Iaroslav Stetsko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Iaroslav Stetsko
Illustration.
Fonctions
Premier ministre
Bloc des nations anti-bolchéviques (ABN)
Dirigeant de l'OUN-R
Biographie
Nom de naissance Iaroslav Stetsko
Date de naissance
Lieu de naissance Ternopil, Autriche-Hongrie
Date de décès (à 74 ans)
Lieu de décès Munich, Allemagne
Nationalité Drapeau de l'Ukraine Ukraine
Parti politique Organisation des nationalistes ukrainiens
Diplômé de Cracovie, Lviv
Religion Église grecque-catholique ukrainienne

Iaroslav Stetsko (ukrainien : Ярослав Стецько), né à Ternopil, Autriche-Hongrie, le et mort à Munich, Allemagne, le (à 74 ans), est un homme d'État ukrainien. Il devint le premier adjoint de Stepan Bandera au sein de l'Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN) en 1932[1]. En 1941, pendant l'opération Barbarossa, Stetsko est proclamé premier ministre de la République auto-proclamée d'Ukraine, à la suite de la déclaration de l'Indépendance de l'Ukraine. Stetsko est aussi le chef du Bloc des nations anti-bolchéviques (ABN) depuis l'époque de sa fondation jusqu'en 1986, année de sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Iaroslav Stetsko est né le à Ternopil, Autriche-Hongrie (aujourd'hui en Ukraine), au sein d'une famille appartenant à Église grecque-catholique ukrainienne[2]. Son père, Semen, et sa mère, Teodoziya, née Chubaty, l'encouragent à poursuivre de hautes études, ce qui est difficile pour des ukrainiens en Autriche-Hongrie. Iaroslav, non seulement obtint son diplôme d'études supérieures à Ternopil mais, plus tard, à partir de 1929, il poursuit ses études de droit et de philosophie à l'université de Cracovie et à celle de Lviv jusqu'à l'obtention de son diplôme terminal en 1934[1].

Activités de jeunesse[modifier | modifier le code]

Iaroslav Stetsko est actif au sein des organisations nationalistes ukrainiennes depuis son plus jeune âge. Il est membre de trois organisations différentes : « Ukrayinska Natsionalistychna Molod » (Jeunesse nationaliste ukrainienne, ukrainien : Українська Націоналістична Молодь), dont il devient membre de l'exécutif national en 1932, de l'Organisation militaire ukrainienne UVO (ukrainien : Українська Військова Організація) et, finalement, de l'Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN) (ukrainien : Організація Українських Націоналістів)[1].

À cause de ses activités anti-polonaises et de l'assassinat de Bronisław Pieracki par des nationalistes ukrainiens, Stetsko est arrêté en Pologne par les autorités, en 1934, et condamné à cinq ans de détention[3]. Cette sentence est réduite et, dès 1937, Stetsko bénéficie d'une amnistie générale.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Invasion de l'URSS, Opération Barbarossa[modifier | modifier le code]

Le , Stetsko préside la Déclaration de l'Indépendance de l'Ukraine, dont la troisième clause est ainsi rédigée :

« 3/ L’État ukrainien nouvellement formé travaillera en étroite collaboration avec le national-socialisme de la Grande Allemagne, sous la direction de son chef, Adolf Hitler, qui veut créer un nouvel ordre en Europe et dans le monde et aide les Ukrainiens à se libérer de l'occupation soviétique. L'Armée révolutionnaire populaire ukrainienne, qui a été formée sur les terres ukrainiennes, veut continuer à se battre avec l'armée allemande alliée contre l'occupation moscovite pour un État souverain et uni et un nouvel ordre dans le monde entier[Note 1] »

.

La Gestapo et l'Abwehr protègent les partisans de Stepan Bandera du fait que les organisations qu'il dirige pourraient être utiles pour leurs propres desseins[4].

