Appareil en arête-de-poisson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Plaquettes de calcaire en arête-de-poisson.
Appareil en épi, pavés, Sienne.

L’appareil en arête-de-poisson est un appareil de construction de murs réalisé en disposant des briques ou des pierres plates inclinées à environ 45°, en changeant de sens à chaque strate successive, de manière à donner un aspect d'« arête de poisson ». Il est généralement confondu avec l’opus spicatum (appareil « en épi de blé ») ; la différence réside dans le fait que dans l'appareil en arête-de-poisson, les pierres ou les briques sont dressées sans emboîtement avec les autres rangs, ceux-ci étant séparés par un lit de mortier horizontal rectiligne, et non en zig-zag comme l'opus spicatum.

Historique du terme[modifier | modifier le code]

Haut : arête-de-poisson.
Bas : épi.

Le terme latin opus spicatum des Romains est employé indifféremment pour les deux types d’appareil jusqu’au milieu du XIXe siècle et l'est encore de nos jours. En 1908, dans son étude comparée d’archéologie romaine, Camille Germain de Montauzan présente des croquis montrant les deux appareils sous le terme commun d’opus spicatum[1].

Bien qu'il signifie littéralement « appareil en épi », les auteurs du XIXe siècle lui attribuent d’autres traductions : appareil en arête de poisson ou appareil en feuilles de fougère, les citant souvent tous les deux à la suite[2],[3].

Au milieu du XXe siècle, en France, un ouvrage de référence, édité en 1972, sous l’impulsion du ministère des Affaires culturelles[4], recommande de différencier les deux formes et met le terme opus spicatum entre parenthèses.

Quelques années plus tard (1982), le Dictionnaire illustré multilingue de l'architecture du Proche-Orient ancien, fait également la distinction entre les deux appareils, mais n'est pas d'accord sur la terminologie. L’appareil en arête-de-poisson y est également nommé « en épi ». Et l'appareil à lit en zigzag y devient l'appareil en « chevrons[5] ».

La recommandation de l'ouvrage édité par le ministère s’impose difficilement[6]. Lorsqu'il n’y a pas de mortier, ou très peu, et que les pierres sont irrégulières, l'appareil est tantôt nommé « en épi » par les uns, « en arête-de-poisson » par les autres.

De plus, il n’y a pas encore de concertation avec les chercheurs et spécialistes des autres pays européens[4], si bien que la notion même de différenciation entre les deux appareils n’est, sauf exception, pas évoquée dans les autres pays.

Ainsi, les Anglo-Saxons n'ont qu'un seul terme herringbone[5] (parfois orthographié herring-bone[7]), masonry ou herringbone work. Les Allemands emploient indifféremment Fischgrätenverband, Ährenverband[5].

De même, les Italiens le nomment opera : a lisca di pesce, a spina di pesce ou a spiga[8]. En outre, les Italiens nomment spina pesce ou spina di pesce le système employé par Filippo Brunelleschi, en 1436, pour la construction du dôme en briques de la cathédrale Santa Maria del Fiore, qui fait alterner de manière régulière des briques posées à l’horizontal avec une brique posée verticalement. Le nombre d’éléments posés à plat diminue au fur et à mesure qu’une rangée vient se rajouter, ce qui produit un mouvement de spirale et donne l’arrondi du dôme.

En Espagne, la espina de pez couvre les deux appareils, bien que le terme aparejo en espiga existe également[9],[10].

Cette double utilisation d’un seul terme est bien gênante aujourd’hui pour le lecteur de documents anciens ou étrangers. Mais il semble que, lorsqu’il évoque la technique utilisée dans le pavage de sol, surtout dans l’antiquité et la période gallo-romaine, l’opus spicatum désigne plutôt l’appareil en épi et est alors fait en majorité de briques, plus faciles à disposer de manière régulière. L’appareil en arête-de-poisson, constitué de galets ou de pierres plates non taillées et de mortier, se rencontre plus souvent dans les murs.

Décoratif ou fonctionnel ?[modifier | modifier le code]

Fonctionnel[modifier | modifier le code]

D’usage structurel dans de nombreux bâtiments, l’appareil est souvent recouvert d’un enduit protecteur[11]. En procédant à la restauration de vieilles églises, il arrive encore que l’on découvre, sous le crépi, des murs entiers ou en partie en arête-de-poisson [12]. Il est utilisé en remplissage entre deux parements dans les murs épais de l'antiquité romaine[13] aussi bien que, à d'autres époques, pour des réparations ponctuelles sur des petites surfaces[14]. En renforçant la solidité du contre-cœur, il prévient les risques de fissures dues à la chaleur du feu dans les cheminées et dans les premiers âtres construits sans conduit de cheminée, une simple ouverture dans le mur laissant sortir la fumée[11],[15],[16].

Décoratif[modifier | modifier le code]

Élément de décor, il sert à camoufler les défauts de construction des bâtisseurs carolingiens qui avaient perdu les techniques de taille de pierre des Romains[3]. Il peut souligner le caractère noble d'un édifice[17]. Il orne églises et châteaux forts des XIe et XIIe siècles[14]. Dans les constructions de briques il est une des figures géométriques qui ornent les églises espagnoles[18], et byzantines[11] des XIIIe et XIVe siècles. Plus tardivement, à partir du XVIe siècle, dans le Pays basque[19] et dans les Landes des briques sont disposées en arête-de-poisson dans le remplissage des maisons à pans de bois avec un effet ornemental[20],[21].

