Nurlu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nurlu
Nurlu
Mairie-école.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Péronne
Intercommunalité Communauté de communes de la Haute Somme
Maire
Mandat
Alain Baudlot
2014-2020
Code postal 80240
Code commune 80601
Démographie
Gentilé Les Nurlusiens
Population
municipale
387 hab. (2017 en diminution de 3,01 % par rapport à 2012)
Densité 59 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 00′ 27″ nord, 3° 01′ 14″ est
Altitude Min. 115 m
Max. 154 m
Superficie 6,53 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Nurlu
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Nurlu
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nurlu
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nurlu

Nurlu est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Nurlu
Étricourt-Manancourt Équancourt Sorel
Moislains Nurlu Liéramont
Aizecourt-le-Haut Aizecourt-le-Bas


Nurlu est un village agricole situé à moins de 10 km au nord-ouest de Péronne, sur un plateau argileux au sous-sol calcaire[1]. Aucun cours d'eau n'arrose la commune. La nappe d'eau se trouve à environ 55 m de profondeur[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village s'est nommé Nueslus, Nullus et Noerlus[1],[2].

Son nom pourrait signifier nouveau lieu ou lieu planté de noyers[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • La voie romaine de Paris à Lille, voie secondaire correspondant à une ancienne route nationale, passait par Nurlu[1].
  • Au XIIe siècle, les de Nurlu sont cités comme seigneurs[1].
  • Le village a appartenu à l'abbaye Saint-Sauveur de Ham puis aux religieux du Mont Saint-Quentin qui l'échangent au XVIe siècle contre des possessions en Flandres[1].
  • En 1577, les seigneurs de Manancourt achètent le village aux religieux[1].
  • 1849 : comme dans toutes les communes de France, la population masculine majeure put, pour la première fois, aller voter grâce à l'instauration du suffrage universel.
Voici la répartition (en nombre) de quelques patronymes des électeurs :
Abart, 1
(saisie non exhaustive !)
  • En 1899, le propriétaire du château est le prince de Léon qui détient également 71 ha de terres[1].

À cette époque, bien que mal rétribué, le tissage fait encore partie des activités locales[1].

  • À la fin du XXe siècle, une carrière à chaux et une briqueterie sont exploitées sur la commune[1].
  • Une usine de fabrication de gaze à bluter a employé de nombreux ouvriers au début du XXe siècle[3].
  • À la fin des années 1960, le village, ayant longtemps appartenu administrativement au canton de Roisel, est rattaché au canton de Péronne.
  • En 2012, deux incendies importants se déclarent sur un site de traitement de déchets ménagers[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1850 1888 Jules Hocquet    
1888 1912 Léon Hocquet    
1912 1936 Maurice Hocquet    
1936 1978 André Hocquet    
1978   Emile Terrien    
1990   Georges Mascré    
mars 2001 En cours
(au 6 mai 2014)
Alain Baudlot   Réélu pour le mandat 2014-2020[4],[5]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7].

En 2017, la commune comptait 387 habitants[Note 1], en diminution de 3,01 % par rapport à 2012 (Somme : +0,23 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
604643723663767771803839882
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
872914897888954926916900858
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
805762738446539524502478522
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
477456410363347378374373399
2017 - - - - - - - -
387--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église, reconstruite par l'architecte Louis Faille, dont les vitraux sont l'œuvre de Louis Barillet.
  • Chapelle Saint-Joseph. Construite en 1890, c'est la seule bâtisse du village qui soit sortie indemne de la Grande Guerre[10].
  • Mairie-école, reconstruite aussi par l'architecte Louis Faille.
  • La demeure de l'architecte Louis Faille, située au cœur du village.


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Louis Faille (1881-1938). Architecte natif et habitant de la commune. Il y reconstruisit à la suite de la Première Guerre mondiale, l'église du village ainsi que les bâtiments communaux, et sa propre demeure.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j et k Notice géographique et historique réalisée par l'instituteur, M. Gamain, 1899, Archives départementales de la Somme, Amiens.
  2. Lire en ligne la notice réalisée par l'instituteur, sur le site des archives départementales.
  3. a et b Le village de Nurlu.
  4. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 22 février 2009)
  5. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  10. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 257 (ASIN B000WR15W8)