Mustafa Chokay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mustafa Chokay
Mustafa Shokay in youth (cropped).jpg
Fonction
Député de l'Assemblée constituante russe de 1918
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 51 ans)
BerlinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Faculté de droit de l'université d'État de Saint-Pétersbourg (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Homme politique, journaliste d'opinionVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Parti politique
Alash Party (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Mustafa Chokay (Shokay, Chokay-ogly, Tchokayev; langue kazakhe: Мұстафа Шоқай (-ұлы); langue russe: Мустафа Шока́й, Мустафа Чока́ев); né le à Akmechit (aujourd'hui Kyzyl-Orda, Kazakhstan) - décédé le à Berlin, le Troisième Reich) - était un activiste politique et social kazakh, publiciste, penseur, homme de science et homme d'État, idéologue du lutte pour la liberté et l'indépendance du Turkestan Commun.

Au début de sa vie[modifier | modifier le code]

Mustafa Chokay est né dans une famille aristocratique. Pendant cette période, le statut de famille était évalué en fonction du nombre de bovins et la famille de Mustafa était riche dans leur village. Le grand-père paternel de Mustafa était le Datkha, ce signifie en persan «un souhait, une demande, la justice». Datkha était égal à un sultan et avait un titre plus élevé que bey. Le grand-père de Mustafa élisait le Premier ministre - Datkha du khan de Khiva. Datkha ne pouvait se soumettre qu'au Khan et l'aider à gérer le khanat. La mère de Mustafa était Bakty, elle était intellectuelle et descendait du célèbre Batu Khan. Bakty était bien éduqué et possédait l'arabe et le persan. Mustafa Chokay est né le à Akmechit (aujourd'hui Kyzyl-Orda) au Kazakhstan. Il venait du Juz moyenne (horde) de la tribu des Kypchak, du clan Torgai, du poplité shashty, du genou Boshay et du poplité Zhanay. Avant la révolution d'octobre 1917, la famille de Chokay et une trentaine de ses proches vivaient dans un village situé à 5 kilomètres de la gare de Sulu-Tube. Ils vivaient dans de belles yourtes (maisons de nomades). Le père de Mustafa avait 2 femmes et la mère de Mustafa était sa deuxième femme. Il avait 2 sœurs et 3 frères. Mustafa était le dernier de leur famille et il y avait 15 ans de différence d'âge entre lui et ses frères Sadyk. Un autre frère s'appelait Nurtaza. D'après Mustafa lui-même, sa mère lui a appris à lire et écrire de l'enfance. À l'âge de 5 ans, il a appris à jouer de la dombra. Dès son enfance, il était doué en musique. Dès son plus jeune âge, Mustafa était très instruit. Dans leur village, il y avait un mollah qui savait lire le Coran. Mustafa se distinguait par le fait qu'il avait une mémoire parfaite et qu'il connaissait toutes les sourates du Coran par cœur. Quand il avait 7 ans, son père l'a emmené à Akmechit. Mustafa devait aller à l'école, à Akmechit, où il étudierait en russe. On craignait qu'il oublierait les Kazakhs et deviendrait russe pour toujours. De plus, le mollah a ajouté que les Russes lui feront porter la croix. Mustafa avait vraiment peur, il ne voulait pas y aller, mais son père l'a calmé et l'a convaincu. Mustafa a commencé ses études à l'école russe, mais il est tombé très malade et a quitté ses études. En 1902, il était admis au gymnase de Tachkent et en 1910, où il a obtenu la médaille d'or de l'école après ses études. Le général Samsonov (Alexander Samsonov (1859-1914), commandant de l'armée russe pendant la Première Guerre mondiale) était opposé à l'or de Mustafa et insistait pour qu'un autre étudiant le gagne. L'or avait été remis à Zeprometov, il était russe. Le directeur du gymnase de Tachkent n'était pas d'accord et Zeprometov a également déclaré que Chokay devrait remporter la médaille d'or. C'était le grand événement de 1910. Les intentions de Samsonov ont provoqué l'indignation non seulement parmi la jeunesse locale, mais également parmi les Russes. Tous les professeurs et intellectuels russes étaient prêts à faire la grève . Cette grève a été provoquée par l'administration, montrant le traitement injuste infligé à l'étudiant en faveur des fonctionnaires. Samsonov, qui tentait de mettre fin au scandale, a proposé Mustafa comme interprète au sein de son administration, mais Chokay a refusé et est allé à Saint-Pétersbourg, où il a entré à la faculté de droit de l'université (1910-1917). En 1912, le père de Mustafa est mort et les habitants du village lui ont démandé de rentre chez lui pour un moment à la demande d'un collègue pour remplacer le poste de son père, un juge. De plus, à cause de la mort de son père, Mustafa a interrompu son éducation pour un temps. Ensuite, dans le cadre de la réforme agraire de Piotr Stolypine au Kazakhstan, des paysans russes sont devenus massivement réinstallés, la terre est devenue un facteur d'un litige frontalier[1].

