Parsis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Faravahar, représentation traditionnelle d'Ahura Mazda et symbole du zoroastrisme.

Les Pārsis, Parsis ou Parses (de Pārashika, peuple de Perse, actuel Iran ; gujarātī : પારસી) sont les adeptes du parsisme, confession dérivée du zoroastrisme. Ils constituent l'une des deux communautés zoroastriennes (l'autre étant celle des Iranis) ayant quitté le Monde iranien pour s'installer principalement en Inde.

À la suite de la conquête de la Perse par les musulmans qui venaient de subjuguer la Palestine, la Syrie et l'Irak, une partie de la population s'enfuit vers l'est et s'installa en Inde.

Les Parsis s'établirent tout d'abord dans le Sind et dans le Saurāshtra, au Gujarat. Ils profitèrent au début du VIIIe siècle de la protection du roi Jadi Rana[1], qui régnait sur les États de Thana près de l'actuelle Mumbai (anciennement Bombay). Comme les Juifs installés en Inde de longue date, ils purent dès lors pratiquer leur culte librement et sans contrainte.

Ils participèrent depuis très largement à la vie économique de la région, en particulier à la formation de la ville de Bombay, où ils occuperont une place importante dans l'administration et la culture.

Les Parsis vénèrent le feu (parce que c'est le seul élément divin qui requiert le concours humain ; voir « zoroastrisme ») et ne pratiquent pas la crémation comme les hindous, pour ne pas le souiller. Pour les mêmes raisons, les corps ne sont pas inhumés mais exposés dans les tours du silence ou dakhmā de façon à être décharnés par les vautours.

Comme les femmes juives en Inde, les femmes parsies portent le sari, mais en le drapant sur l'épaule droite, à la façon des femmes du Gujarat.

La population parsie décroît, elle est passée de 114 900 en 1941 à 69 600 en 2001[2], soit une chute de plus d'un tiers en 60 ans. Ceci s'explique par le fait qu'ils refusent les conversions et ne doivent se marier qu'entre eux (ce qui était une des conditions de leur intégration lorsqu'ils se réfugièrent en Inde). La majeure partie d'entre eux, soit 56 000, vit dans la ville de Mumbai. Les Parsis de plus de 60 ans représentent 31 % de la population à comparer aux 7 % de la population générale en Inde[3].

Parmi les Parsis célèbres, on trouve les familles d'industriels Tata, Dubash, Godrej, Meher Baba, Pandole, Karkaria, le physicien Homi Jehangir Bhabha, le philosophe Richard Sorabji, le compositeur Kaikhosru Shapurji Sorabji, le chef d'orchestre Zubin Mehta, le chanteur de rock Freddie Mercury (du groupe Queen) ainsi que Feroze Gandhi, mari d'Indira Gandhi.

Origine et définition du terme parsi[modifier | modifier le code]

Le terme Pārsi, qui est dans la langue persane un gentilé désignant les habitants du Fars ou Pars ou encore les membres de l'ethnie perse, n'est attesté dans les textes zoroastriens indiens qu'à partir du XVIIe siècle. Jusque-là, ces textes utilisaient les termes d'origine persane Zartoshti (zoroastrien) ou Vehdin (de la bonne religion).

La première référence aux parsis trouvée dans un texte européen date de 1322 : un moine français, Jourdain de Séverac, dit les avoir rencontrés à Thane et Bharuch et décrit leurs coutumes et rites funéraires[4]. Par la suite, le terme apparaît dans les notes de nombreux voyageurs européens, tout d'abord français et portugais, puis anglais. Le terme parsi ne se réfère ici pas tant à l'origine perse ou iranienne des parsis, mais plutôt aux particularités de leur identité ethnique[5]. D'ailleurs, si l'hérédité était le seul facteur pour déterminer l'ethnicité, les parsis seraient à compter parmi les Parthes, d'après leur véritable contrée d'origine[6] .

Le terme "Parsisme" est attribué à Abraham Hyacinthe Anquetil-Duperron, qui, dans les années 1750, donna la première définition détaillée des parsis et du zoroastrisme, partant de l'hypothèse erronée que les parsis étaient les seuls adeptes restants de la religion.


Histoire[modifier | modifier le code]

Ce chapitre est pour l'essentiel la traduction du chapitre History de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Parsi ».

Arrivée au Sindh et au Gujarat[modifier | modifier le code]

D'après le Qissa-i Sanjan, poème épique relatant l'exode en Inde des parsis zoroastriens, rédigé plus de six siècles après l'événement, le premier groupe d'émigrants venaient du Grand Khorassan [7]. Cette région historique s'étendait sur le nord-est de l'Iran actuel, l'est de l'Afghanistan, l'ouest du Pakistan ainsi que sur une partie du Tadjikistan, du Turkménistan et de l'Ouzbékistan. Arrivés au Gujarat, les immigrants obtinrent du souverain local Jadi Rana la permission d'y rester à condition qu'ils en adoptassent la langue (le Gujarati), que leurs femmes revêtissent le sari, vêtement traditionnel de la région, et qu'ils renonçassent à porter des armes. Les réfugiés acceptèrent ces conditions et fondèrent la colonie de Sanjan, qu'ils nommèrent ainsi d'après leur ville d'origine, Sanjan, près de Merv, dans l'actuel Turkménistan[7]. Un deuxième groupe d'immigrants venus du Grand Khorassan arriva cinq ans plus tard, apportant avec lui des ustensiles religieux (l'alat). En plus de ces peuples montagnards tout d'abord appelés Khorasanis ou Kohistanis, un autre groupe au moins semble être venu par voie de terre de Sari (Iran)[8].

