Nicolas Tertulian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nicolas Tertulian
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (89 ans)
IașiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Nathan VeinsteinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Nicolas Tertulian (pseudonyme de Nathan Veinstein, né à Iași (Roumanie) le 12 mars 1929) est un essayiste, esthéticien et philosophe d’origine roumaine. Il est directeur d’études honoraire à l’École des hautes études en sciences sociales, où il a dirigé pendant presque trois décennies (1982-2010) le séminaire sur « L’Histoire de la pensée allemande (XIXe-XXe siècles) ». La traductrice du roumain et femme de lettres Georgeta Horodinca fut son épouse[1].

Repères biographiques[modifier | modifier le code]

Issu d’une famille bourgeoise juive, il a été exclu du Lycée National en 1940, suite aux lois raciales promulguées par le régime fasciste roumain. Obligé de porter l’étoile jaune pendant cette période, il a été un témoin apeuré du terrible pogrom perpétré fin juin et début juillet 1941 par les forces armées roumaines et allemandes, lorsque plus de dix mille juifs de Iași ont péri[2]. Plusieurs membres de sa famille ont été assassinés.

Il a poursuivi pendant la guerre ses études secondaires au lycée juif de Iași et après la guerre au lycée Ion Luca Caragiale de Bucarest. En 1946 il s’est inscrit à la Faculté de philosophie de l’université de Bucarest, dont il a suivi les cours jusqu’en 1950. Sa thèse de doctorat sur le sujet : Benedetto Croce et Georg Lukács – ou sur les rapports entre esthétique et philosophie a été soutenue à Bucarest en 1972 auprès de l’Institut de philosophie de l’Académie roumaine.

Entré en 1948 dans la rédaction de l’hebdomadaire Contemporanul, où il publie de nombreux articles d’inspiration marxiste, puis se faisant transférer en 1954 dans la rédaction du mensuel Viața românească [La vie roumaine], où il va exercer la responsabilité de la section de la critique littéraire, il va détenir aussi pendant la période 1950-1955 la fonction de responsable de la chaire de théorie de la littérature dans le cadre de l’École de littérature Mihai Eminescu, rattachée l’Union des écrivains de Roumanie. Pendant l’année universitaire 1949-1950 il a occupé un poste d’assistant auprès de la Faculté de philosophie de l’université de Bucarest.

C’est dans la revue Viața românească [La vie roumaine] que Nicolas Tertulian a publié ses études sur plusieurs grandes figures de la littérature roumaine : Mihai Eminescu, Ion Luca Caragiale, Mihail Sadoveanu, Camil Petrescu, George Călinescu, Constantin Stere, Mihai Ralea, réunies dans le volume Essais (1968), qui a reçu le prix de critique littéraire de la revue où elles sont parues initialement.

La critique du sociologisme vulgaire et du sectarisme idéologique qui sévissait dans les publications contrôlées par le Parti communiste roumain traverse ces écrits. En 1958 Nicolas Tertulian publie dans Viața românească [La vie roumaine] une ample étude sur la conception sociologique et esthétique d'Eugen Lovinescu (1880-1943), figure marquante de la critique littéraire roumaine d’entre les deux guerres (l’étude sort en 1959 sous la forme d’un petit livre) et en 1963 il fait paraître les premiers chapitres d’une vaste étude sur l’œuvre de Lucian Blaga (1895-1961), figure de premier plan de la poésie et de la philosophie roumaine du XXe siècle[3]. Ces deux études apparaissent comme les deux premières tentatives de rendre justice à deux grandes figures de la culture et de la littérature roumaine, longtemps malmenées et ostracisées par la propagande officielle du régime.

Parmi les philosophes contemporains, Nicolas Tertulian manifeste un attachement particulier pour l’œuvre de philosophe et d’esthéticien de Benedetto Croce (1866-1952), sur lequel il publie à Bucarest début 1971 une ample étude (elle paraît la même année en traduction italienne dans trois numéros de la Rivista di Studi Crociani de Naples) et surtout pour l’œuvre de Georg Lukács (1885-1971), dont il s’emploie à introduire la pensée esthétique et philosophique en Roumanie, en assurant la traduction en roumain de ses écrits de critique littéraire (une anthologie de ces écrits paraît à Bucarest en 1969 avec une introduction de Tertulian) et de plusieurs de ses écrits théoriques les plus représentatifs, en commençant avec la grande Esthétique (publiée en 1972-1974) et avec l’Ontologie de l’être social (les deux volumes paraissent en traduction roumaine au début des années quatre-vingt). Chacun de ces ouvrages est précédé d’amples études introductives rédigées par Nicolas Tertulian.

Le livre intitulé Critică, estetică, filozofie [Critique, esthétique, philosophie], (1972) réunit ses principaux textes sur Benedetto Croce et Georg Lukács.

À partir de 1965 Nicolas Tertulian entre en contact avec Lukács, en lui rendant régulièrement visite à Budapest et entretenant avec lui une correspondance qui va durer jusqu’en 1971, année de la disparition du philosophe. En automne 1966 Nicolas Tertulian rencontre à Fribourg-en-Brisgau Martin Heidegger pour un entretien de plus de deux heures et publie à son retour à Bucarest dans l’hebdomadaire Contemporanul [Le contemporain] un récit de l’entretien (Conversation avec Heidegger), qui tourne essentiellement autour de la question de la technique.

