiste Indria afin d'enregistrer La Sanie des siècles - Panégyrique de la dégénérescence, le premier album studio de Peste Noire publié en août 2006 sur le label français De profundis éditions[7]. Ces musiciens participent aussi au deuxième album Folkfuck Folie et ils permettent au groupe de faire ses premiers concerts. La Sanie des siècles est basé sur des titres démos, réenregistrés dans le studio Rosenkrantz pour l'occasion. Fort du hit Dueil Angoisseus, et des hymnes baudelairiens Spleen et Le Mort joyeux, il connait un succès tant critique que populaire qui donne au groupe une reconnaissance internationale, en faisant un des fers de lance du black metal français[8], voire son icône dans le monde. Comme un avant-goût des enregistrements qui allaient suivre, ce premier jet traçait un parallèle entre apocalypses médiévale et moderne. « Détruire le monde qui nous a détruits, c'est à quoi La Sanie des siècles invite[9] », annonce Famine.

De Folkfuck Folie aux Démos (2007–2012)[modifier | modifier le code]

Peste noire en concert à Toulouse, en 2007.

Folkfuck Folie, le deuxième album studio de Peste Noire, est publié en juin 2007 au label De profundis éditions. Le but affiché était de produire une musique plus crue et moins convenue encore que sur La Sanie des siècles[10] ; en atteste son enregistrement sur bandes comme le faisaient les punks dans les années 1980[11]. Les paroles poétiques, parfois à l'aspect autobiographique, ont pour thèmes l'apocalypse à venir, la sauvagerie homicide, le primat du corps triomphant sur l'esprit geignard, les maladies vénériennes et la démence psychiatrique d'un « gueux désolé qui gueule aux ordres de Malfé que des obscénités dans un vieux black mal fait[12],[13]. » Famine avait d'ailleurs utilisé comme introduction au titre éponyme de Folkfuck Folie un extrait radiophonique d'Antonin Artaud et il assurait ironiquement que « supporter cet album en son entier relèv[ait] de la maladie mentale[5]. »

Le troisième opus, Ballade cuntre lo Anemi francor, est publié en mars 2009. La formation du groupe est bouleversée avec le remplacement de Neige, Indria et Winterhalter par Ragondin et Andy Julia. Sur cet album, les compositions black metal sont teintées de rythmiques rock propulsées par une batterie dépouillée, ce qui le différencie des deux premiers dont il garde cependant le même esprit médiéval[14], notamment avec la chanson acoustique Ballade cuntre les anemis de la France (basée sur un poème de François Villon). Plusieurs interludes au piano et à l'orguamon composés par Sainte Audrey-Yolande de la Molteverge parsèment aussi l'album. Ses paroles ont généralement un aspect beaucoup moins virtuel et bien plus nationaliste que celles des œuvres précédentes, s'il on excepte la mise en musique du poème Soleils couchants de Paul Verlaine[15],[16]. Elles se composent principalement de chants militaires traditionnels ou royalistes pervertis par Famine pour en faire des apologies du Mal dédiées à Satan ; ce que Famine qualifiait de « satanisme boyscout[5]. » Alors que La Sanie des siècles et Folkfuck Folie avaient été produits avec l'aide d'un producteur, c'est Famine lui-même qui avait enregistré les compositions de Ballade cuntre lo Anemi francor, leur donnant un son suranné proche des démos[5].

En mai 2011, Famine lance son propre label, La Mesnie Herlequin, à l'occasion de la sortie du très controversé quatrième album du groupe, L'Ordure à l'état pur, qui bénéficiait d'un enregistrement professionnel et d'une production subtile d'août 2010 à janvier 2011 au Green Studio d'Engwar[17],[18],[19]. Sa pochette est une parodie du tableau La Liberté guidant le peuple d’Eugène Delacroix où l'allégorie de La Liberté semble nécrosée, où les tours de la cathédrale Notre-Dame deviennent les tours jumelles du World Trade Center et Gavroche se voit doté d’une tête de cochon[20], ce qui induit une nouvelle Révolution française avec différents protagonistes et différentes visées. Cet album donna lieu à l'arrivée d'un énième batteur de session recruté par Famine du nom de Vicomte Chtedire de Kroumpadis, et le retour du bassiste des deux premiers albums Indria. De nombreux invités, notamment des joueurs de trombone, d'accordéon et de violoncelle, viennent enrichir les compositions de l'album[21]. La musique de Peste Noire se fit toujours plus chaotique et, en même temps, éclectique : samples de journaux télévisés, de documentaires ou encore extraits sonores BDSM, airs ska punk ou musette, beats eurodance, invectives en occitan, passage acoustique à l'épinette des Vosges, chants clairs ou grognés, masculins et féminins, se suivent d'une manière qui peut requérir plusieurs écoutes pour rentrer dans le disque[22],[23]. Les paroles, parfois sur le mode grand-guignolesque ou écrites sur un ton plus grave en vers, traitent d'enjeux sociaux et politiques actuels en France et sont annonciatrices de la guerre civile à venir[24],[25],[26]. L'Ordure à l'état pur reçoit le plébiscite des membres du très populaire VS-webzine[27] qui classèrent cet album dans le top 3 du référendum « L'album français de l'année 2011 »[28].

