Muscle long fibulaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le muscle long fibulaire.

Le muscle long fibulaire (en latin Musculum Peroneus Longus, ex - muscle long péronier latéral) est un muscle de la loge latérale de la jambe qui s'étend du haut de la face externe de la jambe au premier métatarsien du pied.

Origine[modifier | modifier le code]

Le muscle long fibulaire présente trois chefs :

  • le chef épiphysaire s'insérant sur les épiphyses proximales du tibia et de la fibula ;
  • le chef postéro-inférieur sur la face latérale de la fibula dans les 2/3 supérieurs ;
  • le chef antéro-inférieur sur la face latérale de la fibula dans les 2/3 supérieurs.

Les deux derniers chefs naissent aussi des septa inter-musculaires cruraux ventral et dorsal, et laissent un espace entre eux où passe le nerf fibulaire qui contourne la tête de la fibula.

Trajet[modifier | modifier le code]

Le muscle descend obliquement en dorsal et distal sur la face externe de la jambe, où il se poursuit par une lame tendineuse puis par un tendon qui passe en arrière de la malléole latérale dans le sillon des muscles fibulaires, et coulisse dans une gaine ostéo-fibreuse sur la face latérale du calcanéus sous la trochlée fibulaire, et se dirige ensuite en avant et en dedans, en passant à la face plantaire du pied au niveau de l'os cuboïde (où il est fixé dans une gouttière en partie constituée par le muscle opposant du petit orteil), puis transversalement sous les métatarsiens.

Terminaison[modifier | modifier le code]

En inféro-latéral de la base, passe sous le cuboïde et se termine sur la tubérosité du premier métatarsien (pilier de l'hallux). Et envoie une expansion sur l'os cunéiforme médial.

Innervation[modifier | modifier le code]

Par le nerf fibulaire superficiel par l'intermédiaire de deux rameaux, l'un inférieur et l'autre supérieur.

Action[modifier | modifier le code]

Tout comme son agoniste, le muscle court fibulaire, il est extenseur du pied sur la jambe, abducteur et rotateur latéral du pied. Cependant, contrairement à ce que l'on pourrait penser, étant extenseur du pied sur la jambe, il n'assure pas l'éversion du pied. En effet, la notion d'éversion du pied fait appel à la flexion (et non l'extension), la rotation latérale et l'abduction du pied.

Il est antagoniste du muscle tibial antérieur.


Galerie[modifier | modifier le code]