En 1969 Nicolas Tertulian occupe par concours un poste d’enseignant-chercheur auprès de la chaire d’esthétique de la faculté de philosophie de l’université de Bucarest. En dehors de l’activité intense de vulgarisation et d’interprétation de l’œuvre de Lukács (il faut rappeler que le marxisme lukácsien n’était pas du tout en odeur de sainteté dans les Europe de l'Est, le philosophe marxiste hongrois figurant en tête de la liste des « penseurs révisionnistes » anathématisés par la propagande soviétique et par la bureaucratie idéologique des pays satellites, la Roumanie de Nicolae Ceaușescu faisant exception en vertu de son « nationalisme » affiché), il se consacre dans les années soixante-dix à faire connaître au milieu intellectuel roumain la pensée de l’École de Francfort, en publiant la première étude en roumain sur l’œuvre de philosophe et d’esthéticien d’Adorno, ainsi qu’une ample anthologie des écrits d'Herbert Marcuse.

Lors des Rencontres Internationales de Genève, où il a été invité régulièrement depuis 1969, Nicolas Tertulian rencontre Herbert Marcuse et publie à son retour à Bucarest le récit de la conversation avec le philosophe américain. En 1977 paraît le livre intitulé Experientă, artă, gîndire, qui réunit entre autres des textes sur Lukács, Adorno et Marcuse.

À Genève, en 1975, lors des Rencontres, qui portaient sur le thème « Solitude et communication », une confrontation avec George Steiner trouve un large écho dans la presse genevoise. En 1976, lors d’un colloque international d’esthétique sur le thème « L’autonomie de l’art » organisé à Amersfoort (Pays-Bas), Nicolas Tertulian donne la conférence d’ouverture du colloque sur le thème : Sur l’autonomie et l’hétéronomie de l’art, dont le texte va paraître dans la Revue d’esthétique. L’esthéticien roumain sera présent aussi avec des communications aux différents congrès internationaux d’esthétiqueUppsala en 1968, à Bucarest en 1972, à Darmstadt en 1976, à Dubrovnik en 1980), en étant élu membru du Bureau de l’Association Internationale des Esthéticiens fondée à Dubrovnik.

L’activité de Nicolas Tertulian n’est pas regardée d’un bon œil par les apparatchiks du Parti communiste roumain et après avoir été interdit d’enseigner en 1975 il est écarté de l’Université en 1977. Les protestations de ses amis français, Mikel Dufrenne et Olivier Revault d'Allonnes, dans une lettre adressée au Ministère de l’Enseignement de Bucarest, restent sans résultat. Forcé de renoncer à l’activité didactique, cantonné dans la recherche, il occupe un poste de chercheur à l’Institut d’Histoire de l’Art de l’Académie des Sciences, où il va rester jusqu’en 1980.

L’exil[modifier | modifier le code]

Écœuré par les discriminations et les chicanes auxquelles il était soumis par un régime totalitaire, qui ne tolérait pas l’indépendance de la pensée et pratiquait même une xénophobie à peine voilée (l’exclusion de l’enseignement lui avait définitivement ouvert les yeux), Nicolas Tertulian choisit la voie de l’exil.

Il s’établit d’abord en 1980 à Heidelberg, où la direction du Séminaire Philosophique de l’Université lui offre un enseignement (un Lehrauftrag) pendant l’année universitaire 1980-1981, puis à Siena en Italie, où il dispense un enseignement d’esthétique à l’Université, en tant que « professore su contratto », durant l’année universitaire 1981-1982.

À Paris paraît en 1980 aux éditions Le Sycomore le livre Georg Lukács. Étapes de sa pensée esthétique, qui réunit les principaux textes de Tertulian sur le philosophe marxiste hongrois. Le livre trouve un écho favorable auprès de Hans-Georg Gadamer, le doyen d’âge de la philosophie allemande de l’époque, qui fait état dans un texte paru en 1986 dans Dilthey-Jahrbuch de son intérêt pour les pages du livre consacrées à l’influence d’Emil Lask (1885 – 1915), philosophe néokantien de l’École de Baden, sur le jeune Lukacs ainsi que sur le jeune Heidegger.

École des hautes études en sciences sociales (EHESS)[modifier | modifier le code]

En 1982 Nicolas Tertulian obtient un poste de Directeur d’études associé à l’École des hautes études en sciences sociales de Paris, où on lui confie un enseignement sur l’histoire de la pensée allemande moderne. Il publie en France et à l’étranger un grand nombre de textes sur la pensée de Lukács, dont il est considéré un des meilleurs interprètes. Il participe aussi activement au débat sur les rapports de la pensée de Heidegger avec le national-socialisme, en publiant des textes dans Les Temps modernes, La Quinzaine littéraire, ainsi que dans des recueils collectifs parus en Allemagne, en Italie et aux États-Unis. Il devient membre du comité de rédaction de la Revue d’esthétique et de la revue Actuel Marx, ainsi que du conseil de rédaction de la revue L’Homme et la Société.

