Jean-Luc Romero-Michel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Luc Romero-Michel
Jean-Luc Romero en septembre 2013.
Jean-Luc Romero en septembre 2013.
Fonctions
Conseiller régional d'Île-de-France
En fonction depuis le
(18 ans 4 mois et 11 jours)
Élection 15 mars 1998
Réélection 28 mars 2004
21 mars 2010
13 décembre 2015
Maire-adjoint du 12e arrondissement de Paris
chargé de la culture et du tourisme
En fonction depuis le
(2 ans 3 mois et 16 jours)
Élection 14 avril 2014
Maire Catherine Baratti-Elbaz
Biographie
Date de naissance (57 ans)
Lieu de naissance Béthune (Pas-de-Calais)
Nationalité Française
Parti politique Ex-UMP
Apparenté PS
Conjoint Christophe Michel
Diplômé de Université Paris II

Jean-Luc Romero-Michel, né le à Béthune, est un homme politique homosexuel et militant associatif français. Il est responsable d'ONG et écrivain. Il est le premier homme politique, alors qu'il était membre de l'UMP, à avoir révélé sa séropositivité au VIH, en mai 2002[1] .

Il a de nombreuses responsabilités dans la lutte contre le sida (Élus locaux contre le sida, ambassadeur d'une "Île-de-France sans sida", Crips Île-de-France, membre du Conseil national du sida, membre du Comité directeur de VIH en Europe, ex-membre du COREVIH de Paris-Centre, membre du conseil d'administration de Sida Info Service) et dans le combat pour la légalisation de l'euthanasie où il a des responsabilités nationales (Association pour le droit de mourir dans la dignité) et internationales (World Federation of right to die societies).

Désormais de gauche, il siège au groupe PS du conseil régional d'Île-de-France et du conseil du 12e arrondissement de Paris en qualité d'apparenté.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Luc Romero est né à Béthune[2] le 30 juin 1959 d'un père espagnol et d'une mère d'origine espagnole, naturalisée française[3].

Formation et carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Il est animateur du magazine « Fréquence Midi » puis directeur des relations extérieures bénévole de Fréquence Gaie, radio associative LGBT de 1982 à 1983.

En 1983, il obtient un DEA de droit public à l'Université Paris II puis un DEA de sciences politiques en 1984.

Il est assistant parlementaire de Pierre-Rémy Houssin (de 1986 à 1997), Jean-Marie Demange (1997) et Guy Drut (de 1997 à 2000), et préside de 1988 à 1998 l'Association française des collaborateurs parlementaires (AFCP).

Depuis 2001, il est directeur des solidarités à la mairie de Vigneux-sur-Seine (Essonne).

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Jean-Luc Romero (1er à gauche) à la Paris Gay Pride, le 25 juin 2005.

Candidat aux primaires de l'UMP Paris pour les élections municipales de Paris en 2008, il se désiste à cause d'un nombre de parrainages d'élus insuffisant. Après la nomination de Jean de Gaulle à la Cour des comptes, il demande le soutien de l'UMP pour sa candidature à l'élection législative de 2007 dans la huitième circonscription de Paris. En janvier 2007, son mouvement Aujourd'hui, autrement l'investit pour l'élection législative dans le 12e arrondissement de Paris (8e circonscription) ; il renonce à demander le soutien de l'UMP. Il y réalise un score de 2%, insuffisant pour accéder au second tour.

Il annonce son ralliement à une liste du Parti socialiste le [4] et est réélu conseiller régional d'Île-de-France sur la liste parisienne conduite par Anne Hidalgo dans le cadre de la campagne de Jean-Paul Huchon.