Lorsqu'il est posé habilement et méticuleusement, cet appareil peut avoir un effet décoratif mais, dans la plupart des édifices utilitaires, comme les constructions militaires de l'empire romain et les humbles églises de campagne des époques romane et pré-romane, il se présente comme « peu soigné », d'après Lucien Musset[22] et il est qualifié d'« opus spicatum très grossier » dans un ouvrage des Presses universitaires de Caen[23].

Qualités de l'appareil[modifier | modifier le code]

Meilleure tenue des murs[modifier | modifier le code]

L’appareil en arête-de-poisson permet une meilleure tenue des murs en petit appareil, en rendant « les tassements plus lents et plus réguliers »[24].

Quelques assises en arête-de-poisson permettent de redonner une horizontalité à un mur construit en moellons de tailles et de formes différentes[25] et de le consolider en « répartissant les poussées qui pourraient se concentrer sur les lignes verticales de joint, jouant le rôle de raidisseur mais dans le sens horizontal[26] ».

Dans un mur de pierres sèches, le fait de placer les pierres en biais permet à chaque élément de faire passer sa force dynamique tout le long du mur plutôt que seulement à la pierre en dessous[27].

Capacité de drainage et d'assainissement[modifier | modifier le code]

Les Romains utilisaient le dispositif dans les fondations des édifices ou dans les hérissons des chaussées pour que l'eau qui aurait pu s'infiltrer plus haut puisse s'écouler[13]. Dans les régions où les constructions sont en pisé, des galets posés en arête-de-poisson en soubassement permettent d'isoler les murs de l'humidité du sol[28].

Utilisé en dallage, l’appareil permet une évacuation plus rapide des eaux de pluie[29].

Plus rapide à monter, le système semble très solide aux yeux de Prosper Mérimée[30].

Moins prestigieux que la pierre de taille[modifier | modifier le code]

De très médiocre qualité, jusqu'au XIe siècle. Après la chute de l'Empire romain, les maçons ont perdu le savoir-faire des anciens, aussi bien pour la taille de la pierre de moyen et grand appareil, que pour la confection du mortier[31]. Les édifices en moellons sont fragilisés par la mauvaise qualité du mortier due à une chaux cuite à de trop basses températures et à l'emploi de sable terreux[32].

Moins coûteux. Les pierres plates nécessaires à l'appareil en arête-de-poisson pouvaient être prélevées dans des gisements à fleur de sol, dans les environs immédiats ; il n'y avait donc pas de frais de taille, d'extraction ou de transport[33].

À partir du XIe siècle, l'appareil est réservé à la construction des « édifices les moins prestigieux et les moins riches[34] ».

Matériaux[modifier | modifier le code]

Pierre[modifier | modifier le code]

  • Le schiste et la pierre calcaire, sous forme de plaquettes[22], aisément prélevés dans les bancs de surface des carrières à ciel ouvert[35].
  • Le silex et la pierre meulière[36].
  • Le grès quartzeux[37]
  • le gneiss, pierre feuilletée, impossible à tailler ou à sculpter[38].
  • L'ardoise dans les haies du Nord de la Cornouailles (Angleterre)[39]
  • Les galets de rivières et de moraines[40]

Brique[modifier | modifier le code]

La brique cuite, inventée à l’époque de l’Uruk Djemdet Nasr, en Mésopotamie[41] est utilisée parcimonieusement par les Romains[42]. Bien avant de constituer un matériau de base de construction dans certaines régions d’Europe, à partir du XIIIe siècle[43], on la trouve en arases dans les murs de petit appareil, autour du Ier siècle de notre ère[44] et jusqu'à la période pré-romane[45]. Ces chaînages sont souvent en arête-de-poisson[46].

Controverse sur l’appareil considéré comme preuve de datation[modifier | modifier le code]

Depuis le XIXe siècle, la présence d’appareil en arête-de-poisson dans un édifice est considérée par de nombreux commentateurs comme une preuve que celui-ci pouvait être immanquablement daté du XIe ou XIIe siècle. En Grande-Bretagne, certains auteurs pensent, au contraire, qu'il constitue la preuve que le bâtiment est construit par les Anglo-Saxons, avant l'arrivée des Normands, en 1066. Des voix s'élevent contre cette fausse idée[47],[22]. Depuis, les historiens répètent que cette présence n’est qu’une indication de datation qui doit être confrontée à d’autres éléments concordants.

Si de nombreuses églises du XIe siècle, en France, en Grande-Bretagne, en Italie et en Espagne, ont des murs ou des parties de murs construits de cette manière, l’appareil en arête-de-poisson est présent à toutes les époques dans ces régions, depuis l’Empire romain jusqu’au XIXe siècle[48].

Périodes d'apparition de l'appareil en arête-de-poisson[modifier | modifier le code]

Empire romain[modifier | modifier le code]

Le terme latin opus spicatum désigne à la fois l'appareil en épi et celui en arête-de-poisson. Le premier est très couramment employé dans le revêtement des sols en briques : on en trouve beaucoup de témoignages dans les vestiges de villas partout où s'étendait l'Empire romain. Le second est utilisé dans les maçonneries non visibles, comme les fondations ou les hérissons de sols[13], et aussi dans les murs de défense des forts, des villes ou dans certaines parties de murs de constructions privées. Mais si l’opus spicatum est présent dans tous les territoires de l'Empire romain, il n'apparaît que dans des petites parties de murs ou dans des murs de petites constructions mineures[49],[50].

Grands ouvrages et constructions militaires[modifier | modifier le code]

L’appareil en arête-de-poisson est une des diverses techniques employées pour la construction des murs d’enceintes militaires et des murailles entourant les villes, surtout à l’époque du Bas-Empire romain. En France, on en voit des exemples à Brest[51], à Rennes[52] ou à Rouen.