Si le groupe de Sanjan est réputé être le premier à s'être établi dans la région, la date précise de son arrivée est matière à controverse. Toutes les conjectures sont issues du Qissa, qui reste vague et même parfois chronologiquement contradictoire. Trois dates possibles – 936, 765 et 716 – ont été proposées pour l'arrivée des parsis en Inde et la controverse en la matière a fait l'objet de mainte querelle animée parmi les parsis[9]. Étant donné qu'aucune date n'est spécifiquement mentionnée dans les textes parsis antérieurs au XVIIIe siècle, toute date avancée ne pourra être que matière à spéculation. L'importance du Qissa ne réside pas tant dans sa reconstruction des événements que dans le portrait qui y est fait des parsis – c'est ainsi qu'ils étaient appelés à se voir eux-mêmes – et dans l'esquisse de leurs relations avec la culture dominante. Le texte joue donc un rôle crucial dans le développement de l'identité parsie. Et même si l'on estime que cette chronique basée sur une transmission orale n'est rien de plus qu'une légende, elle est néanmoins sans aucun doute riche en informations sur l'historiographie parsie[10].

Les zoroastriens de Sanjan n'étaient certainement pas les premiers zoroastriens à s'être installés sur le sous-continent indien. Le Sindh, limitrophe du Baloutchistan, à la périphérie orientale du monde iranien, avait aussi été sous l'administration côtière de l'empire sassanide (226-651). Même après la perte du Sindh, les Iraniens continuèrent à jouer un rôle prépondérant dans les liens commerciaux entre l'est et l'ouest. L'historiographe arabe Al-Mas'ûdî (IXe siècle) mentionne des zoroastriens avec leurs temples du feu à al-Hind et al-Sindh[11]. Par ailleurs, les ports du Gujarat se trouvaient sur les routes maritimes qui venaient compléter la route de la soie et il existait d'intenses échanges commerciaux entre les deux régions. Les contacts entre les Iraniens et les Indiens remontent avant notre ère et les Purana tout comme le Mahabharata emploient le terme Parasika pour désigner les peuples établis à l'ouest de l'Indus[12].

Les légendes des parsis relatant la migration de leurs ancêtres vers l'Inde dépeignent des cortèges de réfugiés fuyant leurs villages assiégés pour échapper aux nouvelles règles imposées par les conquérants musulmans et préserver leur foi ancestrale[13].Cependant, alors qu'il est certain que des parsis sont venus s'établir le long de la côte occidentale du sous-continent indien après la conquête de l'Iran par les Arabes, il n'est pas entièrement avéré que ces migrations aient été provoquées par une persécution religieuse envers les zoroastriens. Si l'on retient la tradition du Qissa, qui suggère le VIIIe siècle comme période des premiers départs, il est à supposer que les migrations ont commencé alors que le zorostrianisme était encore la religion prédominante en Iran et que des facteurs économiques ont présidé à la décision d'émigrer[12]. Et ceci d'autant plus que, comme le laisse entendre le Qissa, les premiers parsis venaient du nord-est (donc d'Asie centrale) et dépendaient jusque-là du commerce empruntant la route de la soie[5]. Le fait que les Arabes prélevaient sur les non-musulmans des droits plus élevés lorsque ceux-ci commerçaient à partir de ports tenus par les musulmans peut être interprété comme une forme de persécution religieuse, mais il semble improbable que c'eût été pour les parsis l'unique raison d'émigrer.

Les premiers temps[modifier | modifier le code]

Le Qissa ne relate guère les événements qui suivirent la fondation de Sanjan et se limite à mentionner brièvement qu'on fit brûler à Sanjan le « Feu de la Victoire » (vieux-persan : Atash Bahram), que l'on transféra ensuite à Navsari. Les siècles suivants furent pleins de rigueurs pour les parsis, jusqu'à ce que le zoroastrianisme prît pied en Inde et assurât à ses adhérents quelques moyens de subsistance dans ce nouveau pays d'adoption[14].

Deux siècles après leur débarquement, les parsis commencèrent à s'installer dans d'autres parties du Gujarat, ce qui conduisit à des difficultés pour définir les limites de la juridiction sacerdotale[15]. Ces problèmes furent résolus vers 1290 par la division du Gujarat en cinq panthaks (districts), chacun étant placé sous la juridiction d'une famille de prêtres et de ses descendants. La juridiction applicable au Atash Bahram continuant à faire l'objet de disputes, le feu fut transféré en 1742 à Udvada, où la juridiction est actuellement partagée selon un système de rotation entre les cinq familles responsables des panthaks.

Des inscriptions trouvées dans les Grottes de Kanheri, près de Mumbai, laissent supposer qu'au moins jusqu'au début du XIe siècle, le moyen-perse était encore la langue littéraire des prêtres héréditaires zoroastriens. Néanmoins, mis à part le Qissa et les inscriptions de Kanheri, il n'est guère fait mention de l'existence des parsis avant les XIIe et XIIIe siècles, où des transcriptions et des traductions en sanskrit de l'Avesta furent réalisées de main de maître et firent l'objet de commentaires[16].