Le 4 juin 2013, Anne Hidalgo intègre Jean-Luc Romero dans son équipe de campagne en vue des élections municipales de 2014, au sein de la cellule riposte, aux côtés des députés David Assouline, Sandrine Mazetier, Marie-Noëlle Lienemann et Seybah Dagoma[5] puis le 21 novembre 2013, il annonce être candidat dans le 12e arrondissement de Paris[6]. En décembre 2014, il participe à l'émission télévisée Politiques Undercover, diffusée sur D8. En novembre 2015, il intègre officiellement les listes de Claude Bartolone et son équipe de campagne pour les élections régionales d'Île-de-France de décembre 2015. Malgré la défaite de la gauche en Ile-de-France, Jean-Luc Romero est réélu conseiller régional d'Ile-de-France.

  • Ancien secrétaire national de l'UMP de février 2003 à juillet 2004[7]
  • Ancien président du parti Aujourd'hui, autrement de sa création en août 2004, à sa démission en avril 2008[8]
  • Ville de Bobigny :
    • de mars 1989 à mars 2001 : conseiller municipal de Bobigny - président du Groupe d'élus Bobigny Renouveau
  • Ville de Paris :
    • Mars 2014 - : conseiller du 12e arrondissement de Paris
    • Mars 2014 - : Maire-adjoint chargé de la culture et du tourisme du 12e arrondissement de Paris

Dans la lutte contre le sida[modifier | modifier le code]

  • Président-fondateur d'ELCS (Élus locaux contre le sida) depuis 1995
  • Ambassadeur d'une "Île-de-France sans sida"
  • Président d'honneur d'HF Prévention
  • Président d'honneur de la Main Fine (Ikambere)
  • Membre du Comité de parrainage des Petits Bonheurs
  • Membre du Conseil d'administration du Crips Île-de-France depuis 1998

En 2004, il obtient du Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, que le sida soit déclaré grande cause nationale et devient le président du collectif chargé de gérer cette année.

Depuis 2006, Jean-Luc Romero a initié un mouvement contre les interdictions de circuler et de s'installer imposées par de nombreux États des Nations Unies aux personnes vivant avec le VIH/sida. Ce combat obtient un premier succès[9], en juillet 2008, avec la levée des interdictions aux États-Unis signées par le président George W. Bush auquel il avait adressé une lettre ouverte en novembre 2006[10]. La mise en œuvre concrète de cette mesure a été retardée par des négociations entre les départements de la Sécurité et de la Santé des États-Unis et elle est devenue effective seulement en janvier 2010. Cette évolution peut faire effet « boule de neige ». Ainsi, la Chine a, en mai 2010, annoncé un changement rapide de la législation qui interdit toujours à une personne touchées par le VIH/sida de poser le pied sur son territoire.

En 2008, il a saisi le Conseil national du sida de l'interdiction des soins de conservation pour les personnes mortes du sida arguant du fait qu'exécuter des soins de conservation sur une personne décédée séropositive n'est pas dangereux pour les personnes pratiquant ces soins, les précautions universelles étant largement suffisantes. Le Conseil national du sida a rendu le 20 mars 2009 un avis demandant « l'annulation de l'article 2 de l'arrêté du 20 juillet 1998 en tant qu'il mentionne l'infection à VIH dans la liste des maladies faisant obstacle à la pratique de soins de conservation sur les corps »[11]. À son initiative, une mobilisation interassociative s'est depuis fait jour. Après cela, plusieurs institutions se sont déclarées en faveur de la levée de cette interdiction notamment le Défenseur des droits[12]. En janvier 2012, la Direction générale de la santé indiquait « qu'il était possible d'autoriser des actes de conservation invasive des corps chez des personnes atteintes de certaines pathologies infectieuses, dont le VIH et les hépatites, dès lors que les conditions adéquates de pratique de la thanatopraxie auront été définies »[13] et en janvier 2013, le Haut Conseil de la santé publique demandait également la levée de cette interdiction[14]. Fin février, un rapport de l'IGAS et de l'IGA demande aussi la levée de l'interdiction[15]. Jean-Luc Romero a également décidé de mobiliser les citoyens pour cette cause en lançant une pétition : fin octobre 2015, elle compte 130 000 signataires[16] dont Valérie Trierweiler, Læticia Hallyday, Nikos Aliagas, Anne Hidalgo ou encore Omar Sy[17] pour demander la levée de cette interdiction. Grâce à cette longue mobilisation[18],[19], la levée de l'interdiction a été décidée par l'Assemblée nationale dans le cadre de la future loi de santé de 2015[20].

Le 17 juin 2016, sur proposition de Valérie Pécresse, il est élu par le Conseil régional Île-de-France, à l’unanimité, ambassadeur d’une "Île-de-France sans sida" aux côtés de Jean Spiri[21].

Son combat pour l'euthanasie[modifier | modifier le code]

  • Président de l'ADMD depuis le 2 juin 2007, réélu en septembre 2009 puis en septembre 2013. L'ADMD revendique plus de 58 000 adhérents[22]
  • Vice-président de l'Association pour le droit de mourir dans la dignité depuis 2005 jusqu'en 2007.
  • Directeur au bureau de la World Federation of right to die societies depuis septembre 2006

En février 2008, il répond à l'appel lancé par Chantal Sébire qui lui demandait de la soutenir, en sa qualité de président de l'ADMD.

En 2008, il fait voter par le conseil d'administration de la Fédération mondiale pour le droit de mourir dans la dignité la création d'une journée mondiale pour le droit de mourir dans la dignité. Cette proposition adoptée à l'unanimité par l'organisation, est mise en œuvre tous les 2 novembre, jour des morts. Le lancement de cette première journée mondiale s'est déroulé à Paris, lors du Congrès mondial de la World Federation of right to die societies, en présence des délégués mondiaux du mouvement pour le droit de mourir dans la dignité[réf. nécessaire].

En mars 2012, en pleine campagne des élections présidentielles, il présente (alors qu'il est président de l'ADMD) une campagne choc sur l'euthanasie où les candidats à la présidence de la République : Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen, et François Bayrou sont représentés sur un lit de mort.

Soutien à Florence Cassez[modifier | modifier le code]

Jean-Luc Romero est président du comité de soutien de Florence Cassez, une jeune femme originaire de Béthune emprisonnée au Mexique.

En août 2008, à Mexico, Jean-Luc Romero rencontre à deux reprises Florence Cassez. Depuis son retour en France, il essaie de sensibiliser médias et autorités à la situation de cette femme[23]. Il préside le comité de soutien « Libérez Florence Cassez »[24].

Le , au retour de Florence Cassez en France, il annonce la dissolution du Comité de soutien[25].

Autres prises de position médiatisées[modifier | modifier le code]

Il choisit le 10 avril 2007 d'apporter son soutien pour l'élection présidentielle à l'UDF François Bayrou. Jean-Luc Romero fait le constat, dans un communiqué, « qu'il n'est pas parvenu à peser significativement sur les positions de l'UMP » et déplore « la droitisation constante de l'UMP au cours de cette campagne ».

Le 3 mars 2008, il annonce qu'il votera pour Corinne Lepage au premier tour de l'élection municipale de 2008 et pour Bertrand Delanoë au second tour[26].

En juillet 2008, il saisit, dès la mi-juillet la Halde, et le CNS afin que ces institutions se prononcent sur le fichier Edvige. Il s'associe ensuite au recours devant le Conseil d'État de Corinne Lepage.

Il mène depuis des années un combat contre l'interdiction faite aux homosexuels de donner leur sang et a saisi la Halde à cet effet. Cette instance rend sa délibération le 6 février 2006 et affirme que « la décision d'exclusion définitive du don du sang d'une personne paraît devoir être prise sur la base des risques liés à son comportement » (et non sur la base de son orientation sexuelle). Xavier Bertrand, alors ministre de la Santé, déclare donc le 11 juillet 2006 au journal Le Monde : « La contre-indication permanente actuelle visant les hommes ayant des rapports sexuels avec d'autres hommes ne me semblait pas satisfaisante, car elle stigmatisait de facto une population et non des pratiques. Elle va donc disparaître ». Cette prise de position, réitérée à plusieurs reprises par Roselyne Bachelot, successeur de Xavier Bertrand au ministère de la Santé, n'avait toutefois pas donné lieu à une mesure effective en ce sens jusqu'aux débats de la loi de santé 2015 au cours desquels l'Assemblée nationale a décidé la levée de cette interdiction[27].

Anciens mandats[modifier | modifier le code]

  • Président du collectif Sida, grande cause nationale en 2005
  • Membre du Conseil national du sida de 2005 à 2015
  • Président de l'Association française des collaborateurs parlementaires (AFCP ) à l'Assemblée nationale de 1988 à 1998
  • Ancien Secrétaire national de l'UMP
  • Ancien Secrétaire national du Parti radical valoisien (associé à l'UMP) chargé de la lutte contre les discriminations
  • Président-fondateur du parti politique « Aujourd'hui, autrement » de 2004 à 2008

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il épouse son compagnon, Christophe Michel, le à la mairie du 12e arrondissement de Paris. La cérémonie est présidée par le maire de Paris, Bertrand Delanoë, en présence de Valérie Trierweiler, des chanteuses Sheila et Stone, d'Anne Hidalgo et des ministres Dominique Bertinotti, Benoît Hamon, George Pau-Langevin et Frédéric Cuvillier[28],[29].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • On m'a volé ma vérité, Le Seuil, 2001
  • Virus de vie, Éditions Florent-Massot, 2002
  • Lettre à une droite maladroite, Ramsay, 2003
  • Je n'ai jamais connu Amsterdam au printemps, Ramsay, 2004
  • Contribution à Addictions et toxicomanie, éditions Frison Roche, 2004
  • La Nuit des petits couteaux : qui gagnera la bataille de Paris ?, Jean-Claude Gawsewitch Éditeur, 2006
  • Les voleurs de liberté : une loi de liberté sur la fin de vie pour tous les Français !, Éditions Florent-Massot, 2009. Réédité en 2012 aux éditions L'Esprit Frappeur
  • Homo Politicus : politique et homosexualité de 1960 à nos jours, Éditions Florent-Massot, 2011. Réédité en 2012 aux éditions Gaies et Lesbiennes-La Cerisaie
  • Monsieur le président, laissez-nous mourir dans la dignité !, Jean-Claude Gawsewitch Éditeur, 2013[30]
  • Ma mort m'appartient. 100% des Français vont mourir, les politiques le savent-ils ?, entretien avec la journaliste Claire Bauchart, éditions Michalon, avril 2015[31],[32]

Contributions[modifier | modifier le code]

  • Homosexualités et politique en Europe, dans le Bulletin d'histoire politique de l'UQAM (Québec - Canada)
  • Le Cadrage politique de la drogue, éditions Pepper, 2004
  • Dans le secret des drogues et des virus, éditions Frison Roche, 2002
  • Actes d'Élus locaux contre le sida
  • Manifeste pour le PaCS, éditions l'écart, 1999
  • Éditorial du Petit Futé France Gay et Lesbien, 2002 et 2008

Documentaires[modifier | modifier le code]

