Paul Vanuxem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Paul Vanuxem
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Conflits

Paul Fidèle Félicien Vanuxem, né le à Bully-les-Mines (Pas-de-Calais)[1] et mort le (à 74 ans) dans le 5e arrondissement de Paris, est un militaire français connu pour ses opinions politiques favorables à l'Algérie française[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Vanuxem fait ses études à l'université de Lille, où il obtient une licence de philosophie. Il commence sa carrière de professeur au collège Mézeray à Argentan puis à Charleville-Mézières. A l’approche de la guerre, il embrasse la carrière militaire. Plus tard, il participe à la campagne d'Italie, notamment à la bataille du mont Cassin. Il participe ensuite à la guerre d'Indochine[3],[4],[5], où il est remarqué et estimé du général de Lattre de Tassigny[6].

Il reçoit ses étoiles de général en 1955. En 1957, il est nommé commandant de la deuxième division d'infanterie motorisée et de la zone Est constantinoise sur la frontière tunisienne. Sous son commandement se développe la « ligne Morice ». D'abord simple ligne de barbelés électrifiés le long de la ligne de chemins de fer Bone-Tébessa, elle devient progressivement tout un système d'armes qui prouve son efficacité lors de la bataille de Souk Ahras.

Général de division, puis de corps d'armée, tout en gardant le commandement de la deuxième DIM et ZEC, il quitte ce commandement le 28 novembre 1958.

Sa sympathie non dissimulée pour l'OAS lui vaut d'être mis en disponibilité le 31 mai 1961. Soupçonné d'être l'individu désigné sous le pseudonyme de Verdun, chef de l'OAS en métropole, à la suite de la découverte de documents saisis lors de l'interpellation de Maurice Gingembre[7] , il est arrêté le 7 septembre 1961 et incarcéré à la prison de la Santé[8] en attente de son procès. Ses filles Françoise et Martine sont alors refusées à la Maison d'éducation de la Légion d'honneur[9] où elles étaient inscrites pour la rentrée scolaire. Deux ans plus tard, le 10 septembre 1963[10], il est acquitté[11], ayant nié être Verdun[12].

Il est titulaire de 25 citations obtenues pendant les campagnes de France, d’Allemagne, d’Indochine et d’Algérie. Il décède à l'hôpital du Val-de-Grâce le 7 janvier 1979. Sa deuxième épouse depuis 1955, la générale Vanuxem née Monique Danjou est décédée le 29 juillet 2014 à 98 ans. Le couple a eu 6 enfants dont un garçon.

Une rue de Maubeuge porte son nom[13].

Publications[modifier | modifier le code]

Les contes du temps perdu, Editions Ariane, 1964

Espoir à Saïgon, Table ronde, 1967

Enquête au pays du Levant, Plon, 1971

1951 Le général vainqueur - Le destin exemplaire de de Lattre en Indochine, Société de production littéraire spl, 1977

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de naissance de Paul Fidèle Vanuxem [lire en ligne]
  2. Les contes du temps perdu : Paul Fidèle Félicien Vanuxem - Editeur : Au fil d'Ariane, 1964 - 138 pages
  3. Phot gettyimages.co
  4. Photo gettyimages.co
  5. Photo gettyimages.co
  6. Livre : Le général vainqueur - Le destin exemplaire de de Lattre en Indochine
  7. Arrestation M.Gingembre adimad.info
  8. Photo "Santé" photo/OFFOAS
  9. Question N°11938 d'André Marie J.O.R.F du 18 novembre 1961
  10. Le Parisien Libéré journaux-collection
  11. Photo gettyimages.co
  12. Christian Millau un siècle au galop books.google.fr
  13. Rue du général Vanuxem (Maubeuge) streetdir.org

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Carles et Georges Lecomte, 6e régiment de tirailleurs marocains, chronique d'un régiment marocain (1921-1963), Amicale des anciens du 6e R.T.M., 1999
  • Monique Danjou, Le 6e R.T.M. au Tonkin 1947-1949. Témoignages. Souvenirs du général Vanuxem recueillis par Monique Danjou-Vanuxem, Muller édition, Paris, 2008 (ISBN 978-2-904255-73-1)

Liens externes[modifier | modifier le code]