Muscle grand psoas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Muscle grand psoas
Image dans Infobox.
Nerf
Rameau antérieur du premier nerf lombaire (d), rameau antérieur du deuxième nerf lombaire (d), rameau antérieur du troisième nerf lombaire (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Actions
Flexion de l'articulation de la hanche (d), rotation interne de l'articulation de la hanche (d), flexion du torse (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Antagoniste
Identifiants
Nom latin
M. psoas majorVoir et modifier les données sur Wikidata
TA98
A04.7.02.004Voir et modifier les données sur Wikidata
TA2
2595Voir et modifier les données sur Wikidata
FMA
18060Voir et modifier les données sur Wikidata

Le muscle grand psoas est un long muscle fusiforme situé dans la région lombaire latérale entre la colonne vertébrale et le bord du petit bassin. Il rejoint le muscle iliaque pour former le muscle ilio-psoas.

Chez les animaux, ce muscle équivaut au filet mignon.

Description[modifier | modifier le code]

Le grand psoas est divisé en deux parties :

  • une partie superficielle
  • une partie profonde.

La partie profonde provient des apophyses transverses des vertèbres lombaires L1–L5.

La partie superficielle prend naissance sur les surfaces latérales de la dernière vertèbre thoracique, des vertèbres lombaires L1–L4 et des disques intervertébraux voisins.

Le plexus lombaire se situe entre ces deux couches[1].

Il se termine avec un tendon commun avec le muscle iliaque sur le petit trochanter.

Rapport[modifier | modifier le code]

Le nerf génito-fémoral se forme dans la section médiane du muscle grand psoas par l'union des branches antérieures des racines nerveuses L1 et L2. Le nerf chemine ensuite vers le bas dans le muscle grand psoas et finalement "perce" le muscle et émerge distalement sur la surface antérieure du psoas. Le nerf traverse ensuite le rétropéritoine, descendant sur la face antérieure du muscle grand psoas[2].

Innervation[modifier | modifier le code]

L'innervation du muscle grand psoas se fait par les branches antérieures des nerfs L1 à L3 et des branches du nerf fémoral[3].

Variation[modifier | modifier le code]

Le muscle grand psoas est accompagné du muscle petit psoas pour moins de 50% de la population[1].

Une étude utilisant des données d'autopsie a révélé que le muscle grand psoas est nettement plus épais chez les hommes d'ascendance africaine que chez les hommes de race blanche,

L'apparition du muscle petit psoas est également ethniquement variable, il est est présent chez la plupart des sujets blancs et absent chez la plupart des sujets noirs[4].

Chez la souris, il s'agit principalement d'un muscle de type II à contraction rapide [5] tandis que chez l'homme, il associe des fibres à contraction lente et rapide[6].

Action[modifier | modifier le code]

Le grand psoas relie le haut et le bas du corps, l'axial au squelette appendiculaire[7].

Faisant partie du muscle ilio-psoas, le muscle grand psoas contribue à la flexion de l'articulation de la hanche.

Sur la colonne lombaire, la contraction unilatérale plie le tronc latéralement, tandis que la contraction bilatérale soulève le tronc de sa position couchée sur le dos[8].

De plus, l'attache au petit trochanter, situé sur la face postero-médiale du fémur, provoque une rotation latérale et une faible adduction de la hanche.

Il fait partie du groupe des muscles fléchisseurs de la hanche, dont l'action est principalement de soulever le haut de la jambe vers le corps lorsque le corps est fixe ou de tirer le corps vers la jambe lorsque la jambe est fixe.

Par exemple, lorsque l'on effectue l'exercice musculaire de redressement assis qui éloigne le torse (y compris le bas du dos) du sol et vers l'avant de la jambe, les fléchisseurs de la hanche (y compris le muscle ilio-psoas) fléchiront la colonne vertébrale sur le bassin.

En raison de l'attache frontale sur les vertèbres, la rotation de la colonne vertébrale étirera le muscle grand psoas.

Intérêt clinique[modifier | modifier le code]

Une raideur du muscle grand psoas peut entraîner des spasmes ou des douleurs lombaires en comprimant les disques lombaires[9]. Un muscle grand psoas hypertonique et enflammé peut entraîner une irritation du nerf ilio-inguinal et du nerf ilio-hypogastrique, entraînant une sensation de chaleur sur le devant de la cuisse.

Le muscle grand psoas peut être palpé avec une flexion active de la hanche. Un test de contracture du psoas positif et une douleur à la palpation est un signe clinique. Des précautions doivent être prises autour des organes abdominaux, en particulier du côlon lors de la palpation profonde.

L'apparition d'un ventre saillant peut indiquer visuellement un muscle grand psoas hypertonique, qui tire la colonne vertébrale vers l'avant tout en poussant le contenu abdominal vers l'extérieur[10].

Le psoas étant postéro-latéral aux ganglions sympathiques lombaires, le muscle grand psoas est traversé par la pointe de l'aiguille lors d'une infiltration sympathique lombaire.

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Cet article comprend du texte dans le domaine public issu de la 20e édition de Gray's Anatomy (1918).

  1. a et b Platzer (2004), p 234
  2. Gupton et Varacallo, « Anatomy, Abdomen and Pelvis, Genitofemoral Nerve », StatPearls, StatPearls Publishing,‎ (PMID 28613484, lire en ligne, consulté le )
  3. Gray's anatomy : the anatomical basis of clinical practice, [Philadelphia], 41st, , 1324.e2 p. (ISBN 9780702052309, OCLC 920806541)
  4. Hanson, Magnusson, Sorensen et Simonsen, « Anatomical differences in the psoas muscles in young black and white men », Journal of Anatomy, vol. 194, no Pt 2,‎ , p. 303–307 (PMID 10337963, PMCID 1467925, DOI 10.1046/j.1469-7580.1999.19420303.x)
  5. Nunes, Bianco, Migala et Agostini, « Thyroxine induced transformation in sarcoplasmic reticulum of rabbit soleus and psoas muscles », Zeitschrift für Naturforschung C, vol. 40, nos 9–10,‎ , p. 726–34 (PMID 2934902, DOI 10.1515/znc-1985-9-1025)
  6. Arbanas, Starcevic Klasan, Nikolic et Jerkovic, « Fibre type composition of the human psoas major muscle with regard to the level of its origin », Journal of Anatomy, vol. 215, no 6,‎ , p. 636–41 (PMID 19930517, PMCID 2796786, DOI 10.1111/j.1469-7580.2009.01155.x)
  7. Myers, T Earls, J., Fascial Release for Structural Balance, Chchester, England, Lotus Publishing, , 130 p. (ISBN 9781905367184)
  8. Thieme Atlas of Anatomy (2006), p 422
  9. Akuthota, et all(2008). p 40
  10. & Splittberger Corbo, Your Body, Your Responsibility, Arizona, Wheatmark Inc, Amazon, , 88 p.

 

Annexes[modifier | modifier le code]

  • Werner Platzer, Color Atlas of Human Anatomy, Vol. 1: Locomotor System, 5th, (ISBN 3-13-533305-1)
  • Thieme Atlas of Anatomy: General Anatomy and Musculoskeletal System, Thieme, (ISBN 1-58890-419-9)
  • Akuthota, Ferreiro, Moore et Fredericson, « Core Stability Exercise Principles », Current Sports Medicine Reports, American College of Sports Medicine, vol. 7, no 1,‎ , p. 39–44 (PMID 18296944, DOI 10.1097/01.CSMR.0000308663.13278.69, lire en ligne, consulté le )