Basilique civile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Basilique.
Basilique des Sévères de Leptis Magna.

Une basilique civile, ou simplement basilique (en latin : basilica), désigne durant l'Antiquité un grand édifice public destiné à abriter des activités commerciales, financières et judiciaires. Contrairement aux basiliques médiévales et modernes, les basiliques antiques n'ont pas de fonctions religieuses. Ce type de bâtiment offrant un vaste espace couvert apparaît dans l'architecture de la Grèce antique avant d'être intégré et de se développer dans l'architecture romaine, devenant un édifice caractéristique des villes romaines.

Origine et étymologie[modifier | modifier le code]

Stoa ionique le long de la Voie Sacrée de Milet.
Article connexe : Stoa.

La basilique romaine qui apparaît au cours du IIe siècle av. J.-C. s'inspire de la stoa grecque (ἡ στοά), un portique fermé à l'arrière par un mur plein et ouvert en façade par une colonnade. Cet espace couvert est à l'origine un lieu de rencontre destiné à protéger diverses activités des intempéries et placé en bordure de l'espace public, l'agora. Certaines stoae ont acquis une spécialisation fonctionnelle avec le temps, comme la stoa basileios d'Athènes qui devient le siège de l'archonte roi.

Le mot « basilique », dérivant du latin basilica, est formé à partir de deux éléments grecs, basileus qui signifie « roi » et le suffixe d’adjectif féminin -ikê. L’expression complète est βασιλικά οἰκία (basilika oikia) qui signifie « salle royale ».

La basilique romaine[modifier | modifier le code]

Dans la Rome antique, la basilique suit la même évolution que la stoa grecque et, initialement prévue comme espace public à l'abri des intempéries, elle finit par se spécialiser dans certaines activités, essentiellement judiciaires, toutes les basiliques romaines servant pour l'administration de la justice[1]. À Rome, les tribuns de la plèbe tiennent leurs audiences dans la basilique Porcia et le tribunal des Centumvirs se réunit dans la basilique Julia[2]. Ce type d'édifice, offrant un vaste espace abrité et dégagé, acquiert une importance particulière à partir du début du IIe siècle[3], époque à partir de laquelle la plupart des tribunaux l'utilise dans tout l'Empire[2]. Chaque ville romaine développée possède une basilique, souvent située à proximité immédiate du forum. Des boutiques (tabernae) sont parfois associées aux basiliques romaines, qui s'ouvrent sur l'extérieur comme pour la basilique Aemilia (tabernae novae), ou sur l'intérieur comme pour la basilique Julia[4]. Ces boutiques peuvent abriter les activités des banquiers et des préteurs sur gage[2].

Le plan type[modifier | modifier le code]

La basilique romaine suit habituellement un plan au sol rectangulaire dont au moins une extrémité est occupée par une abside servant de tribunal[5] ou abritant la statue de l'empereur romain[6]. Si la basilique compte une abside à chaque extrémité, il s'agit d'une basilique à abside double. Les absides, ou exèdres, peuvent être inclues dans le plan rectangulaire ou l'étendre comme dans le cas de la basilique Ulpia[5]. L'intérieur de la basilique est divisée en plusieurs nefs par des rangées de colonnes simples ou doubles. La nef centrale (spatium medium[a 1]), plus large et occupant presque toute la longueur du plan rectangulaire, est flanquée de nefs latérales (une de chaque côté pour les basiliques à trois nefs, deux pour les basiliques à cinq nefs) plus étroites mais tout aussi longues[7]. L'espace peut être couvert par un plafond en charpente ou par un plafond en voûtes supportées par des piliers[7]. La hauteur de la nef centrale excède celle des nefs latérales permettant l'ouverture de fenêtres dans la partie supérieure des murs latéraux pour illuminer l'espace intérieur. Dans le cas des plus grandes basiliques, la colonnade du rez-de-chaussée est surmontée d'une seconde colonnade, voire d'une troisième, qui supporte les murs percés de fenêtres. Dans ce cas, les nefs latérales sont surmontées d'un étage qui constitue une galerie donnant sur l'espace central[7],[3].

Les basiliques de Rome[modifier | modifier le code]

Les premières basiliques construites à Rome durant le IIe siècle av. J.-C. s’inspirent du modèle grec tel qu'il a été vu lors des campagnes romaines en Macédoine et en Syrie. Une première basilique, de petites dimensions, est construite sur le Forum Romain, dans la zone occupée plus tard par la partie sud de la basilique Aemilia. Ce premier édifice, daté de la toute fin du IIIe siècle av. J.-C. ne porte pas de nom et est simplement baptisé basilica par les auteurs antiques[2],[a 2]. De 184 à 170 av. J.-C., les nouvelles basiliques Porcia, Æmilia et Sempronia construites autour du Forum sont désignées par le nom du censeur commanditaire de leur construction[2]. Ces édifices sont richement décorés grâce aux objets d’art pris sur les royaumes vaincus[8]. L'auteur Polemius Silvius, qui écrit au milieu du Ve siècle, donne une liste de onze basiliques pour la ville de Rome[a 3],[9].