  • Homopoliticus : de Aleksandar Dzerdz - d'après le livre homonyme co-écrit par Jean-Luc Romero. Diffusé sur LCP-AN, France 3 et produit par l'INA.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Luc Le Vaillant, « Séropolitique », sur Libération,‎ (consulté le 21 mai 2015) : « Mai 2002: Dans Virus de vie (Florent Massot), il révèle sa séropositivité. »
  2. « Né à Béthune, voilà 49 ans - Actualité Béthune - Pas-de-Calais », sur La Voix du Nord,‎ (consulté le 28 novembre 2015)
  3. « http://www.jeanluc-romero.com/2.html » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  4. http://www.tetu.com/actualites/france/jean-luc-romero-pourquoi-je-suis-candidat-ps-aux-regionales-16055
  5. http://www.bfmtv.com/politique/municipales-a-paris-hidalgo-met-place-une-cellule-riposte-529828.html
  6. http://yagg.com/2013/11/21/municipales-2014-jean-luc-romero-candidat-dans-le-12e-arrondissement/
  7. http://www.jeanluc-romero.com/#/biographie/3593239
  8. Jonathan Denis élu président de Aujourd'hui, Autrement
  9. http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2009/10/30/levee-lundi-de-l-interdiction-faite-aux-seropositifs-d-entrer-aux-etats-unis_1260863_3222.html
  10. http://www.romero-blog.fr/archive/2006/11/28/lettre-ouverte-a-george-w-bush.html
  11. .http://www.cns.sante.fr/spip.php?article292&decoupe_recherche=op%C3%A9rations%20fun%C3%A9raires
  12. http://www.defenseurdesdroits.fr/connaitre-son-action/droits-des-usagers-des-services-publics/actualites/legislation-funeraire-des
  13. http://www.lequotidiendumedecin.fr/information/soins-funeraires-et-vih-les-autorites-estiment-qu-une-autorisation-est-possible
  14. http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=303
  15. http://www.lemonde.fr/les-indiscrets/breve/2014/02/03/l-igas-et-l-iga-en-faveur-de-l-autorisation-des-soins-funeraires-pour-les-seropositifs_4359425_3523646.html
  16. https://www.change.org/p/pour-la-lev%C3%A9e-de-l-interdiction-de-soins-fun%C3%A9raires-pour-les-personnes-s%C3%A9ropositives-vih-sida
  17. .http://www.change.org/fr/pétitions/pour-la-levée-de-l-interdiction-de-soins-funéraires-pour-les-personnes-séropositives-vih-sida
  18. http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1105977-les-soins-funeraires-interdits-aux-seropositifs-levons-cette-discrimination-immorale.html
  19. http://www.huffingtonpost.fr/jeanluc-romero/soins-funeraires-sida_b_5205406.html
  20. http://www.europe1.fr/sante/linterdiction-des-soins-funeraires-a-domicile-une-idee-de-technocrate-2619443
  21. « Île-de-France sans sida : deux voix pour un même combat » (consulté le 24 juin 2016)
  22. http://www.admd.net/la-structure/presentation.html
  23. http://www.rtl.fr/fiche/813244/mexique-l-appel-de-florence-cassez-emprisonnee-pour-96-ans.html
  24. « Faire du bruit pour que Florence ne tombe pas dans l'oubli » d'Arnaud Bertrand dans Libération du 13 août 2009
  25. http://www.ouest-france.fr/actu/actualite-video_-La-reaction-de-Charlotte-Cassez-la-mere-de-Florence-Cassez_55257-2156671--------50389_actu.Htm
  26. « À Paris, l'UMP Jean-Luc Romero votera MoDem puis Delanoë », Le Point,‎ (lire en ligne)
  27. http://www.huffingtonpost.fr/jeanluc-romero/don-du-sang-homosexuels_b_7016352.html
  28. Jean-Luc Romero, « Mariage pour tous : après des années de combat, je me suis marié avec mon compagnon », in nouvelobs.com, 1er octobre 2013.
  29. « Un mariage très "politique" », in parismatch.com, 28 septembre 2013.
  30. On doit pouvoir choisir sa mort, Direct Matin, 11 septembre 2013
  31. http://www.directmatin.fr/france/2015-04-13/jean-luc-romero-la-loi-sur-la-fin-de-vie-nest-pas-une-avancee-702974
  32. http://www.lepoint.fr/editos-du-point/anne-jeanblanc/pourra-t-on-un-jour-systematiquement-mourir-dans-la-dignite-en-france-22-04-2015-1923355_57.php
  33. http://www.pressclub.fr/prix-press-club-humour-et-politique-2013-3

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]