En 2002, il organise à Paris un colloque international sur la pensée de Benedetto Croce, à l’occasion du 50e anniversaire de la disparition du philosophe italien, où il présente une communication sur les rapports entre Croce et Gentile. Il participe à un numéro d’hommage à Jean-Paul Sartre publié par Les Temps modernes (octobre à décembre 1990, no. 531-533) avec un texte intitulé De Heidegger à Marx et publie ultérieurement une étude sur la Critique de la raison dialectique dans un volume collectif intitulé Sartre, Althusser, Lukács (2005,PUF). Il consacre plusieurs études aux rapports entre les pensées de Heidegger et de Lukács, publie une longue étude dans la revue Archives de Philosophie sur la philosophie de Nicolai Hartmann (2003) et sur ses rapports avec la pensée de Lukács et participe activement avec plusieurs contributions au débat sur la pensée de Carl Schmitt et ses rapports avec son engagement nazi.

Invité à plusieurs reprises pour des conférences à l’Istituto Italiano per gli Studi Filosofici de Naples, il va aussi être invité pour un cycle de leçons à l’université d’Ottawa au Canada, à plusieurs universités brésiliennes (son livre sur Lukàcs paru à Paris va sortir en traduction portugaise à San Paolo (en 2010), ainsi qu’en Espagne, au Japon et en Allemagne.

Il collabore à l’Encyclopédie philosophique universelle aux Presses universitaires de France, en rédigeant une dizaine d’articles consacrés aux philosophes roumains.

Livres [4][modifier | modifier le code]

en langue roumaine[modifier | modifier le code]

  • Probleme ale literaturii de evocare istorică (1954)
  • Eugen Lovinescu sau contradicțiile estetismului (1959)
  • Eseuri (1968)
  • Critică, estetică, filozofie (1972)
  • Experiență, artă, gîndire (1977)
  • Perspective contemporane (1981)

en d’autres langues[modifier | modifier le code]

  • Georg Lukács. Étapes de sa pensée esthétique (Paris, 1980)
  • Lukács. La rinascita dell’ontologia (Rome, 1986)
  • Ontologia del ser social (Mexico, 1991)
  • Georg Lukács. Etapas de seu pensamento estetico (Sao Paulo, 2010)

Prefaces, études introductives[modifier | modifier le code]

en langue roumaine[modifier | modifier le code]

en français[modifier | modifier le code]

  • Avatars de la pensée marxiste, préface au volume de Georg Lukács, Dialectique et spontanéité, Éditions de la Passion, Paris, 2001.
  • Préface au volume Journal 1910-1911 de Georg Lukács, éditions Payot&Rivages, Paris, 2006.
  • Préface à l’Ontologie de l’être social. Le travail. La reproduction de Georg Lukács, éditions Delga, Paris, 2011.
  • Préface à l’Ontologie de l’être social. L’idéologie. L’aliénation de Georg Lukács, éditions Delga, Paris 2012.

Articles (une sélection)[modifier | modifier le code]

  • Camil Petrescu e la fenomenologia di Husserl in aut-aut, Milan, 1968, no 112.
  • L’évolution de la pensée de Georg Lukács in L’Homme et la Société, no 20, avril-mai-juin, 1971.
  • « Introduzione all’Estetica di Croce » in Rivista di Studi Crociani, Naples, 1971, dans trois numéros (avril-juin, juillet-septembre, octobre-décembre).
  • « Sur l’autonomie et l’hétéronomie de l’art » in Revue d’esthétique, no 2-3, 1976
  • Georg Lukács et la reconstruction de l’ontologie dans la philosophie contemporaine in Revue de métaphysique et de morale, no 4, octobre-décembre 1978.
  • « Réflexions sur la Dialectique négative » in L’Homme et la Société, 1981.
  • « L’Ontologie de Georg Lukács » in Bulletin de la Société française de philosophie, no 4, 1984.
  • L’esthétique de Georg Lukács, ses critiques, ses adversaires in Études Germaniques, juillet-septembre 1986
  • La pensée du dernier Lukács in Critique, numéro 517-518, mai-juillet 1989.
  • Georg Lukács, Adorno et la philosophie classique allemande in Archives de Philosophie, avril-juin 1984.
  • De Schelling à Marx. Le dernier Schelling et sa postérité in Archives de philosophie, octobre-décembre 1987.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Marian Popa, Istoria literaturii române de azi pe mâine, vol. II, p. 1062-1063, Semne, Bucarest, 2009.
  2. Jean Ancel, Le pogrom de Iași, traduit du roumain par Nicolas Véron dans L'horreur oubliée de la Shoah roumaine, Revue d'histoire de la Shoah no 199, janvier-juin 2011, p. 143-171.
  3. Marian Popa, Istoria literaturii române de azi pe mâine, vol. I, p. 976, Semne, Bucarest, 2009.
  4. http://www.sudoc.abes.fr//DB=2.1/SET=1/TTL=4/CMD?ACT=SRCHA&IKT=1016&SRT=RLV&TRM=nicolas+tertulian