Présidence de Bombay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Situation administrative du Monde indien en 1909, jaune pour les États princiers et rose pour les présidences.
Présidence de Bombay en noir, 1906.

La présidence de Bombay était l'une des trois entités administratives de l'Inde britannique ; Elle se situait sur la partie ouest du continent, elle a commencé à Surat au XVIIe siècle comme comptoir pour la Compagnie anglaise des Indes orientales pour finir par englober une partie de l'Ouest indien, du Pakistan et de la Péninsule arabique. En Inde cela représentait, au plus fort de son extension, l’État du Gujarat, les deux tiers du Maharashtra et le Nord-Ouest du Karnataka, la province pakistanaise Sindh, de 1847 à 1935, Aden au Yémen de 1839 à 1939 mais pas les États princiers.

La présidence avait sa propre force armée.

Liste des gouverneurs[modifier | modifier le code]

Gouverneurs royaux[modifier | modifier le code]

Au mariage de Charles II d'Angleterre avec Catherine de Bragance, cette dernière amenait en douairie Bombay, le , le premier gouverneur était nommé.

Gouverneurs de la Compagnie[modifier | modifier le code]

Le , par la charte du , la gouvernance de Bombay fut cédée à la Compagnie anglaise des Indes orientales pour 10 livres de l'époque. Dans les premiers temps, 1668 à 1687, le gouverneur siégeait à Surat et Bombay avait un gouverneur délégué.

au

Gouverneurs de la Couronne (1862-1948)[modifier | modifier le code]

Après la révolte des Cipayes en 1857, la Compagnie anglaise des Indes orientales est montrée du doigt pour sa gestion de l'Inde. Le , le Parlement du Royaume-Uni abolit la Compagnie, et rétablit l'autorité directe de la Couronne sur l'Inde britannique.

# Nom Portrait Début Fin Durée (années) Remarques[a]
1 Henry Bartle Frere BartleFrere.jpg 5
2 William Robert Seymour Vesey Fitzgerald (en) William Vesey Fitzgerald.jpg 5
3 Philip Edmond Wodehouse (en) 5
4 Richard Temple 3
5 Lionel Robert Ashburner (en) Intérim
6 James Fergusson Sir James Fergusson.jpg 5
7 James Braithwaite Peile (en) Intérim
8 Donald Mackay (Lord Reay) 5
9 George Harris (en) Lord Harris.jpg 5
10 Herbert Mills Birdwood (en) Intérim
11 William Mansfield (Lord Sandhurst) William Mansfield (Lord Sandhurst).jpg 5
12 Henry Northcote Ac.northcote.jpg 3
13 James Monteath (en) Intérim
14 Charles Cochrane Baillie (en) (Lord Lamington) Baron Lamington.jpg 4
15 John William Muir Mackenzie (en) Intérim
16 George Sydenham Clarke (en) 6
17 Freeman Freeman-Thomas GG-Freeman Freeman-Thomas.jpg 5
18 George Lloyd (en) Lord Lloyd.JPG 5
19 Maurice Hayward (en) Intérim
20 Leslie Orme Wilson (en) Sir Leslie Wilson.jpg 3
21 Henry Staveley Lawrence (en) 2 Intérim
22 Frederick Sykes Maj Gen Frederick Sykes.jpg 5
23 John Ernest Buttery Hotson (en)[b] 1931 1931 Intérim
24 Michael Knatchbull (en) (Lord Brabourne) 4
25 Robert Duncan Bell (en) Intérim
26 Lawrence Roger Lumley (en) 6
27 John Colville (en) 5

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

a ^  Lorsque le poste de gouverneur devient vacant, et qu'aucun remplaçant désigné n'est disponible, le membre du Conseil exécutif (en) du gouverneur qui suit immédiatement le gouverneur dans l'ordre protocolaire, autre que le commandant-en-chef de la présidence, est choisi comme gouverneur par intérim. Si le Conseil exécutif n'est pas disponible, alors le premier secrétaire du gouvernement de la présidence exerce les fonctions de gouverneur jusqu'à l'arrivée d'un successeur. Chaque gouverneur par intérim a droit aux émoluments et salaires liés à la fonction de gouverneur pendant la durée où il exerce la fonction[1].
b ^  John Ernest Buttery Hotson (en), membre du Conseil exécutif de Bombay (1926–31), est nommé gouverneur de Bombay par intérim pour une courte période au départ de Frederick Sykes[2],[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Tomlins et Granger 1835, p.  364, § 63
  2. « Monday, Aug. 03, 1931 », Time,‎ (lire en ligne, consulté le 12 janvier 2009)
  3. Bulletin of International News, vol. 8, Royal Institute of International Affairs, 1931–1932, p. 86

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Thomas Edlyne Tomlins et Thomas Colpitts Granger, The Law-dictionary, Explaining the Rise, Progress, and Present State of the British Law: Defining and Interpreting the Terms Or Words of Art, and Comprising Also Copious Information on the Subjects of Trade and Government, vol. 1, J. Clarke, J. & W. T. Clarke, Longman, Rees, Orme, Brown, Green, & Longman, (lire en ligne), 364, 365