Myriam Revault d'Allonnes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Myriam Revault d'Allonnes est une philosophe française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Myriam Revault d’Allonnes est une philosophe française, professeur émérite des universités à l’École pratique des hautes études (EPHE). Elle est également chercheur associé au CEVIPOF (Centre de recherches politiques de Sciences Po). Elle a enseigné à l’École doctorale de Sciences Po Paris (Théorie politique) et a été directrice de programme au Collège international de philosophie de 1986 à 1992. Elle a dirigé de 2006 à 2013 la collection de philosophie pour enfants « Chouette ! Penser » aux éditions Gallimard-jeunesse. Elle collabore régulièrement à la revue Esprit.

Elle a été membre de la commission du Livre blanc sur la politique étrangère et européenne de la France (2008) et du Jury de la Conférence de consensus sur la prévention de la récidive (2012).

Elle préside depuis 2015 la commission philosophie-psychanalyse-sciences religieuses du Centre national des lettres (CNL).

Elle est la mère du journaliste David Revault d’Allonnes.

Thèmes de recherche[modifier | modifier le code]

Spécialiste de philosophie éthique et politique, ses recherches ont d’abord porté sur la Terreur de la Révolution française, sur le « mal du politique » et le « caractère intraitable » des passions dont est faite l’assise originaire du lien social. Elle s’est interrogée sur la notion de « banalité du mal » et sur la question du « sens de l’humain » entendu comme capacité d’échanger des expériences, capacité dont l’expérience concentrationnaire nous a notamment donné à voir la défection la plus radicale. Travaillant autour de la pensée de Hannah Arendt, elle a également poursuivi, sur la question du politique, des recherches proches, dans leur inspiration et leur perspective, de celles de Merleau-Ponty, de Claude Lefort, de Paul Ricœur et de Cornelius Castoriadis. Abordant ainsi des problèmes liés aux perspectives actuelles, elle a analysé les remaniements conceptuels (notamment autour de la question de la temporalité) auxquels doivent être soumises les expériences contemporaines, d’où ses récents travaux sur les notions d’« autorité », de « crise » et de « représentation ». Sa réflexion sur la démocratie accorde une place décisive aux affects politiques et aux dispositions subjectives que les individus entretiennent à l’égard du mode d’existence démocratique.

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • D’une mort à l’autre. Précipices de la révolution, Seuil, 1989.
  • La persévérance des égarés, Christian Bourgois, 1991.
  • Ce que l’homme fait à l’homme. Essai sur le mal politique, Seuil, 1995 (Champs-Flammarion, 1999 et 2010).
  • Le dépérissement de la politique. Généalogie d’un lieu commun, Aubier-Flammarion, 1999 (Champs-Flammarion 2001).
  • Merleau-Ponty. La chair du politique, Michalon, 2001.
  • Fragile humanité, Aubier-Flammarion, 2002.
  • Doit-on moraliser la politique ?, Bayard, “ Le temps d’une question ”, 2002.
  • Pourquoi les hommes font-ils la guerre ?, Gallimard-Jeunesse, 2006.
  • Le pouvoir des commencements. Essai sur l’autorité, Seuil, 2006 (« Points Essais » 2012).
  • L’homme compassionnel, Seuil, 2008.
  • Pourquoi nous n’aimons pas la démocratie, Seuil, 2010.
  • La crise sans fin. Essai sur l’expérience moderne du temps, Seuil, 2012 (« Points Essais », 2016).
  • Raconter des histoires, raconter l’histoire, Gallimard-Jeunesse, « Chouette ! Penser », 2013.
  • L’obstination (avec Adèle Van Reeth), Plon, 2014.
  • Le miroir et la scène. Ce que peut la représentation politique, Seuil, 2016.

Direction d'ouvrages[modifier | modifier le code]

Traductions[modifier | modifier le code]

  • Juger. Sur la philosophie politique de Kant. Traduction annotée, suivie d’un essai interprétatif « Le courage de juger », des Lectures on Kant’s Political Philosophy de Hannah Arendt, Seuil, Paris, 1991 (Points-essais 2003).
  • L’idéologie et l’utopie (avec Joël Roman) ; Traduction, précédée d’un avant-propos, de l’édition française des Lectures on Ideology and Utopia de Paul Ricœur, Seuil, 1997 (Points-essais 2005).

Participation à des ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

  • Voir ensemble, autour de Jean-Toussaint Desanti (dir. Marie-José Mondzain), Gallimard, 2003.
  • L’interminable écriture de l’extermination (dir. Alain Finkielkraut), Stock, 2010.
  • La vie privée des convictions, Politique, affectivité, intimité (dir. Anne Muxel), Les Presses de Sciences Po, 2012.
  • Temps et politique. Les recompositions de l’identité (dir. Anne Muxel), Les Presses de Sciences Po, 2015.
  • Mensonges et vérités (dir. Michel Wieviorka), Les entretiens d’Auxerre, Ed. Sciences humaines, 2016.

Sélection d'articles[modifier | modifier le code]

  • « La nuit de la guerre », in Bloc Notes de la psychanalyse, no 18, 2003.
  • « Sommes-nous vraiment déthéologisés ? Carl Schmitt, Hans Blumenberg et la sécularisation des temps modernes », Les Études philosophiques, janvier 2004.
  • « Pulsions de mort et intraitable socialité » in La pulsion de mort, dir. Michel Plon et Henri Rey-Flaud, Eres, 2004.
  • « De l’autorité à l’institution : la durée publique », Esprit, août-septembre 2004.
  • « Le temps et l’autorité. A propos de Kojève », Esprit, mars-avril 2005.
  • « Cet Eros par quoi nous sommes dans l’être », Esprit, La pensée Ricœur, mars-avril 2006.
  • « Le zèle compassionnel de Nicolas Sarkozy », Esprit, Qu’est-ce que le sarkozysme ? novembre 2007.
  • « L‘impensable banalité du mal », Cités, no 36, novembre 2008.
  • « Qu’est-ce qu’une philosophie de l’actualité ? », Esprit, Refaire les Lumières, août-septembre 2009.
  • « La vie refigurée, autour des Disparus de Daniel Mendelssohn », Esprit, Les guerres du XXe siècle, janvier 2011.
  • « Hannah Arendt, penseur de la crise », Études, septembre 2011
  • « La vie refigurée : les implications éthiques du récit », Archives de philosophie, octobre-décembre 2011.
  • « De l’utilité de la tragédie pour la vie », Esprit, Paul Ricœur, la pensée sans nostalgie, novembre 2013.
  • « Les paradoxes de la représentation politique », Études, décembre 2013.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]