Le , Stepan Bandera, leader de la fraction OUN-B[Note 2] est arrêté administrativement à Cracovie et transporté à Berlin le lendemain, où il est rejoint, le 12, par Stetsko, « premier ministre » désigné lors de la déclaration de l'indépendance de l'Ukraine. Les Allemands le transfèrent à Lviv après un attentat manqué contre sa personne par des inconnus[5]. Le 14 du même mois, il est relâché à condition de rester à Berlin. Pendant les mois de juillet et d'août, les deux leaders reçoivent des dizaines de propositions pour coopérer avec les différentes institutions nazies : OKW, Reichssicherheitshauptamt, « Office central de la sécurité du Reich »RSHA, etc[6].

Après l'assassinat de deux membres de l'OUN de la tendance Andry Melnyk (OUN-M), dont la responsabilité est attribuée à des membres de l'OUN de la tendance Bandera (OUN-B), Stetsko et Bandera sont enfermés à la prison centrale de Berlin-Spandau. En janvier 1942, transférés au camp de concentration d'Oranienburg-Sachsenhausen, dans une section de la prison (Zellenbau) destinée aux prisonniers politiques[7].

En , Stepan Bandera et son adjoint, Iaroslav Stetsko, sont approchés par Otto Skorzeny pour discuter de plans de sabotages contre l'Armée rouge[8].

En , Stetsko et Bandera sont relâchés par les Allemands (le Sicherheitsdienst) dans l'espoir qu'ils aillent encourager la population ukrainienne à combattre l'avancée de l'Armée rouge qui revient. Bandera reçoit l'autorisation, de la part des Allemands, d'installer son quartier-général à Berlin[9]. Les Allemands aident l'OUN-B et l'UIA en leur parachutant du ravitaillement en armes et en équipement. Des Allemands sont choisis et formés pour mener des activités terroristes et d'espionnage derrière les lignes de front soviétique, mais également des hommes de l'OUN-B qui sont transportés par avion vers l'Ukraine, jusqu'au début de l'année 1945[10].

En , Stetsko est sérieusement blessé durant une attaque alliée sur des véhicules allemands militaires en convoi en Bohême[11].

Après la guerre[modifier | modifier le code]

Stetsko continue son activité politique après la Seconde Guerre mondiale, durant la guerre froide qui oppose le bloc de l'Ouest au bloc de l'Est communiste. En 1968, il devient le premier dirigeant de l'OUN-B[1].

Le Bloc des nations anti-bolchéviques, maillon d'un réseau anticommuniste mondial[modifier | modifier le code]

En 1946, Stetsko lance l'idée de la création d'une nouvelle organisation anti-soviétique, le Bloc des nations anti-bolchéviques, en abrégé ABN. Il préside jusqu'à sa mort cette organisation transnationale qui regroupe des réfugiés d'Ukraine et plus généralement d'Europe de l'Est et de territoires intégrés à l'URSS, installés en Europe de l'Ouest, en Amérique et en Océanie notamment.[1]. Le siège de l'ABN se trouve à Munich, en Allemagne de l'Ouest. L'ABN affirme avoir été fondée les 21 et [12].

En 1955, Stetsko visite l'Espagne et rencontre le général Franco. L'année suivante, il est reçu à Madrid par le ministre espagnol des affaires étrangères, Alberto Martín-Artajo. Il prend part alors dans cette ville à un congrès du Centre européen de documentation et d'information (CEDI)[13].

En , il se rend à Taïwan où il rencontre Tchang Kaï-chek et entre en relation avec une autre organisation transnationale anticommuniste, la Ligue anticommuniste des peuples d’Asie (Asian Peoples' Anti-Communist League ou APACL), fondée deux ans plus tôt, avec laquelle il signe un accord. Stetsko participe en 1958 à Mexico à une réunion internationale ambitionnant de fonder une association anticommuniste mondiale, sans grand succès[14],[15],[16],[17],[18],[19]. Il prend part aux réunions annuelles de l'APACL par la suite.

