Orgelet (médecine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Orgelet.
Orgelet

Classification et ressources externes

Description de cette image, également commentée ci-après

Un orgelet

CIM-10 H00
CIM-9 373.11
DiseasesDB 12583
MedlinePlus 001009
eMedicine emerg/755 
MeSH D006726
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

L'orgelet, ou hordéole externe, est une infection du follicule pilo-sébacé du cil, sorte de furoncle du cil, généralement causé par le Staphylococcus aureus. Il est beaucoup plus courant que l'affection voisine, le chalazion, hordéole interne. Il s'observe à tout âge mais plus souvent chez l'adulte. Il peut être associé à une blépharite[1]. L'orgelet forme une petite boule centrée sur un cil qui contient du pus et peut faire mal.

On retrouve cette pathologie dans le langage commun sous le nom de compère-Loriot. Il peut prendre le nom d'hordéole (hordeolum) dans la littérature spécialisée.

Traitement[modifier | modifier le code]

L'évolution spontanée se fait le plus souvent vers la guérison, et rarement, l'infection peut s'étendre sous la forme d'une cellulite. Le traitement repose sur une hygiène palpébrale, éventuellement associée à un traitement antibactérien topique pendant huit jours sous forme de gel ou pommade. L'antibiotique peut être choisi parmi l’acide fusidique, une tétracycline, un aminoside ou la rifamycine[2]. L'ablation du cil peut aider le drainage du furoncle[3],[4]. En cas d'échec du traitement médical, on aura recours à l'incision chirurgicale de l'orgelet[réf. souhaitée].

Prévention[modifier | modifier le code]

Les seuls moyens de se protéger d'un orgelet consistent à se laver les mains avant utilisation d'une crème sur la paupière, ne pas le percer afin de prévenir la création d'une cellulite, puis de nettoyer avec un sérum physiologique avant le coucher.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Manuel Merck de diagnostic et thérapeutique, 2e  éd. ; p. 2244
  2. Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé, Collyres et autres topiques antibiotiques dans les infections oculaires superficielles,‎ , 6 p. (lire en ligne [PDF]), p. 6
  3. Spalton, Hitchings et Hunter 1996, p. 96.
  4. Gualino 2009, p. 129, 133.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • David J Spalton, Roger A Hitchings et Paul A Hunter, Atlas d'ophtalmologie clinique, Bruxelles, De Boeck université,‎ , 560 p. (OCLC 35920752, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Vincent Gualino, Ophtalmologie, Bruxelles, Paris, De Boeck Supérieur - Estem, coll. « collmed »,‎ , 204 p. (OCLC 494650651, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article