Du XIIIe siècle à la fin du XVIe siècle, les prêtres zoroastriens du Gujarat envoyèrent au total 22 demandes d'assistance à leurs coreligionnaires en Iran, probablement parce qu'ils considéraient que les zoroastriens d'Iran étaient mieux informés qu'eux en matière religieuse et qu'ils devaient avoir préservé plus fidèlement les usages ancestraux[17]. Ces questions et leurs réponses – soigneusement conservées par la communauté sous le nom de rivayat (épîtres) – couvrent une période allant de 1478 à 1766 et traitent de sujets aussi bien religieux que sociaux. Vues sous l'angle superficiel du XXIe siècle, certaines de ces ithoter (questions) semblent particulièrement triviales – par exemple, le Rivayat 376 se penche sur la question de savoir si une encre préparée par un non-zoroastrien peut être utilisée pour copier des textes en avestique – mais elles donnent une impression assez juste des craintes et préoccupations des premiers zoroastriens de l'ère moderne. Ainsi, la question de l'encre est symptomatique de l'appréhension à l'assimilation qui pourrait signifier une perte d'identité, un thème qui revient souvent dans les questions posées et qui donne encore à penser en ce XXIe siècle. Autre question évoquée : celle de la conversion des Juddins (non-zoroastriens) au zoroastrianisme, la réponse étant (R237, R238) : acceptable, et même méritoire[18].

Néanmoins, les conditions précaires dans lesquelles vivaient les parsis les mettaient dans l'impossibilité de persévérer dans leur zèle prosélytique d'antan. La crainte instinctive d'une désintégration et d'une absorption dans les vastes multitudes qui les entouraient suscita en eux un esprit d'exclusivité et un fort désir de préserver les caractéristiques raciales et les traits distinctifs de leur communauté. Vivant dans une atmosphère imbibée du système des castes hindou, ils cherchèrent la sécurité en s'enfermant dans des barrières sociales rigides[19]. Malgré tout, à un moment donné (peut-être peu après leur arrivée en Inde), les zoroastriens se rendirent compte que la stratification sociale dont ils avaient tout d'abord conservé la tradition était inadéquate vu la taille réduite de leur communauté et ils l'abandonnèrent sauf pour ce qui est du sacerdoce héréditaire (appelé asronih dans l'Iran sassanide). Les autres états – (r)atheshtarih (aristocratie, soldats et fonctionnaires), vastaryoshih (paysans et bergers), hutokshih (artisans et ouvriers) – étaient rassemblés en une seule classe désignée aujourd'hui par le terme behdini (adeptes du daena, considéré comme la « bonne religion »). Ce changement allait avoir des conséquences profondes. Tout d'abord, il élargissait le fond génétique commun, alors que jusque-là les mariages étaient extrêmement rares d'une classe à l'autre (mais le problème subsistera pour les familles de prêtres jusqu'à nos jours). D'autre part, il supprimait les frontières au niveau des emplois, ce qui inspirera aux XVIIIe et XIX siècles la sympathie des autorités coloniales anglaises pour les parsis, lesquelles étaient lasses des complications imprévisibles du système de castes indien.

L'ère des opportunités[modifier | modifier le code]

En vertu du traité commercial conclu au début du XVIIe siècle entre l'empereur moghol Jahângîr et le souverain britannique Jacques VI et Ier, la Compagnie britannique des Indes orientales obtint des droits exclusifs de résidence et d'établissement à Surate et dans d'autres régions. De nombreux parsis qui vivaient jusqu'alors dans des communautés agraires du Gujarat allèrent s'installer dans les colonies britanniques pour bénéficier des nouveaux emplois offerts. En 1668, la Compagnie britannique des Indes orientales loua auprès de Charles II d'Angleterre les Sept îles de Bombay. Estimant que le havre profond se trouvant sur la côte est des îles convenait parfaitement pour installer son premier port sur le sous-continent, la compagnie transféra en 1687 son quartier général de Surate vers cette toute nouvelle colonie. Les parsis la suivirent et commencèrent bientôt à occuper des postes de confiance dans le domaine de l'administration et des travaux publics[20] [21].

Alors que l'instruction était jusqu'alors l'apanage des prêtres et de leurs familles, les écoles britanniques de l'Inde mettaient les jeunes parsis en mesure non seulement d'apprendre à lire et à écrire, mais aussi d'acquérir une éducation au sens le plus large du terme et de se familiariser avec les finesses de l'establishment britannique. Ces aptitudes étaient d'une très grande utilité aux parsis puisqu'elles leur permettaient de s'assimiler aux Britanniques, ce à quoi ils parvinrent plus rapidement et plus efficacement que toute autre communauté d'Asie du Sud[22]. Tandis que les Britanniques considéraient les autres Indiens comme passifs, ignorants, irrationnels, extérieurement dociles, mais intérieurement sournois et perfides[23], les parsis étaient réputés avoir les traits que les autorités coloniales tendaient à s'attribuer à elles-mêmes. L'aventurier allemand Johan Albrecht de Mandelslo (1638) les qualifiait de « diligents », « consciencieux » et « habiles » dans leurs activités mercantiles. Des observations similaires ont été faites par James Mackintosh, chroniqueur de Bombay de 1804 à 1811, qui notait que « les parsis sont ce qu'il reste de l'une des nations les plus puissantes du monde antique ; persécutés, ils fuirent vers l'Inde où ils demeurèrent longtemps dans l'obscurité et la pauvreté, jusqu'à ce qu'ils se virent finalement en présence d'un régime adéquat sous lequel ils se redressèrent rapidement pour compter bientôt parmi les acteurs commerciaux les plus populaires d'Asie »[24].

L'un d'eux, Rustom Maneck, avait probablement déjà amassé une fortune considérable sous les Hollandais et les Portugais lorsqu'il fut nommé en 1702 premier courtier de la Compagnie britannique des Indes orientales (ce qui lui valut le suffixe Seth accolé à son nom). Dans les années qui suivirent, il élargit avec ses associés parsis l'horizon professionnel et financier d'une communauté parsie qui commençait à prendre une certaine ampleur[25]. C'est ainsi qu'au milieu du XVIIIe siècle, les maisons de courtage de la Présidence de Bombay étaient presque toutes entre les mains de parsis. Comme le note James Forbes, percepteur de Broach (aujourd'hui Bharuch) dans ses Mémoires orientales (1770) : « nombreux sont les parsis parmi les principaux marchands et armateurs de Bombay et Surate. [...] Actifs, robustes, prudents et persévérants, ils constituent désormais une part précieuse des sujets de la Compagnie sur les côtes ocidentales de l'Hindoustan, où ils sont hautement estimés »[24]. Peu à peu, certaines familles acquirent fortune et renommée (Sorabji, Modi, Cama, Wadia, Jeejeebhoy, Readymoney, Dadyseth, Petit, Patel, Mehta, Allbless, Tata, etc.) et nombreuses sont celles qui se distingueront par leur participation à la vie publique de la ville et par leurs actions les plus diverses dans le domaine de l'éducation, de l'industrie et des œuvres de bienfaisance[20] [26].

Par sa générosité, Maneck a aidé à mettre en place l'infrastructure nécessaire pour que les parsis pussent s'installer à Bombay et a ainsi fait de la ville le premier centre d'habitation et de travail des parsis dans les années 1720[25]. Par suite de l'isolement politique et économique de Surate dans les années 1720 et 1730, résultant des animosités opposant les autorités mogholes (encore en place) et les Marathes de plus en plus dominants, un certain nombre de familles parsies de Surate allèrent s'installer dans la nouvelle ville. Alors qu'en 1700, à peine une poignée de marchands parsis est mentionnée dans les annales, ils constituent au milieu du siècle un important groupe de commerçants à Bombay[27]. Les bienfaits de Maneck constituent le premier exemple connu de philanthropie parsie.

"Parsis de Bombay", gravure sur bois, vers 1878

En 1728, le fils aîné de Rustom, Naoroz (plus tard appelé Naorojee), fonda le Panchayat parsi de Bombay (au sens d'instrument d'autogouvernance et non de fondation et d'œuvre de charité comme on l'entend aujourd'hui) pour assister les parsis nouveaux arrivés sur le plan religieux, social, juridique et financier. La famille Maneck Seth consacra beaucoup de temps, d'énergie et de ressources financières au soutien de la communauté parsie et le Panchayat devint, vers le milieu du XVIIIe siècle, le moyen reconnu, pour les parsis, de faire face aux exigences de la vie urbaine et de régler les affaires de la communauté[28]. Pourtant, le Panchayat fut attaqué en 1838 pour népotisme et irrégularités. En 1855, le Bombay Times nota que le Panchayat était totalement dépourvu d'autorité morale et légale pour faire appliquer ses statuts (les Bundobusts ou codes de conduite) et le conseil cessa bientôt d'être considéré comme représentatif de la communauté[29]. En juillet 1858, il fut déchu par décision du Comité judiciaire du Conseil privé de toute juridiction en matière de mariage et de divorce à l'encontre des parsis. Bien que réétabli par la suite en tant qu'administrateur des propriétés de la communauté, le Panchayat cessa définitivement d'être un instrument d'autogouvernance[30].

Alors que le Panchayat faisait face à un déclin inexorable, d'autres institutions apparurent pour se substituer à lui et contribuer à la cohésion sociale à laquelle la communauté aspirait désespérément. Au milieu du XIXe siècle, les parsis avaient pleinement conscience de ce que leurs rangs s'éclaircissaient et ils virent dans l'éducation une solution possible au problème. En 1842, Jamsetjee Jejeebhoy mit en place le Fonds parsi de bienfaisance (Parsi Benevolent Fund) pour améliorer par l'éducation la condition des parsis appauvris vivant encore à Surate et dans ses environs. En 1849, les parsis fondèrent leur première école (une école mixte, chose inédite à l'époque, qui allait toutefois bientôt être séparée en une école de filles et une école de garçons). Ce mouvement pour l'éducation s'accéléra. Les écoles parsies se multiplièrent, mais les enfants parsis pouvaient également fréquenter d'autres écoles et collèges[31]. Stimulés par cette amélioration de l'éducation et une plus forte cohésion sociale, les parsis prirent mieux conscience de leur spécificité. C'est ainsi qu'en 1854, Dinshaw Maneckji Petit fonda le Fonds d'amélioration des zoroastriens de Perse (Persian Zoroastrian Amelioration Fund) dans le but d'améliorer les conditions de vie de leurs coréligionnaires d'Iran. Le fonds parvint à convaincre un certain nombre de zoroastriens d'Iran d'émigrer en Inde (où ce groupe est aujourd'hui désigné par le terme Iranis) et contribua probablement à obtenir une exemption de la djizîa pour leurs coreligionnaires en 1882.