Aqueducs[modifier | modifier le code]

Il apparaît dans certaines parties des aqueducs, mais ne constitue pas une composante importante de ces édifices[53].

Le long du limes[modifier | modifier le code]

Le limes, ou frontières de l'Empire romain, était défendu par des barrières naturelles ou artificielles : fossés, murs de terre, ou de pierres ponctués, de forts comme celui de Boppard (de), situé entre la Moselle et le Main : le limes de Germanie supérieure en Allemagne.

Celui du fort d'Irgenhausen (de), daté du IVe au Ve siècle, situé sur le trajet d'une route romaine près du lac de Pfäffikon, en Suisse.

En Bosnie-Herzégovine, la forteresse de Gradac (Ilinjaca-Gornji Kotorac, Ilidza), des IIIe et IVe siècles[54].

En Grande-Bretagne, le fort de Longovicium, construit au IIe par la Vingtième Légion, sur la Dere Street, qui reliait York au mur d'Hadrien.

Constructions privées[modifier | modifier le code]

En France, la villa des Alleux, à Taden (Côtes-d'Armor), du Ier au IIe siècles, comporte une salle de réception au sol en terre cuite disposée en arête-de-poisson[55].

À Saint-Merd-les-Oussines (Corrèze), sur le site gallo-romain des Cars, les restes de murs en arête-de-poisson d'une villa ayant l'eau courante et un système de chauffage sont datés de la fin du IIe siècle au début du IIIe siècle.

Les Mazelles, à Thésée (Loir-et-Cher), est un ensemble de bâtiments du IIe siècle dont le plus important a des murs aux assises en arête-de-poisson où s'intercalent quelques chaînages de briques.

En Grande-Bretagne, à partir de l’an 120, la pierre est préférée à la terre et au bois pour la construction des maisons aristocratiques. Les constructions, situées pour la plupart dans l'est et le sud, sont en petit appareil de pierres plus ou moins régulières, souvent accompagné de chaînages de tuiles, comme dans les constructions gallo-romaines. Les angles et les entourages de portes et fenêtres sont en pierres de taille ou en briques, pour le décor autant que pour la solidité de la structure. Les opus incertum, reticulatum et testaceum, que l’on trouve en Italie et dans tout l’Empire romain, n’apparaissent pas dans l’architecture romano-britannique[56]. Les appareils en épi ou en arête-de-poisson peuvent être présents dans les fondations ou dans quelques assises de murs. Mais, quand un mur est entièrement en arête-de-poisson, le dispositif est toujours consolidé par plusieurs chaînages de tuiles ou de briques disposés à intervalles réguliers[57].

Époque pré-romane[modifier | modifier le code]

Les monuments bâtis avant le Xe siècle, parvenus jusqu’à nous, même partiellement, sont rares et il est difficile de les dater avec certitude[31]. Ils sont construits en murs épais constitués de deux parements de petit appareil entre lesquels on tassait des moellons de tout venant. Les faces visibles des murs peuvent être en appareil réticulé, en petit appareil quadrangulaire ou en arête-de-poisson, rythmé par des cordons de briques[58].

Églises[modifier | modifier le code]

En France, quelques monuments de la fin de l’époque Mérovingienne aux temps des Carolingiens, ont traversé les siècles, la plupart sous forme de vestiges, les autres restaurés et transformés en grande partie. On sait, néanmoins, que les églises étaient petites et simples. Leurs murs étaient en petit appareil de moellons ou en pierres plates disposées en arête-de-poisson[59] : le mur occidental et le mur sud de la nef de l'église Saint-Ouen de Périers-sur-le-Dan (Calvados) contiennent des vestiges de la première église bâtie du VIIIe siècle.

À Savennières (Maine-et-Loire), des bandes ornementales de briques en arête-de-poisson rythment la façade occidentale et le mur sud de la nef de l’église Saint-Pierre-et-Saint-Romain, datées du VIe ou VIIe par Arcisse de Caumont.

Les historiens de notre époque attendent que les méthodes modernes de datation puissent indiquer précisément si cette hypothèse se révèle trop hardie ou pas.

Il est plus facile de trouver des monuments du Xe siècle, comme la chapelle Notre-Dame-de-la-Lauze (Aude), la chapelle Saint-Laurent de Tournus (Saône-et-Loire), l'église Saint-André-de-Sorède (Pyrénées-Orientales) qui en sont des exemples. Arcisse de Caumont cite aussi les églises de Suèvres (Loir-et-Cher) et de Chassenon (Charente)[45].

En Grande-Bretagne, la maçonnerie en arête-de-poisson est très fréquemment utilisée par les Anglo-Saxons depuis l’invasion romaine jusqu’à bien après la conquête de l’île par les Normands[14]. L’église Saint-Mary, Deerhurst[60] (Gloucestershire), remontant au IXe siècle, garde, dans le bas de ses murs, des rangées d’assises de pierres en arête-de-poisson. L’église Saint-Peter de Diddlebury (en) (Shropshire) garde des traces de ses origines saxonnes dans les parements intérieurs du mur nord de la nef. L’église Saint-Mary-the-Virgin de Seaham (en) (comté de Durham), dont l’origine remonte au VIIe siècle, comme le cimetière retrouvé dans un champ au nord du bâtiment, est une des plus vieilles églises anglo-saxonnes ; elle présente aussi un appareil en arête-de-poisson dans le mur nord de sa nef.