Activités à Saint-Pétersbourg[modifier | modifier le code]

Au cours de ses études à Saint-Pétersbourg, Mustafa a tenté de protéger non seulement les intérêts de ses compatriotes, mais également la nation kazakhe entière. Cependant, le , le tsar Nikolai II a émit un décret privant les peuples autochtones de Sibérie et d'Asie centrale de leurs droits électoraux. Ils ont perdu leur chemin avec peu de représentation à la Douma d'État de Russie. Mais les politiciens et les intellectuels kazakhs ont continué à se battre pour les intérêts du peuple. Travaillant à la Douma, Chokay a rencontré politiques musulmans de Russie et est devenu ami avec Ahmad Zaki Validi, futur président de l'Autonomie bachkire.

Au milieu du lourd de la Première Guerre mondiale, le , le tsar Nicolas II a publié un décret "sur la réquisition des étrangers", attirant la population autochtone du Turkestan et de la région des steppes de 19 à 43 ans pour la logistique militaire - creuser tranchées, malgré le fait que les musulmans ont été exemptés du service militaire en raison de la privation des droits électoraux. Le décret a été adopté à l’époque du Ramadan et au plus fort du travail agricole qui ont scandalisé la nation tout entière. Puis un puissant soulèvement a été lancé au Turkestan et dans la région des steppes. Dans les steppes du Kazakhstan, Amangeldy Imanov était à la tête de la rébellion. À la Douma d'État, des manifestations ont eu lieu. Mustafa Chokay est entré dans sa commission comme un secrétaire et traducteur de la faction musulmane. Les représentations ultérieures de Kerensky à la Douma avec l'analyse du soulèvement du Turkestan contre les politiques du gouvernement impérial lui ont apporté une énorme popularité dans toute la Russie. À son retour à Pétrograd, Mustafa Chokay a préparé du matériel pour ses représentations à la Douma d'État de sa faction. Cependant la Douma d'État a été dissoute par le tsar Nicolas II, puis il l'a lui-même abdiqué[2].

Caractère de Mustafa Chokay[modifier | modifier le code]

Durant sa vie étudiante, en fait, toute sa vie, Mustafa n’était membre d’aucun parti politique. Il était un démocrate au grand cœur sans le moindre signe de socialisme, qui aimait sa patrie et sa nation. Mustafa ne s'est jamais épargné au nom de l'avenir de son peuple. Mustafa appartenait aux politiciens qui étaient pour la paix. Le personnage de Mustafa était doux et facilement vulnérable. Il savait que pour travailler à la Douma, il devait être une personne forte. Il ne s'est jamais fatigué d'étudier et réparer ses erreurs. Mustafa Chokay admirait et valorisait Mustafa Kemal. Chokay considérait que le Turkestan avait besoin d'un réformateur politique comme lui. Bien que Mustafa Chokay n'ait eu aucune émotion hostile envers les bigots ou les représentants d'autres nations. Il aimait discuter ou disputer avec une personne qui a une opinion politique différente. Dans les disputes, il était calme et respectait toujours le point de vue de son adversaire. La grande erreur de Mustafa dans toute sa vie a été de faire confiance aux autres, ce qui lui a créé beaucoup de problèmes. Il a toujours pris des actes inhumains à son cœur. Il a été capable de trouver le cœur au cœur des gens grâce à son honnêteté et à son empathie envers les autres. Parfois, il se tenait vraiment debout, défendant sa position, mais dans tous les cas, ne nuisait pas à la sensation de son adversaire. Mustafa était l'ennemi de l' esprit étroit nationalisme. Il a défendu son intérêt pour la position de l'union populaire du Turkestan. Cependant, le nationaliste russe a reconnu la position de Mustafa, mais il n'a pas voulu considérer avec intérêt la nation du Turkestan, y compris avec les nations non russes. Ces principes de la démocratie russe ont profondément blessé le sentiment de Mustafa Chokay. C'est pour cette raison qu'il a rompu ses bonnes relations avec la presse périodique russe en 1923 (mass-media)[1].

