Liéramont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Liéramont
Liéramont
Église Saint-Martin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Péronne
Intercommunalité Communauté de communes de la Haute Somme
Maire
Mandat
marie-Odile Duflot
2020-2026
Code postal 80240
Code commune 80475
Démographie
Population
municipale
221 hab. (2018 en diminution de 2,64 % par rapport à 2013)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 59′ 41″ nord, 3° 03′ 01″ est
Altitude Min. 113 m
Max. 152 m
Superficie 7,29 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Péronne
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Péronne
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Liéramont
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Liéramont
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Liéramont
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Liéramont
Liens
Site web http://www.lieramont.fr

Liéramont est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Situé sur un plateau argileux, le territoire communal de ce village tourné vers l'agriculture domine la vallée de Templeux-la-Fosse et d'Aizecourt-le-Bas[1].

En 2019, la localité est desservie par la ligne d'autocars no 48 (Épehy - Villers-Faucon - Péronne) du réseau interurbain Trans'80 Hauts-de-France[2].

La nappe phréatique qui alimente les puits en 1899 se trouvait alors entre 40 et 60 mètres. Aucun cours d'eau ne coule sur le territoire[1].

Le lieu-dit la Carrière, à un kilomètre du centre du village, compte trois habitants dans une maison en 1899[1].

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte avec les communes environnantes

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Liéramont est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Péronne, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 52 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (95,1 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (95,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (95,1 %), zones urbanisées (4,9 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village s'est formé à partir de Leheramont, Liramont, Lyeramont et Leheramont. Il pourrait signifier établissement champêtre[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village a primitivement appartenu aux comtes du Vermandois. Il est ensuite passé aux mains de Hues de Dompierre dit Baudoin[1].

En 1344, Simon de Liéramont est nommé abbé de Ham-en-Artois[10].

Pendant la guerre contre l'Espagne, au XVIe siècle, le village appartient au sieur de Liéramont, gouverneur du Câtelet[1].

En 1750, Hélène Antoinette du Feu de Liéramont, fille des châtelains, épouse le baron d'Hanmer Claibroke[11].

En 1765, M. Marbert (Maubert) cède le village à la famille de Hanmer de Claybrooke[1].

Le château a été démoli par le baron Alexandre de Claybrooke et les biens ont été vendus en partie à des « cultivateurs » locaux[1].

À la fin de l'épopée napoléonienne, les Cosaques ont occupé le village en 1814-1815 et y ont exercé des réquisitions[1].

Depuis le défrichement de 287 ha de bois opéré vers 1850, la commune est considérée à la fin du XIXe siècle comme totalement déboisée[1]. On mentionne qu'à cette époque, les tisseurs locaux émigrent vers Saint-Quentin, à la recherche de meilleurs salaires, ce qui fait baisser la population[1].

Infirmerie mobile en 1918.

Le village est éprouvé pendant la Première Guerre mondiale.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1977[12] 28 septembre 2013[12] Régis Douay   Décédé en fonction
novembre 2013 août 2017[13] Jean-Luc Duflot   Démissionnaire
octobre 2017 juillet 2020[14] Véronique Jur   Professeure d'anglais à Péronne
juillet 2020[15] En cours
(au 5 juillet 2020)
Marie-Odile Duflot   Exploitante agricole

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[17].

En 2018, la commune comptait 221 habitants[Note 3], en diminution de 2,64 % par rapport à 2013 (Somme : −0,18 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
700660678713763815846823825
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
773828788751778763761707707
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
687631625303376340312315299
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
299265215197164182196212233
2018 - - - - - - - -
221--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Activités associatives, culturelles, festives, sportives et touristiques[modifier | modifier le code]

Ville fleurie : deux fleurs attribuée en 2007 par le Conseil des Villes et Villages Fleuris de France au Concours des villes et villages fleuris[20].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin.
  • Chapelle Notre-Dame-du-Sacré-Cœur. Datant de 1876, l'édifice a été construit en remerciement d'une guérison[21].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j et k Notice géographique et historique réalisée par l'instituteur, M. Rabache, 1899, Archives départementales de la Somme, Amiens. Lire la notice en ligne sur le site des archives départementales.
  2. « Le réseau Trans'80 en ligne ».
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 5 avril 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Péronne », sur insee.fr (consulté le 5 avril 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 mai 2021)
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. Colligite fragmenta. Deux listes abbatiales revisitées : Ham-en-Artois et Andres par Roger Berger (1079-1352), 2004, sur Revue du Nord, 356-357, Université de Lille.
  11. Lire en ligne le Dictionnaire de la noblesse...
  12. a et b « A la mémoire de Régis Douay », La Voix du Nord, (consulté le 15 juin 2014).
  13. « Des élections en vue à Liéramont après la démission du maire », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 26 juillet 2020) « Des raisons de santé ont motivé Jean-Luc Duflot, âgé de 61 ans, à démissionner de sa fonction de maire du village de Liéramont (près de Péronne, à l’est de la Somme). Une démission effective depuis un arrêté préfectoral à effet du 1er août » (...) Jean-Luc Duflot avait été élu lors d’élections complémentaires en novembre 2013 après le décès de Régis Douay, dont il était le premier adjoint}.
  14. « Véronique Lur aura fait un court mandat », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 26 juillet 2020) « Première adjointe en 2014, Véronique Jur est devenue maire de Liéramont, un village de quelque 220 habitants, le 13 octobre 2017, après la démission de l’édile Jean-Luc Duflot ».
  15. « Marie-Odile Duflot succède à Véronique Vue à Liéramont », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 4 juillet 2020) « Exploitante agricole de 48 ans, Marie-Odile Duflot a été élue, après avoir effectué trois mandats de conseillère ».
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  20. « Le palmarès des villes et villages fleuris », Le Courrier picard édition de l'Oise,‎ .
  21. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 257 (ASIN B000WR15W8).