En Espagne, autour des VIIIe et IXe siècles, apparaissent, en Catalogne, les premières églises en pierre, de plan simple, rectangulaires, avec un chœur voûté. Les murs sont en petit appareil irrégulier, souvent en arête-de-poisson[61],[62]. Elles ont toutes été détruites ou reconstruites en grande partie à des époques ultérieures. L'église Sant-Esteve-de-Canapost (ca) (Baix Empordà, comarque de la province de Gérone), est composée de deux édifices élevés l'un au IXe siècle et l'autre au XIe siècle ; les deux nefs, toutes deux rectangulaires, communiquent par des arcs plein-cintre ; la plus ancienne, située au sud et dotée d'un chevet trapézoïdal, a une porte dont l'ouverture en plein-cintre est encadrée par deux assises de grosses pierres rangées en arête-de-poisson. Si la toiture de la Chapelle Sant-Pere-del-Pla-de-l'Arca (ca) a complètement disparu, elle conserve une bonne partie de ses murs, dont celui de l'abside semi-circulaire en un appareil en arête-de-poisson. Les ruines de la petite église Sant-Miquel-de-Palau-Sabaldòria (ca) (Vilafant, Alt Empordà) laissent deviner une nef de trois travées et un chevet trapézoïdal qui conserve tout de même un pignon où subsistent quelques rangées de pierres en arête-de-poisson. La chapelle Saint-Joan-Sescloses (ca), l'église Sant-Marti de Baussitges (ca), et bien d'autres petites églises de campagne, sont de petits édifices tout simples, dont la date d'origine est incertaine mais remontant au moins au IXe ou Xe siècle, gardent des traces d'appareil en arête-de-poisson, tout comme certains des bâtiments du monastère de Sant Pere de Rodes ou de l'abbaye Saint-Cyr de Colera, qui conserve des rangées de pierres en arête-de-poisson dans les murs nord et sud de l'église, ainsi que dans un reste de mur d'une ancienne dépendance accolée au cloître et dans les vestiges du logement de l'abbé. En Catalogne, l'appareil en arête-de-poisson n'est plus utilisé pour les églises dès les trois premières années du XIe siècle, d'après Josep Pagès i Rovira[61].

Châteaux[modifier | modifier le code]

Les premiers châteaux en pierre, souvent construits sur d'anciennes mottes castrales, ou en position dominante sur une montagne, dont on peut encore trouver des vestiges, conservent des traces d'appareil en arête-de-poisson[24].

En France, on peut citer les ruines du château d'Ultrera, perché sur un site construit du Ve au Xes[63], le château de Luc (Lozère), du VIe au Xes, l'aula de Doué-la-Fontaine[16], dont le bâtiment date de la fin du IXe siècle ou du début du Xe siècle.

En Espagne, et particulièrement en Catalogne[64], les tours de certaines forteresses du Xe siècle sont appareillées en arête-de-poisson, comme celle du château de Terrassa (ca), de Montbui (ca), ou de Castellciuró (ca). Le château de Bufalaranya (es), construit au Xe siècle ou avant, dépendait du monastère Sant-Pere de Rodes ; de grandes pierres disposées en arête-de-poisson, visibles dans les vestiges du donjon, avaient une fonction décorative.

Époque romane[modifier | modifier le code]

Églises[modifier | modifier le code]

Après les grandes peurs de l’an mille et la fin des invasions vikings, le XIe siècle connaît une période de ferveur religieuse et une frénésie de construction[31]. Si les abbayes et certaines constructions civiles de prestige sont en pierre de taille, l’appareil des églises rurales est encore assez semblable, malgré la disparition des cordons de briques qui ceinturaient les murs, à celui des édifices des siècles précédents. Et l'appareil en arête-de-poisson fait florès à cette époque, ainsi qu'au XIIe siècle. Dans les églises, il n'est plus utilisé au XIIIe siècle[58].

En France, il se répand particulièrement dans l'Oise[65] ou en Normandie[22],[36]. L'appareil de pierre meulière de l'église Saint-Christophe de Reuilly est remarquable par la régularité de sa disposition et son effet décoratif[36], ainsi que dans le sud de la France, notamment en Pyrénées-Orientales. Mais, même s'il y est moins répandu, on le trouve aussi dans d'autres régions comme la Bretagne.

En Grande-Bretagne, de nombreuses petites églises sont encore construites en arête-de-poisson après l’arrivée des Normands en Angleterre[11]. Elles ont toutes subi des transformations au cours des siècles. Si des datations précises n’ont pas été effectuées, la présence d’appareil en arête-de-poisson dans les murs est encore très souvent considérée comme preuve que le bâtiment a été construit avant le XIe siècle[47]. Bien que l'église Sainte-Hélène à Burghwallis (en) (Yorkshire) date, en partie, du Xe siècle, les murs de la nef appareillés en arête-de-poisson sont du XIe siècle[66]. La tour de l'église de Marton (en) (Lincolnshire) date également du XIe siècle. De nombreuses assises en pierre de roche calcaire y sont disposées en arête-de-poisson[14]. À Edvin Loach (en) (Herefordshire), la vieille église en ruines est construite principalement au XIe siècle. L'église de la Sainte-Croix de Binstead (en) (île de Wight), dont la construction débute au XIe siècle, a un chevet plat en arête-de-poisson. L'église Saint-James de Wigmore (Herefordshire) est également construite au XIe siècle ; elle a subi des transformations mais la nef date de l'époque des Normands.

En Italie, les églises romanes où l'on peut observer des murs ou portions de murs en arête-de-poisson sont situées principalement dans le nord du pays. Elles sont presque toutes construites en galets qui abondent dans le Piémont, en Lombardie et en Vénétie. Au Piémont, l'oratoire de San-Salvatore, du Xe-XIes, et la petite église de Santi-Nazzaro-e-Celso (it), de la fin du XIe siècle, sanctuaires situés tous deux à Caltignaga ou l'oratoire de Santa Maria de Garbagna (it)[67]. La petite église de San-Ferreolo (it) est également du XIe siècle.

Châteaux et fortifications[modifier | modifier le code]

Jusqu'au XIe siècle, les mottes castrales concurrencent encore largement les châteaux de pierres qui ne peuvent être construits que dans les régions où ce matériau est abondant et facilement exploitable[58]. Mais, au cours de cette période, ces édifices se substituent de plus en plus aux constructions en bois.

Le château d'Ivry-la-Bataille, un des premiers châteaux de pierre des alentours de l'an mille, est construit, dans sa phase la plus ancienne, en arête-de-poisson[68].

Les vestiges du château du Plessis-Grimoult, aux murs en arête-de-poisson, dont le seigneur est jeté en prison par Guillaume le Conquérant, datent du début du XIe siècle[58].

Le château de Brancion, en Saône-et-Loire, celui de Llo, dans les Pyrénées-Orientales, aux murs partiellement en arête-de-poisson, datent aussi de cette époque.

Au XIIe siècle, le donjon de Falaise, construit en 1123, est orné de pierres disposées en arête-de-poisson au niveau des étages nobles.

Les remparts d'Elne[30], ceux de Nogent-le-Rotrou sont d'autres exemples de ce siècle.

En Grande-Bretagne, l'on trouve les murs du chemin d'accès au château de Tamworth[48], les courtines du château de Peveril (Derbyshire), du château de Brough ou du château de Lincoln[48] (Lincolnshire) (XIIe siècle) sont aussi dans cet appareil.

En Espagne, à Can Cortada (ca), les vestiges d'une ancienne tour de défense construite au XIe siècle[69] sont encore visibles dans un des murs de la ferme.

En Italie, le château de Graines (Brusson, Vallée d'Aoste) présente des parties de murs en arête-de-poisson.

Après la période romane[modifier | modifier le code]

L'appareil en arête-de-poisson est très présent au XIIIe siècle[70].

En Suisse[48], de nombreux châteaux forts sont édifiés au XIIIe siècle par les détenteurs de seigneuries territoriales, nouvellement autorisés à élever des fortifications[71]. Il fallait construire vite avec la pierre locale cassée en plaquettes[72].

À Ibiza, la partie la plus ancienne de vieilles maisons rurales, souvent construites en arête-de-poisson, date, au plus tard, du XVIe siècle[73]. De nombreuses tours fortifiées de cette île sont également bâties dans ce même appareil de pierre calcaire recouvert d'un enduit. Elles sont construites du XVe au XVIIIe siècles. La plupart de celles qui subsistent encore datent du XVIe au XVIIe siècles. Elles servaient de refuge aux habitants des campagnes lors des nombreuses razzias des pirates[74].

On trouve aussi l'appareil dans les constructions rurales espagnoles des XVIIe et XVIIIe siècles[75].

A partir du XVIe siècle, il est utilisé dans le hourdis en briques des maisons à pans de bois, en France, dans le Pays Basque[19], et sur la côte Atlantique[21]. Il apparaît aussi dans les murets de clôture des champs à Belle-Île-en-Mer[76],[77] que l'on peut comparer aux murets en ardoises (en) des Cornouailles de Grande Bretagne[39].

Les galets disposés en arête-de-poisson[modifier | modifier le code]

Dans les régions où les galets sont abondants comme le sud de la France et le nord de l'Italie, l'appareil en arête-de-poisson apparaît à toutes les époques, y compris aux époques pré-romane et romane, dans les églises et châteaux, et, plus tard, dans les remparts de villes ou de villages, mais aussi dans l'architecture vernaculaire.

Aux XIIIe siècle et XIVe siècles[modifier | modifier le code]

Les remparts de Perpignan, construits entre 1277 et 1325, sont en galets de rivière disposés, par endroits, en arête-de-poisson[78]. Les murs du Palais des rois de Majorque, commencé dans le dernier quart du XIIIe siècle et terminé en 1309, sont constitués, en majeure partie, d'un appareil en arête-de-poisson de galets de rivière très réguliers. En Italie, le château de Martinengo (Lombardie), des XIIe et XIIIe siècles, le château Borromeo de Cassano d'Adda, construit du XIIIe au XVe siècles, présentent aussi cet appareil.

Après 1384, la bastide de Nay s'entoure de remparts pour parer aux attaques des Anglais pendant la Guerre de Cent Ans[79]. Au XIVe siècle, Roussillon (Isère) et Tulette (Drôme) se protègent également de remparts construits de la même manière. Vers la fin du XIIIe siècle, début du XIVe siècle, le ricetto de Candelo, dont les murailles et les bâtiments sont en galets en arête-de-poisson, est construit par les paysans Piémontais. De même, la porte fortifiée de Salussola, le ricetto et sa porte, à Oglianico, ou les portes du pont de Vimercate.

Des châteaux fortifiés voient le jour en Italie du nord dont, entre autres, celui de Malgrà à Rivarolo Canavese.

Au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En Isère, on construit de très nombreux édifices religieux, au XIXe siècle, en utilisant les matériaux disponibles sur place.

L'architecte Alfred Berruyer est responsable de la construction d'une vingtaine d'églises, de style néo-roman ou néo-classique, dont plusieurs sont appareillées en assises de galets disposés en arête-de poisson alternées avec des rangs de briques, telles celles de Champier, de Sardieu, de Marcollin, de Thodure, de Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs ou de Roybon. On peut ajouter à cette liste l'église d'Eclose, élevée en 1850 par Hugues Quénin[80], celle de Pommier-de-Beaurepaire, terminée en 1857, de Pisieu, vers le milieu du siècle[81], de Semons, érigée en 1893, ou de Saint-Pierre-de-Bressieux à Mottier, terminée en 1903.

Dans l'Ain, l'église de Bressolles est reconstruite au début du XXe siècle.

L'architecture vernaculaire en galets[modifier | modifier le code]

Les galets sont employés pour la construction des maisons particulières depuis le Moyen-âge dans le nord de l'Italie et dans le sud de la France. Le tri et l'assemblage des galets étaient tout de même coûteux et il fallait un mortier de très bonne qualité pour assurer la solidité des murs ; cette technique était donc réservée aux habitations des classes les plus aisées[82],[83].

Au XVIIe siècle, on commence à utiliser un mortier hydraulique qui sèche plus rapidement et, à partir du XVIIIe siècle, l'utilisation des galets disposés ou non en arête-de-poisson se généralise dans les régions où on peut récolter des galets de rivière ou de moraine.

Concurrencé par les matériaux modernes comme les parpaings de ciment, l'usage de la technique décline vers le milieu du XXe siècle[84].

On redécouvre les qualités esthétiques des galets et cette technique est à nouveau utilisée pour la restauration de constructions anciennes et de murets dans les villages des les Hautes-Pyrénées[85].,[86].

Dans la plaine de la Crau, on pratique encore cet usage, bien que rarement[87].

Nota Bene[modifier | modifier le code]

L’appellation d’opus piscatum, que l’on trouve encore occasionnellement, est un barbarisme inventé au début du XXIe siècle à partir d'une coquille trouvée dans un roman.

Si le terme piscatus existe en latin, il n'est que le participe passé du verbe piscor signifiant « pêcher[88] » ; il ne figure pas dans le De architectura de Vitruve ni dans les dictionnaires d’architecture, ni dans aucun ouvrage descriptif sérieux.

Références[modifier | modifier le code]

