Saint-André-Avellin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-André.
Saint-André-Avellin
Image illustrative de l'article Saint-André-Avellin
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Outaouais
Subdivision régionale Papineau
Statut municipal municipalité
Maire
Mandat
Thérèse Whissell
2013 - 2017
Constitution
Démographie
Gentilé Avellinois, oise
Population 3 749 hab.[1] (2016)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 43′ 48″ nord, 75° 03′ 25″ ouest
Superficie 13 799 ha = 137,99 km2
Divers
Code géographique 80027
Localisation
Localisation de Saint-André-Avellin dans la MRC de Papineau
Localisation de Saint-André-Avellin dans la MRC de Papineau

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Saint-André-Avellin

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Saint-André-Avellin

Saint-André-Avellin est une municipalité du Québec située dans la MRC de Papineau dans l'Outaouais[2].

Situation[modifier | modifier le code]

Saint-André-Avellin est à 13 km au nord de Papineauville, à l'est de Saint-Sixte et de Ripon, sur les bords de la rivière de la Petite Nation.

La municipalité est traversée par la route 321.

Toponyme[modifier | modifier le code]

En retenant cette appellation, on a voulu rendre hommage à André Trudeau (1792-1842)[3], arpenteur, qui procède, en 1832, à la division des lots de ferme qui occupent une partie de la seigneurie de La Petite-Nation dont la superficie correspondra à la future paroisse. Celui-ci est le fils de Toussaint Truteau et de Marie-Louise Papineau[3], soeur de Louis-Joseph Papineau, seigneur de La Petite-Nation. Cependant, le nom de Saint-André-Avellin évoque saint André Avellin[4].

Administration[modifier | modifier le code]

Chronologie municipale[modifier | modifier le code]

  • 1855 : Constitution de la municipalité de paroisse de Saint-André-Avellin lors du découpage municipal originel du Québec.
  • 1911 : La municipalité de village de Saint-André-Avellin se détache de la paroisse.
  • 1920 : La paroisse de Saint-André-Avellin perd une partie de son territoire lors de la création de la paroisse de Notre-Dame-de-la-Paix
  • 1997 : Fusion entre le village et la paroisse pour former la municipalité de Saint-André-Avellin.

Régionale[modifier | modifier le code]

À l'origine dans le comté de Papineau, Saint-André-Avellin est incluse dans la municipalité régionale de comté de Papineau en 1983. Dès l'arrivée dans le village, par la route 321, il est possible de contempler l'église fréquentée par les résidents.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1996 2001 2006 2011 2016
3 298 3 434 3 435 3 702 3 749

Politique et société[modifier | modifier le code]

À la suite de la séparation de la paroisse et de la municipalité en 1911, le village est sous la gouverne d’une démocratie. Depuis 1917, les maires de Saint-André-Avellin sont passés de nominé par acclamation à élu démocratiquement pas les habitants. Un grand changement pour la gouverne[5].

Malgré la petitesse du village dès ses 50 premières années d’existences, on y dénombrait plus de 11 000 baptêmes et 600 patronyme. De plus, les installations étaient propices au peuplement puisque 170 familles ont eux de 2 à 5 enfants[6].

Vers la fin des années 1900, on pouvait retrouver dans le village une boulangerie, une bijouterie, un notaire, un dénommer Lavigne qui effectuait le transport des voyageurs entre son village et celui de Papineauville, un médecin ainsi que plusieurs autres commerces [7]. On peut encore aujourd’hui retrouver la plupart de ses commodités qui se sont extrêmement modernisées avec le temps.

Les Sœurs de la Providence[modifier | modifier le code]

Le couvent des Sœurs de la Providence du Sacré-Cœur (ou Sœurs de la Providence de Montréal) à Saint-André Avellin, en 1947

C’est en 1890 que trois religieuses de la communauté des Sœurs de la Providence font leur apparition dans le village de Saint-André-Avellin. Elles héritent d’un terrain cédé par la Fabrique et commencent, en 1891, la construction de leur premier couvent. Avec les années, les sœurs agrandissent leurs couvents et abritent de plus en plus de membre de la communauté dans le besoin. Par exemple : les orphelines, les couventines internes, les vieillards et les filles du village. En 1919, elles aménagent le sous-sol du couvent pour y accueillir de jeunes garçons comme pensionnaires, afin de leur donner des cours élémentaires.

En 1946, une école Normale pour fille est installée et les premières normaliennes de Providence du Sacré-Cœur peuvent y être instruites. Malheureusement, en 1973, elles ont dû céder leurs propriétés au Ministère des affaires sociales. Les bâtiments construits à cet effet sont aujourd’hui le Centre d’accueil du village et le Centre local de services communautaires (CLSC)[8],[9],[10] .

Les festivités du 150e[modifier | modifier le code]

La population de Saint-André-Avellin accorde un grand sentiment d’appartenance à son village. En 2005 avait lieu le 150e anniversaire du village et plus de 25 associations du milieu ont organisé plus de 50 manifestations. Parmi celles-ci on peut noter la production d’un calendrier relatant des évènements marquants du village, une exposition spéciale au Musée des pionniers, la venue de Fred Pellerin à l’ancien Théâtre des Quatre-Sœurs dans le cadre du festival Musiqu’en Nous, la présentation d’un défilé de mode par la Société historique de Saint-André-Avellin, la présentation d’une fresque historique et plusieurs autres manifestations historiques. Le 28 août 2005, les habitants ont également reçu la visite de Mme Lise Thibault, lieutenant-gouverneur du Québec, qui a fait une visite du village et une allocution lors de la grande-messe dominicale[11].

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Ripon Chénéville Notre-Dame-de-la-Paix Rose des vents
Saint-Sixte N
O    Saint-André-Avellin    E
S
Lochaber Plaisance Papineauville

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Recensement du Canada, 2016
  2. Gouvernement du Québec, « Saint-André-Avellin », Répertoire des municipalités, sur Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire
  3. a et b Base de données de l'Association des Truteau d'Amérique
  4. Commission de toponymie du Québec
  5. la Société historique de Saint-André-Avellin. (n.d.). Saint-André-Avellin de 1855 à 2005. En ligne. URL : http://museedespionniers.qc.ca/Histoire_de_Saint-Andre-Avellin.html, consulté le 20 octobre 2015.
  6. Fillion, Marcel. (1999). « Statistiques avellinoises », Bribe historique, no 16, p. 6-7.
  7. Richer, Gilles. (1997). « Historique des propriétés du village partie 1 », Bribe historique, no. 14, p. 9-13.
  8. Whissel, Raymond. (2015). « De la naissance de la paroisse à la naissance du village », La toponymie avellinoise, no 2, p. 27.
  9. Whissel, Raymond. (2001). « Saint-André-Avellin en 1901 », Bribe historique, no 18, p. 2-4
  10. Fiche du CLSC de Petite-Nation
  11. Whissel, Raymond (2006). « Rétrospective du 150e anniversaire de Saint-André-Avellin », Bribe historique, no 23, p. 2-10

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :