Chanson à boire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chanson à boire (homonymie).
image illustrant une chanson
Cet article est une ébauche concernant une chanson.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Amis, il faut faire une pause :
J'aperçois l'ombre d'un bouchon,
Buvons à l'aimable Fanchon…
Pour elle faisons quelque chose[1].

Une chanson à boire est une chanson de fin de repas qui encourage la consommation de vin, parfois plus largement d'alcool. Les chansons à boire sont généralement interprétées en groupe : pour les repas de famille, les banquets de mariage, les fêtes étudiantes...

Constitution des chansons[modifier | modifier le code]

Même s'il est difficile d'établir un modèle commun à toutes les chansons à boire, celles-ci partagent au moins les traits suivants :

  • la présence de nombreuses incitations explicites à la consommation ;
  • des passages prévus pour s'arrêter de chanter et boire un verre cul-sec ;
  • la grande variété des mélodies : si certaines sont peu élaborées, ne comportant qu'une ou deux phrases musicales et une faible étendue vocale, d'autres au contraire requièrent une grande tessiture ou bénéficient d'une polyphonie savante — par exemple, le célèbre Tourdion, publié par Pierre Attaingnant au XVIe siècle.

Le style musical de la chanson à boire la rapproche beaucoup de la chanson paillarde, et cette dernière peut être une chanson à boire en même temps. On note cependant que la réciproque est fausse : une chanson à boire n'a pas pour but d'être grivoise.

Exemples[modifier | modifier le code]

  • Chevaliers de la table ronde
  • Un air bien connu de Gabriel Bataille : « Boute, boute, boute, boute compagnon, vide-nous ce verre et nous le remplirons… »
  • « Il est des nôtres, il a bu son verre comme les autres… »
  • Le 31 du mois d'Août (« Buvons un coup, buvons-en deux, à la santé des amoureux, à la santé du roi de France, et merde pour le roi d'Angleterre, qui nous a déclaré la guerre… »). Chanson s'inspirant de la prise du Kent par Robert Surcouf à bord de La Confiance, le 7 Octobre 1800 (bien que la date ne soit pas la même).
  • « 51 je t'aime et j'en boirai des tonneaux (et des tonneaux) à me rouler par-terre dans tous les caniveaux… »
  • L'A-fond Liégeois
  • « Et il parait que les rouennais s'étaient noyés dans une cuve de calvados... » Célèbre chanson à boire entonnée par les étudiants de Rouen Business School.
  • « Buvons un coup, ma serpette est perdue, mais le manche est revenu… »
  • Boire un petit coup
  • le Tourdion est un grand classique des chorales débutantes
  • « J'ai deux amours, la kanterbrau, la kronenbourg… »
  • Viens boire un p'tit coup à la maison
  • Elle aime à rire, elle aime à boire
  • À la santé de Noé et Alexandre, dont le nom a rempli la terre[2], typiques de la Vallée d'Aoste.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. s:Fanchon, elle aime à rire elle aime à boire
  2. À la santé de Noé

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]