En avril 2012, via son label La Mesnie Herlequin[29], Famine sort un coffret comprenant deux CD intitulé Les Démos qui regroupait toutes les chansons du groupe écrites entre 2001 and 2005, y compris les morceaux du projet Valfunde[30],[31]. En août 2012, La mesnie Herlequin réédite le troisième album Ballade cuntre lo Anemi francor en CD avec une nouvelle pochette[32].

Peste Noire (2013–2014)[modifier | modifier le code]

Le cinquième album du groupe, sobrement intitulé Peste Noire sortait en juin 2013 sur le label La Mesnie Herlequin[33]. Il est entièrement composé, enregistré et mixé par Famine de septembre 2012 à février 2013 dans son home studio auvergnat, lui-même appelé « La mesnie Herlequin studio ». La nouvelle formation s'articule autour de Famine (chant, guitares, basses, tambours divers, clochettes...) et Ardraos (batterie, accordéon) auxquels s'ajoutent une pléthore d'invités, notamment au chant (Ravenlord et Melkor de Woods of Infinity pour le chant typé black metal en suédois, Roman Saenko de Hate Forest/Drudkh pour les grunts death metal en ukrainien et Audrey Sylvain pour le chant féminin) ou afin d'enrichir l'instrumentation de l'album de sonorités très musique traditionnelle (accordéon, vielle à roue, flûte traversière), classiques (violoncelle) voire franchement étranges (carnyx, lituus)[34],[35],[36],[37]. Les thèmes de l'album explorent l'histoire locale, notamment les légendes (Le Clebs noir de Pontgibaud)[38] et la littérature auvergnats (Démonarque) avec la réinterprétation d'une chanson de croisade du XIIIe siècle du troubadour Gauceran de Sant-Leidier, originaire du Velay ainsi que l'histoire nationale médiévale (« La Bêche et l'épée contre l'usurier ») ou des années 1940 (Le Retour de la peste)[39],[40]. Famine s'essaye aussi à la pure oi! sur le titre La Blonde, dédié à la bière.

En juillet 2014, une collaboration avec le groupe parisien Diapsiquir est scellée par le biais d'un split 12 pouces LP nommé Rats des villes VS rats des champs sorti par La mesnie Herlequin. Peste noire y reprend le célèbre poème Le Rat de ville et le rat des champs de Jean de La Fontaine dont est inspiré le titre du split[41]. Certains percevront cette sortie comme la confrontation de deux mondes irréconciliables; Famine, lui, parle de Diapsiquir comme du groupe incarnant le mieux la France urbaine contemporaine, celui qui est le plus à même de s'opposer symboliquement à son black metal rural[2].

La Chaise-Dyable (depuis 2015)[modifier | modifier le code]

La Chaise-Dyable, le sixième album du groupe, enregistré une nouvelle fois par Famine dans son home studio La Mesnie Herlequin avec l'appui du batteur/accordéoniste Ardraos, voyait le jour en avril 2015. Dans un black metal où le déchaînement des guitares électriques (Payés sur la bête) le dispute aux accalmies acoustiques et bucoliques (Avant le putsch)[42], Famine continue d'ancrer ses thèmes dans la vie de tous les jours[43],[44]. Il raconte la solitude des nuits en rase campagne (À la Chaise-Dyable), la rudesse du climat du Livradois et ses fuites éthyliques (Quand je bois du vin, chanson à boire inspirée d'un tourdion du XVIe siècle) pour leur échapper. Dans des textes hallucinés (Le Diable existe), fantasmatiques (Le Dernier putsch), son village La Chaise-Dieu (de l'occitan Chasa Dieu, littéralement « Maison de Dieu ») devient La Chaise-Dyable, demeure hantée par le démon où se fomentent les coups d'État contre la capitale[45]. Grande première pour le groupe, la deuxième version du titre « Dans ma nuit » fit l'objet d'un clip vidéo professionnel réalisé par les productions Anaon[46].

