Opus spicatum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Rome antique image illustrant l’architecture ou l’urbanisme
Cet article est une ébauche concernant la Rome antique et l’architecture ou l’urbanisme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

L’opus spicatum – dit aussi « appareil en épi » (du latin spica, épi) ou en chevron— est réalisé avec des briques ou des pierres plates posées inclinées sur la tranche et disposées alternativement en épi : le joint entre les lits successifs n'est pas horizontal et rectiligne comme dans l'appareil en arête-de-poisson, mais en zigzag car tous les éléments d'une rangée sont emboîtés dans ceux des rangées immédiatement au-dessus et en-dessous.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Cet appareil est utilisé à l'époque romaine essentiellement dans les pavages.

Haut Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Il apparaît plus tard dans des murs d'enceintes médiévales et de logis de châteaux en pierre dès le VIe siècle, comme celui de Luc, en Lozère[1] ou du Château de Saint-Pierre-des-Clars, dans l'Aude ou dans l'Hérault[2], en France, et dans d'autres pays européens.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

On le retrouve ensuite au XIIIe siècle, en décoration parmi d'autres motifs dans certaines églises en briques aux Pays-Bas, dans le nord de l'Allemagne et au Danemark[3]. Dans ces mêmes régions il peut orner tout le fronton d'un ou plusieurs pignons d'édifices religieux[4].

À partir du XVe siècle, également, des briques disposées en épi sont utilisées en remplissage du hourdis des maisons à pans de bois en France[5], dans les manoirs et les demeures des bourgeois les plus aisés du Royaume-Uni[6] et, plus communément, à partir du XVIIe siècle où il remplace le torchis des hourdis des maisons médiévales[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no PA00103838 »
  2. Florence Journot, « Châteaux du Languedoc montagnard aux Xe et XIe siècle (Hérault) », Archéologie du Midi médiéval, t. 10,‎ , p. 39 à 62 (lire en ligne)
  3. (de) Damian Kaufman, « Die romanischen Backsteindorfkirchen in der Altmark und im Jerichower Land: Studien zur Kleinkirchenarchitektur an der Mittelelbe und im südlichen Ostseeraum », sur books.google.fr,‎ , p. 210
  4. (de) Paul Nawrocki, « Der frühe dänische Backsteinbau: ein Beitrag zur Architekturgeschichte der Waldemarzeit », sur books.google.fr,‎ , p. 59
  5. Josiane Sartre, « Châteaux "brique et pierre" en France : essai d'architecture », sur books.google.fr, Nouvelles Éditions Latines,‎ , p. 41
  6. (en) David Iredale, « Discovering your old house »,‎ (ISBN 0747804982), p. 30
  7. (en) Barry Bridgwood et Lindsay Lennie Taylor & Francis, « History, Performance and Conservation », sur books.google.fr,‎ , p. 165

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ministère des Affaires Culturelles, Vocabulaire de l'architecture, principe d'analyse scientifique, Imprimerie nationale,

Articles connexes[modifier | modifier le code]