Aux XVIIIe et XIXe siècles, les parsis étaient devenus « le groupe le plus avancé en Inde au niveau éducationnel, industriel et social. Ils étaient à la pointe du progrès, amassaient de grandes fortunes et apportaient un soutien généreux aux œuvres de bienfaisance »[32]. Vers la fin du XIXe siècle, l'Inde comptait 85 397 parsis, dont 48 597 vivaient à Bombay, ce qui représentait 6% de la population totale de la ville (recensement de 1881[33]). C'était la dernière fois que les parsis pouvaient ête considérés comme formant une minorité significative de la ville.

Néanmoins, le XIXe siècle a laissé en héritage aux parsis le sentiment d'appartenir à une communauté bien spécifique. Les symboles culturels propres aux parsis depuis les XVIIe et XVIIIe siècles, tels que la langue (une variante parsie du Gujarati), les arts, l'artisanat et les coutumes vestimentaires se perpétuèrent dans le théâtre, la littérature, les écoles, les journaux et les magazines parsis. Les parsis entretinrent des centres médicaux, des corps ambulanciers, des associations scoutes, des clubs et des loges maçonniques propres à leur communauté. Ils avaient leurs fondations de bienfaisance, leurs complexes résidentiels, leurs institutions juridiques, leurs tribunaux et leurs organes de gouvernance. Ils n'étaient plus des tisserands et des petits commerçants, mais étaient désormais bien établis, dirigeaient des banques, des usines, des chantiers navals et des compagnies maritimes. Par ailleurs, tout en préservant leur identité culturelle, ils se considéraient comme membres de la nation indienne, comme le soulignait Dadabhai Naoroji, le premier Asiatique à occuper un siège au Parlement britannique : « Que je sois hindou, musulman, parsi, chrétien ou de toute autre confession, je suis avant tout indien. Notre pays est l'Inde ; notre nationalité est indienne »[34].

La religion des parsis[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Parsisme.

Démographie[modifier | modifier le code]

Les parsis en Inde[modifier | modifier le code]

Alors que l'Inde a vu sa population quadrupler depuis son accession à l'indépendance en 1947, le ministère indien des Minorités a prévu en 2015 un budget de 100 millions de roupies (environ 1,4 million d'euros) pour relancer la population parsie, qui constitue aujourd'hui l'une des plus petites minorités du pays. Les parsis, qui, au nombre de 114 000, représentaient 0,05 % de la population indienne en 1941, ne sont plus qu'à peine 60 000 en 2015, soit 0,005 % de la population nationale. La moitié d'entre eux étant âgée de plus de 60 ans et la plupart des couples ayant au maximum un enfant, la population parsie devrait encore diminuer de moitié d'ici à 2050[35].

Les causes de ce déclin résident dans un nombre de mariages en régression constante et un taux de fécondité extrêmement bas (0,8 enfants par femme en âge de procréer)[36], d'où un taux de natalité inférieur au taux de mortalité, mais aussi dans une endogamie encore très marquée et dans la fermeture à toute conversion au zoroastrisme (le seul moyen d'être Parsi étant la filiation paternelle) ; enfin, l'émigration compte pour un cinquième dans la diminution de la population[37].


Évolution de la population parsie de l'Inde de 1881 à 2001[38]

Année Population parsie de l'Inde Progression (en %)
1881 85 078
1891 89 490 + 5,19
1901 93 617 + 4,61
1911 99 412 + 6,19
1921 101 075 + 1,67
1931 108 988 + 7,83
1941 114 890 + 5,42
1951 * 111 791 - 0,27
1961 100 772 - 10,93
1971 91 266 - 10,42
1981 71 630 - 27,41
1991 76 382 + 6,63
2001 69 601 - 9,74
  • À partir de 1951, à la suite de la partition de l'Inde, les chiffres ne comprennent plus la population parsie du Pakistan et du Bangladesh


Le sex-ratio des parsis est inhabituel en Inde : en 2001, il était de 1 000 hommes pour 1 050 femmes (contre 1024 en 1991), en raison notamment de l'âge moyen élevé de la population, lié au fait que les femmes vivent plus longtemps que les hommes. En comparaison, la moyenne indienne était en 2001 de 1 000 hommes pour 933 femmes.

Les parsis ont un taux d'alphabétisation élevé, se montant à 97,9 % en 2001, soit le plus haut de toutes les communautés de l'Inde (la moyenne nationale est de 64,8 %). Toujours en 2001, 96,1 % des parsis résident dans des zones urbanisées (la moyenne nationale étant de 27,8 %).

Dans l'agglomération de Mumbai, où la densité de parsis est la plus élevée, environ 10 % des femmes parsies et 20 % des hommes parsis restent célibataires [39].

Les parsis dans le monde[modifier | modifier le code]

Le nombre total des zoroastriens pratiquants est inconnu. Une estimation de 2004 donne une fourchette de 124 000 à 190 000 adeptes[40], dont environ la moitié vivent en Inde. Ces chiffres manquent de précision, notamment en raison de fortes divergences concernant les parsis d'Iran.