Stesko cherche à aller aux États-Unis dans les années 1950[20]. Il rencontre en 1956 à Madrid l'ambassadeur américain en Espagne John Davis Lodge[21]. Mais les autorités américaines ont un temps hésité à lui attribuer un visa[22]. Il séjourne dans ce pays pour la première fois en 1958 ; il témoigne cette année-là devant le House Un-American Activities Committee (Comité parlementaire sur les activités antiaméricaines) et le House Foreign Affairs Committee[23],[24]. Il cherche à rencontrer des personnalités anticommunistes comme Allen Dulles, directeur de la CIA[25].

Dans la deuxième moitié des années 1960, Stesko accueille à Munich au siège de l'ABN des dirigeants d'organisations anticommunistes rencontrés aux conférences de l'APACL, tels en 1965 le Japonais Juitsu Kitaoka, de la Free Asia association, ou l'Argentin Apeles Marquez, président de la Federacion Argentina de Entidades Democracias AntiCommunistas (FAEDA)[26].

En mars 1966, il participe à Lisbonne, avec son épouse, au 6e congrès d'une organisation transnationale qui combat le communisme athée, le Comité international de défense de la civilisation chrétienne (CIDCC), alors présidé par l'Espagnol José Solís Ruiz, aux côtés de délégations de plusieurs pays européens, dont la RFA - représentée notamment par le ministre CDU Bruno Heck ou l'ancien ministre Theodor Oberländer - et la France, représentée notamment par Antoine Pinay et Marie-Hélène Cardot, mais aussi américains ou asiatiques[27]. En novembre de la même année, il contribue à la fondation à Séoul (Corée du Sud) de la Ligue anticommuniste mondiale, plus connue sous son nom et son acronyme anglais, World Anti-Communist League (WACL). Il participe aux réunions annuelles de la WACL, comme par exemple à Bangkok en [28], à Manille en 1971[29], à Genève en [30] et est membre de son comité exécutif.

En , à Munich, il participe à la création d'une association anticommuniste européenne transnationale, le Conseil européen de la liberté ou European freedom council (EFC), dont il devient l'un des principaux dirigeants[31]. L'association entend « coordonner et intensifier l'activité anticommuniste en Europe ». Il s'agit de facto de la branche européenne de la WACL. Son siège est celui de l'ABN à Munich et ses réunions annuelles coïncident souvent avec celles de cette organisation[32]. L'association est présidée de 1967 à 1973 par le Danois Ole Bjørn Kraft[33], ancien ministre des affaires étrangères et ancien président du Conseil de l'Atlantique nord (OTAN).

En , l'Italien Ivan Matteo Lombardo[34] (1974-1980), socialiste, ancien ministre, vice-président de Association du Traité Atlantique (en) (ATA), dirigeant de la branche italienne de la WACL et membre de son bureau exécutif[35], remplace Kraft à la présidence de l'EFC. Stetsko est vice-président[36]. L'EFC est ensuite présidée à partir de par le député britannique conservateur John Wilkinson (British politician) (en) et a comme président d'honneur à partir de cette date Otto de Habsbourg-Lorraine[37].

En 1983, Stetsko est reçu à la Maison Blanche et félicité par le président Ronald Reagan[38]. Cette année-là, il donne un discours durant un déjeuner fêtant à Washington, au Congrès, la 25e Captive nations week. Ce déjeuner est donné par deux parlementaires américains tandis qu'un troisième, Philip M. Crane (qui a fréquenté les conférences de la WACL), présente Stetsko. Il participe ensuite à une conférence puis à un dîner, aux côtés du vice-président George Bush et d'autres parlementaires comme le sénateur républicain Jeremiah Denton. Prennent part notamment à ces événements le général Singlaub, le Taïwanais Ku Cheng-kang, président d'honneur et principal animateur de la WACL, l'ambassadrice Jeane Kirkpatrick, fervente anticommuniste, John Wilkinson, qui rend hommage à Stetsko dans un discours, le Japonais Osami Kuboki, mooniste, de la WACL, le président des Amis américains de l'ABN[39].