Les premiers pas politiques[modifier | modifier le code]

En 1914, la Première Guerre mondiale a commencé et Mustafa en tant qu'étudiant est devenu membre de la Douma d'État en tant que secrétaire. Mustafa présentait la fraction musulmane sur la recommandation d'Alikhan Bukeikhanov. Jusqu'en 1917, avant la révolution d'octobre, Mustafa était membre de la Douma d'État et avait rejoint la vie politique des peuples turco-tatares . Les activités politiques officielles ont commencé en 1917 lorsque Mustafa Chokay a été délégué au congrès des musulmans à Moscou. Ce grand congrès de Turkestan a été organisé par ses initiatives. Mustafa était membre du comité du Turkestan du gouvernement provisoire et après il a été élu président du comité national du Turkestan.

Le , le projet de création d’autonomie est soumis. Lors du 4e Congrès au Turkestan, l'autonomie du Turkestan, connue sous le nom d'autonomie de Kokand. Après le renversement du gouvernement provisoire russe déclaré à Pétrograd lors du soulèvement armé du , les bolcheviks ont pris des mesures populaires en faveur du peuple lors de l'élection de l'Assemblée constituante russe de la Russie. Mais lors des élections du , les bolcheviks n'ont reçu que 23,9% des voix contre 40,4% pour les socialistes-révolutionnaires de droite.

Dans de telles circonstances, le gouvernement Kokand a annoncé son intention de créer, le , son parlement au suffrage universel direct, égal et secret. Les deux tiers des sièges au Parlement étaient des députés musulmans et un tiers - des représentants de non-musulmans. L'existence d'un tel parlement devait constituer le premier pas vers la démocratisation du Turkestan. Fedor Kolesov, président des commissaires du peuple de la République du Turkestan, a déclaré: "Nous ne pouvons pas permettre aux Musulmans de s'adresser aux autorités suprêmes, car la position de la population locale à notre encontre n'est pas définie et, en outre, ils n'ont pas d'organisation prolétarienne" [3]

Mais le , les bolcheviks ont envoyé des troupes à Kokand. Le courant était égal et Kokand était complètement détruit, les troupes étaient armées de mitraillettes et de canons, qui n'étaient pas à Kokand, dans le Turkestan. M. Chokay est passé par Fergana à Tachkent. Une prime de 1 000 roubles a été placée sur sa tête. À cette époque, Mustafa Chokay était le plus jeune homme politique à plaider en faveur de l’autonomie du Turkestan, mais il était opposé au séparatisme. Lorsqu'il se cachait, Mustafa a rencontré sa vieille amie Maria Gorina, avec laquelle il s'est marié en . Après cet événement, M. Chokay a déclaré: «Nous avons appelé le pouvoir soviétique alors établi à Tachkent «l'ennemi de notre peuple». Je n'ai pas changé d'avis à ce sujet au cours des dix dernières années." [3] Au cours des années suivantes, Chokay a écrit et publié un livre intitulé «Le Turkestan sous l'Union soviétique (sur les caractéristiques de la dictature du prolétariat)».

Émigration[modifier | modifier le code]

En parcourant la steppe kazakh et la mer Caspienne, Mustafa Chokay parvient à se rendre en toute sécurité à Bakou, en Azerbaïdjan, puis à Tbilissi, en Géorgie, où il a vécu avec son épouse deux ans, du printemps 1919 à . Chokay s'est déplacé en Turquie, parce que l'Armée rouge dirigée par Ordzhonikidze avait vaincu l'armée volontaire du général Denikin, capturé le Caucase du Nord, puis l'Azerbaïdjan, l'Arménie et que le s'était rendu à Tiflis. La République démocratique de Transcaucasie a été renversée par l'Union soviétique[4]. Après les événements en Transcaucasie, M. Chokay et sa femme Maria Chokay ont émigré à Istanbul, en Turquie. Chokay à Istanbul a écrit des articles en anglais pour «The Times» et pour des publications telles que «Şafak», ainsi que pour «Yeni Dünya» - «New World». Puis il a découvert qu'Alexandre Kerensky, qui avait également émigré à Paris de la Russie. Kerensky a aidé Chokay à obtenir un visa français et à l'été 1921, Mustafa et Maria ont déménagé à Paris. Il écrivait des articles pour le journal de Kerensky «Days» et le «Last News» de Milyukova. En 1923, Mustafa et Maria Chokay s'est installés à Nogent-Sur-Marne pour parler devant le public européen avec le discours "La politique de la Russie et le mouvement national du Turkestan". La période de l'exil a été la période la plus sombre pour Mr. et Mme. Chokay. Mustafa Chokay essayait d'écrire des livres, des journaux, des magazines; a tenu une réunion avec son discours pour que le monde entier se soumette et entende parler des problèmes du Turkestan et de l'Asie centrale. Ces éditions ont été publiées à Istanbul, Paris, Berlin, Londres, Varsovie, il a publié des articles sur l’Asie centrale, des études théoriques, des analyses historiques et politiques. Mustafa Chokay a créé un journal à Istanbul: "Nouveau Turkestan" en 1927 qui a existé jusqu'en 1931. En 1929 à Berlin, il s'installe l'édition du magazine "Yash (Young) Turkestan" et en devient le rédacteur en chef. Le magazine a duré jusqu'au début de la Seconde Guerre mondiale en 1939, a été publié 117 éditions. Mustafa Chokay parlait des langues étrangères telles que l'anglais, le français, le russe, l'allemand, le turc et l'arabe.