  1. C.Germain de Montauzan, « Les aqueducs antiques de Lyon : étude comparée d'archéologie romaine : thèse présentée à la Faculté des lettres de l'Université de Paris », sur Gallica, Paris, E. Leroux, (consulté le 15 octobre 2014), p. 231.
  2. Arcisse de Caumont, « Cours d'antiquités monumentales : histoire de l'art dans l'ouest de la France, depuis les temps les plus reculés jusqu'au XVIIe siècle. Moyen Age: Architecture religieuse. », sur Google Books, Lance, (consulté le 15 octobre 2014), p. 118-119
  3. a et b Louis Bréhier, « L'art en France, des invasions barbares à l'époque romane. L'Art mérovingien et carolingien, par Paul Deschamps », Journal des savants, sur persee.fr, (consulté le 13 novembre 2014), p. 401.
  4. a et b Pérouse de Montclos, Vocabulaire de l'Architecture : La construction en pierre et en terre,, Paris, Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, , avant-propos et p. 49.
  5. a, b et c « Dictionnaire illustré multilingue de l'architecture du Proche-Orient ancien », sur Persée, Maison de l'Orient et de la Méditerranée, (consulté le 15 octobre 2014), p. 21, 22, 53 et 58.
  6. Jean-Marie Pérouse de Montclos, Architecture, description et vocabulaire méthodique, Les Editions du Patrimoine, , 672 p. (ISBN 978-2-7577-0124-9), p. Introduction.
  7. (en) James Stevens Curl, A Dictionary of Architecture and Landscape Architecture, Encyclopedia.com, (lire en ligne)
  8. « Enciclopedia Italiana », sur treccani.it (consulté le 16 novembre 2014)
  9. (es) « Arquitectura Romana, las fabricas y sus materiales : Las piedras en la construcción romana, Opus Latericium », sur editorial.cda.ulepgc.es, (consulté le 16 novembre 2014)
  10. (es) Julián V. Magro Moro et Rafael Marín Sánchez, La historia de la construcción en la Baja Edad Media, Ed. Univ. Politéc. Valencia, , 215 p. (ISBN 8477217459, lire en ligne), p. 67.
  11. a, b, c et d (en) Gerald W. R. Ward, The Grove Encyclopedia of Materials and Techniques in Art, Oxford University Press, , 828 p. (ISBN 978-0-19-531391-8), p. 369.
  12. « Encore beaucoup d’églises romanes à sortir de l’ombre », Le Journal de Saône-et-Loire,‎ (lire en ligne).
  13. a, b et c Jean-Pierre Adam, La Construction romaine : matériaux et techniques., Paris, Picard, , 367 p. (ISSN 0242-7249), chap. 7 Le Petit Appareil, par. opus spicatum.
  14. a, b, c et d (en) Mark Child, Discovering Churches and Churchyards, Osprey Publishing, , 264 p. (ISBN 978 0 7478 0659 2), p. 42 et 43.
  15. (en) Lise Hull, Understanding the Castle Ruins of England and Wales : How to Interpret the History and Meaning of Masonry and Earthworks, McFarland, , 228 p. (ISBN 9780786452767), p. 126
  16. a et b « 1996/096-Fonds de prises de vues du Centre de Recherche des Monuments Historiques : Cheminée du mur de refend, contrecœur. Xe siècle », sur culture.gouv.fr
  17. Laurent Schneider, « Aux origines de la maison castrale. Un commande aristocratique à Cabrières ? », Archéologie du Midi médiéval. Supplément n°1, 1996. La maison du castrum de la bordure méridionale du Massif central (XIe-XVIIe siècles), sur Persée, (consulté le 13 novembre 2014).
  18. Philippe Araguas, « Maçonneries murales de brique dans l’Espagne médiévale », Arqueología de la arquitectura, no 4,‎ (lire en ligne).
  19. a et b Association Lehendo Garruze, « Lehendo Garruze, histoire et patrimoine de Garris », bixoko.com, (consulté le 4 décembre 2014).
  20. Jean Loubergé, Cahiers de construction traditionnelle, numéro 6, La maison rurale en Pays basque, Éditions Créer, , 78 p. (ISBN 978-2909797823), p. 24.
  21. a et b Jean Loubergé, Cahiers de construction traditionnelle, numéro 7, La maison rurale dans les Landes, Éditions Créer, , 79 p. (ISBN 9782909797816), p. 51 et 69.
  22. a, b, c et d Lucien Musset, Normandie Romane, t. 1, , p. 21
  23. Maylis Baylé, L'Architecture normande au Moyen Âge, t. 2, , p. 18
  24. a et b Adolphe Napoléon Didron et Edouard Didron, « Annales Archéologiques », sur Gallica, (consulté le 15 octobre 2014), p. 196-197.
  25. (en) Matt and Leela Probert, « The Probert Encyclopaedia of Architecture », The New Society for the Diffusion of Knowledge, (consulté le 15 octobre 2014).
  26. Florence Journot, « Châteaux du Languedoc montagnard aux [[Xe siècle|Xe]] et [[XIe siècle|XIe siècle]]s. Hérault. », sur persée.fr, (consulté le 12 octobre 2014), p. 44
  27. (en) « Dry stone walling across Canada », sur dswa.ca (consulté le 14 octobre 2014)
  28. [PDF] « Le pisé en Pays Voironnais, chapitre le soubassement du mur », sur rhone-alpes.culture.gouv.fr (consulté le 15 octobre 2014), p. 15.
  29. [PDF] (en) « The Llanerchaeron Estate, designation, site evaluation and description », (consulté le 16 octobre 2014), p. 10.
  30. a et b « Notes d'un voyage dans le midi de la France de Prosper Mérimée », sur books.google.fr, p. 401, 408
  31. a, b et c Yves-Marie Froidevaux, Techniques de l'architecture ancienne: construction et restauration. Architecture + Urbanisme, éditions Mardaga, , 189 p. (ISBN 9782870097748), p. 23, 24, 25.
  32. [PDF] Stéphane Büttner et Daniel Prigent, « Archéologie des liants de maçonnerie : entre traités et réalité », sur medieval-europe-pasri-2007.univ-paris1.fr
  33. Laurent Dujardin, « L’utilisation de la pierre dans la construction rurale en Normandie aux époques médiévale et moderne », Revue des Patrimoines, no 7,‎ , p. 26 et 29 (lire en ligne).
  34. Jean-Marie Guillouët, Memento Gisserot D'architecture Romane, Éditions Jean-paul Gisserot (ISBN 9782877477598), p. 9.
  35. Giovanni Coppola, l'Architecture Normande au Moyen-Age : Carrières de pierre et techniques d'extraction, la pierre de Caen, vol. 1, éditions Charles Corlet, , p. Les techniques de construction.
  36. a, b et c Lucien Musset, Norman, vol. 2, Zodiaque, 319 p., p. Introduction, 19 et 20.
  37. Collectif, Le Patrimoine des communes du Calvados, t. 1, Éditions Flohic, (ISBN 2842341112), p. 768.
  38. « Pierres de l'abbaye Saint-Mathieu de Fine-Terre », sur breton.coatmeal.free.fr
  39. a et b [PDF] (en) Sarah Carter, « Geology and hedges in Cornwall », sur cornishhedges.co.uk, (consulté le 3 décembre 2014), p. 5 et 6.
  40. Joëlle Tardieu, « …Pierres qui roulent… : l'architecture de galets. Gisements et transports. », sur chantiers.hypotheses.org, Open Édition (consulté le 27 novembre 2014).