Après sa mort en 1986, son épouse Slava continue son combat ; elle préside l'ABN et maintient un temps les relations avec la WACL, qui devient en 1990 la Ligue mondiale pour la liberté et la démocratie.

Mort[modifier | modifier le code]

Stèle tombale de Iaroslav Stetsko.
Plaque commémorative pour Iaroslav Stetsko et son épouse à Munich, Zeppelinstrasse.

Le , Iaroslav Stetsko meurt à Munich, en Allemagne, à 74 ans[1]. Il est inhumé au Waldfriedhof de Munich, cimetière où est aussi enterré Stepan Bandera. Sur sa tombe sont gravés ces mots, en allemand, « Il vécut pour la liberté de l'Ukraine ».

Une statue à son effigie est dressée dans une rue de Ternopil, en Ukraine[40].

Héritage[modifier | modifier le code]

Le livre de Stetsko « Deux Révolutions », écrit en 1951, reprend la base idéologique du parti politique Union panukrainienne « Liberté »[41],[42].

L'essence de sa doctrine est la suivante : « la révolution ne prendra pas fin avec la création de l'État ukrainien, mais progressera vers l'établissement d'une égalité des chances pour tous les citoyens de créer et de partager des valeurs matérielles et spirituelles. À cet égard la révolution nationale est donc également de caractère social »[41].

Polémiques[modifier | modifier le code]

Les événements de 1939-1941[modifier | modifier le code]

L'OUN-B et Stetsko ont été villipendés par la propagande soviétique, qui les a accusés de s'être mis au service des nazis. En Ukraine, depuis son indépendance en 1991, Stesko reste un personnage controversé du fait de la déclaration d'indépendance de 1941[43].

Antisémitisme[modifier | modifier le code]

En , Stetsko écrit son autobiographie qui contient de nombreux passages antisémites et l'adresse aux autorités allemandes. Il considère, en particulier, que le marxisme est le produit de la pensée juive, qui est mis en pratique par le peuple « moscovo-asiatique » (les Russes), avec l'aide des Juifs et que Moscou et les Juifs sont les porteurs des idées internationales des Bolcheviques.

Il déclare, bien qu'il considère Moscou plutôt que la communauté juive comme le principal ennemi de l'Ukraine, qu'il approuve entièrement la qualification de rôle néfaste incontestablement joué par les Juifs dans l'asservissement de l'Ukraine par Moscou. Il déclare, enfin, qu'il approuve totalement l'extermination (anéantissement : "знищення" жидів) des Juifs et la rationalité (доцільність : utilité) des méthodes allemandes d'extermination des Juifs, au lieu de leur assimilation[44],[45],[46],[47],[Note 3].

La véracité de ce texte est cependant contestée[48].

Stetsko, l'ABN et les réseaux nazis et antisémites[modifier | modifier le code]

Dans les années 1980, des auteurs et des journalistes américains présentent Stetsko comme un ancien collaborateur des nazis en Ukraine et un nazi et l'ABN comme un réseau de nazis, d'antisémites et de fascistes. C'est le cas des journalistes Scott Anderson et Jon Lee Anderson, dans Inside The League: The shocking expose of how terrorists, nazis and latin american death squads have infiltrated the World anti-communist league (1986), et de Russ Bellant (en), qui publie en 1988 Old Nazis, the New Right, and the Republican Party[49].