Liste non exhaustive des basiliques de la Rome antique
Noms Dates Lieux Commanditaires Commentaires
Basilique Æmilia
Basilica Aemilia
179 av. J.-C. Forum Romain M. Aemilius Lepidus et M. Fulvius Nobilior Appelée aussi Basilica Paulli et Basilica Fulvia.
Basilique Alexandrina
Basilica Alexandrina
Vers 230 ap. J.-C. Champ de Mars Sévère Alexandre Projet de construction d'une basilique ne comptant que des colonnades en bordure des Saepta Iulia mais qui n'a pas abouti[2].
Basilique Argentaria
Basilica Argentaria
113 ap. J.-C. Forums impériaux Trajan
Basilique des Claudii
Basilica Claudii
?  ?  ? Citée par Polemius Silvius mais inconnue par ailleurs[9].
Basilique Floscellaria
Basilica Floscellaria
?  ?  ? Basilique de dimensions modestes abritant des activités en rapport avec les fleurs.
Basilique Hilariania
Basilica Hilariania
Vers 150 ap. J.-C. Caelius M. Poplicius Hilarus Abrite des marchands de perles et lieu de réunion d'un collège de prêtres dévoués au culte de Cybèle[10].
Basilique Julia
Basilica Iulia
46 av. J.-C. Forum Romain Jules César puis Auguste Remplace la Basilica Sempronia.
Basilique Julia Aquiliana
Basilica Iulia Aquiliana
Milieu du Ier siècle av. J.-C. (?)  ? Caius Aquilius Gallus (?) Mentionnée par Vitruve, sa construction a été attribuée à Caius Aquilius Gallus en l'honneur de Jules César, sans certitude[11].
Basilique de Junius Bassus
Basilica Iunii Bassi
331 ap. J.-C. Esquilin Junius Annius Bassus
Basilique de Matidia et Marciana
Basilica Matidiae et Marcianae
Vers 120 ap. J.-C. Champ de Mars Hadrien Citée par Polemius Silvius et les catalogues régionnaires, il s'agit peut-être d'une section du portique entourant le temple de Matidia[12].
Basilique de Maxence et Constantin
Basilica Constantini
Vers 310 ap. J.-C. Velia Maxence puis Constantin Ier Appelée également Basilica Nova ou Basilica Constantiniana[9].
Basilique de Neptune
Basilica Neptuni
25 av. J.-C. Champ de Mars Marcus Vipsanius Agrippa
Basilique Opimia
Basilica Opimia
121 av. J.-C. Forum Romain Lucius Opimius
Basilique Porcia
Basilica Porcia
184 av. J.-C. Forum Romain Caton l'Ancien Plus ancienne basilique romaine.
Basilique Sempronia
Basilica Sempronia
170 av. J.-C. Forum Romain Tibérius Sempronius Gracchus l'Ancien Détruite puis remplacée par la Basilica Iulia.
Basilique Ulpia
Basilica Ulpia
112 ap. J.-C. Forums impériaux Trajan
Basilique Vascellaria
Basilica Vascellaria
?  ?  ? Basilique de dimensions modestes abritant les marchands de vaisselles de table en métal.
Basilique Vestilia
Basilica Vestilia
?  ?  ? Basilique de dimensions modestes abritant des activités en rapport avec les vêtements.

Les basiliques chrétiennes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Basilique (christianisme).

Le plan de la basilique civile romaine a servi de modèle à la fin de l'Antiquité pour la construction des premières églises chrétiennes, d'où l'utilisation du terme « basilique » pour désigner certaines églises depuis l'époque de Constantin. Le mot continue de désigner des édifices religieux d'une importance particulière, sans pour autant remplir les fonctions d'une cathédrale, qui bénéficient de privilèges particuliers[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Sources modernes :
  1. Ginouvès 1998, p. 88.
  2. a, b, c, d, e et f Richardson 1992, p. 50.2.
  3. a et b Richardson 1992, p. 50.1.
  4. Ginouvès 1998, p. 91.
  5. a et b Ginouvès 1998, p. 89.
  6. Jouffroy 1986, p. 50.
  7. a, b et c Ginouvès 1998, p. 90.
  8. Andreae 1988, p. 45.
  9. a, b et c Richardson 1992, p. 51.1.
  10. Claridge 2010, p. 55-56.
  11. Richardson 1992, p. 53.2.
  12. Richardson 1992, p. 53-54.
  13. Ginouvès 1998, p. 89 n.215.
  • Sources antiques :
  1. Vitruve, De architectura, V, 1, 5
  2. Plaute, Curculio, 472
  3. Polemius Silvius, Laterculus

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Andreae, L’art de l’ancienne Rome, Mazenod,‎ (ISBN 2850880043)
  • Hélène Jouffroy, La construction publique en Italie et dans l'Afrique romain, Association pour l'étude de la civilisation romaine,‎
  • (en) Amanda Claridge, Rome : an Oxford Archaeological Guide, Oxford University Press,‎ (ISBN 9780199546831)
  • René Ginouvès, Dictionnaire méthodique de l'architecture grecque et romaine : Tome III. Espaces architecturaux, bâtiments et ensembles, Rome, École française de Rome, coll. « Publications de l'École française de Rome » (no 84),‎ , 492 p.
  • (en) L. Richardson, A New Topographical Dictionary of Ancient Rome, Johns Hopkins University Press,‎ , 488 p.