  41. Martin Sauvage, « La brique et sa mise en œuvre en Mésopotamie. Des origines à l'époque achéménide », sur persée.fr (Corinne Castel), Centre de recherche d'archéologie orientale, université de Paris I,, , p. 190
  42. Artaud de Montor, Encyclopédie des gens du monde: répertoire universel des sciences, des lettres et des arts; avec des notices sur les principales familles historiques et sur les personnages célèbres, morts et vivants, vol. 4, partie 1, Treuttel et Würtz, (lire en ligne).
  43. Vincent Debonne, « L’architecture médiévale en brique dans le nord de l’Europe », Perspective, la Revue de l'INA,‎ (lire en ligne).
  44. Armand Desbat, « Note sur l'apparition des constructions à arases de briques dans la région lyonnaise », Gallia, sur Persée, (consulté le 11 décembre 2014), p. 46.
  45. a et b Arcisse de Caumont, Abécédaire ou Rudiment d'Archéologie : Architecture Religieuse, Caen, L. Jouan, ancien fonds Le Blanc-Hardel, , 5ème éd., p 107, 110,111.
  46. Philippe Araguas, « Architecture de brique et architecture mudéjar. », Mélanges de la Casa de Velázquez, revue de l’École des hautes études hispaniques et ibériques (EHEHI), sur persée.fr, (consulté le 11 décembre 2014), p. 190.
  47. a et b (en) Joan Taylor et Harold Taylor, « Herring-bone masonry as a criterion of date », Journal of the British Archeological Association, vol. 27,‎ .
  48. a, b, c et d (en) Sidney Toy, A History of Fortification from 3000 BC to AD 1700, Casemate Publishers, , 200 p. (ISBN 9781844153589, lire en ligne), p 60 et 102.
  49. (en) Emilija Nikolić, « Contribution to the study of roman architecture in Viminacium : construction materials and building techniques », sur academia.edu, Center for New Technology Viminacium Archaeological Institute Belgrade, (consulté le 1er février 2015), p. 33, 40.
  50. [PDF] (de) Gunter Dimt, « Römisches“ Mauerwerk Oberösterreichs Vierkanthöfen. », sur landesmuseum.at, Oberösterreischischer Musealverein (consulté le 1er février 2015), p. 534, 540.
  51. Jean Bousquet, « Bretagne et Pays de Loire », Gallia, sur Persée, (consulté le 22 janvier 2015), p. 225.
  52. Revue des provinces de l'ouest, Bretagne et Poitou: histoire, littérature, sciences et arts, A. Guéraud, (lire en ligne), p. 572.
  53. « L'Écho du monde savant, journal analytique des nouvelles et des cours scientifiques », (consulté le 5 février 2015), p. 254.
  54. (en) Perica Špehar, « Late Antique and Early Byzantine fortifications in Bosnia and Herzegovina (hinterland of the province of Dalmatia) », Höhensiedlungen zwischen Antike und Mittelalter – RGA-E Band 58, Walter de Gruyter, (consulté le 3 février 2015), p. 577,586.
  55. [PDF] « La villa gallo-romaine des Alleux à Taden », sur amenageurs.inrap.fr
  56. (en) Dominic Perring, Roman House in Britain, Routledge, , 272 p. (ISBN 1134737149), p. 109.
  57. [PDF] (en) « Architecture in Roman Britain », sur Council for British Archeology, University of York, Peter Johnson et Ian Haynes, (consulté le 21 février 2015), p. 33,35.
  58. a, b, c et d Arcisse de Caumont, « Histoire sommaire de l'architecture religieuse, militaire et civile au Moyen Âge », sur google books, A. Hardel, (consulté le 14 mai 2015), p. 72-73, 147, 229-230, 258-259, 289-290.
  59. « Art roman », sur larousse.fr
  60. (en) « The church of st Mary, Deerhurst », sur greatenglishchurches.co.uk
  61. a et b [PDF] (es) Josep Pagès i Rovira, « Com coneixer l'arquitectura romanica religiosa de catalunya », sur udg.edu, , p. 19, 20 et 28
  62. « Bulletin de Borredà n° 28 », sur butlleti.net, Berguedà,
  63. « Ultrera, castrum des Ve-Xe siècles », sur lam3.cnrs.fr
  64. (es) Jordi Bolós i Masclans, La fortificacion medieval en la Península Ibérica : Fortificaciones y organización del territorio en la 'Marca' o frontera catalana durante los siglos IX- XII, Santa María la Real, (ISBN 8415072112).
  65. Dominique Vermand, « L'église de Rhuis, sa place dans l'architecture religieuse du bassin de l'Oise au XIe siècle », Revue Archéologique de l'Oise, sur persée.fr, (consulté le 19 mai 2015), p. 55.
  66. (en) David Hey, A History of the South Yorkshire Countryside, Pen and Sword, , 224 p. (ISBN 9781473834354), p. 3 et 4.
  67. (it) « Oratorio dei Santi Nazaro e Celso (Sec. XII-XIII) », sur comune.caltignaga.no.it
  68. [PDF] Jean Mesqui, « Les seigneuries d'Ivry, Bréval et Anet aux XIe et XIIe siècles et leurs fortifications », sur mesqui.net, p. 146, Le château et le bourg d’Ivry-la-Bataille - Les phases de création de la tour maîtresse
  69. (es) « El pasado señorial de un barrio obrero », El País,‎ .
  70. (ca) Jaume Lladó i Font, « Tècnica de construcciò i picapedrers o l'edat mitjana », Archives du musée de Santa Maria, no 39,‎ (lire en ligne).
  71. W. Meyer et A. Würgler, « Châteaux »,
  72. (de) Oliver Steimann, « Die Burgen der Schweiz », sur burgenwelt.org (consulté le 18 septembre 2015), Paragraphe Grundzüge in der Entwicklung des Burgenbaus.
  73. [PDF] (es) Antoni Ferrer Abárzuza, « La casa campesina de Ibiza », p. 12
  74. (es) Juan José Serra Rodríguez, « Fortificaciones rurales en la isla de Ibiza : Las torres de refugio prediales »
  75. (es) « Glosario del "Levantamiento arquitectónico y estudio físico-constructívo de la Concatedral de Santa Maria del Romeral de Monzón (Huesca) »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), p. 4
  76. [PDF] « Inventaire du patrimoine du canton de Belle-Ile-sur-Mer », sur culture.gouv.fr, p. 93
  77. « Mur d'enclos à moutons du XVIIIe siècle », sur topic-topos.com
  78. Collectif, Un palais dans la ville, vol. 2, Perpignan des rois de Majorque, Éditions Trabucaire, (lire en ligne), p. 94 et 95.
  79. « La bastide de Nay, histoire et patrimoine », sur villedenay.fr
  80. « Découvrir l'Isère, patrimoine culturel », sur isere-tourisme.com
  81. « Le patrimoine -Présentation - Saint-Michel », sur diocese-grenoble-vienne.fr
  82. [PDF] « L'école (1902) », sur moras-en-valloire.fr
  83. (it) « Castle - Ricetto (. Sec XI) »
  84. Jean Loubergé, La maison rurale en Béarn, Éditions Créer, , 95 p. (ISBN 2-902894-34-1), p. 22 à 24.
  85. « Mur en galets hourdés, 2012 », sur caue-mp.fr
  86. « Murs de galets hourdés, 2013 », sur caue-mp.fr
  87. [PDF] « A4 - Mur de galets hourdés », sur meda-corpus.net
  88. Le Gaffiot, ne connaît que le nom commun piscatus qui désigne « la pêche, l’action de pêcher ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :