Parc national de Khao Yai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Parc national de Khao Yai
Image dans Infobox.
Chutes d'Heo Suwat
Géographie
Adresse
Coordonnées
Ville proche
Pak Chong (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Superficie
2 185,40 km2
Administration
Nom local
(th) อุทยานแห่งชาติเขาใหญ่Voir et modifier les données sur Wikidata
Type
Catégorie UICN
Identifiant
Création
1962
Patrimonialité
Partie d'un site du patrimoine mondial UNESCO (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Visiteurs par an
1 000 000Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial
Identifiant
Localisation sur la carte de Thaïlande
voir sur la carte de Thaïlande
Green pog.svg

Complexe forestier de Dong Phayayen-Khao Yai *
Image illustrative de l’article Parc national de Khao Yai
Vue satellite de la région (avec Bangkok en rouge)
Pays Drapeau de la Thaïlande Thaïlande
Type Naturel
Critères (x)
Numéro
d’identification
590
Zone géographique Asie et Pacifique **
Année d’inscription 2005 (29e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification UNESCO

Le parc national de Khao Yai (en thaï : อุทยานแห่งชาติเขาใหญ่[1] ; API : ʔùt.tʰā.jāːn hɛ̀ŋ t͡ɕʰâːt kʰǎw jàj) est un parc national situé en Thaïlande. Fondé en 1962, c'est le plus ancien des parc nationaux du pays.

Khao Yai est l'un des plus grands parcs nationaux du pays et l'un des plus renommés. Il fait partie du Patrimoine National de l'ASEAN. Il constitue l'une des plus vastes forêts d'Asie.

Khao Yai (2166 km2) fait partie, avec les parcs nationaux très proches de Thap Lan (2236 km2), Ta Phraya (594 km2), Pang Sida (844 km2) et le sanctuaire de faune de Dong Yai (313 km2), du Complexe forestier de Dong Phayayen-Khao Yai (6152 km²) situé dans les montagnes de Dong Phaya Yen et les monts de Sankamphaeng : cette vaste zone naturelle protégée est reconnue comme Patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO depuis 2005 grâce à sa biodiversité[2].

Les lieux[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le parc se trouve essentiellement dans la province de Nakhon Ratchasima, avec une petite partie dans celles de Saraburi, de Prachinburi et de Nakhon Nayok. Il se situe ainsi à environ 200 km de Bangkok.

Météorologie[modifier | modifier le code]

La pluviométrie moyenne est de 1 897 mm/an, sur la période 2008-2017.

La saison des pluies commence en mai-juin et se termine en octobre. Il pleut pendant ces 5-6 mois jusqu'à 84 % des précipitations de Khao Yai. Le mois le plus pluvieux est septembre où on a enregistré jusqu'à 353,44 mm[3].

La température moyenne annuelle est de 21,28°C.

La saison froide commence en novembre et se termine en février : la température moyenne est d'environ 17°C ; il pleut peu ; les nuits sont claires et froides, idéales pour observer les mammifères nocturnes. La saison chaude commence en mars et finit en mai : la température moyenne est de 28°C ; la plupart des animaux se réunissent près des points d'eau et des rivières pour boire et se rafraîchir pendant cette période torride et sont donc faciles à trouver et à observer. La température maximale atteint les 30,33°C en avril et le minimum descend à 12,25°C en janvier[3].

Selon les météorologistes locaux, la température moyenne annuelle et la pluviométrie devrait augmenter dans les prochaines années sous l'effet du réchauffement climatique global[4].

Description générale[modifier | modifier le code]

D'une superficie de 2 166 km2 avec approximativement 80 km de longueur est-ouest et 30 km de longueur nord-sud, il est constitué de trois types de forêts (forêts tropicales humides, sèches et de mousson) et de prairies.

Topographie[modifier | modifier le code]

Le parc est situé dans les monts de Sankamphaeng, où on trouve des sommets dépassant les 1 000 mètres d'altitude. Le Khao Khiaw (เขาเขียว ; montagne verte ou mont vert) avec ses 1 292 m d'altitude est le plus connu d'entre eux[5] et le Khao Rom (เขาร่ม ; montagne ou mont parapluie) avec ses 1 351 m d'altitude le plus haut . L'altitude de la majeure partie du parc est comprise entre 400 et 1000 m.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les monts de Sankamphaeng sont, dans le parc national de Khao Yai en particulier, la source de rivières importantes telles :

  • la Nakhon Nayok ;
  • et la rivière Mun, surnommée rivière de la lune, un des principaux affluents du fleuve Mékong.

Plusieurs chutes d'eau se trouvent sur Khao Rom, dont l'impressionnante cascade de Haew Narok (น้ำตกเหวนรก ; chute d'eau de l'enfer) haute d'environ 80 m.

Aménagement humain[modifier | modifier le code]

Les entrées du parc sont marquées par les « checkpoints », destinés à contrôler les véhicules et leur contenu. La route reliant Pak Chong à Prachinburi traverse le parc. Une courte route secondaire relie cette route principale à Khao Khiaw, une autre à la chute d'eau de Haew Suvat (น้ำตกเหวสุวัต). Le parc comprend une dizaine de parcours de randonnée d'une longueur de 2 à 8 kilomètres chacun.

Enfin, deux tours destinées à l'observation de la faune sont à l'usage des gardes forestiers comme des visiteurs.

Tour d'observation de Nong Pak Chi

Flore[modifier | modifier le code]

Le parc national de Khao Yai abrite une grande biodiversité de plantes : environ 2000 espèces.

Arbres[modifier | modifier le code]

On a recensé très précisément, rien que dans la forêt tropicale humide de moyenne altitude du site de Mo Singto, sur une surface de 30 hectares (600m*500m) :

  • plus de 130 000 arbres et arbustes, soit 4 300 par hectare ;
  • 262 espèces différentes d'arbres et arbustes (aquilaria, choerospondias axillaris...) dont 16 espèces d'arbres géants dont le tronc mesure plus d'un mètre de diamètre (le plus grand est un diptérocarpus gracilis de 54 m de haut) ;
  • et plus de 120 espèces de lianes[6].

Palmiers, lianes, fougères, plantes herbacées et plantes à fleurs[modifier | modifier le code]

Champignons[modifier | modifier le code]

Faune[modifier | modifier le code]

La faune de Khao Yai y vit en liberté. Chaque animal détermine donc son territoire dans les lieux qui lui sont propres (plaine, forêt, etc).

L'UNESCO recense dans le Complexe forestier de Dong Phayayen-Khao Yai près de 800 espèces d'animaux remarquables parmi lesquelles 112 espèces de mammifères, 392 espèces d’oiseaux et 200 de reptiles et d’amphibiens[7].

Le parc national de Khao Yai (2 168 km²) recense dans son parc près de 800 espèces d'animaux remarquables, parmi lesquelles selon les sources : 71 espèces de mammifères, 340 espèces d'oiseaux, 48 espèces de reptiles et 23 espèces d'amphibiens[8] ; ou 71 espèces de mammifères, 448 espèces d'oiseaux et un peu plus de 100 de reptiles et amphibiens[9].

71 espèces de mammifères[modifier | modifier le code]

Plus de 19 espèces de carnivores[modifier | modifier le code]

Dhole mangeant une carcasse de grand cerf sambar

Au total 19 espèces de carnivores ont été recensées, dans une étude publiée en 2020, basée sur l'utilisation de pièges photographiques et divers signes de présences :

On observe aussi facilement des carnivores courants non menacés de disparition :

4 espèces de primates[modifier | modifier le code]

Les singes et autres primates, espèces très souvent en danger, au mieux vulnérables, sont fréquents à Khao Yai. On y voit aisément :

6 espèces d'ongulés[modifier | modifier le code]

18 espèces de rongeurs dont 10 d'écureuils[modifier | modifier le code]

1 espèce de proboscidiens[modifier | modifier le code]

Une étude conduite entre janvier 2016 et mars 2017 estime la population des éléphants d'Asie dans le parc national de Khao Yai à environ 300 individus[18].

4 espèces diverses d'autres mammifères[modifier | modifier le code]

13 espèces de chiroptères[modifier | modifier le code]

On peut voir des chauves-souris par millions. On estime par exemple que rien que dans la grotte aux chauves-souris de Khao Luk Chang (la montagne du bébé éléphant), située à 4,5 km de l'entrée nord du parc national de Khao Yai, vivent entre 1 et 3 millions de chiroptères chaerephon plicata.

Les espèces actuellement présentes sont  : cynopterus sphinx, petits éonyctères, chauves-souris des tombeaux, 4 espèces de rhinolophes (ou chauves-souris fer à cheval), 4 espèces d'hipposideros, chaerephon plicta et petits faux vampires.

Près de 400 espèces d'oiseaux[modifier | modifier le code]

On peut observer des centaines d'espèces d'oiseaux souvent très colorés et aux chants très variés ; certains de ces oiseaux sont présents toute l'année à Khao Yai ; d'autres sont des oiseaux migrateurs qui ne sont que de passage pendant quelques jours ou quelques semaines.

Plus de 100 oiseaux passereaux[modifier | modifier le code]

il y a plus d'une centaine d'espèces de passereaux , souvent de taille petite ou moyenne et souvent oiseaux chanteurs :

Plus de 100 oiseaux non passereaux[modifier | modifier le code]

il y a plus d'une centaine d'espèces d'oiseaux non passereaux, généralement de taille moyenne ou grande :

Plus de 100 espèces de reptiles et d'amphibiens[modifier | modifier le code]

  • On dénombre une petite centaine d'espèces de reptiles :

6 espèces de tortues[modifier | modifier le code]

6 espèces de tortues : cuora amboinensis ; tortue-feuille d'Asie ; heosemys spinoza ; malayemys subtrijuga...

30 espèces de lézards[modifier | modifier le code]

30 espèces de lézards  :

1 ou peut-être 2 espèces de crocodiles[modifier | modifier le code]

1 ou 2 espèces de crocodiles :crocodiles marins et peut-être quelques très rares crocodiles du Siam ;

Plus de 50 espèces de serpents[modifier | modifier le code]

52 espèces de serpents  :

23 espèces d'amphibiens[modifier | modifier le code]

Il y a aussi 23 espèces de crapauds, grenouilles et gymnophiones : crapaud masqué, sylvirana nigrovittata (hylarana nigrovittata), sylvirana mortenseni (hylarana mortenseni), microhyla berdmorei etc.

Et de très nombreuses autres espèces d'animaux[modifier | modifier le code]

Des arthropodes[modifier | modifier le code]

Enfin les forêts du parc abritent :

Des vers de toutes sortes, de nombreuses sangsues[modifier | modifier le code]

D'innombrables espèces d'insectes[modifier | modifier le code]

des insectes sociaux :

et beaucoup d'autres insectes :

et aussi de splendides insectes lépidoptères (papillons) :

Rhopalocères :

Hétérocères :

et bien d'autres animaux encore méconnus et à découvrir[modifier | modifier le code]

Politique de protection de l'environnement[modifier | modifier le code]

Au début des années 2000, la Thaïlande, en avance sur ses voisins en termes de lutte contre le trafic d'animaux sauvages, de bois et de plantes, a créé une unité spécialisée sur l'environnement , ainsi qu'un corps de police concentré sur le parc national de Khao Yai[20] . Cependant, les 14000 gardes forestiers de Thaïlande manquent de moyens, ne sont pas suffisamment formés et, chaque année, quinze sont tués dans l'exercice de leur fonction[21].

Politique de tourisme[modifier | modifier le code]

Éléphants sur une route du parc.

Le parc accueille un tourisme thaïlandais et étranger. Il est accessible à tous sous réserve de s'acquitter du forfait quotidien. Les forfaits pour les visiteurs thaïlandais et étrangers ont chacun un tarif spécifique. Il est interdit aux visiteurs de couper ou de ramasser des végétaux, comme de capturer des animaux.

À pied, les visiteurs sont autorisés à se déplacer seuls le long des routes et chemins du parc. Un garde forestier ou un guide est par contre requis pour se rendre en forêt. En voiture, seules les routes sont autorisées. Il n'est pas rare d'y croiser des éléphants et une conduite prudente est nécessaire. Enfin, les visiteurs ont la possibilité de séjourner au parc. Hôtellerie et restauration, locaux administratifs étant regroupés en une petite zone située à une quinzaine de kilomètres de l'entrée nord.

Le parc national de Khao Yai est l'un des trois parcs les plus visités de Thaïlande (avec le parc marin de Khao Laem Ya-Mu Ko Samed et le parc forestier de La montagne de la dame endormie Doi Nang Non) : en 2019, près de 1,5 million de touristes.

Cependant, en 2020, le parc national de Khao Yai a été temporairement fermé pour lutter contre la propagation du covid-19 et des animaux sauvages ont même été observés[22] dans les infrastructures touristiques[23],[24] ; puis il a rouvert le 1 juillet 2020[25].

En 2020, le nombre de visiteurs a donc chuté : il n'y a eu que des touristes thaïlandais et aucun touriste étranger. Cette pause touristique a fait beaucoup de bien à la nature[26],[27].

Population et activités humaines[modifier | modifier le code]

Plusieurs villages sont installés dans le parc national de Khao Yai et 104 à sa bordure[28]. La majorité des habitants est agriculteur et pratique, soit la culture du maïs, de fleurs, de champignons, l'entretien de vergers ou l'élevage de poulets. Les entretiens menés, en 2017, pour la thèse de Teh Kate Yng, montrent que les riverains apprécient la nature et les services de régulation du climat qu'apportent les montagnes et la forêt. Les relations avec les autorités du parc sont globalement bonnes et les locaux participent régulièrement à des activités de nettoyage et de reboisement. Une exception à ces bon sentiments généraux, c'est l'insatisfaction quand aux dégâts de la faune sur les cultures et la lenteur du parc national à y apporter des réponses, insatisfaction éprouvée par quelques personnes[28].

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Ce parc national est renommé : des membres de l'équipe du dessin animé Khan Kluay (L'éléphant bleu) (film qui a remporté le plus de succès en Thaïlande en 2006) sont allés régulièrement pendant plus de quatre ans faire des repérages au Parc national de Khao Yai (et aussi à Ayutthaya) afin d'observer les éléphants (leur mode de vie, leur comportement, leurs mouvements, etc.) pour les mettre en scène et les animer de la façon la plus crédible possible.

  1. (th) « อุทยานแห่งชาติเขาใหญ่ พร้อมเปิดบริการท่องเที่ยว 1 ก.ค.หลังผ่อนปรนระยะ 4 », sur thairath.co.th, Thai Rath,‎
  2. (en) Union internationale pour la conservation de la nature et UN Environment World Conservation Monitoring Centre, « DONG PHAYAYEN - KHAO YAI FOREST COMPLEX », sur world-heritage-datasheets.unep-wcmc.org, juillet 2005 (mises à jour octobre 2010 et janvier 2011)
  3. a b et c (en) NORASET KHOEWSREE et al., « Abundance, prey, and activity period of dholes (Cuon alpinus) in Khao Yai National Park, Thailand », Biodiversitas, no 21(1),‎ , p. 345-354 (DOI 10.13057/biodiv/d210142, lire en ligne)
  4. (en) Sittidaj Pongkijvorasin et Veerisa Chotiyaputta, « Climate change and tourism: Impacts and responses. A case study of Khaoyai National Park », Tourism Management Perspectives, no 5,‎ , p. 10-17
  5. (en) « About Khai Yai National Park », sur thainationalparks.com (consulté le 20 février 2021)
  6. (en) Warren Brockelman et Anuttara Nathalang, « Window into the forest », sur bangkokpost.com, Bangkok Post,
  7. Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco), « Complexe forestier de Dong Phayayen-Khao Yai », sur unesco.org (consulté le 27 septembre 2020)
  8. (th) Departement of National Park, Wildlife and Plant Conservation, « แหล่งมรดกโลก ทางธรรมชาติ », sur naturalworldheritage.dnp.go (consulté le 6 avril 2021)
  9. (en) « Khao Yai National Park », sur thainationalparks.com (consulté le 20 février 2021)
  10. (en) « National parks posts photos of wild dog feasting on its prey », sur nationthailand.com, The Nation (Thailand),
  11. (th) « จนท.จัดกำลังเฝ้าระวัง 'หมี'! ออกจากป่า บุกบ้านคน ตะกุยจนไม้หลุด », sur thairath.co.th, Thai Rath,‎
  12. (th) « ชะนีมงกุฎ...เหลือแค่ไทย », sur thairath.co.th, Thai Rath,‎
  13. (en) Karnjana Karnjanatawe, « When the gibbons call », sur bangkokpost.com, Bangkok Post,
  14. (th) « ป่าดงพญาเย็น-เขาใหญ่สงบ เลียงผา-หมูป่า เดินสบายใจเพราะโควิด-19 ทำไร้คน (คลิป) », sur thairath.co.th, Thai Rath,‎
  15. (en + th) Sompoad Srikosamatara, ในอุทยานแห่งชาติเขาใหญ่ / Mammals of Khao Yai National Park, Bangkok, Green World Foundation,‎ 2004 (3ème édition), 120 p. (ISBN 974-89411-0-8)
  16. (en) Hannah Beech et Muktita Suhartono (photogr. Adam Dean), « Elephants, Long Endangered by Thai Crowds, Reclaim a National Park », sur nytimes.com, 05 juin 2020 (mis à jour 16 juillet 2020
  17. « Thaïlande-Éléphants : Khao Yai, nouveau royaume des pachydermes libres », sur gavroche-thailande.com,
  18. (en) Mananya Pla-ard, Ronglarp Sukmasuang et Khanchit Srinopawan, « Population characteristics and habitat suitability of Asian elephants (Elephas maximus Linnaeus, 1758) in the Khao Yai National Park, Thailand », european journal of ecology, no 5(2),‎ , p. 62-71 (DOI 10.2478/eje-2019-0012, lire en ligne)
  19. « Mékong : les nouveaux emblèmes de la biodiversité (photographie 1/17) », sur photo.geo.fr (consulté le 11 novembre 2020)
  20. Solenn Honorine, « Trafic : la Thaïlande sort ses griffes », sur liberation.fr, Libération,
  21. Nakhon Nayok, AFP (photogr. Romeo GACAD), « Trafic d'animaux sauvages: les gardes-forestiers thaïlandais en quête d'une meilleure formation », sur geo.fr, (consulté le 11 novembre 2020)
  22. (th) Matichon, « ชมภาพหลังปิดเขาใหญ่ 1 เดือน ธรรมชาติฟื้นตัว สัตว์ป่าร่าเริง », sur matichon.co.th, Matichon,‎
  23. (th) « ส่องภาพ "สัตว์ป่า" ในเขาใหญ่ ออกมาเดินเล่น ในวันที่ไร้นักท่องเที่ยว », sur thairath.co.th, Thai Rath,‎
  24. (en) « Wildlife re-emerges in national parks in absence of tourists », sur nationthailand.com, The Nation (Thailand),
  25. (en) « Khao Yai National Park to reopen on July 1 », sur nationthailand.com, The Nation (Thailand),
  26. (en) Karnjana Karnjanatawe, « Khao Yai sees new life », sur bangkokpost.com, Bangkok Post,
  27. (en) Khaosod English, « Wild Animals Trive in Pandemic, But Some are Straving », sur khaosodenglish.com, Khaosod,
  28. a et b (en) Teh Kate Yng, Perspective of local communities on nature conservation in Tman Nagara Pahang, Malaysia and Khao Yai national park, Thailand (Thèse), Université Sains Malaisie, , 388 p. (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]