A l'inverse, au cours de la même période, des Américano-Ukrainiens tel Myron B. Kuropas présentent ces descriptions comme une désinformation diffamatoire reprenant des accusations soviétiques et lui conservent leur soutien et leur amitié[50].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexander Nicholas Sosenko,Eastern european unity under russian communism and the Anti-bolshevik bloc of nations : conception, ideology and conferences, University of Illinois, 2010 (Lire en ligne)
  • Myron B. Kuropas, Fighting Moscow from afar : Ukrainian Americans and the evil empire, dans Ieva Zake (dir.), Anti-Communist Minorities in the U.S.: Political Activism of Ethnic Refugees, Palgrave Macmillan, 2009

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cet article 3 de la version de la déclaration de l'indépendance de l'Ukraine est souvent omis dans les publications de la diaspora ukrainienne traitant de ce sujet.
  2. Les deux fractions de l'OUN, qui sont constituées après la scission du mouvement en deux, sont désignées OUN-B et OUN-M suivant la première lettre de nom de famille des deux dirigeants respectifs Stepan Bandera et Andriy Melnyk.
  3. Citation complète du texte en ukrainien de Y. Stetklo par Jean Pol Himka : « Марксизм уважаю твором – правда -- жидівського ума,але практичне його здійснення при помочі жидів переводилося і переводиться у московській тюрмі народів московсько-азіятським народом. Москва і жидівство - це найбільші вороги України і носії розкладових большевицьких інтернаціональних ідей. Вважаючи головним і вирішним ворогом Москву (а не жидівство), яка властиво держала Україну в неволі, тим не менше доцінюю належно незаперечно шкідливу і ворожу ролю жидів, що помагають Москві закріповувати Україну. "Тому стою на становищі винищення жидів і доцільности перенести на Україну німецькі методи екстермінації жидівства, виключаючи їх асиміляцію і тп ». Il faut remarquer que la dernière phrase apparaît sous deux versions légèrement différentes dans le vocabulaire utilisé mais sans différence de signification globale en français. La seconde version étant : « Тому я підтримую знищення жидів та доцільність впровадження німецьких методів винищення жидівства в Україні, а не лише їхню асиміляцію і тому подібне » http://www.istpravda.com.ua/research/2012/12/20/93550/ sous référence (72). Soit : "dès lors j'approuve l'extermination des Juifs et je suis partisan de la mise en œuvre des méthodes allemandes d'extermination en Ukraine et non pas de leur assimilation ou d'autres méthodes semblables". Cette citation est extraite de l'Autobiographie de Stetsko, signale John Pol Himka : « elle a été écrite deux semaines après la Déclaration d'Indépendance de l'Ukraine (1941) et s'adressait aux Allemands qui l'avaient arrêté. ». Toutefois l'existence de deux versions de l'autobiographie de Stetsko est signalée en note (72) du même article par J-P Himka. Ce qui expliquerait des variantes légères.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f (en) « Lemma Stetsko, Yaroslav », dans Encyclopedia of Ukraine, vol. 5, , p. 55.
  2. (en)John Armstrong (1963). Ukrainian Nationalism. New York: Columbia University Press, pg. 54.
  3. (uk)Організація українських націоналістів і Українська повстанська армія. Інститут історії НАН України.2004р Організація українських націоналістів і Українська повстанська армія, Раздел 1 http://www.history.org.ua/LiberUA/Book/Upa/1.pdf стр. 17–30.