Collaboration infructueuse avec les nazis au nom du Turkestan[modifier | modifier le code]

Le jour de l'attaque du à Paris, les nazis ont arrêté tous les émigrants russes connus et les emprisonné au château de Compiègne (château de Compiègne), parmi eux M. Chokay.

Trois semaines plus tard, il a été emmené à Berlin et 2 semaines après il a eu une proposition à diriger la Légion de L'est, qui devait recruter des prisonniers militaires soviétiques d'ascendance turkmène détenus dans des camps de concentration allemands. Les Allemands comptaient sur l'autorité de Mustafa Chokay, mais la Légion avait été partiellement reconstituée par des troupes allemandes d'élite ayant déjà combattu contre des troupes soviétiques sur le front oriental, tandis que Chokay était tenu de familiariser les Turkmènes avec la situation de leurs compatriotes dans les camps. Il a été choqué par les conditions inhumaines d’asiatiques retenus derrière des barbelés.

Détaillant le parcours de la vie de Mustafa, il a envisagé la possibilité de créer une union des États musulmans d'Allemagne. Pour atteindre cet objectif, il serait nécessaire d'organiser les prisonniers de guerre musulmans - soviétiques - en particulier l'armée. Et les objectifs acquis devraient renverser les gouvernements soviétiques du Kazakhstan et de l’Asie centrale. Mustafa Chokay a déclaré qu'il était prêt à consentir à être à la tête de ce noble mouvement. Cette collaboration a été portée à la connaissance du chef du parti national-socialiste impérial en matière d’idéologie et de politique étrangère, le ministre des "Territoires de l’Est", le général SS Alfred Rosenberg .

Mustafa Chokay voulait donner un peu de répit et saisissait l'occasion de sauver la vie des prisonniers, a-t-il compromis avec les autorités allemandes.

Il a posé ses conditions:

  1. Créer du personnel pour l'avenir des écoles publiques du Turkestan en Allemagne;
  2. Créer des forces militaires à partir de prisonniers de suite, qui ne seront utilisées que lorsque l'approche des frontières du Turkestan.

Mustafa Chokay souhaitait tirer parti de la collaboration avec les nazis. Malheureusement, Adolf Hitler a décliné toutes les requêtes, car Hitler considérait la Légion du Turkestan comme une "chair à canon". Par la suite, M. Chokay a écrit une lettre au ministère des Affaires étrangères, Gruppenführer Joachim von Ribbentrop : "En voyant les représentants de la nation qui a élévé des telles génies comme Goethe, Feuerbach, Bach, Beethoven, Schoppenhauer, traitent les prisonniers de guerre... Je ne peux pas accepter l'offre de diriger la... Légion du Turkestan et refusent toute coopération ultérieure. Toutes les conséquences de ma décision, je m'en rends compte.» [3] Adolf Hitler s'est rendu compte que sa tentative de manipulation de Mustafa Chokay allait échouer; la direction allemande a décidé de le renvoyer. Le , Hitler a signé un décret pour la création de Turkestan et d'autres légions nationales. À cette époque, Mustafa était à l'hôpital "Victoria" à Berlin. Le , il est mort. Le rapport officiel a déclaré qu'il "était mort d'une intoxication par le sang en raison d'une épidémie émergente de typhus" [1] Il avait été infecté lors d'une visite dans des camps de concentration. Mais les mêmes symptômes pourraient être un empoisonnement. De plus, dans les mémoires de son épouse Maria Gorina-Chokay, elle a souligné que Mustafa était atteint du typhus au Turkestan et qu'il était censé être immunisé. Mustafa Chokay a été enterré dans le cimetière musulman turc à Berlin. Sur la pierre tombale située juste en dessous de la date, à la demande de son épouse, M. Chokay, Maria Jakovlevna, figurent trois lettres en latin et quatre chiffres: JOH.15.13. Ils renvoient au treizième verset du quinzième chapitre de l'Évangile de Jean : "Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis"

L’armée de la Légion turkmène a par la suite été accordée à Veli Kayum, loyaliste nazi, une coopérative de longue date du mouvement conspirateur allemand Prométhée. Il a reçu le titre honorifique de Khan après n'avoir eu aucun problème à adopter la vision nazie consistant à construire une armée turco-musulmane capable de combattre les Soviétiques.

Œuvres choisies[modifier | modifier le code]

  • Mustafa Chokay. «Chez les Soviets en Asie Centrale», Paris, 1928.
  • Mustafa Chokay. «Le mouvement basmati au Turkestan», «La revue asiatique», vol. XXIV, 1928.
  • Mustafa Chokay-ogly: «Туркестан под властью советов» (Turkestan sous l'Union sovietique), Paris, 1935.
  • Mustafa Chokay. «Избранное» (в 2-х томах), Алматы, Кайнар, 1998.
  • Mustafa Chokay. «Révolution à Turkestan, l'ère de février» 2001.
  • Mustafa Chokay. «Nouveau Turkestan», Istanbul, 1927.
  • Mustafa Chokay "Yash (Young) Turkestan", Berlin, 1929 est publié 117 éditions.

Mustafa Chokay possédait parfaitement des langues étrangères telles que l'anglais, le français, le russe, l'allemand, le turc et l'arabe.

Mémoire[modifier | modifier le code]

  • 2000 - Au Kazakhstan, un livre documentaire a été publié par Amirhana Bakirova dans le cadre de l'opération "France", "Kyzyl-Orda, 2000"[5].
  • 2001 - Le Kazakhstan a traduit et publié les mémoires de Maria Chokay: "Je vous écris de Nozhan" (Mémoires, Lettres, Documents, 1958), Almaty, "Kynar" [6]
  • 2001 - À Nogent-sur-Marne, dans le parc de la maison numéro 7 de La Fontaine, où il vécut 18 ans, Mustafa Chokay, monument-stèle [7]
  • 2003 - Au "Kazakhfilm" est venu quai. Film "Zar, ou excommunication de la mère patrie" (dir. - Makhmetova C. et O. Rymzhanov, le scénario B. Sadykova)[8].
  • 2006 - Il y a des rues à Kyzylorda et Almaty qui ont été nommée d'après lui
  • 2007 - Le magazine "Continent" (Almaty) a publié un article de B. Sadykova "À la mémoire du Turkestan Jadid (Mustafa Chokai)" [9]
  • 2008 - Plaque commémorative à la mémoire de Chokay dans la banlieue parisienne de Nogent-sur-Marne [10]
  • 2008 - Je suis allé au film "Mustafa Chokai", dir. S. Narymbetov, "Kazakhfilm" dans Sec. Avec Aziz Beyshenaliev et Karina Abdullina [11]
  • 2011 - Je suis allé au document. film "Дорогами Мустафы Шокая" (réalisé par K. Begmanov) [12]
  1. a b et c Воспоминания Марии Чокай "Я пишу Вам из Ножана" Almaty, Kaynar 2001, Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : le nom « Almaty » est défini plusieurs fois avec des contenus différents.
  2. Среднеазиатское восстание в России 1916-1917, Сергей Пискунов, 2001, hrono.ru
  3. a b et c Мустафа Чокой-Оглы "Туркестан под властью советов". Алма-Ата "Айкап" 1993. (ISBN 5-7667-0357-0)
  4. Бахыт Садыкова "Мустафа Чокой в эмиграции" (ISBN 978-601-293-486-1)
  5. Республиканская Газета Караван, Французский Шокай, №23 / 07 июня 2013 г. http://www.caravan.kz/article/91
  6. (Шокай, 2001) http://www.turan.info/forum/showthread.php?t=395
  7. Казахстанская Правда,В честь Мустафы Шокая « Archived copy » [archive du ] (consulté le 12 juin 2013)
  8. Журнал "Тамыр". "Когда мы станем Родиной?" http://www.tamyr.org/когда-мы-станем-родиной.html
  9. Туркестанские джадиды http://www.continent.kz/library/mustafa_chokay/predisl.html
  10. В пригороде Парижа открыта мемориальная доска Мустафы Шокая: Ваши новости на newzzz.kz http://www.newzzz.kz/story/v_prigorode_parizha_otkrita_memorialnaia_doska_mustaphi_shokaia.html
  11. Казахстан: Фильм о Мустафе Шокае необходим не только современному Казахстану, но и всему центральноазиатскому региону http://www.fergananews.com/article.php?id=5617
  12. Дорогами Мустафы Шокая http://yk.kz/news/show/11007?print