Philosophie[modifier | modifier le code]

Le nom du groupe fait référence à la peste noire, une pandémie de peste bubonique qui décima la population européenne entre 1347 et 1350[47]. Ce nom évoque également le Moyen Âge et au travers des premiers albums du groupe La Sale Famine exprime sa passion pour la France d'Oïl et sa littérature en parcourant des thèmes explorant la violence, la folie, la maladie, l'étrangeté, l'altérité, la terreur[48] ainsi que le satanisme indo-européen, c'est-à-dire le culte des Satans ou diables indo-européens inspirés de Pan opposé au culte monothéiste judaïque du Satan sémite tiré de la Bible. Le groupe opère un virage thématique avec L'Ordure à l'état pur, en lien avec la décadence de la France contemporaine urbaine[6]. En 2013, avec du recul, Famine qualifiait la discographie de Peste Noire de gothique, fantastique, grotesque et archéofuturiste[6].

Pour Famine, le style black metal est essentiellement un moyen de rendre hommage aux aïeux de la tradition française[49]. Dans une interview au magazine Britannique Zero Tolerance (no 14) sortie le 31 octobre 2006, Famine explique : « Le black metal est la mémoire musicale de nos Aïeux sanguinaires et de sang, il est l'hymen de la Tradition et du vieux patrimoine racial avec le fanatisme, l'inconscience et la rage d'une jeunesse aujourd'hui perdue. Il est une religion CHTHONIENNE : un culte de la TERRE et un retour à elle, donc un nationalisme ; un culte de ce qui est SOUS terre : l'Enfer (l'adjectif « chthonien » s'appliquant également aux dieux infernaux). Le BM est un intégrisme, une musique intègre – du latin integer signifiant « intact » - qui m'aide à rester intact au sein d'un monde mourant, d'un peuple en décomposition, indigne de son sang. Il est l'apologie du Passé noir européen. Il est une psychose qui aide à fuir un réel que nous ne tolérons plus[50]. »

Peste Noire exprime un sentiment nationaliste identitaire français, par-dessus tout élitiste et viscéralement anti-populaire, à ne pas confondre avec le national-socialisme allemand populaire et raciste comme l'a confirmé Famine à plusieurs reprises. Famine rapproche l'idéologie de Peste noire de l'anarchisme de droite[51],[52]. Toutefois, le groupe prend régulièrement part à des concerts privés en compagnie d'autres groupes aux orientations notoirement racistes, comme le "Call of Terror" le 28 janvier 2017 à Saint-Genix-sur-Guiers, en présence de militant néonazis[53].

Peste Noire revendique un statut underground choisi et non subi. Le groupe a toujours signé par choix sur de petits labels indépendants en marge des circuits commerciaux mainstream incompatibles avec l'idéologie du black metal selon Famine[11]. En 2011, Famine a poussé cette démarche jusqu'à créer lui-même son propre label et studio, La Mesnie Herlequin, posté à La Chaise-Dieu, afin de contrôler la production, l'enregistrement et la distribution de ses produits et éliminer tous les intermédiaires entre la création et la vente[6].

Inspirations[modifier | modifier le code]

Pour décrire l'univers médiéval et bigarré dans lequel baigne Peste Noire, Famine évoque l'influence sous-jacente de François Rabelais et de Pieter Brueghel l'Ancien[5]. Dans les faits, la musique de Famine s'adapte souvent à ses propres textes ou à ceux qu'il emprunte à la poésie française moderne ou écrite en langue d'oïl. Famine utilise aussi bien des textes médiévaux tels que la Chronique métrique de Geoffroi de Paris (fin XIIIe-début XIVe), Ballade contre les ennemis de la France de François Villon (1431-1463), Amour ne m'amoit ne je li de Guillaume de Machaut (1300-1377), Dueil Angoisseus de Christine de Pisan (1364-1430), des extraits de La Chanson de Roland (XIe siècle) avec le titre La fin del secle, que des textes de poètes plus modernes tels que Le Rat de ville et le rat des champs de Jean de La Fontaine (1621-1695), le Paysage mauvais de Tristan Corbière (1845-1875), Le Mort joyeux et Spleen de Charles Baudelaire (1821-1867) dont les paroles sont tirées des Fleurs du mal, le poème Psaume IV issu des Poèmes de Fresnes (1947) de Robert Brasillach (1909- fusillé en 1945), ou encore La France bouge de Maurice Pujo (1872-1955), cofondateur du premier comité d'Action française et des Camelots du roi.