  4. (uk)p.15 ОУН в 1941 році: документи: В 2-х ч Ін-т історії України НАН України К. 2006 (ISBN 966-02-2535-0) – У владних структурах рейху знайшлися сили яки з прагматичних міркувань стали на захист бандерівців. Керівники гестапо сподівалися використовувати їх у власних цілях а керівники абверу а радянському тилу.
  5. (uk)Після проголошення держави й уряду наложили на нього дня 5.7. почесний арешт (Еренгафт) та перевезли його до Берліна. Дня 14.7 провідника організації звільнено із забороною опускати Берлін. p.420 ОУН в 1941 році: документи: В 2-х ч Ін-т історії України НАН України К. 2006 (ISBN 966-02-2535-0).
  6. p.16 Голова уряду Я.Стецько майже до кінця серпня вільно проживав у Берліні і закидав посланнями відомства Розенберга, Ріббентропа,Гіммлера і Кейтеля) ОУН в 1941 році: документи: В 2-х ч Ін-т історії України НАН України К. 2006 (ISBN 966-02-2535-0).
  7. (en)Berkhoff, K.C. and M. Carynnyk 'The Organization of Ukrainian Nationalists and Its Attitude toward Germans and Jews: Iaroslav Stets'ko's 1941 Zhyttiepys' in: Harvard Ukrainian Studies, vol. 23 (1999), nr. 3/4, pp. 149—184.
  8. (uk)Завдання підривної діяльності проти Червоної армії обговорювалося на нараді під Берліном у квітні того ж року (1944) між керівником таємних операцій вермахту О.Скорцені й лідерами українських націоналістів С.бандерою та Я.Стецьком» D.Vyedeneyev O.Lysenko OUN and foreign intelligence services 1920s–1950s Ukrainian Historical Magazine 3, 2009 p.137– Institute of History National Academy of Sciences of Ukraine.
  9. (en)"West Germany: The Partisan," Time magazine (Monday, 2 Nov. 1959).
  10. (en) D.Vyedeneyev O.Lysenko OUN and foreign intelligence services 1920s–1950s Ukrainian Historical Magazine 3, 2009 p.137– Institute of History National Academy of Sciences of Ukraine.
  11. (uk)Вєдєнєєв Д. Проблеми історії України: факти, судження, пошуки. – Київ: Інститут історії України НАН України, 2003. – no 10. (ISSN 0869-2556) – page 405.
  12. ABN correspondence, september-october 1973, p. 10
  13. ABN correspondence, august-september 1956, p. 8, 10
  14. The Ukrainian Review, Slava Stetzko, "ABN ideas assert themselves : the 20th anniversary of the Anti-bolshevik bloc of nations (ABN), 1943-1963, autumn 1963, p. 3-17
  15. courrierinternational.com, Histoire. De 1955 à 1960, les tribulations des anticommunistes ukrainiens à Taïwan, 30 octobre 2020
  16. AF ABN strength, september 1958, p. 17-19
  17. cia.gov, rapport de la CIA sur son séjour à Taïwan en 1955 : extraits de journaux locaux
  18. cia.gov, rapport, 1956, copie de l'accord signé par Stesko et Ku Cheng-kang, 24 octobre 1955, p. 11-13
  19. cia.gov, Rapport sur le séjour de Stetsko à Taïwan en 1957
  20. cia.gov, copie d'une lettre de Stesko, 30 mai 1952
  21. ABN correspondence, august-september 1956, p. 8
  22. cia.gov, rapport, 1956, Lettre du directeur de l'Office of security, du Département d'Etat à un cadre de la CIA, 20 novembre 1956, cia.gov, Lettre de la CIA à l'Office of investigation refugees relief program, 1er juillet 1957, Rapport sur Stesko
  23. cia.gov/ rapport, avril 1973
  24. ABN correspondence, november-december 1958, p. 3
  25. cia.gov, Lettre de Stesko à Allen Dulles, 1958 (contient une liste des dirigeants de l'ABN)
  26. ABN correspondence, november-december 1965, p. 49-50
  27. Crusade for God and dignity of Man, ABN correspondence, juillet-août 1966, p. 32-38. Sur le CIDCC, cf. Johannes Grossmann, L’« Internationale des Conservateurs ». Cercles d’élites transnationaux, diplomatie informelle et biographies croisées en Europe occidentale depuis 1945, dans Histoire, économie et société, 2016/2 (Lire en ligne)
