Bibliothèque universitaire des langues et civilisations

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bibliothèque universitaire des langues et civilisations
Image illustrative de l'article Bibliothèque universitaire des langues et civilisations
Entrée de la BULAC et de l'Inalco
Présentation
Coordonnées 48° 49′ 37″ nord, 2° 22′ 32″ est
Pays Drapeau de la France France
Ville Paris
Adresse 65, rue des Grands Moulins
75013 Paris
Informations
Conservateur Marie-Lise Tsagouria
Site web https://www.bulac.fr
Collections 1,5 millions de documents dans près de 350 langues

La Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC) est une bibliothèque universitaire qui a ouvert ses portes le 12 décembre 2011 et constitue, avec l'Institut national des langues et civilisations orientales, le Pôle des langues et civilisations, situé, au sein de la ZAC Tolbiac Paris Rive Gauche, au 65, rue des Grands-Moulins, dans le quartier de la Gare du 13e arrondissement de Paris. Elle est spécialisée notamment dans des langues qui s'écrivent en caractères non-latins, correspondant à des domaines d'enseignement et de recherche de l'INALCO.

Locaux[modifier | modifier le code]

Le bâtiment dont la construction a débuté à l'été 2008, est l'œuvre de l'architecte Yves Lion[1]. Constitué de cinq niveaux sur 15 000 m2, il propose 910 places de lecture[2].

La construction est placée sous la responsabilité de la région Île-de-France, qui assure également les deux tiers du financement, estimé à 80 millions d'euros, le reste étant apporté par l'État.

Le coût de fonctionnement de la structure est estimé à 2,5 M € annuels.

Statut[modifier | modifier le code]

La BULAC est juridiquement un groupement d'intérêt public constitué entre les institutions suivantes :

La BULAC est administrée par une assemblée générale comprenant un représentant pour chacun des partenaires, sauf le ministère qui a quatre représentants (deux au titre de l'enseignement supérieur, deux au titre de la recherche)[3]. Un conseil scientifique composé d'enseignants et de chercheurs français et étrangers définit les politiques générales en matière de politique documentaire et de recherche[4].

Direction

La direction de la BULAC comprend un directeur, un directeur-adjoint et un directeur scientifique[5].

Collections[modifier | modifier le code]

Les collections de la bibliothèque compte dans ses collections 1,5 million de volumes qui couvrent près de 350 langues en 80 alphabets[6].

Bibliothèques rattachées[modifier | modifier le code]

Vocabulaire malgache (1773) (Collection BULAC).

La BULAC regroupe les fonds, autrefois dispersés, de près de vingt bibliothèques spécialisées, dont la principale est la Bibliothèque interuniversitaire des langues orientales (naguère bibliothèque de l'École des langues orientales), elle-même répartie jusqu'à l'été 2011 sur quatre sites, comme l'INALCO.

Les autres bibliothèques destinées à rejoindre la BULAC sont :

Documents[modifier | modifier le code]

Un fort accent a été mis sur les collections de libre accès, avec à terme 225 000 documents (livres et périodiques)[7], en français, en anglais et surtout dans les langues spécialités de la bibliothèque.

Le catalogue de la BULAC[modifier | modifier le code]

Le catalogue en ligne de la BULAC, réalisé avec Koha, recense tous les ouvrages de la bibliothèque, à l’exception d’une partie des ouvrages en caractères non latins acquis avant 2000. Les documents en langues à écriture non latine peuvent être décrits :

  • en caractères originaux, en respectant la graphie de la langue et le sens de l’écriture.
  • en translittération ou transcription des écritures non latines : chaque caractère arabe, chinois, grec, thaï,… est transcrit par un caractère latin, accentué si nécessaire (translittération), ou par sa transposition phonétique (transcription).

En 2019, le catalogue a été enrichi d’un outil de découverte[8] (EDS d’EBSCO) afin d’offrir un accès aux ressources en ligne (articles revues et ebooks, etc.) et aux collections patrimoniales numérisées grâce à un même champ de recherche.

La BiNA : Collections patrimoniales numérisées[modifier | modifier le code]

La BiNA (Bibliothèque Numérique Aréale), réalisée avec Oméka, donne accès à l’ensemble des documents libres de droits et numérisés par la BULAC : fonds patrimoniaux en provenance du monde entier choisis parmi les plus précieux de la bibliothèque : imprimés anciens, manuscrits, estampes, périodiques.... Tous les documents sont librement consultables ou téléchargeables depuis le site.

Les documents numérisés sont organisés en dix collections, en fonction de leur origine géographique et/ou de leur langue :

  • Asie
  • Domaine turcique
  • Moyen-Orient, Maghreb, Asie centrale
  • Domaine persan
  • Domaine arabe
  • Manuscrits naxi
  • Domaine chinois
  • Manuscrits turcs ottomans
  • Manuscrits persans
  • Manuscrits arabes

Le Carreau de la BULAC[modifier | modifier le code]

La BULAC anime un carnet de recherche sur la plate-forme de blogs Hypothèses.org[9]. Ce carnet, le Carreau de la BULAC, propose aux étudiants et chercheurs travaillant sur les langues et civilisations non occidentales, des informations et actualités sur les collections de la BULAC et sur les recherches aréales[10].

La Croisée de la BULAC[modifier | modifier le code]

Ce site de veille recense les dernières publications d’une sélection de carnets de veille s’intéressant à l’Afrique, aux cultures amérindiennes, à l’Asie, à l’Europe médiane et orientale, au Moyen-Orient et Mondes musulmans et à l’Océanie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]