En 2012, le FEZANA Journal, publication trimestrielle de la Fédération des Associations zoroastriennes d'Amérique du Nord a publié les résultats d'une étude démographique sur la population parsie dans le monde, joignant à titre de comparaison les chiffres résultant d'une étude de 2004[41]. Ces chiffres comprennent les parsis et autres communautés ethnoreligieuses zoroastriennes :

Pays Population 2004 Population 2012 Progression 2004-2012
Drapeau de l'Inde Inde 69 601[42] 61 000 - 12,4 %
Drapeau de l'Iran Iran 24 000 15 000 à 25 000 --
Drapeau des États-Unis États-Unis 10 794 14 405 + 33,5 %
Drapeau du Canada Canada 5 975 6 442 + 7,8 %
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni 5 000 5 500 + 10 %
Drapeau de l'Australie Australie 2 601 2 577 - 0,9 %
Bahreïn, Koweït, Oman, Qatar, EAU 2 200 1 900 - 13,6 %
Drapeau du Pakistan Pakistan 2 121 1 675 - 21 %
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 900 1 231 + 36,8 %
Europe et Asie centrale 1 000 1 000 0 %
Monde 125 000 111 700 à 121 700 -10,6 % à - 2,6 %

Identité et intégration[modifier | modifier le code]

Au cours des siècles, depuis l'arrivée en Inde des premiers zoroastriens, les parsis se sont intégrés dans la société indienne tout en maintenant ou faisant évoluer leurs propres coutumes et traditions, différentes de celles de leur entourage, préservant ainsi leur identité ethnique. Cela a conféré à la communauté parsie une position particulière dans la société indienne : les parsis sont indiens en termes de nationalité, de langue et d'histoire, mais le sont moins du point de vue de la consanguinité, des pratiques culturelles et religieuses et des comportements.

Autodéfinition[modifier | modifier le code]

Cérémonie Naujote (rite d'admission dans la foi parsie)

Qui est parsi et qui ne l'est pas, c'est là l'objet d'une vive controverse au sein de la communauté zoroastrienne. Est généralement considérée comme parsie toute personne

a) directement issue des réfugiés persans ayant fui leur pays après la conquête arabe et
b) formellement admise dans la religion zoroastrienne.

En ce sens, le terme parsi désigne une communauté ethno-religieuse, dont la définition est toutefois controversée parmi ses membres. Certains d'entre eux soutiennent qu'un enfant doit avoir un père parsi pour pouvoir être initié à la foi, ce qui à son tour est considéré par le plus grand nombre comme une violation du principe zoroastrien de l'égalité des genres et serait un reliquat d'une ancienne définition juridique du terme parsi.

Une définition souvent citée repose sur une décision de justice datant de 1908 (entre-temps abrogée), qui non seulement stipulait qu'une personne ne pouvait pas devenir parsie en se convertissant à la foi zoroastrienne, mais précisait aussi :

« La communauté parsie est constituée
a) de parsis issus des premiers émigrants persans, nés de parents tous deux zoroastriens et pratiquant la religion zoroastrienne ;
b) d'Iraniens pratiquant la religion zoroastrienne ;
c) d'enfants de pères parsis et de mères non parsies, lesquels ont été dûment et valablement admis dans la religion[43] ».

Cette définition a été remise en cause à plusieurs reprises. Les principes égalitaires de la Constitution indienne frappent de nullité les restrictions patrilinéaires exposées dans la troisième clause. La seconde clause a été contestée et annulée en 1948 et à nouveau rejetée en appel en 1950, l'ensemble de la définition de 1908 n'étant retenu qu'à titre d'obiter dictum − opinion incidente et purement indicative[44].

Malgré tout, nombreux sont les parsis − même parmi les plus éduqués et les plus modérés − qui sont persuadés que la définition de 1908 est toujours en vigueur. Dans l'éditorial de Parsiana, le bimensuel de la communauté parsie, du 21 février 2006, l'éditeur note que plusieurs enfants adultes d'une mère parsie et d'un père non parsi ont été initiés à la foi et que leur volonté d'adopter la foi de leur mère en dit des volumes sur leur attachement à la religion. Rappelant la réglementation, l'éditeur fait toutefois remarquer que, bien qu'ils soient juridiquement et aux yeux de la religion des zoroastriens à part entière, ils ne peuvent pas être considérés devant la loi comme des zoroastriens parsis et ne sont donc pas autorisés à fréquenter les temples du feu réservés aux zoroastriens parsis[45].

Factions au sein de la communauté[modifier | modifier le code]

Désaccord en matière de calendrier[modifier | modifier le code]

Le présent sous-chapitre est pour l'essentiel la traduction du sous-chapitre Calendrical differences de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Parsi ». Pour plus de précisions sur le calendrier utilisé par les zoroastriens dans la pratique de leur religion, voir Calendrier zoroastrien.

Jusqu'au XIIe siècle environ, tous les zoroastriens utilisaient le calendrier religieux à 365 jours, resté pratiquement inchangé depuis les réformes apportées par Ardachîr Ier de Perse (r. 226-241 EC). Ce calendrier ne prévoyant pas de compensation pour la fraction de jour négligée annuellement par rapport à l'année solaire, il ne respectait plus le cycle des saisons.

Entre 1125 et 1250[46], les parsis insérèrent un mois embolismique pour compenser les fractions de jours accumulées. Mais ils furent les seuls zoroastriens à le faire (et ils ne le feront qu'une fois), de sorte qu'à partir de cette date, le calendrier dit Shahenshahi (impérial) utilisé par les parsis différait d'une trentaine de jours par rapport à celui des autres zoroastriens.

