Nectaire d'Autun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nectaire.

Nectaire d'Autun
Biographie
Nom de naissance Nectaire
Naissance VIe siècle
Décès [réf. nécessaire]
Autun
Évêque de l’Église catholique
Dernier titre ou fonction évêque
Évêque d'Autun
[réf. nécessaire]

Nectaire d'Autun
Image illustrative de l’article Nectaire d'Autun
Saint, évêque
Naissance VIe siècle
Décès [réf. nécessaire] 
Autun
Nationalité gallo-romain
Fête 13 septembre

Nectaire d'Autun est un gallo-romain, évêque d'Autun au VIe siècle, mort en ce lieu le [réf. nécessaire] ou 550, ensuite reconnu comme saint par l'Église catholique et l'Église orthodoxe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Évêque d'Autun de 540 à 549, Nectaire (Nectarius en latin) fut l'ami de saint Germain de Paris qu'il nomma abbé de l'abbaye de Saint-Symphorien d'Autun.

En 542, il part vénérer les reliques de saint Nazaire de Milan et, ne pouvant rapporter des reliques du saint, on lui proposa un morceau d'étoffe recouvert du sang de saint Celse et de saint Nazaire. Il emporta le tissu qui fut conservé dans un reliquaire à la cathédrale d'Autun. Au cours de ce voyage, il fait la connaissance d'Emanus, un pèlerin de Cappadoce qui, après avoir résidé sept années à Rome et en Italie, se dirigeait vers Autun attiré par une vision au tombeau de saint Symphorien d'Autun. L'évêque l'emmena avec lui et le garda plusieurs années. Emanus partit ensuite évangéliser le pays des Carnutes, puis sa vénération pour saint Symphorien le ramena à Autun. Il attira la foule par ses miracles et Nectaire lui conféra la prêtrise[1].

En 549, il participe au 5e concile d'Orléans (où l'on rédigea 80 canons)[2], en compagnie de son ami Germain de Paris qui est encore abbé de Saint-Symphorien, et de soixante et onze archevêques et évêques de France[3].

La première cathédrale d'Autun fut consacrée sous son vocable.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (la) Lecointe, Annales ecclesiastici Francorum, t.I, an 542, 545, 547.
  2. Jacques Lelong et Charles Marie Fevret de Fontenette, Bibliothèque historique de la France, contenant…, 5.vol, t.V., Paris, 1778.
  3. Gagnarre, Histoire de l'église d'Autun, P.P. de Jussieu, 1774, p. 24-25.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. Regnier, Les évêques d'Autun, 1988.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]