Rotmond

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Rotmond
Biographie
Naissance Xe siècle
Décès
Autun
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 934 ou 935
Dernier titre ou fonction Évêque

Évêque d'Autun
934 ou 935
Autres fonctions
Fonction religieuse
Évêque -Abbé

Rotmond ou Rotmundus - Romundus, est un religieux, évêque d'Autun au Xe siècle, décédé à Autun en 968.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il semble qu'il fut d'abord marié et eut plusieurs enfants. C'est une fois veuf qu'il entra dans les ordres et obtint l'évêché d'Autun en même temps qu'il devint comme son prédécesseur Abbé de l'Abbaye Saint-Pierre de Flavigny-sur-Ozerain et ne manqua pas de s'en approprier les revenus, alors que ceux-ci étaient destinés pour la nourriture des chanoines de la cathédrale Saint-Nazaire d'Autun. Il fut consacré en 935[1].

La même année, à la prière du comte Giflebert et de Gilbolde son élève, qu'il eut la satisfaction de voir sur le siège d'Orléans, il ratifia l'abandon qui avait été fait à Ingeramme et à sa femme d'une portion des biens situés à Bouilland au comté de Beaune, pendant leur vie seulement, à la charge de rendre chaque année 2 sols de deniers pour servir à la nourriture des chanoines.

Rotmond, donna à l'Abbaye de Cluny, Bernard étant doyen de l'église, la Terre de Blanzy, en 938.

En 944, il bénit Aimard, abbé de l'Abbaye de Blanzy en 944. Il participa au Concile de Tournus en 948 tenu en faveur de cette abbaye par l'archevêque de Lyon, Besançon et les évêques d'Autun, Châlons, Lausanne, Mâcon, Grenoble et grand nombre d'abbés, clercs et moines[2].

Il ne géra pas cet ensemble ecclésiastique en bon père de famille car il détruisit la petite Abbaye de Couches qui était dans la dépendance de celle de Flavigny et finira par devenir un prieuré.

Il distribua à ses enfants les châteaux qu'il avait fait bâtir. Isoard avait accaparé en Provence des biens que possédait l'Abbaye Saint-Symphorien d'Autun.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Ph. Gagnare, Histoire de l'église d'Autun, chez P.P. Dujussieu, Autun & Beaune, 1774. p. 86-88.
  • Jacques Longueval, Histoire de l'église gallicane dédiée... depuis 848 à 987, Nîmes, éd Libraires Gaude, Père, fils & Cie, Toulouse chez Etienne Sens, libraire, 1782, t.VIe., p.461-463.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Procès-verbal de visite de la terre de Tillenay, faite par le Doyen et les principaux chanoines de la cathédrale Saint-Nazaire d'Autun, laquelle contient une déclaration des fonds et revenus de cette seigneurie. Il est dit qu'il y fut procédé la seconde année du règne de Louis d'Outremer et la troisième de l'ordination de Rotmond, l'an 937.
  2. P. Labbé, Sacros concil, t.IX., p. 617.