Les inspirations musicales de Peste Noire étaient initialement des groupes pionniers de black metal tels que Burzum, Mütiilation et Vlad Tepes[50]. L'art très personnel de Peste Noire, en constante évolution depuis le début, est aujourd'hui aussi bien influencé par des groupes de folk français tels que Malicorne que par des styles plus urbains à l'image du rap banlieusard de Neoklash ou le punk anarchiste des Bérurier Noir[2],[54].

Concerts[modifier | modifier le code]

Peste noire au Lyon's Hall de Lyon le 23 juin 2007

Le groupe joua son premier concert au bar Le Before à Lespinasse près de Toulouse le et d'autres concerts au Lyon's Hall de Lyon le avec Nuit Noire, à la Rock School Barbey de Bordeaux le avec Mayhem, au Betong d'Oslo (Norvège) le avec Enthral et au Rock'n'Bike de Boismont le . De plus, en août 2008, Peste Noire effectuait une tournée de 13 dates au Québec et en Ontario nommée « Les treize nuits de la Peste »[55]. Une grande première pour un groupe français de metal dans cette région. Le groupe fut accompagné par les groupes locaux Akitsa et Sombres Forêts ainsi que d'autres groupes locaux plus confidentiels suivant les dates. Le groupe refusa de jouer aux États-Unis, préférant privilégier ses cousins de la Nova Francia (Nouvelle-France) par conviction nationaliste[55].

Membres[modifier | modifier le code]

Depuis 2000, La Sale Famine de Valfunde est le membre principal de Peste Noire. Il interprète principalement les vocaux et les guitares. Au début de PN, il jouait ponctuellement de la basse, notamment sur le titre Phalènes et pestilence sur La Sanie des siècles - Panégyrique de la dégénérescence (2006). Dernièrement, il jouait la basse sur l'intégralité des albums Peste Noire (2013) et La Chaise-Dyable (2015). Il est le compositeur de tous les titres metal de Peste Noire, sauf La Césarienne, et écrit la majorité des paroles, sauf lorsque celles-ci sont empruntées d'auteurs.

Audrey Sylvain (alias Sainte Audrey-Yolande de la Molteverge) chante sur tous les albums de PN depuis Ballade cuntre lo Anemi francor (2009). Sur cet album, elle interprétait aussi les interludes au piano et à l'orguamon.

Le batteur Andy Julia et le bassiste Ragondin interviennent aussi sur Ballade cuntre lo Anemi francor ; ce fut leur seule participation au groupe.

De 2001 à 2002, Argoth jouait la basse sur les démos Aryan Supremacy, Mémoire païenne et Macabre Transcendance...[5]. De 2001 à 2005, Neige tenait le rôle de batteur sur les démos. En 2006, il fit une apparition vocale en tant qu'invité sur la version courte de « Dueil Angoisseus » présente sur l'album La Sanie des siècles - Panégyrique de la dégénérescence. De 2007 à 2008, il était aussi guitariste rythmique dans la formation live de Peste Noire. En studio avec Peste Noire, Neige a seulement joué la seconde guitare sur le titre « La Césarienne » sur Folkfuck Folie (2007), ce titre est d'ailleurs la seule composition de Neige dans toute l'histoire du groupe.

Présents de 2006 à 2008, Indria jouait la basse, et Winterhalter la batterie, sur La Sanie des siècles - Panégyrique de la dégénérescence et sur Folkfuck Folie. Ils firent également partie de la formation "live" de Peste Noire de 2007 à 2008. Indria refit une apparition remarquée sur L'Ordure à l'état pur en 2011.

Les membres de Peste Noire sont impliqués dans d'autres projets musicaux : en 2007, Famine créa le temps d'un EP le projet Valfunde, un rock mélancolique à boîte à rythme proche de la musique gothique. En septembre 2013, Famine fit une apparition sur l'album 8 ½ - Feberdrömmar I Vaket Tillstånd du groupe suédois Shining. Il interpréta les vocaux sur « Terres des Anonymes », version française du titre « Fields of Faceless » (de l'album III - Angst - Självdestruktivitetens emissarie)[56]. En plus de son projet principal Alcest, qui s'adjoignait, respectivement depuis 2009 et 2010, les ex-PN Winterhalter et Indria, Neige fondait le groupe éphémère Amesœurs dont Audrey Sylvain était la chanteuse. Amesœurs sortit un unique album, éponyme, en 2009.

En 2013, à la suite de l'exil de Famine vers l'Auvergne le batteur local, Ardraos (Sünhopfer, Christicide), qui est aussi accordéoniste, devint membre permanent du groupe. Il joue sur Peste Noire (2013) et La Chaise-Dyable (2015).

Informations sur les albums[modifier | modifier le code]

La première démo du groupe, Aryan Supremacy est auto-produite en 2001 à seulement 14 copies numérotées à la main. L'inscription « Todes Soldaten Produktions » figure sur la jaquette de cette démo. Il existe aussi une version pirate. La seconde démo, Mémoire païenne, était un split démo avec le groupe Sombre Chemin produite par le label néerlandais Heidens Art. Peste Noire joue les trois derniers morceaux de cette démo, produite à 198 exemplaires numérotés à la main. Il existe aussi une version CD-R pirate.

Macabre Transcendance... fut produite par Drakkar Productions, cette fois à 300 copies. Il est à noter que c'est sur cette cassette démo que l'on retrouve pour la première fois les morceaux « Spleen » et « Le Mort joyeux ».

Phalènes et Pestilence - Salvatrice Averse fut auto-produite par Peste noire en mai 2003. La cassette est limitée à 100 copies numérotées à la main dont les 40 premières ont été numérotées à l'encre de Chine. Une autre version, intitulée seulement « Phalènes et Pestilence » et datant de 2005, ne fut donnée qu'à l'entourage de Peste Noire.

Le premier album longue durée (full-length) de Peste Noire s'intitule La Sanie des siècles - Panégyrique de la dégénérescence et fut enregistré au studio Rosenkrantz. Il est sorti le sous la signature du label De Profundis à 2 000 copies. Cependant, l'album a été réédité par le label québécois Transcendental Creations en septembre 2008 ; ce dernier inclut une version remasterisée de « Retour de flamme ». La version vinyle de l'album fut produite le par le label finlandais Ahdistuksen Aihio Productions en collaboration avec De profundis éditions. La version cassette fut produite en 2013 par le label ukrainien de Roman Saenko en collaboration avec Todestrieb Records.

Lorraine Rehearsal fut produit par le label finlandais Northern Heritage et sortit le . Il comprenait des titres enregistrés lors de répétitions en Lorraine et la démo « Phalènes et Pestilence », enregistrée en 2005 mais encore jusque-là inédite. La première production a été limitée à 500 copies, qui se sont vite écoulées ; ce qui a poussé le groupe à faire produire 500 autres copies. Ces 500 autres copies sont totalement identiques aux 500 premières, car Peste noire ne voulait pas qu'elles soient utilisées à des fins de spéculation et vendues au prix fort sur les sites de ventes aux enchères. Une version cassette a été produite par Night Birds Records à 300 copies numérotées à la main. Cette version fut rééditée par ce même label en deux versions de 500 exemplaires chacune : une version avec les titres des pistes encadrés en jaune et une où ils sont encadrés en rouge. Sur la première face, on retrouve les quatre morceaux de répétitions en Lorraine qui ont été ré-enregistrés en août 2006 pour Folkfuck Folie, tandis que la seconde face présente la version 2005 de la démo « Phalènes et Pestilence », qui sortit alors pour la première fois officiellement.

Folkfuck Folie est le second album longue durée de Peste Noire. La version vinyle de l'album fut produite le par le label finlandais Northern Heritage en collaboration avec De profundis éditions. Une version cassette fut produite par Night Birds Records en 2011.