En 1745, les parsis de Surate et des alentours revinrent au calendrier Kadmi (ancien), comme le recommandaient leurs prêtres, qui étaient convaincus que le calendrier en usage dans leur contrée d'origine devait être le bon. Ils dénigraient par ailleurs le calendrier Shahenshahi comme étant « royaliste ».

En 1906, des tentatives furent entreprises pour réconcilier les deux factions et débouchèrent sur l'introduction d'un troisième calendrier basé sur un modèle seldjoukide datant du XIe siècle : ce calendrier, dit Fasli, prévoyait un jour intercalaire tous les quatre ans et l'année commençait à l'équinoxe de printemps. Bien que ce fût le seul calendrier calqué en permanence sur le rythme des saisons, la majorité des parsis le rejeta comme ne respectant pas les injonctions de la tradition zoroastrienne[47].

Aujourd'hui, les parsis sont en majorité adeptes de la version parsie du calendrier Shahenshahi, bien que le calendrier Kadmi ait aussi ses adhérents dans les communautés parsies de Surate et de Bharuch. Le calendrier Fasli n'a guère cours parmi les parsis, mais, étant compatible avec le calendrier Bastani (version iranienne présentant les mêmes caractéristiques principales que le calendrier Fasli), c'est celui auquel adhère la majorité des zoroastriens d'Iran.




Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) M. Boyce, « On the Calendar of the Zoroastrian Feasts », Bulletin of the School of Oriental and African Studies, vol. 33, no 3,‎ , p. 513-539 (DOI 10.1017/S0041977X00126540, JSTOR 614520)
  • (en) H. Darukhanawala et J. Jeejeebhoy, Parsi Lustre on Indian Soil, vol. 1, Bombay, G. Claridge,‎
  • (en) M. Dhalla, History of Zoroastrianism, New York, Oxford University Press,‎
  • (en) C. Dobbin, « The Parsi Panchayat in Bombay City in the Nineteenth Century », Modern Asian Studies, vol. 4, no 2,‎ , p. 149-164 (DOI 10.1017/S0026749X00005102, JSTOR 311609)
  • (en) S. Hodivala, Studies in Parsi History, Bombay,‎
  • (en) E. Hull, Catholic Encyclopaedia : Parsis, New York, Robert Appleton Company,‎ (lire en ligne)
  • (en) D.F. Karaka, History of the Parsis: Including Their Manners, Customs, Religion, and Present Position, London, Macmillan and Co,‎ (lire en ligne)
  • (en) E. Kulke, The Parsees in India: A Minority as Agent of Social Change, New Delhi, Vikas Pub. House,‎ (lire en ligne)
  • (en) Tanya M. Luhrmann, « The Good Parsi: The Postcolonial 'Feminization' of a Colonial Elite », Man, vol. 29, no 2,‎ , p. 333-357 (DOI 10.2307/2804477, JSTOR 2804477)
  • (en) Tanya M. Luhrmann, « Evil in the Sands of Time: Theology and Identity Politics among the Zoroastrian Parsis », The Journal of Asian Studies, vol. 61, no 3,‎ , p. 861-889 (ISSN 0021-9118, DOI 10.2307/3096349)
  • (en) Susan Stiles Maneck, The Death of Ahriman: Culture, Identity, and Theological Change Among the Parsis of India, Bombay, K.R. Cama Oriental Institute,‎ (lire en ligne)
  • (en) Jesse S. Palsetia, The Parsis of India, Leiden, Brill,‎ (ISBN 90-04-12114-5)
  • (en) R. Paymaster, Early History of the Parsees in India, Bombay, Zarthoshti Dharam Sambandhi,‎ (lire en ligne)
  • (en) Om Prakash Ralhan, Encyclopaedia of Political Parties : Indian National Congress, New Delhi, Anmol Publications,‎ (ISBN 81-7488-865-9)
  • (en) T.K. Roy, S. Unisa, M. Bhatt et al., Growth of the Parsi population in India, Mumbai, National Commission for Minorities,‎
  • (de) M. Stausberg, Die Religion Zarathushtras. Geschichte - Gegenwart - Rituale, Stuttgart, Kohlhammer,‎
  • (en) S. Taraporevala, Zoroastrians of India. Parsis: A Photographic Journey, Bombay, Good Books,‎
  • (en) D. White, « From Crisis to Community Definition:The Dynamics of Eighteenth-Century Parsi Philanthropy », Modern Asian Studies, vol. 25, no 2,‎ , p. 303-320 (DOI 10.1017/S0026749X00010696, JSTOR 312514)
  • Ervad Sheriarji Dadabhai Bharucha: A Brief sketch of the Zoroastrian Religion and Customs
  • Dastur Khurshed S. Dabu: A Handbook on Information on Zoroastrianism
  • Dastur Khurshed S. Dabu: Zarathustra an his Teachings A Manual for Young Students
  • Jivanji Jamshedji Modi: The Religious System of the Parsis
  • R. P. Masani: The religion of the good life Zoroastrianism
  • P. P. Balsara: Highlights of Parsi History
  • Maneckji Nusservanji Dhalla: History of Zoroastrianism; dritte Auflage 1994, 525 p, K. R. Cama, Oriental Institute, Bombay
  • Dr. Ervad Dr. Ramiyar Parvez Karanjia: Zoroastrian Religion & Ancient Iranian Art
  • Adil F. Rangoonwalla: Five Niyaeshes, 2004, 341 p.
  • Aspandyar Sohrab Gotla: Guide to Zarthostrian Historical Places in Iran
  • J. C. Tavadia: The Zoroastrian Religion in the Avesta, 1999
  • S. J. Bulsara: The Laws of the Ancient Persians as found in the "Matikan E Hazar Datastan" or "The Digest of a Thousand Points of Law", 1999
  • M. N. Dhalla: Zoroastrian Civilization 2000
  • Marazban J. Giara: Global Directory of Zoroastrian Fire Temples, 2. Auflage, 2002, 240 p, 1
  • D. F. Karaka: History of The Parsis including their manners, customs, religion and present position, 350 p, illus.
  • Piloo Nanavatty: The Gathas of Zarathushtra, 1999, 73 p, (illus.)
  • Roshan Rivetna: The Legacy of Zarathushtra, 96 p, (illus.)
  • Dr. Sir Jivanji J. Modi: The Religious Ceremonies and Customs of The Parsees, 550 Seiten
  • Mani Kamerkar, Soonu Dhunjisha: From the Iranian Plateau to the Shores of Gujarat, 2002, 220 p
  • I.J.S. Taraporewala: The Religion of Zarathushtra, 357 p
  • Jivanji Jamshedji Modi: A Few Events in The Early History of the Parsis and Their Dates, 2004, 114 p
  • Dr. Irach J. S.Taraporewala: Zoroastrian Daily Prayers, 250 p
  • Adil F.Rangoonwalla: Zoroastrian Etiquette, 2003, 56 p
  • Rustom C Chothia: Zoroastrian Religion Most Frequently Asked Questions, 2002, 44 p

