Montebello (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montebello.
Montebello
Fero Non Quaero
Fero Non Quaero
L'ancienne gare déplacée sur la rue Principale abrite un kiosque d'informations touristiques et un écomusée du chocolat
L'ancienne gare déplacée sur la rue Principale abrite un kiosque d'informations touristiques et un écomusée du chocolat
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Outaouais
Subdivision régionale Papineau
Statut municipal Municipalité
Maire
Mandat
Luc Ménard
Élections municipales québécoises de 2013-2017
Constitution
Démographie
Gentilé Montebellois, oise
Population 986 hab. (2014)
Densité 112 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 39′ 00″ Nord 74° 56′ 00″ Ouest / 45.650005, -74.933338
Superficie 884 ha = 8,84 km2
Divers
Langue(s) Français
Code géographique 80010
Devise Fero Non Quaero
Localisation
Localisation de Montebello dans la MRC de Papineau
Localisation de Montebello dans la MRC de Papineau

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Montebello

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Montebello
Liens
Site web ville.montebello.qc.ca

Montebello est une municipalité vivant principalement du tourisme, située sur la rive gauche de la rivière des Outaouais, entre Ottawa et Montréal. Ce village faisait partie de la seigneurie de La Petite-Nation ; l'un des seigneurs a été Louis-Joseph Papineau, le manoir de ce dernier est un lieu historique national. Le village est surtout connu pour le Fairmont Le Château Montebello, un hôtel qui est d'ailleurs la plus grande structure en bois rond au monde. La municipalité est membre de la Fédération des Villages-relais du Québec. Chaque année depuis 2005, Montebello accueille le festival Amnesia Rockfest où près de 100 000 amateurs de rock convergent dans ce petit village. Parmi ses citoyens connus s'y trouvent le designer Erik Maillé, l'ancien VJ de Musique Plus Mathieu Marcotte, maintenant animateur à CHXX-FM à Québec et porte-parole du Amnesia Rockfest, et le président et fondateur du Rockfest, Alex Martel, également membre du groupe Deadly Apples.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Montebello a d’abord été le nom que Papineau donnait à sa résidence, contrairement à son fils Amédée Papineau qui utilisait plutôt « Montigny ». C’est par l’entremise d’une lettre au receveur général des postes que Papineau a officialisé l’appellation « Montebello » en 1855[1], alors écrite « Monté-Bello ». Puis, le receveur général des postes s’est trouvé confronté aux paroisses portant le même nom que l’église Notre-Dame-de-Bon-Secours. Pour les différencier, Papineau lui a proposé d’ajouter « Shibaye » signifiant « La vallée des larmes », un terme algonquin qui témoignait de l’existence des anciens habitants du territoire, soit les Oueskasipirini[2]. Il a aussi suggéré « Montebello » qui voulait dire « beau mont », une proposition qui sera finalement adoptée. En plus de la signification du nom qui faisait référence à la situation géographique du village, le terme avait aussi une connotation affective pour Papineau. En effet, Louis Napoléon Lannes, son ami de France sympathique à la cause canadienne, avait le titre de Duc de Montebello. Le village n'a revêtu ce nom qu'en 1978, après sa séparation de la paroisse Notre-Dame-de-Bon-Secours en 1978[3].

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Le patrimoine de Montebello contient plusieurs bâtiments importants historiquement. Tout d’abord, le Manoir Papineau appartenait au célèbre Louis-Joseph Papineau qui y vécu sa retraite après l’insurrection patriotique et son exil. À sa mort, son fils Amédée lui a succédé en 1971 comme propriétaire du domaine et du titre de seigneur[4]. Ensuite, le Fairmont Le Château Montebello souligne le passage d’une haute bourgeoisie, dont plusieurs étaient membres de la Seigniory Club créée en 1933 [5]. Outre la richesse de ceux qui fréquentaient ce lieu, d’abord privé, puis public, la particularité du château est son architecture complètement en bois rond. En 111 jours, les ouvriers sous la direction de l’architecte canadien Harold Lawson ont réussi à bâtir une propriété de 6 000 000 $, constituée d’un log château, d’un Cedar Hall et d’un garage[6]. De plus, la paroisse Notre-Dame-de-Bon-Secours apporte à la municipalité de Montebello un symbolisme spirituel par son « statut de paroisse mère [en tant que] première église catholique de l’Outaouais »[7]. Aussi, le village même contribue au patrimoine grâce à ses nombreuses maisons centenaires sur la rue Notre-Dame[8].

Héraldique[modifier | modifier le code]

La devise en latin des Montebellois « Fero Non Quaero » signifie « Je ne cherche pas (ailleurs), j'assume (fièrement mon histoire) », les propos entre parenthèses étant suggérés par la construction de la phrase latine[9].

Blason de Montebello
Fero Non Quaero

L'écu de Montebello se blasonne ainsi :

De Gueules, fretté de huit flèches versées d'or ; au chef du même, à la croix d'azur chargée de cinq coquilles aussi d'or ; aux quatre cantons chargés chacun de quatre alérions de gueules en fasce.[10]

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Notre-Dame-de-Bonsecours Rose des vents
Papineauville N
O    Montebello    E
S
Rivière des Outaouais,
Alfred et Plantagenet Drapeau de l'Ontario Ontario

Administration[modifier | modifier le code]

Chronologie municipale[modifier | modifier le code]

Région[modifier | modifier le code]

À l'origine, la municipalité était dans le comté de Papineau. Elle a été incorporée dans la municipalité régionale de comté de Papineau en 2003.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1991 1996 2001 2006 2011 2016
1 022 1 066 1 039 987 978 -
(Sources : Recensement du Canada)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lamarche, J. (1984). Au cœur de la Petite-Nation : le Château Montebello. Montréal : Éditions de la Petite-Nation. p. 61
  2. Lamarche, J. (1980). L'histoire de Montebello.(vol.1) Saint-André-Avellin, Québec : Éditions de la Petite-Nation. p. 2
  3. Allard, Y. M. (2003). Histoire de Montebello 1929-2003. Montebello, Québec : Société historique Louis-Joseph Papineau. 401p.
  4. Chamberland, M. (2003). Histoire de Montebello 1815-1928. Montebello, Québec : Société historique Louis-Joseph Papineau. p. 35
  5. Gaffield, Chad. (1994). Histoire de l'Outaouais, Québec : Institut québécois de recherche sur la culture.p. 420
  6. Allard, Y. M. (2003). Histoire de Montebello 1929-2003. Montebello, Québec : Société historique Louis-Joseph Papineau. p. 19
  7. Leroux, Manon. (2012). L'autre Outaouais : guide de découverte du patrimoine, Gatineau :Pièce sur pièce. p. 535
  8. Leroux, Manon. (2012). L'autre Outaouais : guide de découverte du patrimoine, Gatineau : Pièce sur pièce. p. 535-544
  9. Allard, Y. M. (2003). Histoire de Montebello 1929-2003. Montebello, Québec : Société historique Louis-Joseph Papineau. p. 12
  10. « Histoire et armoiries », sur Municipalité de Montebello (consulté le 3 juillet 2016)
  11. Allard, Y. M. (2003). Histoire de Montebello 1929-2003. Montebello, Québec : Société historique Louis-Joseph Papineau. p. 11
  12. Interview with ROCKFEST founder dude Alex Martel!

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]