La compilation Mors Orbis Terrarum qui comporte tous les titres démo du groupe fut commercialisée pour la première fois en 2006, mais elle présentait une mauvaise qualité sonore et il n'y eut, pour cette raison, que quelques exemplaires seulement de distribués. Une autre version incluant la mention « Official Tape » fut produite le . Elle consiste en deux cassettes professionnelles. Une version double vinyle limitée fut produite par le label français Debemur Morti Productions en 2008. Elle présentait les mêmes morceaux que l'originale, à l'exception de la démo « Aryan Supremacy » et de « Phalènes » de 2005 (qui se trouve déjà sur la face B du vinyle « Lorraine Rehearsal »). En 2012, Famine produisit un coffret nommé Les Démos sur son label La mesnie Herlequin. Il comprenait deux CD regroupant l'intégralité des titres démos de Peste Noire, ainsi que ceux du projet Valfunde.

Une version cassette professionnelle du troisième album Ballade cuntre lo Anemi francor a été produite en mars 2009 par le label québécois Tour de Garde[57]. Elle est limitée à 300 copies numérotées à la main.

Sorti en 2013, le cinquième album éponyme de Peste Noire fut disponible dans deux versions différentes chez La mesnie Herlequin : une version « P.S. » spéciale Parasites sociaux et une version de luxe pour l’élite laborieuse composée d'un digibook grand format (DVD) avec paroles, livret 24 pages où chaque texte est illustré (main et pas main), plus incrustation externe du design à l’or à chaud.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Splits[modifier | modifier le code]

Démos et EP[modifier | modifier le code]