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Roshen Dalal, The religions of India : a concise guide to nine major faiths, New Delhi, Penguin Books,‎ (lire en ligne), p. 162
  2. (en) « A 7-year research behind Jiyo Parsi »,‎ (consulté le 11 octobre 2015)
  3. (en) Dilnaz Mory, « Parsi Demographic Statistics » (consulté le 11 octobre 2015)
  4. Christine Gadrat, « Les Mirabilia descripta de Jordan Catala : une image de l’Orient au xive siècle », sur http://theses.enc.sorbonne.fr/2000/gadrat,‎ (consulté le 9 janvier 2016)
  5. a et b Stausberg 2002, p. 1373
  6. (en) M. Boyce, The Parthians : A Zoroastrian Tapestry, New York, Mapin,‎ (ISBN 1-890206-22-9), p. 105
  7. a et b Hodivala 1920, p. 88
  8. Paymaster 1954
  9. Taraporevala 2000
  10. Kulke 1978
  11. Stausberg 2002, p. 1374
  12. a et b Maneck 1997, p. 15
  13. Paymaster 1954, p. 2-3
  14. Dhalla 1938, p. 447
  15. Kulke 1978, p. 29
  16. Dhalla 1938, p. 448
  17. Dhalla 1938, p. 457
  18. Dhalla 1938, p. 474-475
  19. Dhalla 1938, p. 474
  20. a et b Hull 1913
  21. Palsetia 2001, p. 47-57
  22. Luhrmann 2002, p. 861
  23. Luhrmann 1994, p. 333
  24. a et b Darukhanawala et Jeejeebhoy 1938, p. 33
  25. a et b White 1991, p. 304
  26. Palsetia 2001, p. 37–45, 62-64, 128-140, 334-135
  27. White 1991, p. 312
  28. Karaka 1884, p. 215–217
  29. Dobbin 1970, p. 150-151
  30. Palsetia 2001, p. 223-225
  31. Palsetia 2001, p. 135–139
  32. Dhalla 1938, p. 483
  33. (en) Zubin C. Shroff et Marcia C. Castro, « The potential impact of intermarriage on the population decline of the Parsis of Mumbai, India », Demographic Research, vol. 25, no 17,‎ , p. 550 (lire en ligne)
  34. Ralhan 2002, p. 1101
  35. (en) Rosalie Murphy, « India: Government Joins Effort to Grow Parsi Population »,‎ (consulté le 19 décembre 2015)
  36. (en) Parul Chandra, « For Parsi population in India, eight small beginnings », Deccan Chronicle,‎ (lire en ligne)
  37. Roy, Unisa et Bhatt 2004, p. 21
  38. (en) Dinyar Patel, « Understanding Parsi population decline in India: A historical perspective »,‎ (consulté le 19 décembre 2015)
  39. Roy, Unisa et Bhatt 2004, p. 18, 19
  40. (en) « Zoroastrians Keep the Faith, and Keep Dwindling », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  41. Roshan Rivetna, « The Zarathushti World − a 2012 demographic picture »,‎ (consulté le 29 décembre 2015)
  42. Recensement 2001
  43. Jugement de la Haute Cour de justice de Bombay du 27 novembre 1908 »« Sir Dinshaw Manockji Petit And ... vs Sir Jamsetji Jeejeebhoy And Ors. on 27 November, 1908 » (consulté le 14 janvier 2016)
  44. Jugement de la Haute Cour de justice de Bombay du 16 août 1950« Sarwar Merwan Yezdiar vs Merwan Rashid Yezdiar on 16 August, 1950 » (consulté le 14 janvier 2016)
  45. (en) « How trust-worthy? », Parsiana, no 48,‎ , p. 2
  46. Boyce 1970, p. 537
  47. Denkard, 3.419