  28. ABN conference, january-february 1970, p. 12 (photographie)
  29. ABN conference, september-october 1971, p. 4
  30. Ibid., september-october 1980, p. 9
  31. The Ukrainian weekly, 15 juillet 1967, ABN conference, july-august 1967, p. 50
  32. Ibid., september-october 1968 p. 36, november-december, pp. 4-11 (réunion à Londres), Ibid., january-february 1971, pp. 3-11 (réunion à Bruxelles), Ibid., september-october 1973 (réunion à Londres, pour le 30e anniversaire de l'ABN, Ibid., november-december 1975 (réunion à Munich), Ibid., novembre-december 1982 (réunion à Londres)
  33. Ibid., january-february 1979, Ibid., january-february 1981, p. 48
  34. ABN correspondence, july-august 1977, p. 14, Ibid., march-april 1980, p. 48, Ibid., january-february 1986, p. 2
  35. Pierre Abramovici, The World Anti-Communist League: Origins, Structures and Activities, in Van Dongen L., Roulin S., Scott-Smith G. (eds), Transnational Anti-Communism and the Cold War, The Palgrave Macmillan Transnational History Series, Palgrave Macmillan, London, 2014
  36. ABN correspondence, november-december 1975, p. 4-5
  37. ABN correspondence, novembre-december 1982, p. 17, Ibid., march-april 1983, p. 38, september-october 1983, p. 27, Ibid., january-february 1984, p. 6, 12, 48, september-october 1984, p. 11, 16, Ibid., november-december 1985
  38. Russ Bellant, Old Nazis, the New Right, and the Republican Party, South End Press, 1991, p. 67
  39. ABN correspondence, september-december 1983, p. 6-7, 12, 25, 95-96
  40. « The Transformation of Vladimir Lenin into Yaroslav Stetsko in Ternopil 20th of June 1991 », sur TheDailyStalin (consulté le ).
  41. a et b (en)The Extreme Right in Ukraine by Mridula Ghosh, Friedrich Ebert Foundation (October 2012).
  42. (uk) "Всеукраїнське об’єднання «Свобода»".
  43. David R. Marples, Heroes and villains. Creating National History in Contemporary Ukraine, Budapest: Central European University Press, 2007 (chap. 3, The OUN, 1929-1943 : Lire en ligne)
  44. (uk) voir le lien http://www.istpravda.com.ua/research/2012/12/20/93550/ sous référence (72)le 20.12.2012 John Paul Himka professeur à l'Université d'Alberta (Edmonton)=_ Джон-Пол Химка, професор Університету Альберти (Едмонтон)citation: "Тому я підтримую знищення жидів та доцільність впровадження німецьких методів винищення жидівства в Україні, а не лише їхню асиміляцію і тому подібне" traduction en français : " Par conséquent, je soutiens la destruction des Juifs et la possibilité de mettre en œuvre les procédés d'extermination allemands des Juifs en Ukraine, plutôt que leur assimilation ou que quelque chose de semblable".
  45. (en)John A. Armstrong, Ukrainian Nationalism, 2nd ed. (Littleton, CO.: Ukrainian Academic Press, 1980) 77–84.
  46. (uk) Orest Dzuban "Українське державотворення. Акт 30 червня 1931. Збірник документів і матеріалів" (Львів-Київ: Піраміда, 2001) p.153.
  47. (uk)"Події на західноукраїнських землях (інтерв’ю з доцентом др. Г.І.Байєром)", Краківські вісті, 6 липня 1941.
  48. Taras Hunczak, Problems of historiography: History and its sources, in Harvard Ukrainian Studies, Vol. 25, No. 1/2, spring 2001, pp. 129-142
  49. Russ Bellant, Old Nazis, the New Right, and the Republican Party, South End Press, 1991, p. 67-73
  50. The Ukrainian weekly, 26 avril 1987, p. 7, Ibid., 16 octobre 1988, p. 7, Ibid., 30 octobre 1988, p. 7, Ibid., 23 juillet 1989, p. 7, Ibid., 30 mars 1997

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]