Compilation[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arno Vice, xsilence.net le webzine communautaire du rock indépendant, Peste noire : La Chaise-Dyable, 28 avril 2015
  2. a, b et c Entretien donné par La Sale Famine de Valfunde au réseau Cercle non conforme, février 2014.
  3. Entretien de Famine dans le livret du premier album studio La Sanie des siècles
  4. « das Irrlicht, Les Acteurs de l'Ombre, Peste noire : La Sanie des siècles », (consulté le 29 juillet 2016).
  5. a, b, c, d, e et f (en) « Interview with Famine of the French Black Metal band PESTE NOIRE (entretien donné par La Sale Famine de Valfunde au magazine en ligne Diabolical Conquest », (consulté le 29 juillet 2016).
  6. a, b, c et d Entretien de Famine par L'Atrabilaire sur le site de la mesnie Herlequin en mars 2013
  7. « Iormungand Thrazar, Guts Of Darkness, Peste noire: La Sanie des siècles- Panégyrique de la dégénérescence », (consulté le 29 juillet 2016).
  8. « Possopo, Nightfall in Metal Earth, Peste noire: La Sanie des siècles - Panégyrique de la Dégénérescence », sur metal.nightfall.fr, (consulté le 29 juillet 2016).
  9. « Entretien de Famine par Nathan Birke, Zero Tolerance magazine No 14 », Royaume-Uni, (consulté le 29 juillet 2016).
  10. (en) Jankowitch, « Chronique de Peste noire - Folkfuck Folie », sur Postchrist, (consulté le 29 juillet 2016).
  11. a et b Famine, La mesnie Herlequin, De notre musique, article Black A.O.C. des coteaux de l’enfer, 1er mai 2011
  12. Irrlicht, « Peste noire: Folkfuck Folie », sur Les Acteurs de l'Ombre, (consulté le 29 juillet 2016).
  13. Extraits des paroles de la chanson Condamné à la pondaison (Légende funèbre) sur Folkfuck Folie
  14. Ghnös, « Chronique de Peste noire - Ballade cuntre lo Anemi francor », sur Eklektik, (consulté le 29 juillet 2016).
  15. Jean, « Chronique d'album: Peste noire - Ballade Cuntre lo Anemi Francor », sur Cercle non conforme (association culturelle et militante, (consulté le 29 juillet 2016).
  16. Comte Charogne, « Critique de Ballade Cuntre lo Anemi Francor », sur SensCritique, (consulté le 29 juillet 2016).
  17. Wotzenknecht, Guts Of Darkness, Peste noire › L'Ordure à l'état pur, 24 avril 2012
  18. Dave, Ultrarock, Peste noire: L'Ordure à l'état pur, 21 décembre 2011
  19. Jankowitch, Postchrist, Chronique de Peste noire - L'Ordure à l'état pur, 22 novembre 2011
  20. Jasmin Cormier, VIOLENCEenIMAGES, Variations sur un thème pour les grévistes québécois: La liberté guidant le peuple, 19 mai 2012
  21. p2h, SensCritique, Critique de L'Ordure à l'état pur, 15 avril 2013.
  22. Nattevandring, U-zine, Chronique de Peste noire: L'Ordure à l'état pur, 12 mai 2011
  23. Ymishima, Metal Chroniques, Peste noire: L'Ordure à l'état pur, 7 septembre 2012.
  24. Sunwheel, Kaosguards, Chronique de Peste noire: L'Ordure à l'état pur, 14 novembre 2011.
  25. Comte Charogne, SensCritique, Critique de L'Ordure à l'état pur, 10 avril 2013
  26. Dommedag, Les Eternels, Chronique de Peste noire: L'Ordure à l'état pur, 24 avril 2013
  27. Violent Solutions : Webzine et Communauté Metal, numéro 1 en France sur le métal
  28. VS Forum, Referendum VS 2011, Second tour : L'album français de l'année 2011, 19 décembre 2011.
  29. Site du label La mesnie Herlequin
  30. La mesnie Herlequin news, 4 avril 2012
  31. [1], Les Démos, boutique de la Mesnie Herlequin.
  32. [2] La mesnie Herlequin news, 10 août 2012.
  33. Stéphane, Guts Of Darkness, Peste noire › Peste noire, 22 juillet 2013.
  34. enthwane, Spirit of Metal Webzine, Chronique de Peste noire, 5 juillet 2013.
  35. Schifeul, U-Zine, Peste noire - Peste noire, 3 juillet 2013.
  36. Dotore Peste, SensCritique, Critique de Peste noire, 2 juillet 2013
  37. Krakoukass, Eklektik, Peste noire - Peste noire, 1er octobre 2013.
  38. Auvergne Centre France, L'Auvergne mystérieuse, Contes et légendes, Le chien noir de Pontgibaud, 2 mars 2007.
  39. Jean, Cercle non conforme (association culturelle et militante), Chronique d'album : Peste noire - Peste noire, 7 septembre 2013.
  40. Geisterber, Thrashocore, webzine metal à tendance brutale, Chronique Peste noire : Peste noire, 14 juillet 2013.
  41. La mesnie Herlequin news, 21 juillet 2014
  42. Mister Porn, metalchroniques.fr Pure Fucking Metal Webzine since 2001, Peste noire – La Chaise-Dyable, 8 mai 2015.
  43. Rastignac, Guts of Darkness, Chronique de La Chaise-Dyable, 2 mai 2015
  44. Tintamarre Wazoo, SensCritique, La ferme se rebelle - avis sur La Chaise-Dyable, 24 mai 2015.
  45. S., Horns Up webzine, Peste noire – La Chaise-Dyable, 17 mai 2015.
  46. Gardian666, News Vs-Webzine.com, 3 décembre 2014.
  47. « Le contexte historique de la création du franc - La Peste noire », Bibliothèque nationale de France (consulté le 20 février 2010)
  48. Possopo, Nightfall in Metal Earth, Peste noire: Macabre Transcendance..., 15 janvier 2006.
  49. (en) « Remarques sur la politique du Black metal: Peste noire. Exposé de Benjamin Noys présenté in absentia au "Hideous Gnosis Black Metal Theory Symposium" à Brooklyn (USA) le 12 décembre 2009) »
  50. a et b La Sale Famine dans une entrevue avec Nathan T. Birk du magazine britannique Zero Tolerance, no 14, 31 octobre 2006.
  51. Famine, La mesnie Herlequin, Présentation du label, 1er mai 2011.
  52. Famine, La mesnie Herlequin, De notre musique, article La méchanceté nécessaire, 1er mai 2011.
  53. « Une très discrète soirée musicale d’extrême droite », Jacques Leleu pour Le Dauphiné Libéré, 6 février 2017
  54. Childeric Thor, Le Cercle noir, Peste noire : Ballade cuntre lo Anemi francor, 10 juin 2009.
  55. a et b Guillaume Cyr, MetalUniverse, Peste noire : Plusieurs spectacles au Québec, 10 juin 2008
  56. Born666, La Grosse Radio Webzine, Interview de Niklas « Kvarforth » Olsson, leader du groupe suédois Shining, 10 septembre 2013
  57. Liste des cassettes produites par Tour de Garde, page consultée le 20 février 2010

Liens externes[modifier | modifier le code]